Alexandre de Juniac envisage une compagnie soeur de Transavia

Faute d'accord avec ses pilotes sur le développement de sa filiale à bas coût Transavia France, Air France créera une compagnie soeur, déclare son président, dans le Journal du dimanche de ce 12 octobre. Il estime toutefois qu'il serait "plus simple et plus logique" que le pilotes signent.
Que les pilotes signent serait plus simple et plus logique, estime le PDG d'Air France-KLM dans un entretien accordé au Journal du dimanche.
"Que les pilotes signent serait plus simple et plus logique", estime le PDG d'Air France-KLM dans un entretien accordé au Journal du dimanche.

Une compagnie soeur. Comme La Tribune le dévoilait le 23 septembre, c'est ce qu'envisage Alexandre de Juniac, le PDG d'Air France-KLM si son groupe ne parvient pas à un accord avec ses pilotes sur l'essor de sa filiale à bas coût Transavia France, comme il l'explique dans une interview accordée au Journal du dimanche daté de ce 12 octobre.

Pas d'accord sur le développement de Transavia France

Sous la pression des pilotes qui ont fait 14 jours de grève en septembre, la compagnie aérienne a dû retirer son projet de filiale européenne à bas coûts, Transavia Europe, et se replier sur Transavia France. La direction n'est cependant toujours pas parvenue à un accord avec les syndicats de pilotes sur le développement de Transavia France.

Les syndicats continuent de réclamer le recrutement de pilotes aux conditions d'Air France, plus avantageuses, une exigence sur laquelle la direction n'a pas cédé.

La grève a coûté cher

Alexandre de Juniac juge ses propositions "équilibrées" et avertit, en cas de désaccord persistant:

"Dans ce cas, nous créerons une compagnie soeur de Transavia, Transavia Développement, en France, pour nous développer dans l'activité à petits prix, avec les nouveaux avions qui arrivent dans les mois qui viennent. Mais que les pilotes signent serait plus simple et plus logique".

Pour l'heure, Air France évalue à 500 millions d'euros les pertes causées par la grève. "Cette grève nous a fait perdre un an. Air France aurait dû être dans le vert cette année et ne le sera pas", souligne le président du groupe.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 20
à écrit le 13/10/2014 à 8:51
Signaler
Il faudrait même le faire sans tarder et laisser mourir Air France, gangrenée de l'intérieur par une minorité de salariés, trop privilégiés; Avec les pilotes, la compagnie est sclérosée, plombée. Et dire que tous les autres salariés d'Air France avai...

à écrit le 12/10/2014 à 20:04
Signaler
trois commentaires pour expliquer le rôle pervers de Mr de Juniac qui disparaissent avant la fin de l'écrit ! Voilà un journal qui contrôle son information . Pas une seule enquête sérieuse sur l'histoire de AF au cours des dix dernières années ! Pi...

le 13/10/2014 à 7:38
Signaler
Je suis d'accord, le traitement médiatique de cette grève a été absolument indigne. Dès qu'on connait un tant soit peu un sujet on se rend compte de la pauvreté intellectuelle de ceux qui font l'information. Surtout on se rend compte à quel point ils...

le 13/10/2014 à 10:09
Signaler
Blablabla. La dialéctique du gôcho de base a fini par lasser la population. Nous voulons la liberté : de choisir notre assurance santé, notre protection chômage, de préparer notre retraite sans cotiser à la pyramide de ponzi nationale. Nous voulons d...

à écrit le 12/10/2014 à 18:17
Signaler
Ce n'est plus Air France, c'est Air Casse Gueule

le 16/10/2014 à 14:38
Signaler
ah pas mal rire!!!

à écrit le 12/10/2014 à 16:03
Signaler
Il faut publier le nom des grévistes pour que chaque compagnie puisse les blacklister une fois qu'air france aura coulé et qu'ils seront au chomage

le 12/10/2014 à 18:16
Signaler
Absolument d'accord

le 13/10/2014 à 10:28
Signaler
A mon avis la liste informelle existe déjà. Ne vous en faites pas, ils finiront par regretter leur manque de reflexion.

le 13/10/2014 à 18:33
Signaler
Je connais une société où des employés sont spécialement formés pour "lister" les grévistes. Une fois la liste levée, les "sanctions" tombent, mutation, passage en horaire de nuit, bureau au fin fond du couloir, CDD non renouvelés, ... , ... résulta...

à écrit le 12/10/2014 à 15:13
Signaler
chaque fois qu'une entreprise coule il y'a des syndicats. Les politiques sont coupables de n'avoir jamais eu le courage de prendre les mesures pour réduire leur pouvoir de nuisance

à écrit le 12/10/2014 à 14:42
Signaler
Grève illégale, car abus de droit sous forme d'une opposition à une autre compagnie !!! Dehors, les pilotes, tous sans exception !!!

le 12/10/2014 à 21:22
Signaler
C'est vous qui allez piloter ?

le 13/10/2014 à 8:54
Signaler
@ Maduf : Il y a un certain nombre de pilotes, très compétents, qui ne demandent qu'à travailler et qui attendent aux portillons !

à écrit le 12/10/2014 à 12:50
Signaler
Il faut également anticiper la disparition d'Air France! La laisser sombrer avec ses pilotes syndiqués et repartir sur des bases saines et réalistes! Et ce sera un bon exemple pour l'ensemble des structures paralysées et condamnées à mort par des i...

à écrit le 12/10/2014 à 12:50
Signaler
La manie de grandeur, toujours grandeur ! jusqu'à la dégringolade finale.

à écrit le 12/10/2014 à 12:00
Signaler
De Jugniac c'est un bon c'est le type de patron qui en a. Si depuis 30 ans on avait pas tout céder aux SYNDICATS on en serait pas là. Il manque à la France des hommes de cette trempe. Macron est un peu aussi un homme bien trempé.

le 12/10/2014 à 18:19
Signaler
Macron ? Il ira loin, même si je ne suis pas de son bord

à écrit le 12/10/2014 à 11:48
Signaler
Voir une poignée de mecs prétendre gérer la société qui les emploie et lui interdire ses choix stratégiques pour protéger leurs avantages a quelque chose d'hallucinant. Ils attendent la retraite dorée et le reste ils s'en fichent. Aucune éthique, auc...

à écrit le 12/10/2014 à 11:48
Signaler
Une compagnie à bas coût avec les conditions AF c'est le fiasco garanti.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.