Les médecins contestent le nouvel étiquetage nutritionnel de Carrefour

 |   |  824  mots
L'initiative unilatérale de Carrefour ne répond pas à une démarche de santé publique en cohérence avec la dynamique actuellement proposée par le ministère de la Santé, dénoncent les signataires de la tribune.
L'initiative unilatérale de Carrefour ne répond pas "à une démarche de santé publique en cohérence avec la dynamique actuellement proposée par le ministère de la Santé", dénoncent les signataires de la tribune. (Crédits : reuters.com)
Une tribune publiée lundi dans le Journal international de médecine dénonce le système d'étiquetage nutritionnel que la chaîne de distribution compte mettre en place avant le printemps 2015.

Comment aider les consommateurs à manger mieux, et contrer ainsi les risques de surpoids, obésité et maladies? C'est le coeur de la polémique qui oppose une partie de la communauté scientifique au géant de la grande distribution Carrefour.

Des conseils de fréquence d'utilisation

Le 24 septembre, le groupe français avait en effet annoncé la mise en place, entre fin 2014 et le printemps 2015, d'un système d'étiquetage nutritionnel sur ses propres produits. Ceux-ci seront notamment assortis d'un pictogramme en forme de pyramide inversée qui sera décliné en quatre couleurs différentes (vert, bleu, orange ou violet), chacune associée à une indication de fréquence d'utilisation: "trois fois par jour", "deux fois par jour", "une fois par jour" et "de temps en temps".

étiquetage nutritionnel Carrefour

Une initiative à l'apparence louable, mais qui présente le défaut de ne pas répondre "à une démarche de santé publique en cohérence avec la dynamique actuellement proposée par le ministère de la Santé", dénoncent toutefois de nombreux scientifiques dans une tribune publiée lundi 13 octobre par le Journal international de médecine.

Risque de cacophonie

Principale critique formulée par les signataires: le système de Carrefour "est mis en place sans attendre le cadre d'un système unique officiel validé par les pouvoirs publics".

Pourtant, afin justement "d'éviter que chaque opérateur économique fixe ses propres seuils et la forme de son logo et attribue lui-même les notes à ses produits", un rapport contenant des "Propositions pour un nouvel élan de la politique nutritionnelle française", rédigé par le professeur Serge Hercberg, a été remis mardi 28 janvier à la ministre de la Santé. L'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (ANSES) a ensuite été saisie et devrait fixer d'ici le mois de novembre quatre seuils définissant 5 catégories de qualité nutritionnelle pour les aliments, comme préconisé dans ce rapport.

Etiquetage nutritionnel préconisé par le rapport Hercberg

L'étiquetage informant sur la qualité nutritionnelle des aliments devrait d'ailleurs être l'une des mesures phares du projet de la loi de santé qui doit être présenté mercredi en Conseil des ministres.

>>Que retenir de la loi de santé présentée par Marisol Touraine ?

La catégorie "rouge" supprimée

Les signataires de la tribune dénoncent notamment l'abandon par Carrefour de l'une des cinq catégories proposées par le rapport Hercberg: le rouge, qui est pourtant utilisé dans d'autres pays.

>>LIRE AUSSI: Royaume-Uni : pour bien manger, respectez le feu rouge !

L'adoption de messages prescriptifs, tels que celui accompagnant la pizza au fromage "à consommer 1 fois par jour", est aussi dénoncé comme "indéfendable sur le plan scientifique" et "facteur de confusion majeur".

Quelle légitimité scientifique?

Globalement, la tribune s'alarme que "les seuils, la forme et les messages ont été fixés sans aucune validation scientifique concertée par des experts indépendants et des consommateurs".

Dans son communiqué de presse du 24 septembre, Carrefour affirmait toutefois que son étiquetage était le fruit d'une "collaboration avec un comité d'experts composé de professionnels de la santé et de chercheurs, tous spécialisés en nutrition et/ou en santé publique". Il précisait que "les produits sont évalués individuellement sur la base de leurs recettes, des habitudes de consommation, des données de santé publique, des repères du PNNS (Programme national nutrition santé: NDLR) et d'un score scientifique établi avec la méthodologie utilisée par l'OFCOM" -autorité indépendante britannique qui, précise Carrefour, "utilise la méthode développée par la Food standard agency  au Royaume Uni".

"Il n'y a pas de bons ou de mauvais produits"

"Chaque produit est évalué par les quatre experts du comité, qui déterminent ainsi sa fréquence de consommation, en se fondant justement sur les critères préconisés par le rapport Hercberg", explique encore le service de presse de Carrefour, interrogé par La Tribune. "Mais nous estimons que, dans le cadre d'une alimentation variée et équilibrée, il n'y a pas de bons ou de mauvais produits", indique-t-elle, répondant à la critique portant sur l'absence de la catégorie "rouge".

"Cela fait dix ans que l'ensemble des acteurs concernés insistent sur la nécessité d'un nouvel étiquetage nutritionnel. Pourtant, rien n'est fait. Carrefour a choisi de s'engager dans la voie du volontariat proposé par Marisol Touraine, et d'ainsi stimuler le débat", conclut le groupe.

24.000 signatures

Il n'empêche. Les scientifiques demandent à Carrefour de renoncer à son étiquetage propre. Ils incitent néanmoins les parlementaires à voter le principe "d'un étiquetage nutritionnel simplifié unique" et les pouvoirs publics à publier "dès maintenant le format de cet étiquetage correspondant au système de 5 couleurs s'appuyant sur les seuils fixés par l'ANSES".

Une pétition en ce sens sur internet, lancée par 33 associations, dont la Société française de santé publique, a recueilli à ce jour plus de 24.000 signatures, selon les organisateurs.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/10/2014 à 12:39 :
L'initiative de Carrefour a le mérite d'exister et peut-être d'inciter les politiques à véritablement se saisir du sujet, sur lequel la France est (encore !) à la traîne.
Les scientifiques semblent avoir l'air plus vexés que véritablement critiques .
a écrit le 14/10/2014 à 8:45 :
L'initiative privée est le seul moyen de faire avancer les choses. Encore un exemple. Tout ceux qui passent leurs temps dans des comités Théodule s'offusquent et poussent des cris d'orfraies. Ils n'avaient qu'à aboutir avant.Ridicule!
a écrit le 14/10/2014 à 3:43 :
Et dans 10 ans on nous dira que l'étiquetage est mauvais car inadapté aux prédispositions de chacun à l'instar du fioul domestique pour un moteur diesel...
a écrit le 14/10/2014 à 1:06 :
Entre le système d'affichage pictogramme carrefour et celui des A.B.C.D.E de L'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation c'est comment dire : non c pas a toi c a moi et nia nia ni nia nia na .... lol.... L'un ou l'autre c complètement bidon mais a choisir les pictogrammes carrefour sont mieux pensait que le lettrage A B C D E il leur manque juste a fabriqué un 5eme pictogramme avec le message " une fois par semaine " :-D
a écrit le 13/10/2014 à 20:09 :
Notez, cela permet de constater, une fois de plus, que la santé du con-sommateur n'est pas la priorité de la "grande" distribution. Soit, pas un scoupe...
Réponse de le 14/10/2014 à 8:29 :
Parce que vous croyez que l'ANSES, ou les association de médecine ont réellement à cœur la santé du citoyen et consommateur ? Il n'est plus, le serment d’Hippocrate, aujourd'hui, c'est celui d'Hypocrite.
Réponse de le 14/10/2014 à 12:45 :
yvan, votre commentaire manque d'argument, pour ma part je ne constate rien. La priorité des distributeurs est de vendre certes mais aussi d'apporter de nouveaux services aux consommateurs de façon à les fidéliser.
Carrefour a certainement de meilleurs outils pédagogiques que l'Association de Médecine. Il faut juste qu'ils soient en phase sur le fond et que tout cela s'harmonise.
a écrit le 13/10/2014 à 20:04 :
Je suppose que Carrefour à fait appel à des nutritionnistes pour faire ses pictogrammes qui me parle plus que ceux du spécialiste..et @ Enfin un vrai sujet.....si c' est pour dire des choses pareilles sur des sujets aussi essentiels , abstient toi mon vieux tes états d' âmes politiques n' intéressent personne .
a écrit le 13/10/2014 à 19:40 :
L"étiquetage Carrefour est absolument ridicule sans la moindre approche sanitaire. Il suffit de dire tout simplement aux gens que cet étiquetage ne vaut rien et qu'il ne faut pas le prendre compte.
a écrit le 13/10/2014 à 18:05 :
Cela évite de parler de nos incompétents qui doivent se casser la tête pour faire avaler à tout le MONDE qu'ils font des économies alors qu'ils n'en font pas, qu'il résorbent la dette alors qu'ils ne le font pas, qu'ils gèrent le budget de l'état alors qu'ils ne savent pas faire, qu'ils cherchent comment augmenter ENCORE les impots et taxes sans que cela ne se voient etc ...
Réponse de le 13/10/2014 à 18:50 :
Hors sujet... Tout est prétexte à...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :