Formation professionnelle : osons plus d'inégalités pour rendre le système plus juste

 |   |  656  mots
Joël Elkaïm (c) DR
Joël Elkaïm (c) DR (Crédits : Reuters)
Par sa connotation inégalitaire, l’idée d’une segmentation peut choquer. Selon Joël Elkaïm, associé responsable du secteur public du cabinet Deloitte, c’est pourtant une technique qui permettrait d’en finir avec l’actuelle inefficacité d’allocation des ressources de formation.

Le gouvernement a clairement exprimé sa volonté de recentrer la politique publique de formation professionnelle sur les publics les plus fragilisés vis-à-vis de l'emploi : les jeunes peu ou pas qualifiés, les demandeurs d'emploi, les salariés les plus exposés par les mutations économiques. Si l'urgence de la situation de l'emploi en France justifie amplement cette orientation, l'inscription de cette priorité dans la future loi sur la formation professionnelle et, sa mise en œuvre concrète demandent de s'attaquer à des questions difficiles.

Épargnons la complexité du système aux bénéficiaires

Instaurée en 1970, la formation professionnelle représentait en 2010 un investissement annuel de 32,5 milliards d'euros (13,1 ayant été versés par les entreprises) soit 1,6% du PIB et un marché composé d'environ 60.000 organismes.

Certes, le système de formation professionnelle est complexe : on peut déplorer sa lourdeur, son coût, son manque d'efficacité, etc. Une fois ces constats posés, reconnaissons que la complexité ne serait pas si problématique si les acteurs du secteur étaient seuls à en subir les conséquences. Or, elle pèse surtout sur les utilisateurs du système, en particulier sur les publics les moins bien armés pour faire progresser leur employabilité. La priorité consiste à simplifier l'accès à la formation et de rendre lisibles pour tous les bénéficiaires aussi bien les droits, que les offres et les possibilités de parcours.

Faire évoluer l'égalité vers la garantie de l'équité

Il est techniquement tout à fait possible d'améliorer le système existant. La première condition est d'accepter de mettre à distance le principe d'égalité du système de formation actuel. L'égalité poussée à l'extrême ne produit pas l'équité attendue. En effet, il bénéficie en premier lieu aux salariés les plus qualifiés : en 2010, toutes tailles d'entreprises confondues, 56% des cadres ont eu accès à des cours ou à des stages pour seulement 39% des employés et 35% des ouvriers. Les collaborateurs des entreprises de plus de 1000 salariés sont statistiquement favorisés : ils sont 59% à avoir bénéficié d'une formation en 2010, contre 24% dans les entreprises de 10 à 19 salariés. Dans nombre de ces petites structures, les droits à la formation ne sont pas utilisés tout simplement parce que personne n'a le temps de s'en préoccuper. Enfin, il est démontré que les jeunes sortis du...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/04/2017 à 12:22 :
Fessenheim: un effet de manche préélectoral . Une classe politique qui a bien du mal à comprendre que l'on ne doit plus pratiquer la politique de nos grands-pères. Les esprits sont suffisamment éclairés pour discerner les faits et les replacer dans l'espace temps. Doit-on y voir le message: " si vous votez pour X ce décret pourrait aboutir." Chacun sait qu'un décret n'a pas force de loi et que le moment venu il sera adapté à une situation bien arrêtée. Décidément le télescopage du calendrier prévisionnel à bien du mal à s'écarter d'un jeu d'influences. C'est peut-être de bonne guerre, mais ce n'est plus de nature à convaincre. Seuls les actes dûment entérinés sont de nature à espérance.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :