En 2020, plus du quart de l'énergie consommée en France vient des renouvelables

 |  | 240 mots
Lecture 1 min.
Les filières éolienne et solaire ont largement contribué à la hausse de la contribution des énergies renouvelables dans la consommation électrique en France en 2020.
Les filières éolienne et solaire ont largement contribué à la hausse de la contribution des énergies renouvelables dans la consommation électrique en France en 2020. (Crédits : iStock)
La contribution des énergies renouvelables dans la consommation électrique hexagonale a augmenté en 2020, principalement tirée par l'éolien et le solaire. La France reste très dépendante du nucléaire dans sa production d'électricité.

Les énergies renouvelables ont continué leur progression et fourni plus du quart de l'électricité consommée en France l'an dernier, selon un bilan publié par le Syndicat des énergies renouvelables (SER)  avec d'autres partenaires, dont les réseaux de transport (RTE) et de distribution (Enedis) d'électricité.

Une contribution en hausse

"Les énergies renouvelables ont participé à hauteur de 26,9% à la couverture de la consommation d'électricité de France métropolitaine au cours de l'année 2020", indique le rapport.

Lire aussi : En France, un scénario 100% énergies renouvelables est techniquement possible

C'est une progression de près de quatre points par rapport aux chiffres de 2019 (23,1%), qui "s'explique par une production renouvelable historique de 120,7 TWh (hausse de 10,4% par rapport à 2019) et par une baisse de la consommation du fait de la situation sanitaire".

Les parcs hydraulique et éolien

Dans le détail, la production a été surtout tirée par la filière éolienne (+17,3%) et hydraulique (+9,3%).

La puissance totale du parc renouvelable installé a également poursuivi sa progression l'an dernier, atteignant 55.906 MW fin 2020, en hausse de 2.039 MW. Cette progression a été tirée par l'éolien (+1.105 MW) et le solaire (+820 MW).

C'est toutefois toujours le parc hydroélectrique qui domine le paysage français même si sa puissance est restée quasi stable.

Hors renouvelables, la France dépend encore très largement du nucléaire pour la production de son électricité, avec une part supérieure à 70% ces dernières années.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/02/2021 à 17:58 :
au texas aussi
toute arme est a double tranchant surtout quand les pbs sont mal etudies pour des raisons ideologiques
a écrit le 24/02/2021 à 11:23 :
Visiblement, les commentaires demandent plusieurs jours pour être validés et quand je parle de plusieurs jours, cela veut dire jamais. Mon commentaire du 23/02/2021 à 18h11 est toujours en cours de validation! seuls les commentaires élogieux sur les articles sont-ils validés? merci de le préciser car dans ce cas ce n'est pas la peine de perdre son temps à lire les articles de la Tribune et éventuellement à les commenter surtout quand il s'agit d'articles de pure propagande proposés par l'AFP!
a écrit le 24/02/2021 à 10:33 :
Attention au titre de l'article, il s'agit du quart de la consommation d'énergie électrique, et non pas de l'énergie globale consommée. Les 100 % d'énergie renouvelable ne seront possible que si la consommation électrique de chacun baisse de 50% d'ici 2050. Or, si l'on se réfère à la croissance exponentielle de la consommation électrique que l'on constate aujourd'hui, cet objectif est intenable, et le maintien de l'énergie nucléaire un leurre. Plus dure sera la chute....
a écrit le 24/02/2021 à 10:16 :
Pour autant que je sache, les totaux annuels de chaque filière ne sont pas connus à cet instant puisque le rapport mensuel RTE de décembre n'est pas encore publié. D'autre part, en ces temps perturbés par covid, l'importation d'électricité éolienne espagnole a joué un rôle important cet hiver. L'Allemagne a aussi tenu son rôle de bouée de sauvetage en nous fournissant une électricité plus carbonée car le vent a été un peu capricieux cette année en Europe tempérée. Comme il est prévisible sur un tel article, les réactions de lecteurs sont polarisées par le conflit EnR vs. nucléaire.
Il serait toutefois utile de signaler que la crise sanitaire pose de gros problèmes à la production de centrales en général (y compris nucléaires) alors que les renouvelables y sont très peu sensibles. Enfin, si on décidait la construction d'un EPR aujourd'hui, celui-ci ne produirait pas le moindre watt avant 2032, c'est donc à cette échéance qu'il faut faire des comparaisons. Rien que pour les renouvelables financées par l'UE, on est entre 400 et 450 GW d'ici 2030, alors que l'hydrogène devrait électrolyser environ 90 GW à cette échéance. Que ces projets se fassent en France ou chez nos voisins ne change rien pour le consommateur puisque les excédents de nos voisins seront importés à très bas prix, même si cela doit conduire à baisser la production nucléaire en France puisque elle ne peut pas être vendue sous 20€/MWh .
Dans tous les cas, l'équation est terriblement défavorable pour nos vieilles centrales.
a écrit le 24/02/2021 à 9:51 :
Pas faux mais, admettons que 25% de l'électricité consommée soit renouvelable il y a 13% pour les barrages, 7% pour les quelque 8000 éoliennes et le reste se partage entre le solaire, les méthaniseurs.. Méfions nous des récents exemples du Texas et de la Californie, l'électricité de base doit provenir de centrales pilotables.
Réponse de le 24/02/2021 à 12:53 :
Moi ce qui m'affole c'est de voir un tel investissement dans l'éolien et que toutes ces fichues éoliennes qu'on voit maintenant partout produisent si peu. Imaginez le coup de fonctionnement lorsque les générateur seront a remplacé et les roulement aussi? Cette énergie est totalement inutile au vu des chiffre et va devenir un gouffre financier avec le vieillissement du parc...
a écrit le 23/02/2021 à 18:11 :
Il faut attendre le dernier paragraphe pour avoir une information globale objective: Le nucléaire fournit toujours plus de 70% de l'énergie électrique française.
Pour le reste, il faut remarquer que pour les renouvelables, l'auteur ne parle qu'en puissance installée et en progression en puissance installée du parc éolien ou solaire. Jamais il ne parle de l'énergie produite qui est pourtant le point essentiel, ou alors en l'amalgamant avec l'hydraulique seule filière renouvelable pilotable et sur laquelle on peut compter. Il aurait fallu détailler parmi les 120TWh d'énergie produite la part de l'éolien et du solaire pour avoir une information objective qui aurait réellement éclairé le lecteur. Remarquons au passage que la puissance renouvelable installée en France est presque égale à la puissance nucléaire installée 56GW pour les renouvelables contre 61GW pour le nucléaire: les objectifs de ramener le nucléaire à 50% sont donc atteint en puissance installée.
Mais mettre dans le même sac, l'hydraulique pilotable avec l'éolien et le solaire intermittent et aléatoire est à la limite de la désinformation; c'est vrai qu'en ne parlant qu'en puissance installée et en ne donnant pas le détail des productions éoliennes et solaires sur les 120TWh produits, l'escroquerie intellectuelle passe presque inaperçue!
Réponse de le 24/02/2021 à 13:30 :
Je me suis fait la même remarque en lisant l'article, qui mélange allègrement (à dessein j'imagine) puissance et énergie: la puissance installée du parc renouvelable (hydraulique, éolien, photovoltaique) est équivalente à celle du parc de centrales nucléaires; or la quantité d'énergie renouvelable produite est, elle, pratiquement 3 fois inférieure à celle produite par l'electronucléaire... ce qui démontre à l'évidence l'avantage énorme du second en terme de disponibilité et de facteur de charge. Et, accessoirement, devrait pousser les journalistes spécialisés en énergie à apprendre ce qu'est un diagramme de Ragone...
a écrit le 23/02/2021 à 16:41 :
On veut nous faire croire que l'éolien et le solaire est notre futur alors que cela n'est qu'un pis aller individuel et local!
Réponse de le 23/02/2021 à 17:27 :
Tout comme le nucléaire civil dans le monde qui a amorcé sa régression en passant même derrière l'hydraulique !
a écrit le 23/02/2021 à 16:38 :
Merci de corriger le titre par : En 2020, plus du quart de l'électricité consommée en France vient des renouvelables et pas En 2020, plus du quart de l'énergie consommée en France vient des renouvelables
Ce n'est pas du tout la même chose !!!
Réponse de le 23/02/2021 à 17:26 :
Très bonne correction !
En effet , l'électricité constitue une énergie secondaire qui nécessite d'être ... fabriquée !
Dans notre bouquet énergétique final , l'électricité représente environ 25% (à 70% issue du nucléaire) avec un pétrole qui continue de garder le haut du pavé malgré les beaux discours.
En cause , les secteurs des transports très énergivores (route et aérien) et de l'agriculture (intensive) très éloignés d'une nécessaire DECARBONATION ...
Réponse de le 23/02/2021 à 20:11 :
J'allais le dire ! Encore un titre (volontairement ?) fallacieux.
Réponse de le 24/02/2021 à 9:32 :
Du coup, ce serait plutôt le quart (25 % de l'électricité )du quart de l'énergie finale consommée (25% = part de l'électricité dans l'énergie totale consommée). En période covid avec une réduction de la consommation et la priorité d'injection donnée aux énergies renouvelables. Bref un chiffre pas très représentatif au final

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :