Aides à Air France : le Scara accuse l'État d'abandonner les autres compagnies françaises

 |  | 1013 mots
Lecture 6 min.
(Crédits : Charles Platiau)
Dans un communiqué explosif, le Scara, le syndicat des compagnies aériennes autonomes, déplore l'absence d'aides spécifiques aux compagnies aériennes françaises, en dehors d'Air France. Il dénonce une distorsion de concurrence inacceptable.

Le Scara, le syndicat des compagnies aériennes autonomes, monte au créneau contre les aides de l'Etat accordées au secteur de l'aviation. Après les 15 milliards d'euros d'aides au secteur aéronautique incluant les 7 milliards d'euros de prêts accordés à Air France, le Scara déplore qu'un "grand pan de la chaîne de valeur du transport aérien" soit abandonné.

"En décidant de limiter son soutien aux seules industries du groupement des industries françaises aéronautiques et spatiales (GIFAS) et à Air France, c'est tout un pan de la chaîne de valeur du transport aérien, allant des entreprises d'assistance en escale aux aéroports, des compagnies d'aviation d'affaires aux compagnies d'hélicoptères, des sociétés de maintenance aux sociétés de handling, des avitailleurs aux écoles de formation, sans oublier en premier lieu toutes les compagnies aériennes non Air France que l'État a décidé d'abandonner en pleine crise Covid-19", explique dans un communiqué le Scara.

En effet, tous ces acteurs ont bénéficié des mesures générales de soutien à l'économie, comme le report de charges ou la prise en charge par l'Etat du chômage partiel, mais pas de mesures spécifiques comme c'est le cas pour le...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/06/2020 à 6:48 :
Air France annulera ses vols pouvant être remplacé par le train en moins de 2h30 à cause de l'écologie, par contre ryanair, easyjet.....n'ont pas les mêmes obligations et certains comme ryanair seront subventionnés grâce à nos impôts comme avant la crise donc vont reprendre les destinations, attribué avant à air France....
Vive la France
a écrit le 11/06/2020 à 16:55 :
Il faut faire place nette pour combler les trous d'Air France-KLM et les très gros salaires de leurs dirigeants inconséquents dont une partie sont des protégés du microcosme politique de longue date et qui parasitent le système au détriment des vrais productifs, essentiellement du petit personnel au sol et des équipages, comme sacrifier le peu de petits concurrents locaux qui restent sur les tarmacs...
a écrit le 11/06/2020 à 15:15 :
Les autres compagnies ont effectivement de quoi à récriminer lorsque l'on sait que les aides étatiques à Air France (des emprunts que la compagnie ne sera jamais en mesure d'honorer) serviront essentiellement à financer le minimum garanti (MGA) accordé aux navigants. A titre d'exemple, un commandant de bord long-courrier touche ainsi plus 12 000 euros nets mensuels pour ne pas voler, ou alors simplement faire un aller-retour dans le mois, et ceci de manière inconditionnelle et illimitée. Chers contribuables, à votre bon cœur !
Réponse de le 11/06/2020 à 16:43 :
Troll ou simple jalousie ?
a écrit le 11/06/2020 à 12:19 :
Dans ce pays, si vous n'êtes pas copains avec les cercles du pouvoir en place, il est très peu probable d'avoir une aide publique, quelqu'elle soit. Une république bananière ?
a écrit le 11/06/2020 à 12:13 :
Entièrement d'accord tout doit être remis à plat à Air France : les salaires, le temps de travail, les avantages !
Je les ai encore vus les GP sur les longs courriers des DOM, alors même que les habitants n'arrivent pas en rentrer chez eux du fait d'un nombre de places limitées !
Cette crise était l'occasion de repartir de zéro et d'aider au passage les autres compagnies françaises dans la tourmente et cela grâce aux économies réalisées sur Air France.
Tout repart comme si de rien n'était, et en prime un personnel commercial comme à son habitude.
a écrit le 11/06/2020 à 9:53 :
Ds le monde aérien qui se redessine, il n'y aura pas de place pour tt le monde ( cf les prédictions du boss de Lufthansa mi 2019 sur la nécessaire consolation du transport aérien en Europe et ailleurs, soit bien avt cette crise imprévisible...).
Dc, ds cette crise où les besoins de soutien financier st énormes et ppalement étatiques, autant soutenir les cies les plus grosses tt en les rendant plus efficientes ( too Big to fail).
a écrit le 11/06/2020 à 8:59 :
Le secteur aérien, copieusement subventionné par l'argent public est de ce fait dans une impasse pour affronter une profonde crise conjoncturelle mais également structurelle il est logique que l'état préserve d'abord ses entreprises. Pour une fois qu'il y a une logique !
a écrit le 10/06/2020 à 22:15 :
Une aide pour les autres compagnies françaises serait tout à fait justifiée... dès lors qu'elles répondent aux conditions mises par le gouvernement, notamment de participation financière des actionnaires (réinjection de fonds, renoncement temporaire à versement de dividendes, ...
Réponse de le 11/06/2020 à 21:55 :
Le gouvernement verse des fonds à droite et à gauche. A-t-il une vision stratégique du secteur aérien ? Si on excepte les ritournelles convenues sur l'écologie rien de tel n'apparaît.
C'est un lieu commun de rappeler qu'aujourd'hui le transport aérien français (SCARA, Air France et autres compagnies) est à la croisée des chemins. Le secteur n'est pas assez compétitif vis à vis de nombreux concurrents extérieurs. Les mesures classiques (injections financières, PDV, préretraites, etc..) ne suffiront pas pour combler le gap.
A crise exceptionnelle, réponse exceptionnelle. Il convient, le plus tôt possible, de créer et mettre en oeuvre le PIAF, une réforme structurelle, de fond.
Ce sujet avait été évoqué par un membre du SCARA. Il est grand temps de mettre le PIAFà l'ordre du jour.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :