L'application Geovelo ambitionne d'être le "Waze du vélo"

 |   |  740  mots
Premier marché de l'application Geovelo : l'Ile-de-France
Premier marché de l'application Geovelo : l'Ile-de-France (Crédits : DR)
SÉRIE D'ÉTÉ - Innovation touristique 1/3 | Avec Geovelo, éditeur d'une application de calcul d'itinéraires pour les cyclistes, La Tribune entame sa seconde série d'été consacrée à l'innovation touristique en région Centre Val de Loire. Notre titre s'intéressera également à deux autres projets mêlant nouvelles technologies et patrimoine, Visit&Sens développant des visites sensorielles de lieux, et les Sources de Caudalie qui proposeront à l'été 2020 un site d'œnotourisme d'exception proche du château de Cheverny.

L'émergence de Geovelo il y a onze ans est le fruit de la rencontre entre Benoît Grunberg, gérant associatif autour du développement des transports multimodaux (trains, vélos), et Gaël Sauvanet, jeune diplômé de Polytech Tours. Ce dernier est l'auteur d'une thèse de doctorat à l'université tourangelle François Rabelais portant sur la réalisation d'une centrale de mobilité à destination des cyclistes.

Créateur en 2008 de sa propre société, la Compagnie des mobilités, Benoit Grunberg fait venir à ses côtés l'ingénieur pour transformer son sujet de thèse en réalité économique. D'abord sous forme de site web, Geovelo a intégré les univers propres aux téléphones portables iPhone en 2010, puis Android en 2012. Restait à offrir aux cyclistes des informations fiables afin d'optimiser et de sécuriser leur parcours. Ces datas proviennent des collectivités territoriales elles-mêmes. Fonctionnant sur le mode collaboratif, à l'instar de l'application Waze pour les automobilistes, Geovelo remonte également les informations de ses utilisateurs, permettant ainsi d'améliorer les trajets.

Geovelo

Le duo Grunberg-Sauvanet concepteur de Geovelo

À la clé de ces échanges dont la fiabilité est validée par l'éditeur via des caméras immersives, des services de GPS pour les cyclistes qui permettent en temps réel de calculer leur itinéraire, mais aussi d'être alerté des incidents sur la chaussée et des déviations. Outre des statistiques sur les performances des cyclistes (temps de parcours, etc.), Geovelo propose également une rubrique tourisme avec un panel de ballades au sein des villes et de leurs alentours.

Dans ce cadre, la vie de l'itinérant à vélo est notamment facilitée par des informations sur les sites de dépannage ou les moyens intermodaux mis à disposition dans certaines gares. Démonstration concrète de son utilité, l'application est intégrée depuis peu au réseau Vélo routes, qui recense les voies vertes à l'échelle de l'Hexagone, représentant plus de 5.000 km en 2019.

Déjà une vingtaine de clients

Avec 200.000 téléchargements annoncés à la fin du premier semestre, Geovelo mesure le chemin accompli. Pionnière des applications de calculs d'itinéraires cyclistes, la plate-forme a lancé le mouvement sur un secteur en plein boom. Les déplacements à vélo, non polluants, connaissent un développement exponentiel au sein des grandes agglomérations, mais aussi des métropoles de taille intermédiaire.

De plus en plus sensibles à la nécessité de faciliter la mobilité douce sur leur territoire, une vingtaine d'entre elles ont déjà signé des contrats de prestations avec la Compagnie des mobilités. L'ile de France, mais aussi Rennes, Nantes, Toulouse, Genève, Orléans et Tours, sont ainsi présentes sur Geovelo. Benoit Grunberg et Gaël Sauvanet visent désormais les cités de l'Est (Metz, Nancy, Strasbourg) et du Sud de la France (Marseille, Montpellier, Toulon) pour étendre le maillage de l'application.

Parmi leurs arguments de vente, la mise à disposition d'un tableau de bord, intégrant des cartes précises, qui permet aux clients de maîtriser et développer leur stratégie de déplacements dont le vélo devient un élément clé. Après avoir réalisé 500 000 euros de recettes l'année dernière, le duo, qui emploie dix salariés, compte de façon ambitieuse quadrupler son chiffre d'affaires en 2020.

Adaptation aux parcours de travail

Le marché numérique du vélo, encore émergent, n'en suscite pas moins un fort engouement de la part des acteurs du secteur. Les startups sont désormais une dizaine en Europe à proposer des applications de calculs d'itinéraires, comme Bike Citizens en Autriche, sans oublier Google Maps. Ce contexte concurrentiel conduit Geovelo à innover.

La Compagnie des mobilités intègre déjà les disponibilités des parcs de Velib à Paris (Smovengo), de Velo'v à Lyon et Bicloo à Nantes (JF Decaux) sur son application en échange de recettes complémentaires. Nouveau créneau qui verra le jour au second semestre, une offre à destination des entreprises souhaitant favoriser les trajets à vélo de leurs employés.

Intégrant notamment des challenges entre les salariés cyclistes, la nouvelle fonctionnalité sera en test à la rentrée sur l'ensemble des sites de l'équipementier SKF. En cas de succès, la Compagnie des mobilités, basée à l'espace Mame à Tours et à la Station F dans le 13e arrondissement parisien, pourrait recruter quelques profils sur la partie entreprise de son activité.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :