Marsans France repart sur de nouvelles bases

 |   |  422  mots
Restructuré en 2008, le tour-opérateur s'est recentré sur ses destinations phares après avoir perdu un tiers de ses salariés.

Filiale du tour-opérateur espagnol Marsans (4,4 milliards d'euros de chiffre d'affaires), Marsans France bénéficie d'une forte indépendance. Aussi, quand l'entreprise a été victime en 2006-2007 de cyclones à répétition et d'un trop grand éparpillement en termes de destinations, elle a dû compter sur ses propres forces pour redresser la pente.

La filiale la plus importante du groupe Marsans s'est recentrée sur ses destinations les plus rentables, les Caraïbes et les pays d'Europe de l'Est. La République dominicaine fait partie de ses bastions. « Nous y avons amené 50.000 touristes en 2008, explique le directeur général de Marsans France, Bruno Gallois. Il s'agit d'un tourisme de volume, mais pas de masse. Les gens y vont en vacances, pas en voyage. C'est en République dominicaine qu'est né le tout-compris et c'est nous qui l'avons lancé. Aujourd'hui, ce ? all inclusive ? gagne progressivement tous les marchés. » En dépit d'une offre réduite, le chiffre d'affaires 2008 est resté identique à celui de 2007, à 139 millions d'euros. Marsans France a parallèlement réduit de façon drastique ses effectifs en 2008, passant de 200 à 130 salariés, et renouvelé, fin 2008, à 60 % son comité de direction.

régionalisation

Marsans France mise plus que jamais sur la régionalisation, déjà entamée avant la restructuration. Le tour-opérateur vient de lancer un vol régulier Marseille-Punta Cana sans escale. Nantes, Toulouse et Lyon bénéficient déjà de lignes Marsans long-courriers à destination de la République dominicaine. « Il s'agit d'un véritable atout. Sur un séjour d'une semaine, le client ne veut pas perdre du temps dans des escales fatigantes », remarque Bruno Gallois.

Quatrième acte de la réorganisation, Marsans France met en place depuis le début de l'année une nouvelle stratégie privilégiant le marketing. Un changement radical par rapport au fonctionnement des tour-opérateurs, qui font habituellement la part belle au service production. Les produits sont maintenant construits en fonction des attentes et des moyens financiers des clients, les hôtels choisis par le service marketing.

La crise mondiale a cependant durement frappé Marsans France en fin d'année 2008 (? 25 % de réservations). Les premiers chiffres de 2009 semblent indiquer un redressement. « J'ai réservé pour cet été le même nombre de sièges d'avions que l'année dernière, annonce Bruno Gallois. Nous réfléchissons même à augmenter notre offre sur les destinations où nous sommes leaders, en la segmentant pour répondre aux besoins des sportifs, des familles, des personnes âgées, etc. »

Gérard Tur, à Marseille

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :