Procès historique contre ExxonMobil, accusé d'avoir minimisé l'impact du réchauffement climatique

 |   |  682  mots
(Crédits : Jessica Rinaldi)
Le géant pétrolier est soupçonné d'avoir délibérément sous-estimé l'augmentation prévisible du coût des émissions de gaz à effet de serre. Il aurait ainsi lésé ses investisseurs.

Après quatre longues années de procédure, c'est un procès historique qui doit s'ouvrir mardi 22 octobre devant la Cour suprême de l'Etat de New York. Sur le banc des accusés : ExxonMobil, le géant américain du pétrole et du gaz. Il est accusé d'avoir trompé, entre 2010 et 2014, ses investisseurs en sous-estimant délibérément les risques financiers liés au réchauffement climatique. Il risque désormais très gros.

Non seulement les autorités new-yorkaises estiment en effet le préjudice entre 476 million et 1,6 milliard de dollars (entre 426 millions et 1,4 milliard d'euros). Mais une condamnation menace également d'ouvrir la voie à d'autres plaintes, actuellement au point mort, d'actionnaires s'estimant lésés. Les audiences doivent s'étaler sur trois semaines. Rex Tillerson, l'ancien directeur général et secrétaire d'Etat de Donald Trump entre 2017 et 2018, sera notamment appelé à la barre.

40 ou 80 dollars la tonne de CO2 ?

Selon le procureur général de New York, la société texane "a créé l'illusion qu'elle avait entièrement pris en compte l'impact des risques des futures régulations liées au changement climatique". Mais, en réalité, les estimations qu'elle communiquaient aux investisseurs n'étaient pas celles qu'elle utilisait pour ses projections internes. Ces différences, parfois importantes, auraient ainsi induit ses actionnaires en erreur, leur faisant miroiter des profits plus élevés sur le long terme.

Exxon aurait notamment sous-évalué le coût que pourrait représenter l'instauration généralisée d'une taxe carbone - comme le suggère désormais le Fonds monétaire international. Officiellement, il le chiffrait à 80 dollars par tonne de CO2 émise. Cependant, en interne, le groupe pétrolier n'évaluait plus cette taxe qu'à 40 dollars par tonne. Ce qui avait un impact sur les calculs de rentabilité de ses futurs projets. Pour ses gisements de sable bitumineux dans la province canadienne de l'Alberta, par exemple, l'écart atteignait 25 milliards de dollars.

En raison de ces chiffres erronés, des investisseurs auraient surévalué le juste prix de l'action de l'entreprise. "Ils considéraient que le risque lié au climat était bas car ils pensaient qu'Exxon avait déjà pris en compte le vrai coût des futures réglementations", détaille le procureur de New York dans sa plainte. En avril 2014, le titre d'Exxon avait ainsi touché son plus haut niveau historique, quelques semaines après la publication d'un rapport minimisant l'impact financier du réchauffement climatique. Depuis, il affiche une chute supérieure à 30%.

Fausse adresse e-mail

Selon les autorités, ces pratiques auraient été validées par le plus haut niveau hiérarchique du groupe. Pour brouiller les pistes, Rex Tillerson, le patron de l'époque, aurait même eu recours à une fausse adresse e-mail, réservée à ce sujet sensible. L'intéressé a reconnu l'existence de ce deuxième compte, qu'il a cependant justifié par l'important volume de courriers reçus sur son adresse principale. L'actuel PDG, Darren Woods, utilisait lui-aussi une deuxième adresse électronique.

Face à ces accusations, qualifiées de "fausses" et "trompeuses", Exxon dénonce une enquête "politiquement motivée", fruit "d'un effort concerté d'organisations anti-énergies fossiles et d'avocats impliqués dans d'autres affaires attaquant l'industrie pétrolière". Selon la société, l'utilisation de différentes estimations s'explique par différents modes de calcul des risques selon le contexte. En août, elle avait obtenu une première victoire, avec l'abandon des poursuites engagées en 2016 par le Securites & Exchange Commission (SEC), le gendarme boursier américain.

Au-delà des ennuis judiciaires, Exxon doit aussi faire face à la fronde d'une partie de ses actionnaires, qui réclament à la direction de fixer des objectifs en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre afin de respecter les accords de Paris sur le climat. En avril, la société a écarté une première menace, avec l'appui de la SEC qui a bloqué un vote proposé par d'importants fonds de pension. Mais ces derniers ont déjà prévenu qu'ils n'avaient pas l'intention de baisser les bras.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/10/2019 à 16:10 :
Un dirigeant est aux ordres de l'actionnariat, non ? donc quand il ment... c'est la porte, surtout qu'au US c'est encore plus facile qu'en Europe, donc où est le problème ? Ses indemnités ? oui peut-être mais dans une structure internationale, où se trouve le conseil de surveillance ? Ah, il n'y en a pas... problème d'architecture d'entreprise.
a écrit le 22/10/2019 à 10:00 :
Si Exxon est condamné, sachant que les pratiques sont similaires chez toutes les majors du pétrole, cela veut-il dire que Total serait aussi condamnable?
a écrit le 22/10/2019 à 8:42 :
Entre chiens et loups quand tombe la nuit.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :