Energie propre : Bruxelles "recommande" d'investir 50 milliards d'euros supplémentaires

 |  | 324 mots
(Crédits : Mountain/Ash)
La Commission européenne appelle les pouvoirs publics, les entreprises et les chercheurs à se mobiliser d'ici 2020 pour le développement des technologies énergétiques à faible émission de carbone.

"Investir dans l'avenir", tel est l'objectif de la Commission européenne qui "recommande" d'augmenter de 50 milliards d'euros l'investissement dans le développement des technologies à faible émission de carbone d'ici à 2020. Elle avance trois raisons, les changements climatiques mais également la sécurité d'approvisionnement en énergie de l'UE et la compétitivité des économies des pays membres.

Dans son communiqué, la Commission indique que cet investissement reviendrait à quasiment tripler les investissements annuels dans l'Union européenne, pour passer de 3 à 8 milliards d'euros.

Mais "il est urgent d'investir davantage dans la recherche sur les technologies propres si l'Europe veut s'inscrire à moindres frais dans la voie qui sera ouverte lors de la conférence de Copenhague", explique Janez Poto?nik, commissaire européen chargé de la science et de la recherche. Il a ajouté qu'il est important "d'assurer la compétitivité de l'UE lorsque nous sortirons de la crise".

Avec cet investissement, la Commission souhaite ainsi avancer la mise en ?uvre du plan stratégique européen pour les technologies énergétiques (plan SET). Ce plan a été adopté en février 2008, il est pour la Commission le "pilier technologique de la politique communautaire de l'énergie et du climat".

Pour accompagner ce développement, la Commission annonce aussi le lancement d'un système d'information en ligne sur le plan SET appelé "Setis". Ce site permet de savoir "où en est l'Europe en matière de technologies propres?" et de "visiter le nouveau système d'évaluation en ligne de la Commission", selon le communiqué.

Dans cette perspective, différentes sources de financement, publiques et privées sont envisagées. Ces ressources pourraient ainsi soutenir un secteur industriel en pleine croissance et créer des emplois.

"La Commission veut faire du plan SET le tremplin vers une économie sobre en carbone, qui ne pourra devenir une réalité que si les acteurs publics et privés coordonnent leurs ressources de manière cohérente", a précisé Janez Potocnik.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Le travail humain n'est même pas accompli par une énergie propre: à preuve, la transpiration et autres m...s qu'il serait indécent de nommer ici

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :