Casino révolutionne son organisation en Amérique du Sud

 |   |  572  mots
Exito, le premier groupe de distribution en Colombie teste depuis 2014 le modèle du drive.
Exito, le premier groupe de distribution en Colombie teste depuis 2014 le modèle du "drive". (Crédits : reuters.com)
La filiale colombienne de la chaîne de distribution française, Exito, regroupera toutes les activités de Casino en Amérique latine. Une région où la multinationale connait des difficultés.

Casino rassemble ses troupes en Amérique latine. Le groupe de distribution français annonce ce jeudi son intention de céder "50 % du capital de sa holding en France qui détient les actions avec droit de vote de sa filiale brésilienne GPA dont elle, soit environ 18,8 % du capital" à Éxito, premier distributeur de Colombie. Montant total de l'opération: 1,7 milliard d'euros.

Toutes les activités du groupe en Colombie mais aussi au Brésil, en Argentine et en Uruguay, soit une zone de 280 millions d'habitants seront contrôlées par cette filiale colombienne dont elle détient la majorité (54,8% des parts).

Cette décision intervient par ailleurs trois ans après sa prise de contrôle de Pao de Açucar (GPA), chaîne au terme d'un bras de fer avec la famille des fondateurs et notamment l'ancien président du groupe Abilio Diniz, désormais actionnaire de Carrefour via son holding familial Peninsula.

145 millions d'euros de "synergies"

De cette vaste réorganisation, le groupe espère dégager 145 millions d'euros de "synergies", soit 0,5% du chiffre d'affaires de toutes les structures concernées.

Les performances de ces filiales en Amérique latine se sont révélées mitigées au premier semestre 2015.  "L'inflation rapide des coûts (énergie, salaires) pèse sur la marge", prévient le groupe dans son rapport financier semestriel publié le même jour. Son résultat opérationnel courant dans la région a chuté de 11% sur un an au cours du premier trimestre.

Recettes en baisse

Au cours de cette période, son chiffre d'affaires a progressé par rapport au premier semestre 2014, passant de 7,3 à 7,8 milliards d'euros. Il a toutefois chuté pour les produits électroniques, traités à part (-15% soit environ 500 millions d'euros de recettes en moins). Il faut dire que l'année dernière était marquée par la Coupe du Monde de football au Brésil ; un événement pour lequel les ménages ont eu tendance à accroître leur équipement électronique.

Reste que les activités de Casino en Amérique Latine ont beaucoup rapporté. En 2014, 40% de son revenu opérationnel courant provenait de ses magasins dans la région, soit 845 millions d'euros sur 2,2 milliard. L'année précédente, électronique inclu, la somme atteignait 1,5 milliard d'euros, soit plus de 60% de ses profits dans le monde. Il s'agit de sa région la plus dynamique.

"Vache à lait"

"Ces derniers mois, il est probable que Casino ait impliqué ses filiales 'vaches à lait' pour amortir ses investissements dans les prix sans précédent sur son marché domestique. C'est de toute évidence à nouveau les cas avec cette nouvelle organisation en Amérique Latine, qui à travers notamment l'acquisition de 18,8% de parts dans le capital de GPA par Exito, devrait permettre de rapatrier un montant significatif de liquidités vers la holding français", explique Antoine Parison analyste en charge de la grande distribution pour le cabinet Bryan, Garnier & Co dans une note.

Comme ses rivaux français, le groupe a pratiqué une politique de prix très offensive dans l'Hexagone, qui semble commencer à porter ses fruits pour les hypermarchés Géant et la chaîne Leader Price. Une guerre des prix dénoncée à plusieurs reprises par des acteurs de l'agroalimentaire, notamment les industriels, et même par le président de la République qui appelait les distributeurs à revaloriser les prix de la viande afin de mieux rémunérer les éleveurs.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/07/2015 à 18:46 :
Ce que je retiens surtout c'est que d'un côté un groupe continue d'avancer et de l'autre, Abilio Diniz continue les plans foireux (scandal de corruption au Brésil, monté dans Carrefour après avoir vendu son groupe à un concurrent). A 78 ans, on ne se refait pas ...
a écrit le 31/07/2015 à 9:49 :
Ca me rappelle l affaire triangle ! .....👹
a écrit le 30/07/2015 à 19:44 :
La fin de l'article montre une certaine méconnaissance de la distribution, la viande ne représente quasiment rien en terme de contribution au bénéfice net d'un hyper. Et chea Casino comme chez les autres, les baisses de prix ont surtout porté sur le PGC et non le LS.
a écrit le 30/07/2015 à 17:39 :
Un peu de correction du côté de la syntaxe ferait pas de mal... On comprend plus rien de ce que vous écrivez...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :