Trottinettes et vélos électriques : le recyclage des batteries s'organise

 |  | 681 mots
Lecture 4 min.
En février, la FP2M avait prévu que, en 2020, le marché français des trottinettes électriques dans son ensemble (location, libre-service et vente) représenterait environ 200.000 engins à recycler et plus de 300.000 batteries.
En février, la FP2M avait prévu que, en 2020, le marché français des trottinettes électriques dans son ensemble (location, libre-service et vente) représenterait environ 200.000 engins à recycler et plus de 300.000 batteries. (Crédits : Sipa)
L'éco-organisme Screlec espère en recycler 50 tonnes en 2021, qui viendront s'ajouter à 30 tonnes recyclées en 2020. Le taux de recyclage pourrait avoisiner 70%.

C'est l'un des points noirs du bilan environnemental des trottinettes et des vélos électriques: la gestion de la fin de vie des véhicules et de leurs batteries, encore défaillante. En France, elle commence toutefois à s'organiser. L'éco-organisme Screlec, agréé pour la collecte et le recyclage des piles et des accumulateurs portables, vient en effet d'annoncer le lancement en France métropolitaine d'une filière volontaire de collecte et de recyclage des batteries utilisées pour la petite mobilité électrique. Son objectif est d'en collecter 50 tonnes dès 2021, qui viendront s'ajouter à la trentaine de tonnes déjà collectée en 2020.

Une convention tripartite signée en février

L'initiative est venue par les producteurs, les distributeurs et les loueurs eux-même, confrontés à des réglementations et à des exigences de...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :