Qui est Antin, le fonds qui peut encore jouer un rôle clef dans le dossier Suez-Veolia ?

 |  | 1066 mots
Lecture 6 min.
Alain Rauscher a fondé Antin Infrastructure Partners en 2007 après avoir quitté BNP Paribas où il dirigeait le département gaz, pétrole et mines. Ce normalien, passionné de philosophie, est aussi passé par Bain & Company, Lehman Brothers et Lazard.
Alain Rauscher a fondé Antin Infrastructure Partners en 2007 après avoir quitté BNP Paribas où il dirigeait le département gaz, pétrole et mines. Ce normalien, passionné de philosophie, est aussi passé par Bain & Company, Lehman Brothers et Lazard. (Crédits : DR)
Premier fonds d'infrastructure français, avec 15 milliards d'euros d'actifs, Antin Infrastructure Partners s'intéresse de près au dossier Suez-Veolia. Sa vision : entrer au capital d'une entreprise pour mettre en place une stratégie de développement permettant d'augmenter significativement sa rentabilité. Puis la revendre au bout de quelques années.

[MAJ] Article publié initialement le 25/09/20 à 9h30 et mis à jour à 17h10

La semaine dernière, le fonds d'investissement Antin Infrastructure Partners s'est invité dans le feuilleton industriel, financier et politique de la rentrée qui oppose Suez et Veolia. Le 14 septembre, le fonds dirigé par Alain Rauscher a affirmé disposer de moyens financiers suffisants pour jouer éventuellement un rôle de premier plan dans ce dossier. Il avait été approché pour réunir les quelque 3 milliards d'euros nécessaires au rachat des 32% du capital de Suez mis en vente par Engie.

L'énième rebondissement de cette saga, avec l'annonce surprise du placement des activités Eau France de Suez sous la protection d'une fondation, n'écarte pas totalement de la scène ce nouveau protagoniste. Si, en l'état, Antin s'est retiré des négociations avec Suez, comme l'ont rapporté nos confrères de BFM Business (le fonds ne souhaitant pas se contenter d'un seul siège au conseil d'administration de Suez, trop peu pour influencer la stratégie de l'entreprise), l'histoire n'est pas finie et l'évolution du dossier pourrait peut-être changer la donne.

Un acteur discret mais puissant

Antin est donc potentiellement toujours dans la course, même si son fondateur et dirigeant cultive le secret et refuse encore de...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/09/2020 à 14:58 :
Un jeune loup aux dents longues, intelligent, fort, agile.
Il nous en faut plus des comme ça.
Et il faudrait qu'ils prennent en charge la SNCF, et tout le secteur public (hôpitaux compris).
Tout ça a besoin d'être rajeuni et dépoussiéré.
Réveillons-nous.
a écrit le 25/09/2020 à 14:52 :
Il faut pour cela que ce fond ait une vision de LT, à l'image d'un fond de pension, misant totalement sur l'innovation en partenariat avec des start-up du secteur, pour rendre les services de l'ex Suez Eau particulièrement attractifs ds ses compétitions planétaires, en conformité avec l'orientation de ses dirigeants actuels.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :