Didi Kuaidi et Uber se font la guerre en Chine

 |   |  253  mots
Uber réalise quotidiennement 1 million de courses en Chine, mais est aussi en proie à des critiques.
Uber réalise quotidiennement 1 million de courses en Chine, mais est aussi en proie à des critiques. (Crédits : © Sergio Perez / Reuters)
L’Uber chinois, Didi Kuaidi, a annoncé mercredi avoir levé 2 milliards de dollars (1, 8 milliards d’euros). L’entreprise prend de l’avance sur Uber qui veut lever 1,5 milliard de dollars (1,3 milliards d’euros) pour se faire une place sur ce marché gigantesque.

L'application Didi Kuaidi vaut désormais 15 milliards de dollars. Soutenue notamment par Alibaba et Tecent, l'Uber chinois a annoncé qu'il dépenserait 1 milliard de yuans (145 millions d'euros) pour subventionner les trajets de ses utilisateurs. La rivalité avec son concurrent américain est actée.

Jean Liu, le président de Didi Kuaidi, a expliqué dans un communiqué de presse que Didi Kuaidi resterait concentré sur la Chine. Depuis le mois de juin, Didi Kuaidi a lancé un nouveau service d'autopartage baptisé "Didi Hitch" qui couvre 137 villes en Chine.

Début juillet, il a fait état de plus de 2,6 millions de conducteurs inscrits. La demande pour les VTC sur ses plateformes a triplé depuis mai pour atteindre 3 millions de demandes par jour. Le chiffre d'affaires généré devrait atteindre 12 milliards de dollars d'ici à la fin de 2015.

Uber mal perçu en Chine

Avec ses 1, 357 milliards d'habitants, la Chine est un marché fructueux de 30 millions de passagers potentiels par jour, et 10 millions de chauffeurs d'ici à trois ans. Le patron d'Uber, Travis Kalanick, soutenu par le Chinois Baidu, a annoncé mi-juin qu'il ferait une levée de fonds pour financer son développement en Chine.

Uber réalise quotidiennement 1 million de courses dans ce pays, mais est aussi en proie à des critiques. En Chine, comme ailleurs, l'américain affronte la colère sourde des chauffeurs de taxis. La pression réglementaire est croissante : ses bureaux à Canton (sud) et Chengdy (sud-ouest) ont récemment été perquisitionnés par les autorités locales.

(Avec AFP et Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :