15 milliards pour "la conversion écologique", référendum... : les principales annonces de Macron à la Convention climat

 |   |  841  mots
(Crédits : CHRISTIAN HARTMANN)
Lors du discours de la Convention climat à l'Élysée, Emmanuel Macron a annoncé retenir toutes les propositions de ce collectif de citoyens, sauf trois. Certaines seront discutées à l'Assemblée nationale.

Il devait donner sa "première réponse" aux 150 citoyens réunis pour la Convention climat. C'est chose faite depuis ce lundi avec une salve de propositions retenues par Emmanuel Macron, lors d'un discours prononcé à l'Élysée. Lancée dans la foulée de la crise des Gilets Jaunes et de la contestation de l'augmentation de la taxe carbone, cette initiative démocratique d'un nouveau genre intervient également au lendemain du scrutin des municipales de 2020 marqué par un niveau d'abstention historique, mais aussi en plein dans la crise économique liée au Covid-19.

Dans ce contexte, le chef de l'Etat a annoncé avoir retenu 146 des 149 propositions formulées, conformément au "contrat moral" qui le liait à la Convention citoyenne. Il a toutefois invoqué des "jockers" pour en recaler trois.

Lire aussi : Convention climat: le Medef regrette certaines mesures "extrêmes"

110 km/h, taxe sur les dividendes : ce qui a été rejeté par l'exécutif

Trois propositions ont donc été recalées, à commencer par la limitation de la vitesse à 110 km/h sur les autoroutes. "J'ai présenté beaucoup de grands plans très ambitieux qui ont parfois été résumés en une mesure ou une petite phrase. Et ce serait profondément injuste que votre travail soit résumé à une mesure", a justifié le président.

Macron a également écarté l'instauration d'une taxe de 4% sur les dividendes afin de ne pas "décourager l'investissement".

Concernant une autre mesure proposée par la Convention, un moratoire sur l'accord commercial UE-Canada (Ceta), M. Macron a déclaré: "je vous réponds, continuons à évaluer".

De même, "telle que proposée la rédaction pour le préambule menace de placer la protection de l'environnement au-dessus des libertés publiques, au-dessus même de nos règles démocratiques", estime M. Macron. "Il est essentiel de ne pas mettre un droit de la nature au-dessus des droits humains".

15 milliards pour "la conversion écologique"

Parmi les propositions validées, Macron a annoncé que "15 milliards d'euros supplémentaires sur deux ans seront injectés pour la conversion écologique de notre économie". "Nous allons mettre en place un fonds de transformation écologique de notre économie dans le plan de relance", a-t-il précisé.

"Vous préconisez d'instaurer un moratoire sur les nouvelles zones commerciales en périphérie des villes. Allons-y", a-t-il dit.

Estimant qu'il fallait "faire en sorte d'inscrire ce terme dans le droit international pour que les dirigeants" puissent rendre "compte", il s'est engagé à porter "ce combat au nom de la France dans des instances multilatérales". Un groupe de suivi sera créé pour réfléchir à la façon de l'inscrire en droit français.

Lire aussi : Référendum sur l'écocide: « Il faut faire confiance aux Français »

Vers un référundum en 2021?

Le chef de l'Etat a également ouvert la porte, sur la base de l'article 11 de la Constitution, à un référendum en 2021 avec plusieurs questions sur des textes de loi issus des propositions de la Convention, même si cette dernière ne l'a pas explicitement demandé.

Emmanuel Macron envisage aussi un autre référendum, sur la base cette fois de l'article 89, et à condition que l'Assemblée nationale et le Sénat se mettent d'accord, qui pourrait porter lui sur la réécriture de l'article 1er de la Constitution pour "introduire les notions de biodiversité, d'environnement, de lutte contre le réchauffement climatique".

"Je veux que toutes les propositions qui sont prêtes soient mises en oeuvre au plus vite", a affirmé M. Macron, en indiquant que certaines seront "abordées lors d'un prochain Conseil de défense écologique (...) d'ici fin juillet".

Des mesures figureront dans le plan de relance "économique, écologique et social", qui sera "soumis au parlement dès la fin de l'été".

"Par ailleurs, un projet de loi spécifique sera présenté à la fin de l'été. Il intègrera vos mesures finalisées dans les prochaines semaines et d'autres, qui méritent d'être encore affinées ou complétées", a ajouté M. Macron. Des groupes de travail vont être mis en place dès mardi à cet effet et le président de l'Assemblée nationale Richard Ferrand recevra les membres de la Convention "dès le mois prochain".

La réforme attendue du CESE

En parallèle, le gouvernement va mettre en place des consultations avec les associations d'élus et d'autres sujets devront être défendus à "l'échelon européen, parfois international", a souligné M. Macron, qui se rendra le 17 juillet à Bruxelles au Conseil européen.

Enfin, les membres de la Convention feront un point "chaque mois" avec le gouvernement sur l'avancée des travaux.

"Il y aura d'autres conventions citoyennes (...) sur d'autres sujets", a promis M. Macron. Pour ce faire, "une réforme du Conseil économique social et environnemental sera présentée au prochain Conseil des ministres, qui fera du CESE la chambre des conventions citoyennes", a-t-il ajouté.

Lire aussi : La Convention citoyenne veut un référendum pour inscrire le climat dans la Constitution

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/06/2020 à 16:37 :
proposer un référendum qu'il sait ne pas pouvoir faire (dixit Philippe) pour des raisons constitutionnelles est une imposture de plus: c'est de l'enfumage çà ne sera pas de sa faute mais celle de la Constitution aujourd'hui moins vert que moi tu meurs Fessenheim est fermée l'électricité de remplacement vient d'Allemagne à partir du CHARBON ou de la LIGNITE cherchez l'erreur
a écrit le 30/06/2020 à 15:32 :
Les boites françaises ont des rentabilités ridicules par rapport aux USA et ils veulent taxer les dividendes ...:) Cette élite fonctionnarisée est à changer de toute urgence !!! La France est devenue moins riche que l'Irlande en PIB / tête, en seulement 30 ans , alors que cette même Irlande était le pays le plus pauvre de l'UE début 90. Il faut mettre des gens intelligents au sommet , des stratèges , comme Xavier Fontanet l'ancien PDG d'Essilor et pas des idiots qui ne comprennent rien à l'économie et dont le seul but est la réélection de leur petite personne.
Réponse de le 01/07/2020 à 8:08 :
Tant que la création monétaire fonctionnera on ne changera rien
Un écroulement du site est presque souhaitable pour nous ramener sur terre

En attendant les dettes s accumulent
a écrit le 30/06/2020 à 14:57 :
il y a urgence de protéger l agriculture raisonnée au détriment de l agriculture industrielle ! vont ils le faire? hélas les gros profits de l agroalimentaire freinent ! tous les français recherchent la qualité. de l hexagone et non de l importation de malbouffe (ceta gafa .)
Réponse de le 30/06/2020 à 18:06 :
Pendant ce temps ;

9 accusés vont être traduits en justice dans une affaire de "travail dissimulé" et de "traite d'êtres humains", en Champagne. 6 personnes et 3 entreprises seront jugées de mercredi à vendredi par le tribunal correctionnel de Reims. Elles sont soupçonnées d'avoir fourni à des viticulteurs champenois de la main d'oeuvre agricole, essentiellement des migrants, employée dans des conditions indignes. Les prévenus personnes physiques, responsables de sociétés prestataires de services agricoles et travailleurs indépendants intervenant dans la Marne et l'Aube, sont poursuivis notamment pour "travail dissimulé aggravé et recours au service d’une personne exerçant un travail dissimulé aggravé", "emploi d'étrangers sans titre", "conditions d’hébergement indigne" et "traite d’êtres humains".Selon le récit des enquêteurs de l'Office central de lutte contre le travail illégal (OCLTI), en charge de l'enquête avec les gendarmes de la SR de Reims et des groupements de la Marne et de l'Aube, ces ouvriers viticoles, dont certains se trouvaient en situation irrégulière, étaient soumis à des cadences quotidiennes éprouvantes et percevaient une rémunération "insignifiante". Certains d'entre eux ne recevaient même aucun salaire."Le scénario était bien rodé" explique Sylvie Ody, présidente du Comité contre l'esclavage moderne, partie civile, qui accompagne trois victimes afghanes d'une trentaine d'années. La main d'oeuvre "était recrutée dans des camps de migrants ou dans des Centres d'accueil pour demandeurs d'asile (Cada). Les ouvriers partaient en camionnettes de Paris, d'Amiens ou de Chartres vers la Champagne où ils étaient hébergés dans des conditions inacceptables", détaille-t-elle."Ils étaient entassés à quinze ou vingt par pièce dans un hébergement insalubre, sans accès à l'hygiène, mal nourris, travaillant plus de douze heures par jour pour une rémunération insignifiante voire inexistante pour certains d'entre eux", souligne-t-elle. Au terme des investigations, soutenues par l'inspection du travail et la Mutualité sociale agricole, 338.000 euros d'avoirs criminelles ont été saisis.
a écrit le 30/06/2020 à 14:57 :
il y a urgence de protéger l agriculture raisonnée au détriment de l agriculture industrielle ! vont ils le faire? hélas les gros profits de l agroalimentaire freinent ! tous les français recherchent la qualité. de l hexagone et non de l importation de malbouffe (ceta gafa .)
a écrit le 30/06/2020 à 13:11 :
Et dans l'autre article :

C'est à ne plus rien y comprendre. Recevant les 150 membres de la Convention citoyenne pour le climat à l'Élysée, Emmanuel Macron a adressé une fin de non-recevoir à leur mesure-phare: l'interdiction des passoires thermiques. Il s'agit de ces 5 à 15 millions de logements classés F et G, c'est-à-dire consommant beaucoup trop d'énergie et dont les factures affectent le pouvoir d'achat de leurs occupants.
Ah,ah,ah
a écrit le 30/06/2020 à 12:49 :
15 milliards pour "la conversion écologique"....alors que pour la revalorisation des salaires du personnel hospitalier 300 millions !
Cherchez l'erreur...
Quant on pense déjà au coût de l'immigration de plus de 6 milliards (cours des comptes ) et j'en passe sur d'autres sujets...la France est devenue" le tonneau des danaïdes" !
Il est a se demander si ceux qui nous gouvernent on les pieds sur terre !!!!!
Vive Jupiter !
a écrit le 30/06/2020 à 10:13 :
150 personnes représentatives de la société française? Première mesure présentée , réduire à 110 kmh la vitesse sur autoroute rejetée à 75% par les français . Cherchez l'erreur de représentativité de ces manipulés de notre génie présidentiel !
a écrit le 30/06/2020 à 9:57 :
Aucune inquiétude tant que cela ne va pas a l'encontre d'une décision de Bruxelles, sinon un simple gain de temps permettra d'en faire l'oublie!
a écrit le 30/06/2020 à 8:42 :
Tout se perd dans ce pays, avant la convention c'etait là où on votait la mort du roi
a écrit le 30/06/2020 à 8:20 :
Comment peut-on laisser un groupe de personnes sélectionnées de manière plus que discutable, sans compétences spécifiques concernant les problèmes du climat et de l'environnement, en arriver à "imposer" à Macron des règles futures ? Cela est complètement aberrant. Je croyais que les lois de la France étaient à l'initiative du Parlement.
Réponse de le 30/06/2020 à 8:53 :
il me semble bien que ce sont des personnes "aux competences specifiques"
qui nous ont amenées, depuis des decennies, au bord du chaos....
a écrit le 30/06/2020 à 7:20 :
On engage un nouveau chantier, mais on ferait bien de finir ce qui est commencé, notamment la réforme des retraites; tout cela est couteux, malsain, inefficace!
a écrit le 30/06/2020 à 4:30 :
Cent cinquante participants à une convention citoyenne sur soixante sept millions de citoyens où ces derniers n'ont pas eu un mot à prononcer, ne sont pas représentatifs d'une démocratie, même pas d'un sondage.
Nul ne sait comment ces participants ont été sélectionnés pour être nominés « élus ». Nul ne sait comment s'est fait désigner le chef d'orchestre et nul ne sait dans quel creuset tous ces figurants ont été puisés. Et c'est un institut de sondage qui a organisé la manoeuvre, pas les communes de France ni un collectif d'électeurs représentatifs des régions, des métropoles et des provinces. Chapeau bas...

Le résultat est un nauséeux simulacre. Encore une vessie de loup qui cherche à se faire passer pour une lanterne.

Ce n'est pas un coup de canif porté aux chambres d'élus de la République, députés et sénateurs déjà en surnombre ni aux maires.
Non c'est un véritable coup de poignard qui leur est donné par le premier magistrat du pays qui préfère établir une nouvelle élite dissoluble dénommée convention. Et que l'on se garde bien de faire un rapprochement avec l'énormissime et célèbre convention de la révolution de 1789.

Le summum de la piperie est de vouloir faire croire au plus grand nombre que des propositions seront soumises à référendum.
Oui il manquait bien cela au souverain Macron pour que la pantomime atteigne des sommets de ridicule alors que bien d'autres sujets nettement plus graves et importants auraient dû être soumis depuis longtemps à la souveraineté populaire... alors que la souveraineté populaire devrait être agrandie et gravée dans le marbre.

Le roi a dit !!!
Mais le peuple reste inexistant pour le roi. C'est ce genre de machiavélisme qui a fait guillotiner Louis XVI.

Il y a des similitudes qui ne trompent pas. Il a raison de deviner qu'il y aura un monde d'après... mais se doute t'il un seul instant que ce ne sera pas son monde et que les français finiront par se l'inventer sans lui.

Là où l'autorité de l'Etat aurait dû et devrait être forte, il n'y a plus d'autorité censée et plus d'Etat.
Là où le peuple doit et veut se faire entendre, il y a tentatives systématique de musellement et de contournement.
Là où la souveraineté populaire devrait s'exercer, on ne trouve qu'une cacophonie de quelques roitelets imbus d'un pouvoir discrétionnaire et usurpateur.
Là où des promesses se font ne reste qu'un terrain en friche que rien ne vient rendre productif.
Là ou des règles simples, claires et raisonnables devraient s'appliquer, n'existe qu'un foisonnement de mesures contradictoires voire même discriminatoires.
Non, non, non et non.
Quelqu'un peut il encore ajouter foi à ces mascarades ?
a écrit le 30/06/2020 à 4:08 :
Argent miracle ? Non, impots futurs.
a écrit le 29/06/2020 à 19:53 :
" à commencer par la limitation de la vitesse à 110 km/h sur les autoroutes".

Il a d'ailleurs été applaudis par les même qui avaient proposés cette mesure, allez comprendre.
a écrit le 29/06/2020 à 19:50 :
Il les.prends ou ses miliards Macron?
Il me fait peur .. chez BlackRock ???
Réponse de le 29/06/2020 à 22:50 :
Pourquoi tant de naïveté à moins que ce ne soit de la naïveté feinte ? Les milliards seront pris dans nos poches pardi. Si ce n'est pas par les impôts, ce sera par les taxes. Le cantonnement de cette dette COVID dans la CADES fera que nous le paierons par un rallongement de la durée de la CRDS. L'argent qui sort comme un lapin du mouchoir du prestidigitateur n'existe que pour les crédules. Mais crédule ou pas, la facture sera elle bien réelle.
a écrit le 29/06/2020 à 19:07 :
Ça me fait penser aux pochette surprises des gamins... Plus sérieusement qu'en pensent les architectes du changement, en l'espèce les puissantes directions techniques du passé sont regrettées..
a écrit le 29/06/2020 à 18:27 :
150 plus Macron 151 plus un référendum d homme plus 15 millards 120% du pib 150 ans pour rembourser bonjour les impôts ??
a écrit le 29/06/2020 à 18:15 :
Je viens de faire 600km de l'A1 puis A10 des centaines et des centaines de camions étrangers .une taxe comme le fait l'allemagne et la suisse pour exonerer la taxe à l'essieu de nos transporteurs exagonaux serait une bonne mesure .Les portiques sont là, yaka. Pour le reste la dictature ecolo basta
a écrit le 29/06/2020 à 17:58 :
Et aller encore 15 milliards. Il n'y a plus de limite à la dépense.

Il vit dans quel pays ? le problème des Français aujourd'hui c'est les millions de chômeurs qui vont être officialisés , de commerçants au bord de la faillite, d'industries en déroute.
A quoi servent nos 577 députés et centaines de sénateurs si 150 français tirés au sort suffisent.
a écrit le 29/06/2020 à 17:15 :
C’est merveilleux, la planète est sauvée, le climat n’a que bien se tenir. Macron a accepté presque toutes les propositions de la convention climat, il a donc compris la « leçon » mais je demande si quelqu'un s’est amusé à chiffrer l’impact sur le climat que vont avoir les 150 propositions sur le réchauffement climatique. Va-t-on avoir 0,4 ou 0,5 degré Celsius en moins ? Mais non, suis-je bête, puisque le problème est mondial et que le climat n’a pas de frontière, si les autres pays ne font rien ou si peu ça ne va rien changer en France, on va toujours mourir de chaud. Il faudrait donc peut-être envoyer Macron gouverner les Chinois car je suis sûr qu’avec ses conventions citoyennes où les propositions sont « soufflées » par des hommes à lui, la Chine deviendrait, comme va devenir la France, un exemple en matière de « transition écologique ». Bref ce n’est pas gagné, non seulement parce que les conventions citoyennes sont des âneries destinées à redorer l’image du président mais aussi, bien sûr, parce qu’il n’y a pas dans ces propositions la moitié du quart de ce qu’il va falloir faire. Donc, quand Macron sera enfin éliminé, il faudra continuer à réfléchir (surtout au niveau mondial) et à choisir des solutions en fonction de leur efficacité, en établissant des priorités et en faisant appel à des experts et non pas à des quidams tirés au sort qui, peut-être sans en être conscients, servent de faire-valoir au président.
a écrit le 29/06/2020 à 16:58 :
taxer les engrais des agriculteurs, super proposition!!. Cette mascarade va détruire notre filière agricole et notre autotomie alimentaire. Dans 20 ans tous les français mangeront du Blé made in USA.
Réponse de le 29/06/2020 à 18:50 :
La France importe en fait environ 350 000 tonnes de blé par an, souvent des variétés très riches en protéines venues d'Allemagne ou des États-Unis. Elles permettent d'élaborer certaines farines, pour le pain de mie par exemple.
a écrit le 29/06/2020 à 15:39 :
Aucune inquiétude tant que cela ne va pas a l'encontre d'une décision de Bruxelles, sinon un simple gain de temps permettra d'en faire l'oublie!
a écrit le 29/06/2020 à 15:32 :
IL s'use sur une stratégie politique que tout le monde voit, tandis qu'il va chercher du côté des électeurs du RN en s'appuyant sur un soit disant "communautarisme" et maintenant du côté des écologistes avec un vert qui s'est largement pâli ces trois dernières années sous la cupidité des mégas riches qu'il sert, son parti lui est en lambeaux. Aucun mot pour ceux qui se sont allés au casse pipe ?

C'est comme s'il n'en avait absolument rien à faire des soldats de son parti qui pourtant se sont copieusement sacrifiés pour lui, à croire que l'amour propre n'est certainement pas un des éléments demandés pour intégrer les LREM. Visiblement seul la place de président l’intéresse mais à trop négliger son environnement il est évident que c'est celui qui sera face à lui qui remportera la partie.

Je reste pour l'instant sur mon analyse d'une oligarchie qui veut le RN pour 2022, Macron étant déjà totalement cramé ils misent sur l'effet "nouveauté" si on peut appeler cela comme ça.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :