Le pétrolier norvégien Equinor renonce à forer dans la Grande Baie australienne

Le britannique BP avait renoncé à ses projets dans la Grande Baie en 2016 et l'américain Chevron avait fait de même l'année suivante.

1 mn

(Crédits : Nerijus Adomaitis)

Le groupe norvégien Equinor a annoncé mardi l'abandon de ses projets d'exploration pétrolière dans la Grande Baie australienne, devenant ainsi le troisième géant énergétique à renoncer à forer dans un secteur à la très riche biodiversité.

L'entreprise a estimé que ce projet, qui avait pourtant obtenu il y a deux mois le feu vert du régulateur australien, n'était "pas rentable d'un point de vue commercial", au regard d'autres projets d'exploration.

"Equinor a décidé de renoncer à ses projets de forage du puits d'exploration Stromlo-1, car celui-ci n'est pas rentable", a annoncé dans un communiqué le directeur d'Equinor Australia, Jone Stangeland.

BP et Chevron avaient aussi renoncé

Le britannique BP avait renoncé à ses projets dans la Grande Baie en 2016 et l'américain Chevron avait fait de même l'année suivante.

Le ministre australien des Ressources Keith Pitt a estimé que cette décision était "extrêmement décevante", en particulier pour l'Etat d'Australie-Méridionale où le projet devait générer de nombreux emplois.

La sénatrice des Verts australiens Sarah Hanson-Young a quant à elle parlé d'une "énorme victoire" pour l'environnement, de même que pour les secteurs du tourisme et de la pêche en Australie-Méridionale.

La Grande Baie est une zone de vêlage pour les baleines franches australes et un sanctuaire pour le grand requin blanc, le grand cachalot, le lion de mer australien, l'albatros ou l'aigle pêcheur.

C'est déjà pour des raisons commerciales que le géant pétrolier britannique BP avait, à la surprise générale, renoncé en 2016 à son projet de forage dans la Grande baie, dans le cadre d'une révision de son programme global d'exploration.

1 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 3
à écrit le 25/02/2020 à 19:24
Signaler
"renoncer à forer dans un secteur à la très riche biodiversité" ah zut, si ça fait de l'emploi et donc de l'argent (business, etc etc), la biodiversité doit passer après, surtout si l'exploitant peut proposer de faire bien attention aux fuites et les...

à écrit le 25/02/2020 à 12:46
Signaler
On finira bien par saccager ce site quand cela deviendra rentable ....

à écrit le 25/02/2020 à 9:20
Signaler
Deuxième grosse crise que connaît le cours du brut en quelques années, en effet c'est quand même plus prudent parce que les facteurs à risques se multiplient et même s’enchaînent les uns après les autres sans parler de ce dumping social et fiscal mon...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.