Chine : Uber boucle un tour de table d'un milliard pour concurrencer Didi Kuaidi

 |   |  320  mots
La division chinoise d'Uber serait ainsi valorisée 7 milliards de dollars
La division chinoise d'Uber serait ainsi valorisée 7 milliards de dollars (Crédits : REUTERS/Shannon Stapleton)
Hillhouse Capital, le plus gros hedge fund d'Asie, China City Bank, China Life Insurance et Ping An Insurance Group, comptent parmi les investisseurs qui ont répondu à la levée de fonds.

Mission accomplie pour Uber, qui cherchait un milliard pour se développer sur le marché chinois. En effet la division Chine de la multinationale a su convaincre des investisseurs, d'après Reuters, comme Hillhouse Capital, le plus gros hedge fund d'Asie, ainsi que China City Bank, China Life Insurance ou encore Ping An Insurance Group.

Des soutiens qui viennent s'ajouter à celui du géant de l'internet chinois Baidu, qui a investi dans la société de VTC californienne en décembre 2014, sans toutefois préciser le montant. Travis Kalanick, PDG d'Uber, se félicitait dans un communiqué des réussites de sa société, présente en Chine depuis février 2014 :

"C'est très impressionnant. Les villes d'Hangzhou et de Chengdu ont accompli en 9 mois ce que New York a fait en 4 ans, pour devenir les villes les plus importantes en termes de trajets effectués."

Des soutiens non négligeables dans l'ambitieuse stratégie du groupe américain de damer le pion à son concurrent local, le géant Didi Kuaidi.

Didi Kuaidi, un rival imposant

Et pour cause, l'application chinoise conserve un avantage de taille sur le marché local. Financée par le géant du e-commerce Alibaba, la société a même levé 2 milliards de dollars en juillet. Elle est actuellement valorisée à 15 milliards de dollars.

Par ailleurs, un de ses investisseurs, Tencent, contribue à bloquer l'application d'Uber sur son service "We Chat". De plus, alors que Didi Kuaidi s'occupe de 3 millions de chauffeurs par jour dans le pays, Uber n'a qu'un million de conducteurs chinois à son effectif.

Pas de quoi décourager le géant californien toutefois. Au contraire, Uber entrevoit même la Chine comme son premier marché. Et sa branche chinoise pourrait bien d'ailleurs entrer en bourse d'ici 2020, à en croire l'agence de presse Reuters. Elle serait valorisée 7 milliards de dollars, tandis que le groupe ne serait pas loin de passer la barre des 50 milliards...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :