Face à la crise : la tempête Covid-19 frappe l'aérien (1/3)

 |   |  822  mots
(Crédits : dr La Tribune)
SÉRIE D'ÉTÉ - ÉPISODE 1. Des pistes de décollage à l'arrêt. Des couloirs d'aéroports qui, peu à peu, se vident des voyageurs, et des avions par milliers qui disparaissent des radars. Les personnels navigants et autres fonctions supports sont mis en chômage partiel. L'onde de choc se propage à toute la chaîne de l'aérien, avec en première ligne les compagnies nationales qui ne brûlent plus du carburant mais leur trésorerie. #REPLAY.

12 MARS

Covid-19 : Air France est-elle armée pour encaisser le choc ?

Comme tous les acteurs du transport aérien, Air France est fortement touchée par la crise provoquée par le coronavirus, dont l'ampleur risque d'être au moins aussi fort que celui constaté pendant la crise économique de 2009 qui avait mis la compagnie française à genoux. Onze ans plus tard, Air France est-elle mieux préparée pour affronter le choc? Analyse.

Lire l'intégralité

__

16 MARS

Covid-19 : Air France-KLM quasiment à l'arrêt pendant deux mois

Le groupe annoncé une réduction de ses capacités de 70% à 90% lors des deux prochains mois au moins, en raison des restrictions de déplacement et de la baisse de la demande face à la propagation du coronavirus.

Lire l'intégralité

 __

24 MARS

Les pertes du transport aérien seront encore plus colossales que prévu : 252 milliards de dollars ! (IATA)

Plus les jours passent, plus l'évaluation de l'impact de la crise du Covid-19 sur le transport aérien s'amplifie. Une semaine après avoir estimé à 113 milliards de dollars la perte de chiffre d'affaires des compagnies aériennes pour 2020 (soit -19%) l'Association du transport aérien international (IATA) évalue désormais la perte de recettes à 252 milliards de dollars. Ce qui représenterait un plongeon de 44% par rapport à 2019. Le trafic passagers devrait en effet chuter sur l'année de 38%.

Lire l'intégralité

__

25 MARS

Covid-19 : ADP ferme Orly et réduit Roissy-Charles de Gaulle à la portion congrue

C'est officiel. En raison de la suspension quasi-totale du trafic aérien, ADP va fermer temporairement l'aéroport d'Orly au trafic commercial régulier à partir du 31 mars à 23h59. A Roissy-Charles de Gaulle, ADP va seulement maintenir le terminal 2E (hall K), une partie du 2F et le 2A. ADP prévoit un trafic de seulement 10 à 15% jusqu'à mi-mai, puis une reprise progressive.

Lire l'intégralité

__

26 MARS

Covid-19 : le trafic aérien français pourrait perdre 65 millions de passagers en 2020 (IATA)

Alors que le transport aérien français sera quasiment fermé pendant deux mois, la tempête que traversent les compagnies aériennes va leur coûter cher. L'association internationale du transport aérien (IATA) estime la perte de chiffre d'affaires pour les compagnies opérant en France à 12 milliards de dollars en 2020. Un chiffre qui résulte de la chute de 65 millions du nombre de passagers transportés dans l'Hexagone par rapport à l'an dernier (179 millions de passagers, selon la direction générale de l'aviation civile).

Lire l'intégralité

__

31 MARS

35 milliards de dollars : la facture colossale des billets d'avions à rembourser d'ici à juin (IATA)

Trente-cinq milliards de dollars ! C'est, selon l'association internationale du transport aérien (IATA), le montant des billets d'avions pour des vols à effectuer au cours des trois prochains mois qui ne seront pas utilisés en raison de l'annulation de la quasi-totalité de l'activité des compagnies aériennes obligées de clouer au sol leur flotte d'avions en raison de la propagation du Covid-19.

Lire l'intégralité

__

1er AVRIL

Covid-19 : Pour survivre, les compagnies aériennes devront tenir jusqu'à l'été... 2021

Traversant la pire crise de leur histoire, les compagnies aériennes prévoient d'essuyer une perte nette de 39 milliards de dollars entre avri et juin. Pour autant, l'enjeu pour la majorité d'entre elles n'est pas de passer les trois prochains mois, mais de tenir jusqu'à la prochaine période de rentrées de cash significatives, soit la prochaine saison estivale 2021. Analyse.

Lire l'intégralité

__

7 AVRIL

Lufthansa ne voit pas de retour à la normale avant des années et s'impose une cure d'amaigrissement drastique

Face à la crise du Covid-19, le groupe Lufthansa (Lufthansa, Austrian Airlines, Swiss, Eurowings, Brussels Airlines), continue de prendre des mesures fortes plus rapidement que ses concurrents.

Lire l'intégralité

__

10 AVRIL

Transport aérien : dix ans au mieux pour rattraper la courbe de croissance d'avant-crise

Selon le cabinet Archery, il faudra, dans un scénario optimiste, trois ans pour retrouver le niveau de trafic de 2019 et 10 ans pour retrouver la trajectoire d'avant-crise. Cette situation devrait faire baisser la demande d'avions entre 40 et 60% sur les 5 années à venir par rapport à la production réalisée en 2018.

Lire l'intégralité

__

29 AVRIL

British Airways, SAS..., les charrettes de licenciements commencent dans le ciel européen

British Airways a annoncé la suppression de 30% de ses effectifs (12.000 personnes), Icelandair de 45% de son personnel (2.000 salariés), et SAS de la moitié de ses effectifs (5.000 salariés). La reprise du trafic aérien s'annonçant longue et progressive, les compagnies aériennes vont se retrouver au moment de redémarrer leur activité avec des sureffectifs énormes par rapport au niveau de capacités nécessaire pour répondre à une demande limitée. Selon les analystes d'Oddo BHF, le sureffectif pourrait s'élever à 30% en moyenne au sein des compagnies européennes qui emploient aujourd'hui plus de 400.000 personnes.

Lire l'intégralité

__

Rendez-vous mardi 28 juillet, pour un nouvel épisode de la série d'été «Face à la crise».

ÉPISODE 2 - Les États volent au secours de l'aérien.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/07/2020 à 18:00 :
Vous devez bientôt vous rendre en Chine ? Désormais, vous devrez pour cela présenter un test Covid-19 négatif avant votre arrivée, annonce Pékin. La mesure s'applique à tous les passagers arrivant par avion, sans distinction de nationalité. Dans la pratique, elle vise pour l'instant principalement les ressortissants chinois. Car depuis fin mars, la Chine interdit l'entrée de son territoire aux étrangers, sauf dérogation spéciale. La priorité du gouvernement est de limiter les arrivées de malades du Covid-19.
Réponse de le 22/07/2020 à 8:18 :
Cela n'a guère d'importance car les candidats au voyage vers la Chine se feront rares. D'ailleurs les frontières sont ouvertes sur base de réciprocité je crois...
a écrit le 21/07/2020 à 15:49 :
C'est une page qui se tourne méritant en effet un bon gros dossier tellement au final c'était inattendu, les marchés financiers et l'argent public ont toujours alimenté massivement cette économie qui malgré les plus gros et gras investisseurs du monde mais aussi les États du monde a littéralement dévissé.

Il serait opportun de se demander si ce n'était pas une économie démesurée quand même hein à la base surtout quand on sait qu'ils en étaient à faire voler les avions vides, au secours. Était elle au moins rentable et sous conditions ? Maintenant que les dragons célestes ont perdu leurs gros navions peut-être vont ils enfin se poser la question.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :