La politique tarifaire d'Uber est-elle efficace ?

 |   |  632  mots
Selon un chercheur de l'université de Chicago, l'algorithme d'Uber majorant le prix des courses en cas de forte demande permet d'atteindre un équilibre économique optimal.
Selon un chercheur de l'université de Chicago, l'algorithme d'Uber majorant le prix des courses en cas de forte demande permet d'atteindre un équilibre économique optimal. (Crédits : Reuters/Kai Pfaffenbach)
Un récent tweet du géant du VTC, évoquant la suspension du "surge pricing" en soutien à un mouvement protestataire anti-Trump a déclenché un "bad buzz" sur les réseaux sociaux. L'occasion de revenir sur l'efficience économique d'un tel principe de tarification.

C'est le tweet de trop. Outre-Atlantique, une vaste campagne anti-Uber a démarré suite à un message posté par la multinationale du VTC (voitures de transport avec chauffeur) dimanche dernier. Ce message disait en substance "la pratique de prix dynamiques ("surge pricing" en anglais) a été suspendue à l'aéroport JFK. Cela peut rallonger les délais d'attente. Merci d'être patient".

Un message qui a malencontreusement été interprété comme une façon de contourner le mouvement protestataire lancé la veille au soir par les taxis. Ceux-ci avaient en effet décidé de ne plus prendre en charge de passagers à JFK, pour protester contre le décret de Donald Trump interdisant l'accès du pays à certains ressortissants étrangers. Et avaient invité tous les chauffeurs (taxis ou non) à faire de même.

Vaste campagne de suppression de l'application

Il n'en fallait pas plus pour que les réseaux sociaux s'emballent et que le hashtag #DeleteUber devienne l'un des plus partagés sur Twitter. Si bien que l'application américaine concurrente Lyft est passée devant le géant du secteur dans le classement sur l'Apple Store des applications gratuites les plus téléchargées.

Pourtant, Travis Kalanick, le patron de l'entreprise valorisée près de 70 milliards de dollars avait très tôt fait part de son soutien aux chauffeurs qui pouvaient être touchés par cette mesure "injuste". Oui mais voilà. Travis Kalanick fait partie d'un groupe de conseil du nouveau président américain. Alors il a eu beau tenter de rattraper le coup, en annonçant la création d'un fonds de trois milliards pour venir en aide aux conducteurs qui seraient affectés par ce décret, cela n'a pas changé la donne. La polémique n'a pas désenflé et les utilisateurs ont continué à se désabonner du service. A tel point que Travis Kalanick a annoncé jeudi renoncer à faire partie de ce comité de conseil.

Nombreux sont les usagers qui ont ainsi décidé de se tourner vers la concurrence, comme l'américaine Lyft, valorisée 5 milliards. La polémique a même traversé l'Atlantique et profité à des jeunes pousses françaises comme Chauffeur Privé, qui a elle aussi vu le nombre de téléchargements bondir.

Le "surge pricing" permet d'équilibrer l'offre et la demande

Pourtant, si Uber avait réellement voulu casser la grève des chauffeurs de taxi, l'application aurait justement mis en place le "surge pricing", son système de variation des prix en fonction de la demande. Car si cette méthode est parfois mal comprise voire dénoncée de part et d'autre de l'atlantique, il semble que ce soit la méthode la plus efficiente pour réguler le marché. C'est en tout cas la conclusion d'un chercheur américain de l'Université de Chicago, qui a pris l'exemple de deux soirs de forte affluence (un concert et la soirée du Nouvel An) où la demande de voitures avec chauffeur est importante. Selon lui, l'algorithme d'Uber majorant le prix des courses en cas de forte demande permet en effet d'équilibrer l'offre en conséquence. Il explique ainsi que la hausse de prix, incitative pour les chauffeurs, conduira en revanche certains clients à se tourner vers un mode de transport alternatif. La demande diminuera donc d'autant. Ce qui permettra à Uber de garantir aux autres - les usagers prêts à payer plus - la disponibilité d'une voiture en moins de cinq minutes. C'est-à-dire de tenir sa "promesse" initiale.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :