Croissance : l'indice PMI confirme l'impact du 13 novembre sur le secteur des services

 |   |  245  mots
La croissance de l'activité dans le secteur privé en France a fortement ralenti ce mois-ci du fait d'une stagnation dans les services.
La croissance de l'activité dans le secteur privé en France a fortement ralenti ce mois-ci du fait d'une stagnation dans les services. (Crédits : © Regis Duvignau / Reuters)
La croissance de l'activité dans le secteur des services a fortement ralenti en décembre, plombant celle du secteur privé en général, selon la version flash des indices PMI de Markit. En revanche, le secteur manufacturier, lui, résiste bien, avec un indice d'activité à 51,6 au plus haut depuis mars 2014.

Publié le 16/12/2015 à 10:47. Mis à jour le 16/12/2015 à 15:47.

Le ralentissement du secteur privé se confirme en France. Suite à un premier constat post-attentats établi par l'indice PMI de Markit le 23 novembre dernier, la croissance de l'activité dans le secteur privé en France a fortement ralenti ce mois-ci du fait d'une stagnation dans les services, dont un certain nombre de secteurs ont accusé l'impact des attentats du 13 novembre à Paris et Saint-Denis, selon la version flash des indices PMI de Markit publiée ce mercredi 16 décembre. Ainsi, l'indice à l'activité globale est passé de 51 en novembre à 50,3 en décembre, soit proche du seuil de 50 sous lequel l'activité se contracte.

L'indice relatif à l'activité dans les services est passé de 51 en novembre à 50 en décembre dans les services, qui restaient sur 10 mois de croissance.

Embellie dans le secteur manufacturier

Mais un point positif est à noter: l'embellie dans le secteur manufacturier, dont l'indice d'activité est au plus haut depuis mars 2014. Il s'inscrit à 51,6, un niveau reflétant une croissance modérée, contre 50,6 en novembre et sensiblement au-dessus des attentes des économistes interrogés par Reuters (50,5).

  | Lire aussi Attentats : quel impact pour l'économie ?

Un regain d'optimisme interrompu le 13 novembre

Pour Chris Williamson, économiste de Markit, les attentats ont eu pour effet d'entamer le regain d'optimisme des derniers mois.

"Il y avait du mieux avant dans les données mais ça s'est amenuisé. Avec un peu de chances, cela va s'améliorer mais c'est difficile de faire la part des choses", a-t-il dit.

(Avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/12/2015 à 13:12 :
entre la réalité journalistique de LT et économique; pour le côté redactionnelle lisez les commentaires de markit:D’après les dernières données de l’enquête, la croissance économique s’est accélérée en Allemagne au quatrième trimestre, le PIB progressant à un rythme de 0,5 %, grâce à une expansion générale du secteur manufacturier et de celui de services, elle-même soutenue par une forte demande intérieure et une hausse des exportations. Les données relatives à la France dressent un tout autre tableau, signalant en effet une croissance de l’économie d’à peine 0,2 % au quatrième trimestre. Le nouveau ralentissement
observé en décembre, synonyme d’une croissance quasi-nulle, n’augure en outre rien de bon pour l’année à venir, en particulier dans le secteur des services où l’activité est en berne.
.
a écrit le 16/12/2015 à 11:11 :
L'indice pmi augmenterait, ne fait-on pas la confusion avec le PMU l'économie casino de dette qui fait monter le prix des logement en faisant des investissements improductifs. Si dans la constitution il est écrit qu'on est garant des traités, n'est-ce pas pour les simples citoyens compliqué s de savoir quand il faut les appliquer?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :