Loop va implanter une usine de recyclage plastique près du Havre

La future taxe européenne sur les déchets plastique a des effets roboratifs sur l’investissement industriel. Le groupe canadien Loop Industries associé à Suez s’apprête à investir 250 millions d’euros dans l’estuaire de la Seine pour construire une usine qui produira du plastique 100% recyclé.

2 mn

L'usine sera située au coeur de l'un des plus grands complexes pétrochimiques français
L'usine sera située au coeur de l'un des plus grands complexes pétrochimiques français (Crédits : Loop Industries)

La nouvelle a été annoncée dans le cadre du sommet Choose France. Après avoir mis en concurrence « plusieurs dizaines de sites en Europe », la coentreprise récemment créée par le chimiste canadien Loop Industries et le français Suez a donc tranché. Sa future usine de recyclage de plastique verra le jour à une trentaine de kilomètres du Havre, au cœur du complexe pétrochimique de Port-Jérôme où une parcelle de 130.000 m2 lui a été réservée.

« Le site offre un emplacement stratégique pour le transport des déchets plastiques via la Seine depuis la région parisienne, et est idéalement situé pour approvisionner les grandes marques françaises de biens de consommation », expliquent les deux partenaires dans un communiqué.

A pleine capacité, l'installation dont la construction devrait démarrer en 2023 produira chaque année 70.000 tonnes de résine PET (polyéthylène téréphtalate) de qualité vierge à partir de matériaux 100% recyclés, apportés par Suez. De son côté, Loop y éprouvera sa technologie brevetée de dépolymérisation des déchets de plastique PET et de fibre de polyester.

Le nouvel horizon du recyclable

A la clef, un investissement de 250 millions d'euros et la création de 180 emplois dans la fabrication et l'ingénierie. Du pain béni pour la région Normandie mais aussi pour la France dont l'engagement de « 100% de plastique recyclable en 2025 » sera difficile à tenir sans de puissants investissements industriels. « Il s'agit d'une étape importante du développement des technologies de l'économie circulaire », s'est d'ailleurs félicitée la ministre de l'industrie Agnès Pannier Runacher.

Le site devrait aussi permettre à des fabricants français d'honorer les promesses inscrites dans leur feuille de route RSE. Certains ont déjà pris les devants. La co-entreprise a  signé des accords de pré-commercialisation avec Danone, L'Oreal et L'Occitane qui achèteront la résine vierge produite à Port-Jérôme. « La technologie innovante qu'ils proposent représente un tournant important et va nous aider à contribuer de façon significative à la résolution du problème croissant de la pollution plastique à l'échelle mondiale », commente David Bayard, Directeur R&D Packaging chez L'Occitane.

Quant à la mise à feu de l'usine, elle devrait intervenir en 2025. Elle sera située à un jet de pierre de la future gigafactory d'électrolyseurs d'Air Liquide qui vient d'obtenir son autorisation d'exploiter. A Port-Jérôme, le complexe pétrochimique né dans les années 60 amorce bel et bien sa transition vers l'économie décarbonée.

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.