Des PME béarnaises s'allient pour recycler des bouteilles en plastique

 |   |  329  mots
DR
DR (Crédits : lune de miel)
Un trio d'entreprises s'est entendu pour relocaliser la production d'un emballage alimentaire en le réalisant à partir des déchets de l'une d'entre elles.

L'initiative a été primée par le ministère de l'Environnement. Trois entreprises béarnaises ont décidé de coopérer pour faire en sorte que l'une d'entre elles fabrique pour le compte de la deuxième un produit issu des déchets de la troisième. « Nous sommes très impliqués en matière de croissance durable dont nous avons fait un ressort de notre développement. Jusqu'ici, nos déchets de PET [polyéthylène téréphtalate ou bouteilles plastiques] passaient par la filière classique du recyclage. Mais ils perdaient alors leur « alimentarité ». « Nous avons donc cherché une solution pour mieux les valoriser », explique le directeur de Rosckoplast, Jean-Luc Vidal, à l'origine de ce partenariat.

50 % de matière recyclée

C'est ainsi que Capsnap, injecteur souffleur, fabrique désormais depuis quelques semaines pour Famille Michaud Apiculteur (Lune de Miel) des flacons de PET à partir de déchets produits par Rosckoplast, filiale du groupe Cosfibel, spécialisée dans l'emballage transparent pour le secteur du luxe. Faute d'avoir pu réaliser tous les investissements nécessaires, les flacons ne sont, pour l'heure, constitués que de 50 % de matière recyclée. Ce qui en rythme annuel correspond à l'utilisation d'environ 30 tonnes de matière secondaire.

L'objectif des partenaires est de parvenir à y intégrer au final près de 90 %. « C'est techniquement possible. Nous y sommes parvenus lorsque nous en étions au stade de l'expérimentation. Nous y parviendrons industriellement en 2011. Ceci nous permettrait de recycler la moitié de nos déchets de PET », précise Jean-Luc Vidal pour qui cette initiative aura permis de relocaliser en Béarn une production réalisée jusque-là en Allemagne et en Espagne à partir de matière première venue de Taiwan.

Prochaine étape du dispositif : regrouper plusieurs autres acteurs de la région sensibles aux questions environnementales autour d'une coopération industrielle, qui viserait à élaborer un ou deux types de flacon qu'ils pourraient utiliser en grand nombre.

Frank Audonnet, à Bayonne

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :