Distribution : la guerre des prix restitue seulement 3 euros par mois au consommateur

 |  | 335 mots
Lecture 2 min.
Les ventes de marques nationales progressent, celles de marques distributeurs s'effondrent.
Les ventes de marques nationales progressent, celles de marques distributeurs s'effondrent.
La déflation des produits de grande consommation a permis de "restituer" un milliard d'euros en cumulé aux consommateurs en 2014. Mais ces baisses de prix ne signifient pas que les ménages ont vu le montant de leur panier se réduire, au contraire.

Aux consommateurs, la guerre des prix n'aura finalement pas rapporté grand chose. Car, certes, sur le papier un milliard d'euros, soit ce que la déflation des produits de grande consommation a permis de "restituer" aux consommateurs en 2014, cela peut sembler élevé. Sauf que cette somme calculée par le cabinet d'études spécialisé IRI Worldwide ne correspond en fait qu'à 3 euros par ménage et par mois.

Acheter plus cher

Surtout, l'IRI indique dans son bilan publié ce 7 juillet que:

"Ce milliard a immédiatement été réinjecté par les ménages dans leurs achats quotidiens non pas pour consommer plus mais bien pour acheter plus cher."

Depuis 2013, les grandes enseignes de se distribution se disputent les prix les plus bas pour certaines catégories. Il s'agit notamment de réduire les prix des produits dits de marques nationales comme Herta (la marque la plus achetée en France d'après Kantar Worldpanel), de Nestlé, Fleury Michon ou encore Coca-Cola, afin d'attirer plus de clients.

Les marques de distributeurs attirent moins

Résultat: le prix sur les étiquettes s'est réduit en moyenne de 2,6% entre avril 2013 et avril 2015 sur tous les produits de grande consommation en grande et moyenne surface. A cela s'ajoute la multiplication des promotions.

>> Les distributeurs ont écoulé "gratuitement" pour 3,7 milliards d'euros de produits en 2014

Mais ces baisses de prix et ristournes ne signifient pas que les ménages ont vu le montant de leur panier se réduire, au contraire. En effet, puisque les marques nationales coûtent relativement moins cher et bénéficient de promotions, elles se vendent mieux. En volume, les ventes de ces marques nationales ont progressé de 2,1% l'an dernier.

Comme elles restent relativement plus chères que les marques dites de "distributeurs" , qui, elles ont vu leurs ventes se réduire de 2,3% en volume, cela abouti à ce que les ménages dépensent toujours autant, voire plus, lorsqu'ils font leur leurs courses. Le milliard n'est donc pas resté longtemps dans leur poche.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/07/2015 à 16:33 :
1 salade: + 200 % en 10 ans - baguette pain : + 70% - pdt carottes, huile de tournesol: + 90 %!! idem pour tous les autres produits de base comme le sucre, le lait...!!! Que les produits de grande consommation aient baissé ??? on s'en contrefout quand le prix des produits indispensables à l'alimentation ont plus que doublé!!! Et là quid des marges des grandes surfaces, de la spéculation financière ????Perso j'ai jeté ma carte "fidélité" de grande surface et je ne m'en porte pas plus mal, bien au contraire!!!
a écrit le 07/07/2015 à 16:01 :
Il est heureux que les consommateurs n'aient pas mis le fruit de la baisse des prix dans leurs bas de laine. Au contraire ils l'ont remployé en achetant des productions locales et donc en augmentant le revenu des travailleurs locaux.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :