Tesla a réussi à construire la plus grande batterie lithium-ion au monde en Australie

 |   |  397  mots
Les PowerPacks de Tesla sont à présent entièrement installés dans un parc d'éoliennes géré par le groupe français Neoen, et les tests devraient commencer.
Les PowerPacks de Tesla sont à présent entièrement installés dans un parc d'éoliennes géré par le groupe français Neoen, et les tests devraient commencer. (Crédits : Reuters)
Construire une usine de stockage d'électricité de 100 mégawatts en moins de 100 jours dans le sud de l'Australie, tel est le pari -un vrai pari, via Twitter- que vient de gagner Elon Musk, avec plus d'un mois d'avance. Cette solution va permettre de stabiliser l'approvisionnement des 30.000 foyers connectés au parc d'éoliennes attenant. Lequel parc, il faut le souligner, est géré par un opérateur français des énergies renouvelables, Neoen.

Tesla a achevé la construction de la plus grande batterie lithium-ion au monde en Australie, ce qui lui permettra de respecter le délai de 100 jours qu'il avait promis pour la mise sous tension du système, a annoncé le gouvernement sud-australien jeudi.

Tesla avait remporté en juillet un appel d'offres pour la construction d'une batterie géante de 129 mégawattheures (MWh) en Australie méridionale, l'Etat d'Australie le plus dépendant de l'énergie éolienne, ce qui permettra de stabiliser l'approvisionnement en électricité de 30.000 foyers de la région.
. Le fondateur et directeur général du groupe américain, Elon Musk, avait alors relevé le défi lancé par un internaute (voir l'échange de tweets ci-dessous entre Elon Musk et Mike Cannon-Brokes) d'y parvenir dans les 100 jours ou de l'offrir gratuitement à l'Etat.

Lorsque l'accord de connexion au réseau a été signé le 29 septembre, Tesla était déjà à mi-parcours du programme d'installation des batteries.

Une sécurité après le grand black out de septembre

Les PowerPacks de Tesla sont à présent entièrement installés dans un parc d'éoliennes géré par le groupe français Neoen, et les tests devraient commencer.

"Pendant que d'autres ne font que parler, nous nous mettons en oeuvre notre plan énergétique pour rendre l'Australie-Méridionale plus autosuffisante et assurer son approvisionnement en électricité à des prix plus abordables", s'est félicité le Premier ministre d'Australie méridionale Jay Weatherill, cité dans un communiqué.

L'Etat n'a pas précisé le coût de cette opération, qui fait partie d'un plan de 510 millions de dollars australiens (328 millions d'euros) comprenant notamment l'installation de générateurs diesel en cas de coupures de courant, plusieurs pannes ayant eu lieu ces 18 derniers mois.

L'opérateur australien du marché de l'électricité a averti que l'approvisionnement serait tendu cet été, en particulier en Australie-Méridionale et dans l'Etat voisin de Victoria, où une importante centrale au charbon a été fermée en mars.

Lire aussi : Pour Engie, le charbon c'est fini (en Australie)

(Avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/11/2017 à 10:26 :
enfin des pays qui essayent de stoke de l energie, ; moi je pensse que l on devrais le faire aussi a petite echelle avec des panneaux solaire sur les toit coupler a des batteries de stokage dans les maissons individuel et batiment collectif,A GRANDE ECHELLE CELA FERAIS FAIRE DES GRANDE ECONOMIE ET MOINS DE CENTRALE ELECTRIQUES,???
a écrit le 24/11/2017 à 10:05 :
miam miam, toutes ces bonnes batteries pleines d'acide et de metaux lourds dont on ne saura pas quoi faire!
( et dont on va decouvrir que ca pollue!)
devinez qui va gesticuler dans 30 ans contre la pollution endemique?
les nazis verts, avec une bonne lecon de morale
Réponse de le 24/11/2017 à 12:22 :
En attendant, les ventes de smartphones et autre ordinateurs portables explosent, et personne ne trouve à redire sur leurs batteries, toutes aussi polluantes et de plus, disséminé dans la nature sans vrai contrôle de retour à dépollution, tout ça, pour un usage des plus discutables et futile, au moins là , on avance, on crédibilise une filière et on permet alors de financer de la recherche pour s'améliorer ...
Réponse de le 24/11/2017 à 16:45 :
vous pensez toujours aux batteries de voiture ? Plomb, acide sulfurique 'dilué' (10-20% ?). Le plomb il se recycle, lithium-ion faut voir... Il faudra bien y penser d'ici 20 ans, quand elles seront à plat.:-)
On a bien construit des centrales nucléaires sans savoir comment les démonter (on verra dans 50 ans ! Dans deux générations).
Dans votre téléphone, c'est pas du plomb, là c'est analogue en beaucoup plus graaaaand.
Les voitures électriques ne sont pas au plomb c'est trop lourd !! Le Li-ion, c'est pas léger non plus (Li = 9,4g, Pb=207)
Réponse de le 25/11/2017 à 1:29 :
@ Churchill : Mieux vaut faire du stockage qu'une centrale au charbon par exemple. On emploie peu de lithium dans une batterie et le processus global de recyclage des batteries lithium s'améliore avec des processus meilleurs que d'autres qui se mettent en place mais il faut un marché suffisamment important. Le lithium n'est qu'une transition du fait de son prix actuellement attractif mais il y a bien d'autres avancées et concurrents.
a écrit le 24/11/2017 à 9:48 :
Vous mettez les 100 jours en avant comme si c'était ça la principale information alors que franchement il n'y a rien de plus ennuyant que la compétition mise sur un piédestal, par contre l'avantage technologique est réel permettant enfin de mettre en pratique ce dont on nous parlait il y a 20 ans.

Pas facile d'évoluer contre les lobbys énergétiques canal historiques dont certains sont même allés jusqu'à généré des guerres en Afrique seulement pour le profit.

Un papier intéressant: "Procès Elf : le sang de l’Afrique derrière les « caisses noires » offshore" http://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/energie-environnement/tesla-a-reussi-a-construire-la-plus-grande-batterie-lithium-ion-au-monde-en-australie-759139.html

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :