Casino durement impacté par la guerre des prix et les effets de change

 |   |  364  mots
Pour 2015, le groupe est confiant sur ses perspectives de développement, a déclaré Jean-Charles Naouri, PDG de Casino.
"Pour 2015, le groupe est confiant sur ses perspectives de développement", a déclaré Jean-Charles Naouri, PDG de Casino. (Crédits : reuters.com)
Le distributeur français a enregistré en 2014 un bénéfice net en baisse de 10,1% et un chiffre d'affaires en recul de 0,3%. Le groupe est néanmoins confiant pour 2015.

En 2014, Casino reste dans le vert. Le distributeur français a enregistré cette année-là un bénéfice net normalisé de 556 millions d'euros, en baisse de 10,1%, selon ses résultats publiés mardi 17 février. Le chiffre d'affaires ressort à 48,49 milliards d'euros, en recul de 0,3%.

Marge opérationnelle stable

Le résultat opérationnel courant (ROC) est quasi-stable à 2,231 milliards d'euros contre 2,28 milliards l'an dernier, quasi-conforme aux prévisions des analystes, qui le situaient à 2,24 milliards d'euros. La marge opérationnelle est également quasi-stable en publié à 4,6% contre 4,7%, et progresse de 7 points de base en organique (c'est-à-dire à l'aide des moyens de production, de recherche, de distribution, créés grâce aux ressources humaines, financières de l'entreprise).

En France, le ROC s'affiche néanmoins en baisse marquée de 28,1% en organique, à 396 millions d'euros.

Un bénéfice net en baisse de 3,9% hors effets de change

Les résultats 2014 du groupe ont pâti des effets de changes (répercussion financière d'une variation d'une devise par rapport à une autre). Sans prendre ceux-ci en compte, le bénéfice net 2014 ressort en baisse de 3,9% seulement, tandis que le chiffre d'affaires est en progression de 4,7%.

Casino a également été affecté par la politique de baisse des prix enclenchée depuis deux ans dans l'Hexagone, qui a d'abord porté sur les hypermarchés Géant, et qui s'est ensuite intensifiée en 2014 sur les formats de proximité comme Franprix et Leader Price.

    Lire >> Grande distribution : nouvelles règles du jeu mais guerre des prix féroce

À l'international en revanche, la rentabilité du groupe progresse fortement, tirée par l'Amérique latine (+11,9% en organique sur l'alimentaire, +35,7% sur le non-alimentaire).

Casino croit à une progression des ventes en France en 2015

"Pour 2015, le groupe est confiant sur ses perspectives de développement", a déclaré Jean-Charles Naouri, PDG de Casino cité dans le communiqué. Pour la France, il table sur une progression de ses ventes en organique, et sur un résultat opérationnel courant (ROC) annuel "supérieur à celui de l'exercice précédent", indique le communiqué.

À l'international, il vise également "une croissance organique soutenue de l'activité et une croissance du ROC supérieure à celle du chiffre d'affaires", est-il ajouté.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/02/2015 à 6:43 :
Le substantif Impact, désignant le choc d’un projectile contre un corps, ou la trace, le trou qu’il laisse, ne peut s’employer figurément que pour évoquer un effet d’une grande violence. On ne saurait en faire un simple équivalent de « conséquence », « résultat » ou « influence ». C’est à tort qu’on a, en s’inspirant de l’anglais, créé la forme verbale Impacter pour dire « avoir des conséquences, des effets, de l’influence sur quelque chose ». [Académie française]

Impacter : (Médecine) Solidariser avec force deux organes anatomiques ou un organe et un matériel, de façon que leur pénétration soit solide et résistante.
a écrit le 18/02/2015 à 4:29 :
les distributeurs qui se font un max de pognon et de bénéfices sur le dos des consomateurs et des producteurs ! beurk ! qu'ils arretent de nous augmenter les prix, car on n'achète plus, c'est fini !
a écrit le 17/02/2015 à 17:38 :
L'avocat qui m'assistait dans un conflit que j'eus avec Casino les traitait de "voyous". Il en avait tout autant au service des Carrefour, Auchan, Leclerc...Et il savait de quoi il parlait, puisqu'en tant qu'avocat il avait aussi défendu Casino, Carrefour.. dans d'autres affaires évidemment. Je ne pleurerai donc pas sur le sort de la grande distribution et si elle n'existait pas je m'en passerai. Au fait.... je m'en passe et même très bien.
a écrit le 17/02/2015 à 17:38 :
L'avocat qui m'assistait dans un conflit que j'eus avec Casino les traitait de "voyous". Il en avait tout autant au service des Carrefour, Auchan, Leclerc...Et il savait de quoi il parlait, puisqu'en tant qu'avocat il avait aussi défendu Casino, Carrefour.. dans d'autres affaires évidemment. Je ne pleurerai donc pas sur le sort de la grande distribution et si elle n'existait pas je m'en passerai. Au fait.... je m'en passe et même très bien.
a écrit le 17/02/2015 à 17:30 :
Je ne vais pas pleurer sur leur sort. Dans un cadre juridique, la façon dont ils traitent avec leurs contractants, selon mon avoxa

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :