Véligo : comment la région Île-de-France finance le nouveau vélo électrique

 |   |  651  mots
2.500 Véligo sont d'ores et déjà disponibles dans 250 points de location disséminés partout en Île-de-France.
2.500 Véligo sont d'ores et déjà disponibles dans 250 points de location disséminés partout en Île-de-France. (Crédits : © William BEAUCARDET - Ile-de-France Mobilités)
Partant du principe que trois quarts des trajets quotidiens en Île-de-France font moins de cinq kilomètres, le conseil régional lance ce mercredi 11 septembre un service de location longue durée de vélo électrique et mise sur 200.000 utilisateurs. Il a déjà débloqué 60 millions d'euros pour 10.000 deux-roues et peut encore sortir 10.000 vélos de plus si besoin pour 50 millions d'euros supplémentaires.

[article publié le 11 septembre 2019 à 11h15, mis à jour le 11 septembre 2019 à 16h52 avec les annonces de Valérie Pécresse sur la subvention]

Après le métro aux couleurs bleus d'Île-de-France Mobilités (IDFM, ex-STIF), le vélo bleu, fabriqué dans l'Aube près de Troyes. Lancé ce mercredi 11 septembre par le conseil régional en délégation de service public, Véligo est un vélo en location longue durée qui fonctionne comme un transport public. Il est donc éligible à la prise en charge à 50% par l'employeur, dans le secteur privé depuis début 2019 et dans la fonction publique dès le 1er janvier 2020.

A la différence des deux-roues en free floating ou des Vélib' en libre-service, celui-ci fonctionne via un abonnement de six à neuf mois non-renouvelable.

« Il doit servir au plus grand nombre », justifie Laurent Raffin, le président de Fluow, le groupement lauréat, composé de La Poste, Transdev, Vélogik et Cyclez. « 200.000 Franciliens pourront le tester pendant leurs déplacements. »

Au bout du cinquième mois, l'utilisateur sera orienté, par mail, vers un système d'aides à l'acquisition, sans pour autant pouvoir acheter celui qu'il loue. En moyenne, un vélo électrique coûte 1.500 euros. Ce matin, Valérie Pécresse a annoncé la mise en place d'une aide de 500 euros. Pour la financer, une enveloppe de 12 millions d'euros sera votée cet hiver lors du budget 2020.

60 millions d'euros pour 10.000 vélos à louer

2.500 Véligo sont d'ores et déjà disponibles dans 250 points de location disséminés partout en Île-de-France : dans les bureaux de poste bien sûr, mais aussi chez les vélocistes indépendants ou dans les boutiques des réseaux partenaires comme Décathlon. D'ici à la fin de l'année 2019, 10.000 devraient être déployés, pour un coût de 61 millions d'euros pour IDFM.

L'opérateur de transporteurs francilien peut en outre activer deux options de 5.000 vélos supplémentaires chacune, soit 15.000 ou 20.000 Véligo maximum, ainsi qu'une troisième de 500 vélos-cargos, aussi utiles aux parents qu'aux artisans et aux livreurs. Dans ces cas précis, le coût global serait de 110 millions d'euros.

Ces dépenses s'inscrivent dans le cadre du « plan vélo » lancé par Valérie Pécresse à peine élue et doté de 200 millions d'euros d'ici à 2021 (date des prochaine élections régionales, Ndlr), dont 21 dans le budget 2019. D'après la présidente de la région, citée par Le Parisien, qui a réalisé, au printemps dernier, un point d'étape, 64 millions ont déjà été investis, notamment pour financer 178 kilomètres de pistes cyclables « en site propre ». Ces voies réservées viennent s'ajouter à 413 kilomètres de zones partagées, soit un total de 591 kilomètres.

78% des trajets franciliens font moins de 5 kilomètres

IDFM a également créé 7.000 places de stationnement dans une centaine de gares et stations du réseau, soit une quarantaine d'emplacements en moyenne équipés de prises électriques et de casiers pour les casques. Il s'agit soit d'espaces en libre accès mais abrités, soit d'espaces fermés et vidéoprotégés accessibles grâce au Pass Navigo mais moyennant un abonnement supplémentaire.

La maintenance revient à l'exploitant Fluow, qui compte 26 salariés et bientôt 45. Le mandataire La Poste, qui compte 20.000 vélos à assistance électrique (VAE) depuis 2008, travaille déjà avec le spécialiste Vélogik, de même qu'avec Cyclez, formateur de salariés à la conduite de VAE.

Aujourd'hui, 78% des 40 millions de trajets quotidiens en Île-de-France font moins de 5 kilomètres, selon Stéphane Beaudet, vice-président du conseil régional chargé des transports. La région revendique en outre d'être la première dans le monde à déployer un si grand nombre de vélos électriques en location longue durée sur un tel territoire.

Lire aussi : "La mobilité est la clé d'entrée du grand débat national" (Stéphane Beaudet, région IDF)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/09/2019 à 12:11 :
Il y a tout de meme une petite question qui se pose, 60 millions pour 10 000 vélo représente tout de même un cout de 6 000 euros par vélo.
Auprès de qui la région achète t elle ses vélos puisqu'il est indiqué dans l'article qu'en moyenne un vélo électrique coute 1 500 euros, ou va la différence de 4 500 euros ?
a écrit le 11/09/2019 à 10:38 :
Vu que vous ne l'indiquez pas je suis allé voir et c'est 40 balles par mois les gars !!! On est vraiment très loin d'un tarif incitatif, on y arrivera jamais avec une telle mentalité.
Réponse de le 11/09/2019 à 11:35 :
40 € par mois dont 20 payés par l'employeur, pour avoir un vélo d'une valeur de 2 à 3000 euros cela me parait correct.

C'est moins cher qu'un pass navigo et beaucoup moins cher qu'une voiture ou même un scooter.
Réponse de le 11/09/2019 à 17:16 :
"40 € par mois dont 20 payés par l'employeur"

C'est mieux mais c'est encore élevé certes les vélos électriques sont chers mais on se demande bien pourquoi les prix ne baissent pas plus alors qu'il s'en vend de plus en plus, on parle de vélos là et pas de Twizzy qui elle est à 200 euros par mois alors que les 40 lui iraient bien mieux...

Ensuite il est vrai qu'à Paris les salaires sont plus élevés mais vu le prix des loyers ou au mètre carré...
Réponse de le 11/09/2019 à 18:17 :
40€ par moi, c'est moins qu'un abonnement aux transport en commun. Ça ne me paraît pas tres cher pour un vélo électrique (480€ par an, mais la location est limité à 6-9mois). Ça me paraît un excellent moyen de tester le vélo électrique avant d'en acheter un. J'ai un VAE depuis 4 mois et j'en suis super content. 2x15km par jour et beaucoup de temps de gagner par rapport à la voiture !
Réponse de le 12/09/2019 à 8:56 :
"480€ par an"

C'est le prix d'un vélo électrique premier prix, vous avez tous des notions de prix plutôt très étranges...

Ensuite les gars si vous gagnez 4000 balles par mois je comprends que pour vous cela ne soit pas cher hein mais en attendant vous n'êtes pas dans les normes salariales françaises, vous êtes bien au dessus !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :