Le Groupe Dubreuil veut réduire la masse salariale d'Air Caraïbes et French Bee

Dans un courrier envoyé aux salariés que La Tribune s'est procuré, Jean-Paul Dubreuil et Pierre-Henri Dubreuil, respectivement président du conseil de surveillance et président du directoire du groupe éponyme indiquent viser une baisse "de 10% des coûts sociaux" de son pôle aérien, composé d'Air Caraïbes, Air Caraïbes Atlantique et French Bee. Ceci en maintenant les effectifs en CDI, mais en supprimant certains usages et en mettant en place de nouvelles mesures de productivité. Des négociations sont en cours avec les syndicats et doivent se finaliser fin mai-début juin. Le groupe qui pensait fin mars dégager un résultat "un peu positif" en 2020 s'attend à des pertes importantes cette année et se met en ordre de bataille pour renouer avec les profits en 2021.
Fabrice Gliszczynski

3 mn

(Crédits : Air Caraïbes – Harold Asencio)

Air Caraïbes et French Bee, les deux compagnies aériennes du Groupe Dubreuil, serrent les boulons. L'année 2020 ne se traduira pas par un résultat "un peu positif" comme le groupe l'espérait encore fin mars avant de mettre à l'arrêt la quasi-totalité de son activité. Mais "par une perte financière importante et encore inédite sur le pôle Aérien", ont indiqué Jean-Paul Dubreuil, président du conseil de surveillance du groupe éponyme, et son fils Paul-Henri Dubreuil, président du directoire, dans un courrier envoyé aux salariés le 4 mai que La Tribune s'est procuré. Et ce, précisent-ils, "malgré l'annulation par le Groupe de trois mois de loyers d'avions loués à Air Caraïbes et French Bee".

Reprise lente

En effet, malgré la prise en charge par l'Etat du chômage partiel et le report des charges sociales, la période d'arrêt de l'exploitation des vols commerciaux a un coût. Commencée fin mars, elle devrait s'achever fin juin avec la réouverture espérée d'Orly le 26 juin. Surtout, le redémarrage de l'activité s'annonce coûteux en raison de la lenteur attendue de la reprise du trafic, laquelle sera probablement marquée par des prix bas. Air Caraïbes et French Bee prévoient dans un premier temps de desservir la Guadeloupe, la Martinique, Cayenne et La Réunion.

"Notre réseau est constitué à 85% de lignes desservant les Départements et Territoires d'Outre-Mer français et accueille un grand nombre de clients « affinitaires ». Nous espérons retrouver ces passagers dès qu'il leur sera possible de voyager. Pour la clientèle touristique, il faudra sûrement attendre l'hiver prochain pour les retrouver peu à peu", expliquent les deux dirigeants.

Report des livraisons d'A350

Même si les deux compagnies aériennes disposent d'une trésorerie abondante (125 millions d'euros fin mars que la direction ne comptait pas entamer pendant la phase d'arrêt de l'activité), le Groupe Dubreuil a déposé le 4 mai une demande de prêt garanti par l'Etat (PGE) et a négocié le report d'un an des livraison d'Airbus A350 actuellement en commande. Air Caraïbes et French Bee devaient notamment recevoir quatre A350 d'ici à fin 2021. Les actionnaires ont par ailleurs renoncé à leur dividende.

"Même si nous obtenons ce PGE, il nous faut absolument limiter les pertes financières et être prêts à redémarrer progressivement dès que les contraintes administratives et sanitaires le permettront", indiquent Jean-Paul et Paul-Henri Dubreuil.

"Opérer moins cher"

Ces derniers visent en effet un résultat positif en 2021, et leur volonté de redécoller plus fort que les autres n'a pas changé. Un plan d'amélioration de la performance est en cours de négociation. En plus de négocier des baisses de coûts auprès de des sous-traitants et fournisseurs, le Groupe Dubreuil vise "une amélioration de 10% des coûts sociaux" de son pôle aérien. "Et ce au plus tôt".

"Nous devons dès à présent réduire le poids de la masse salariale pour opérer moins cher et revenir à des fonctionnements bien plus efficaces", expliquent Jean-Paul et Pierre-Henri Dubreuil, en précisant qu'ils cherchaient à maintenir l'emploi.

Dénonciation des accords en cas d'échec des négociations

Pour réduire sa masse salariale, le groupe ne veut pas couper dans les effectifs des salariés en contrat à durée indéterminée (CDI). Il veut en revanche mettre fin à certains usages en vigueur depuis des années et introduire des mesures d'amélioration de la productivité. Les contrats à durée déterminée (250 environ) ne seront quant à eux pas renouvelés. Des négociations ont débuté avec les syndicats d'Air Caraïbes, d'Air Caraïbes Atlantique et de French Bee, avec l'objectif d'aboutir à des accords fin mai-début juin. Un échec risque néanmoins de se traduire par une dénonciation des accords collectifs et des usages.

Fabrice Gliszczynski

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 8
à écrit le 19/05/2020 à 13:10
Signaler
Bonjour Frenchbee attend toujours pour dire si elle decollera ou pas de Roissy a partir du 12/6/20 Et cela met dans une situation stressante en plus des tracas qu'occasionnent le covid 19 par ce que : – tous les passagers qui ont reservé pour ces...

à écrit le 18/05/2020 à 20:04
Signaler
Cette compagnie a voulue cassée AF et ATN sur PARIS - PAPEETE en pratiquant des prix très bas ! résultat : premier soucis et elle boit la tasse ! French bee a laisse 500 clients sur le tarmac a Tahiti malgré les déclarations que les changement de da...

le 18/05/2020 à 23:20
Signaler
Vous racontez n'importe quoi... cette compagnie très profitable (et sans aucune aide de l'Etat) a remis en place ATN qui nous escroquait !! Elle ne semble pas du tout boire la tasse mais anticipe sur une concurrence qui risque de bien être rude à l'...

à écrit le 18/05/2020 à 19:24
Signaler
Le groupe Dubreuil est sur une niche, les Antilles Guyane et la Réunion. Ces vols devraient repartir dès l’ouverture d’Orly au mois de juin. Tout l’été, ce seront sûrement les destinations où les vols seront les plus chargés. Ce remplissage record es...

à écrit le 18/05/2020 à 17:59
Signaler
Étonnant de la part de Dubreuil et Rochet qui avant la crise fanfaronnait et critiquait ouvertement Air France . Leur trésorerie fond à vue d’œil et c’est panique à tous les étages . Sincèrement , un peu d’humilité aurait été sage . Au lieu de pré...

le 18/05/2020 à 20:44
Signaler
Entièrement d'accord avec vous, Marc Rochet et sa communication d'avant crise à été au mieux maladroit au pire insultant vis a vis d'Air France, et celà a été très mal perçu par le milieu aérien. Air Caraibes et French Bee avec ses 13 avions dont 6...

à écrit le 18/05/2020 à 15:33
Signaler
"une baisse "de 10% des coûts sociaux"" Ils sont tellement habitués à licencier pour rien, pour remplir leurs paradis fiscaux, que quand ils annoncent des licenciement justifiés ben ils ne savent plus faire. Je pense même que nombreux salariés du...

le 18/05/2020 à 23:23
Signaler
De quels licenciements parlez vous ?! Et par rapport au PGE, je ne sais pas si ils l'ont eu mais il faudrait être stupide, puisqu'ils sont elligibles (contrairement a Corsair d'ailleurs) pour s'en priver !!

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.