Vinci Airports pousse les compagnies aériennes à mettre des capacités pour booster les réservations

Vinci Airport, gestionnaire de 45 aéroports dans le monde dont 11 en France a rouvert hier les aéroports de Nantes-Atlantique et de Lyon. Dans un entretien à La Tribune, Nicolas Notebaert, directeur général de Vinci Concessions et Président de Vinci Aiports, détaille sa vision du redémarrage du transport aérien après la crise du Covid-19. Pour lui, les compagnies aériennes doivent désormais mettre des capacités en ligne pour permettre aux passagers de réserver. Il estime que, si les restrictions sont levées, les compagnies devraient pouvoir remettre en service 75 à 80 % de leurs capacités cet été. Nicolas Notebaert donne également sa vision du trafic intérieur français avec le repli annoncé du groupe Air France.
Fabrice Gliszczynski

6 mn

(Crédits : DR)

LA TRIBUNE - Comment Vinci Airports a traversé l'arrêt quasi-complet du transport aérien mondial ?

NICOLAS NOTEBAERT - Notre première priorité a été d'assurer la continuité du service public. Nos aéroports n'ont pas fermé. Ils ont participé pleinement à l'effort de lutte contre la maladie avec l'organisation de vols sanitaires et le transport de matériels médicaux dont plusieurs millions de masques.

Autre priorité : la poursuite des travaux de rénovation sur nos aéroports, en synergie avec les équipes d'Eurovia et VINCI Construction Grands Projets. Les pistes des aéroports de Rennes et Toulon-Hyères ont été achevées et les chantiers ont avancé à Belgrade ou Santiago du Chili. Pour les travaux programmés un peu plus tard, certains seront reportés pour préserver les liquidités des aéroports concernés, notamment ceux qui portent sur une augmentation des capacités aéroportuaires. Ce qui ne signifie pas qu'ils sont remis en cause. A Lisbonne par exemple, la construction du nouvel aéroport de Montijo est maintenue, mais son ouverture, prévue initialement d'ici à fin 2022, est un peu décalée. Nous maintenons bien sûr les investissements en lien avec la réduction de l'empreinte carbone. Enfin, ces dernières semaines nous avons également préparé la reprise, en déployant les nouvelles mesures sanitaires permettant d'assurer le retour des équipes et des passagers dans les meilleures conditions.

Sur le plan social, pour pallier la chute de l'activité, une grande partie des salariés a été placée au chômage partiel dans les pays dans lesquels des accompagnements ont été mis en place comme la France, le Portugal ou la Serbie. Dans les pays où le régime social est différent  nous avons dû lancer un plan de départs volontaires pour adapter nos effectifs à l'activité. Mais, d'une manière générale, l'enjeu principal n'était pas de baisser nos effectifs. Il y a beaucoup de sous-traitance sur nos aéroports et nos effectifs ne sont pas très nombreux. Au Portugal par exemple, sur les dix aéroports que nous gérons, Vinci Airports compte seulement 1 260 collaborateurs.

Rencontrez-vous des problèmes de liquidités sur vos actifs aéroportuaires ?

Non. Pour préserver nos liquidités, nous avons réduit nos dépenses d'exploitation et reporté les investissements de capacités qui devaient débuter au deuxième semestre ou dans quelques mois. Sur les aéroports que nous avons financés avec un fort effet de levier nous avons levé des lignes de crédit. Nous avons parfois levé une ligne de crédit supplémentaire, comme à Londres Gatwick pour un montant de 300 millions de livres.

Après près de trois mois d'inertie, le transport aérien redémarre progressivement. Vinci Airports a rouvert les aéroports de Nantes et Lyon ce lundi 8 juin et les vols entre la France et le Portugal suivront le 15 juin. Êtes-vous confiant sur la capacité de vos aéroports à "récupérer" les réseaux qui étaient les leurs avant cette crise ?

Cette crise qui frappe le transport aérien n'est pas une crise de la demande. C'est une crise liée aux restrictions de voyages à cause de l'épidémie de Covid-19. Le redémarrage est difficile car les gouvernements ne donnent pas beaucoup de visibilité concernant la levée de ces restrictions. En Europe par exemple, nous devinons que les frontières des pays de la zone Schengen vont s'ouvrir prochainement mais nous ne savons pas quand exactement. Tant qu'il n'y a pas ces levées de restrictions aux voyages, il est difficile d'y voir clair.

En tout cas, l'amélioration de la situation sanitaire en Europe et en Asie va permettre la levée de ces restrictions et la mise en place de programmes de vol qui vont déclencher les réservations. Certaines compagnies anticipent néanmoins l'ouverture aux frontières. Nous observons deux types de comportements chez les compagnies aériennes : celles qui mettent de la capacité et celles qui sont très malthusiennes. Or la bonne réponse, à notre sens, est de mettre des capacités en ligne pour répondre à la demande. Nous sommes dans un secteur où l'offre crée la demande. Il faut la tester en mettant de l'offre et montrer aux clients qu'il n'y a pas de problème à prendre l'avion.

A court terme, il faut mettre de la capacité pour que les gens réservent. Les vacances sont un moment important de liberté pour les Européens. Nous pouvons espérer de bons remplissages des avions en juillet et août. Si les restrictions sont levées, je pense que les compagnies devraient pouvoir remettre en service 75 à 80 % de leurs capacités. Si la demande ne suit pas, il sera toujours possible d'ajuster les choses. La ligne Paris-Toulon par exemple a rouvert. Il faut mettre de la capacité. Le Var est une destination très demandée.

A moyen terme, le choc économique pourrait avoir un effet sur la demande Nos réseaux étaient bien structurés jusqu'ici. Nos vols ne sont pas subventionnés, nos flux de trafic ne sont pas artificiels. A terme, je suis donc confiant sur le fait que nos réseaux se rétablissent.

HOP, la filiale régionale d'Air France, va arrêter son activité à Orly et sur les lignes transversales pour se concentrer sur l'alimentation des hubs de Roissy-Charles de Gaulle et Lyon. Qu'en pensez-vous ?

Le gouvernement a annoncé la suppression à venir des routes aériennes sur lesquelles il existait une alternative ferroviaire en moins de 2h30. Il ne faut pas confondre cette mesure qui ne concerne pas l'essentiel du réseau français et la restructuration du groupe Air France. Les régions sont mal reliées entre elles et sont très dynamiques. Elles ont besoin de liaisons aériennes directes. Si le groupe Air France décidait de se retirer des lignes transversales, je ne doute pas que d'autres compagnies viendraient se positionner, car il y a une demande. Avec le TGV, Lyon n'a pas de problème dans sa relation avec Paris. Mais la ville a besoin d'une grande connectivité vers l'Europe. S'il y a une limite de capacité, d'autres sauront prendre la place.

Lire aussi : Air France va tailler à la hache dans son réseau domestique

Pour accompagner la reprise, plusieurs compagnies aériennes ont demandé des exemptions de redevances aéroportuaires pendant un certain nombre de mois. Certaines ont même prévenu que cela serait un élément de choix des aéroports au moment de la reprise. Qu'avez-vous fait ?

Tout le secteur est touché et pas seulement les compagnies aériennes. Il faut que tous les acteurs soient aidés par la puissance publique. Les aéroports n'ont pas eu de recettes en avril et en mai. Je ne vois pas comment ils pourraient aider d'autres acteurs qui eux aussi n'ont pas eu de revenus pendant cette période. En revanche nous sommes prêts à réfléchir à des partenariats commerciaux et marketing pour le redémarrage. Encore faut-il que la demande soit au rendez-vous. Pour le savoir, il faut remettre de l'offre.

Lire aussi : Pour la reprise, Ryanair et Easyjet privilégieront les aéroports qui feront des cadeaux sur les redevances

Lire aussi : Restructuration d'Air France, compétitivité des aéroports, consolidation : le cocktail explosif qui menace la connectivité aérienne des régions

Fabrice Gliszczynski

6 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 9
à écrit le 09/06/2020 à 18:59
Signaler
Je pense qu'on utilisera plus d'aéroports dans le futur et des avions plus petits, et surement sans pilote, un aéroport proche à 50/70 km des parkings abordables donnera plus envie de voyager ét cerise sur le gâteau des temps d'attente très très cour...

à écrit le 09/06/2020 à 16:09
Signaler
VINCI observe d’un œil gourmand le départ (l’éjection ?) d’Air France du réseau domestique. Ils pourront ainsi faire un meilleur lobbying auprès des compagnies étrangères (devinez lesquelles !), sans doute plus réceptives qu’Air France. Cela les a...

à écrit le 09/06/2020 à 14:57
Signaler
A l’attention de Fabrice G. Rédacteur en chef de la rubrique aéronautique : Quel piètre musicien ce Président de Vinci Airports ! Il a des milliards pour acheter des aéroports à l’international mais quand il y a un grain de sable dans son busine...

à écrit le 09/06/2020 à 14:13
Signaler
Quel piètre musicien ce Président de Vinci Airports ! Il a des milliards pour acheter des aéroports à l’international mais quand il y a un grain de sable dans son business plan, il n’hésite pas à faire la manque pour demander des subventions publiq...

à écrit le 09/06/2020 à 10:12
Signaler
Le secteur aérien est un bon indicateur de ce que sera le "Monde d'après". Vu ce que Vinci Airport envisage pour le futur, il y a tout lieu d'être pessimiste. Je ne doute pas un instant que les affaires vont reprendre, en pire.Il va bien falloir redo...

le 09/06/2020 à 11:26
Signaler
Effectivement, la cupidité de l'homme est telle que l'on ira jusqu'au bout du système, et à un moment donné l'élastique pétera.

à écrit le 09/06/2020 à 9:02
Signaler
Au repli du groupe Air France sur les vols nationaux suivra nécessairement une attrition de son activité MC /LC, à l'instar des autres compagnies historiques. Ce sera enfin l'occasion d'un sursaut de courage de la parts de ses dirigeants pour se mett...

à écrit le 09/06/2020 à 8:55
Signaler
Et voilà comme on est incapable de générer de nouvelles idées on "investit" sans cesse dans la vieille économie gaspillant massivement ses forces et ressources.

le 09/06/2020 à 23:14
Signaler
Ou i, Citoyen blasé, pour se redresser après la catastrophe il faut de nouvelles idées ou quelque chose du même genre; Un exemple, le PIAF. On part d'un ensemble de dispositions qui a été initié il y pas mal d'années et fignolé pendant plusieurs...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.