Convention climat : le Medef regrette certaines mesures "extrêmes"

 |   |  373  mots
(Crédits : CHARLES PLATIAU)
L'organisation patronale a salué le travail effectué par les 150 citoyens de la Convention climat mais s'inquiète aussi des nouvelles contraintes qui pourraient peser sur les entreprises en difficulté. Emmanuel Macron doit recevoir cette assemblée le 29 juin prochain pour donner une suite à ces propositions.

Le Medef a salué dimanche soir le "sérieux" du travail fourni par la Convention citoyenne pour le climat, mais juge que certaines propositions sont "extrêmes" et déplore le manque de chiffrage des mesures dévoilées.

"Nous étions assez dubitatifs au début. Le boulot a été fait sérieusement, nous avons été agréablement surpris par le sérieux du travail mené", a commenté à l'AFP Patrick Martin, président délégué de l'organisation patronale.

Lire aussi : La Convention citoyenne veut un référendum pour inscrire le climat dans la Constitution

Il évoque "des bases de discussion" et attend de voir "quand on rentrera dans le détail": "il n'y a pas de chiffrage", a notamment déploré M. Martin, ajoutant que, "à un moment ou à un autre, ces propositions auront un coût".

"Au cas par cas, certaines propositions sont extrêmes", a-t-il estimé, évoquant l'interdiction de certains vols intérieurs, "surtout quand on connaît la situation d'Air France" et le fait que certains territoires sont enclavés.

Patrick Martin a également exprimé sa satisfaction concernant le retrait de la proposition de réduire le temps de travail à 28 heures par semaine: "c'était un chiffon rouge, un suicide économique et social, il a été évacué".

Lire aussi : La Convention citoyenne pour le climat rejette les 28 heures, approuve l'écocide

La Convention citoyenne pour le climat a demandé l'introduction de la lutte contre le réchauffement climatique dans la Constitution, ainsi que la création d'un crime "d'écocide" par référendum, renvoyant l'exécutif et le Parlement à leurs "responsabilités" pour l'application des autres mesures, certaines radicales, adoptées après neuf mois de travaux.

Le chef de l'Etat recevra les 150 citoyens de la Convention le 29 juin.

Parmi les propositions figurent la réduction de la vitesse sur l'autoroute de 130 à 110km/h, un encadrement fort de la publicité, avec interdiction des panneaux dans l'espace public extérieur et de la pub pour des produits à fort bilan carbone - comme les gros véhicules type SUV -, ou encore de lourdes taxes sur l'alimentation ultra-transformée et l'interdiction des semences OGM.

Lire aussi : « La Convention citoyenne pour le climat est déjà un succès » (Thierry Pech)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/06/2020 à 15:25 :
Superbe !
150 zozos qui possèdent la science infuse ont été capables en deux coups de cuiller à pot de pondre 149 propositions géniales alors que leur Chef Suprême manque tellement d'inspiration et de vision qu'il doit demander à trois présidents d'assemblée de lui en fournir.
Pour l'instant, il n'y a que 149 propositions. Voici la 150ème : inscrire dans la Constitution, en plus de l'écocide, le DECONNOCIDE.
Tout coupable de connerie devra comparaître devant une cour de justice (à créer avec XXX fonctionnaires, etc.) pour déconnocide.
Il y a déjà 150 inculpés potentiels.
a écrit le 23/06/2020 à 7:37 :
La mesure la plus vicieuse proposée est la modification de la constitution. Elle risque en plus d'être retenue pour marquer un quinquennat très mal embarqué. Elle ne suscitera même que peu d'opposition en soignant un peu la rédaction du texte.
A partir de là tout sera permis et la bêtise de l'écologisme sectaire et borné pourra continuer à scléroser et à détruire le pays en toute légalité.
a écrit le 23/06/2020 à 0:12 :
Rocard voulait que l'on travaille 4 jours car il fallait 1 personne pour 5ieme jour.
Aubry a dit 35 heures, on a grignoté sans faire 1 emploi, on on n'a pas pu grignoter ça a été la bérézina (hôpital...)
Aujourd'hui 28 heures, l'expérience n'a pas été salutaire. On reste avec de vieilles lubies.
a écrit le 22/06/2020 à 20:57 :
Enfin un peu d'audace qui émerge de ce monde sclérosé. Dommage que la réduction du temps de travail ait été retirée. Cela nous aurait donner du temps pour pouvoir prendre plus de temps et s'occuper des siens, jardiner, voyager à vélo, tricoter, cuisiner, méditer et regarder pousser les champignons.
Réponse de le 23/06/2020 à 11:19 :
Et tout ça, au frais du contribuable !!! Monde de Bisounours et de fainéants !!! Pendant ce temps là, les usa et la Chine nous boufferont....
Réponse de le 23/06/2020 à 16:52 :
Oui, vous aurez le temps de faire tout cela… dans la misère et le sous-développement ! Vous pourrez aussi aider l’écologie en ne vous chauffant plus l’hiver par exemple : de toute façon vous n’en aurez plus les moyens. De même pour les transports : le billet coûtera bien trop cher, puisque vous n’aurez plus de travail. Ce que nous préparent les ayatollahs verts dans leur délire, c’est tout simplement le sous-développement et la fin de notre civilisation. Chinois, Indiens, Américains, Russes et autres, auront repris le flambeau. Ils viendront visiter notre pays musée, et nous jeter des bananes et des cacahuètes !
a écrit le 22/06/2020 à 17:58 :
L'hystérie des ayatollahs de l'écologie continue ! Ce qu'il faut comprendre, c'est que ces personnes, en réalité, nourrissent une haine féroce contre tout ce qui continue notre société. A partir de là, tout s'explique. il faut mettre tout le monde au pas, sous divers prétextes bidons. Haine de l'automobile, symbole de la liberté et éventuellement de la liberté individuelle (insupportable !), qui doit donc être obligatoirement détruite. Malins quand même, ils utilisent la technique de la grenouille dans la casserole d'eau que l'on fait chauffer: tant qu'elle n'est pas bouillante, tout va bien, après... c'est trop tard ! Aujourd'hui c'est 110 km/h, mais ça ne sera jamais assez: après ce sera 90, ou 80... On veut aussi limiter le périphérique à 50, mettre des feux rouges... le but: faire vivre l'enfer à ceux qui auront le malheur d'aller travailler en voiture. Il faut que les citoyens disent: maintenant, les délires , ça suffit !
a écrit le 22/06/2020 à 15:18 :
Cette concertation citoyenne à pris l'air d'une juridiction POPULISTE! Il faut absolument un référendum, sachant déjà que 84% des français sont contre l'abaissement de la vitesse sur autoroute à 110 km/heure.
a écrit le 22/06/2020 à 14:08 :
Le patronat est trop sympa avec ce tissu d'aneries... Cela ne leur ressemble pas !
Réponse de le 22/06/2020 à 18:11 :
Si il peut faire des économies de clim dans les immeubles, il va pas se gêner.
a écrit le 22/06/2020 à 13:55 :
On ne le dira jamais assez, la Convention citoyenne pour le climat est une absurdité et ce d’autant plus que ce genre de dispositif risque d’être utilisé pour d’autres sujets que le climat. Jusqu'à présent le Président décidait en menant une politique et en prenant certaines mesures et on le jugeait sur ce qu’il avait fait, sur son bilan. Certains pourraient dire que Macron, dont c’est pourtant le « métier », ne sachant pas quelles mesures adopter pour le climat a choisi de faire appel à cette convention citoyenne pour le tirer d’embarras mais c’est pire que ça. La convention citoyenne a la particularité de faire croire que le Président est à l’écoute du peuple puisqu'il y a toujours, parmi toutes les propositions, quelques-unes qu’il jugera utile de retenir, mais c’est une tromperie car, bien sûr, c’est lui qui décide in fine, surtout de ne pas retenir tout ce qui le contrarie vraiment. Macron, contesté par beaucoup, a donc volontairement choisi cette solution de convention citoyenne pour être réélu (sa principale préoccupation) et les syndicats et autres opposants croient bêtement qu’en acceptant ça ils vont forcer le Président à prendre certaines mesures qui les intéressent mais qui, à priori, n’étaient pas naturellement celles de Macron. Ils ont peut-être en partie raison, bien que ces fameuses mesures pourraient être prises après son départ (dans 2 ans ?) ou même, s’il s’agit de mesures urgentes, sans convention citoyenne et sans référendum, mais ils oublient qu’en se prêtant à ce jeu de la convention citoyenne ils confortent Macron dans son rôle de Président « à l’écoute de la Nation », donc dans son poste, et que, s’ils ont quelques petits « résultats », peut-être grâce à l’organisation d’un référendum ou 2, Macron, lui, grâce aux conventions citoyennes, risque de s’éterniser. De plus Macron, en utilisant ce subterfuge, pourra facilement dire, surtout si des référendums sont organisés (reste à savoir sur quels sujets), qu’il n’a fait que respecter la volonté de la majorité de ses concitoyens. Cette manière de gouverner en utilisant le leurre des conventions citoyennes devrait donc être condamnée et interdite car ce n’est pas de la démocratie participative mais une manière habile et trompeuse de se « moquer du monde ».
a écrit le 22/06/2020 à 10:07 :
On attend que notre medef déplore la mesure extrême de voler les richesses du monde pour les entasser dans les paradis fiscaux, ensuite ils seront plus audibles plutôt que leurs messes infâmes et incessantes.
a écrit le 22/06/2020 à 8:53 :
"déplore le manque de chiffrage des mesures dévoilées" espérons qu'ils les ont calculés, les chiffres pour les 150 mesures, c'est pour ça qu'ils ont réfléchi, réduire le CO2 national ! Et le méthane ils y ont réfléchi aussi ? Ce que les vaches émettent, je crois, c'est deux fois plus impactant que ce que tous les véhicules à pétrole provoquent (mais c'est pas le même gaz), il faudra donc interdire la publicité sur la viande et tous dérivés, jambons, etc. :-)
Le bonus/malus à 110g CO2, c'est bizarre, sorti d'où ? Un expert leur a soufflé ? C'est le seuil 2020, ça manque d'ambition, il faut prévoir 85g, ce que génère ma 208.
Travailler 28h c'est pour ménager la planète ? Leur temps libre les gens cultivent leur jardin, lisent des bouquins ou font vrombir leur moteur sur les routes ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :