Veolia : "Nous n'avons pas besoin d'une prolongation, mais d'une décision"

 |  | 656 mots
Lecture 4 min.
Chaque jour qui passe abîme un peu plus la place de Paris et la réputation de Suez, estime Antoine Frérot.
"Chaque jour qui passe abîme un peu plus la place de Paris et la réputation de Suez", estime Antoine Frérot. (Crédits : Reuters)
Interrogé par le JDD, le patron de Veolia, Antoine Frérot, explique pourquoi il ne s'est pas rendu à Bercy pour rencontrer le président de Suez, l'entreprise rivale qu'il veut acquérir. Il affirme avoir amélioré son offre pour l'achat des actions d'Engie.

Antoine Frérot reste ferme sur la date butoir de son offre à Engie, tout en ayant préparé une amélioration de ses contenus. Interrogé par le Journal du dimanche (JDD) samedi, le PDG de Veolia affirme en effet avoir décidé d'augmenter le prix proposé à Engie pour lui racheter la quasi totalité de sa participation (29,9% sur 32%) dans Suez, jusqu'à présent fixé à 1,50 euro par action (2,9 milliards d'euros au total).

Le prix proposé à Engie comptera d'ailleurs comme référence dans le cadre de l'OPA que Veolia veut lancer par la suite pour acheter le reste des actions de Suez.

L'astuce de Suez "contournée"

Mais ce prix n'étant "qu'un des éléments du projet" de Veolia, Antoine Frérot souligne avoir également apporté "des clarifications écrites sur...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/09/2020 à 9:20 :
@ Alfonce. Frerot a les stigmates d'un homme porte sur la bouteille & de bonne chere. Ses poches sous les yeux sont la preuve d'un foie tres malade.
Son arrogance y trouve son siege.
a écrit le 28/09/2020 à 3:14 :
Attention a ton foie Frerot, les poches sous les yeux, ca ne pardonne pas.
a écrit le 27/09/2020 à 20:24 :
Au détriment des populations, et des françaises et français, avec la bénédiction des politiciens qui n'ont rien compris (ou trop bien). vive les GJ
a écrit le 27/09/2020 à 17:45 :
Tellement sûr de lui ! Comme ts ces 1ers de la classe.
Il est tellement évident pour lui qu'il a raison, qu'il prend même pas la peine de vendre son projet face aux décideurs qui cptent avec l'enthousiasme communicatif du gars qui y croit.
Il va peut-être recevoir la claque de sa vie le Messi de l'eau. Mais bon ! Les échecs, non seulement ça apprend l'humilité et ça forge le caractère mais surtout, ça apprend à progresser.
Mais si !! mais si !!
a écrit le 27/09/2020 à 12:12 :
Le problème c'est de confier l'eau à un spéculateur alors que déjà après l'avoir privatisé elle est moins bonne et plus chère. Où est l’État là ? Où est l'intérêt public ?

Notre système est une sinistre farce.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :