Menaces judiciaires sur l'essor de l'éolien terrestre en France

 |   |  1311  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Aurélien Lyon)
Le procureur d'Argentan a ouvert une enquête préliminaire sur d'éventuelles "prises illégales d'intérêts" d'élus locaux lors de l'élaboration des zones de développement éolien (ZDE) dans le département de l'Orne. Si l'infraction était constatée, c'est tout le développement de l'éolien terrestre en France qui serait menacé. A l'origine de la plainte, deux associations.

Les temps sont durs pour l'éolien à terre. Dans de nombreuses régions, l'intrusion de ces moulins à vent modernes au beau milieu de paysages encore préservés suscite une opposition farouche, même s'il est rare qu'elle se traduise par des accusations passibles de poursuites pénales. C'est pourtant le cas dans l'Orne, où deux associations, la Brise des Fiefs et l'association de défense de l'environnement de la Région de Briouze et Rânes, accusent les élus de "prises illégales d'intérêts caractérisées" dans le cadre de l'élaboration des zones de développement éolien (ZDE).

Instaurées en 2005, elles sont créées par le préfet, sur proposition d'une ou plusieurs communes ou d'EPCI (établissement public de coopération intercommunale). Elles délimitent des périmètres de zones dédiées à l'éolien dont elles déterminent le potentiel. Il est possible d'obtenir un permis de construire pour des fermes éoliennes en dehors des ZDE et de vendre l'électricité produite sur le marché, mais seules les machines implantées en ZDE peuvent prétendre au tarif de rachat garanti 20 ans.

Ouverture d'une enquête préliminaire

Dans un courrier adressé au Préfet de l'Orne, au procureur de la République d'Argentan (Orne), au Premier ministre, aux ministères de l'environnement, de la Justice, de la Culture...les représentants de ces associations pointent "la participation à des délibérations municipales préalables à la constitution de ZDE, d'élus ayant des intérêts personnels ou familiaux dans les terrains concernés". Des terrains "sur lesquels des permis de construire seraient bientôt délivrés pour l'installation d'éoliennes".

Contacté par "latribune.fr", le procureur confirme avoir reçu ce courrier et nous informe de l'ouverture d'une enquête préliminaire visant à déterminer si les élus ayant participé aux délibérations ont tenté de les infléchir dans un sens qui leur est plus favorable. Dans cette optique, les procès-verbaux des délibérations doivent être examinés.

Selon l'issue de cette affaire, qui pourrait faire jurisprudence, c'est tout le développement de l'éolien dans le cadre réglementaire actuel qui pourrait se voir globalement compromis. Les opposants à la man?uvre dans l'Orne demandent l'annulation de toutes les ZDE pour lesquelles des élus propriétaires de terrains auraient participé aux délibérations préalables. Les éléments déclencheurs de cette plainte sont quasiment inhérents à la façon dont sont aujourd'hui constituées les ZDE.

Prouver l'intentionalité

Sur le plan purement administratif, la participation d'élus concernés par les terrains faisant l'objet de délibérations du Conseil municipal peut entraîner l'annulation de ces délibérations. Mais la prise illégale d'intérêts est un délit de nature pénale, dont la caractérisation fait débat, y compris parmi les avocats.

Principale pierre d'achoppement : la preuve de l'intentionnalité doit-elle ou non être apportée dans le cadre de participations d'élus à des délibérations concernant des terrains sur lesquels ils ont un intérêt ? Pour le procureur comme pour la direction générale de l'énergie et du climat (DGEC) du ministère de l'Environnement, la réponse est clairement oui.

Lecture très large de la prise illégale d'intérêts

Pour Arnaud Gossement, avocat en environnement (cabinet Gossement-Enckell), "il faut démontrer la réalité d'un profit financier direct et certain". Or "la signature d'une ZDE ne garantit pas l'enrichissement". En effet, la ZDE délimite un périmètre au sein duquel les éoliennes, qui pourraient y être installées bénéficieraient du tarif de rachat garanti, mais elle n'entraîne aucune autorisation d'installation de ces éoliennes. Pour être validé, un projet doit non seulement être situé en ZDE, mais aussi obtenir un permis de construire et les autorisations propres aux installations classées pour l'environnement (ICPE). "En Allemagne, il suffit de répondre aux exigences de l'IPCE, ce qui se fait en neuf mois, observe Fabrice Cassin, avocat en environnement (cabinet CGR Legal). Un permis de construire est inadapté pour une machine qui tourne".

D'autres avocats ont une analyse différente. Pour Philippe Petit, avocat au barreau de Lyon, auteur de "La prise illégale d'intérêts et comment s'en prémunir" (Territorial Editions), "tous les délits sont intentionnels sauf si la loi le prévoit autrement". La responsabilité est donc constituée du seul fait d'un intérêt quelconque dans une affaire dans laquelle on détient une responsabilité administrative ou un mandat électif. Quand bien même la décision prise serait conforme à l'intérêt public, sans qu'il y ait d'enrichissement personnel. "La prise illégale d'intérêts fait l'objet d'une lecture très large, et le juge peut l'interpréter plus largement encore", affirme ainsi Philippe Petit.

Un cas de figure très répandu

Considérant que les élus (auxquels il conseille également de ne pas prendre part aux délibérations) se trouvent dans une véritable impasse en raison d'un texte trop extensif, Philippe Petit a déposé avec certains confrères un projet de loi visant à exiger du juge qu'il démontre l'intérêt personnel (et non plus quelconque) pour caractériser la prise illégale d'intérêts.

Seuls les terrains sur lesquels seront implantés des éoliennes donneront lieu au versement de redevances à leurs propriétaires. La pression sur les prix des terrains (fermages et baux) est également réelle depuis l'instauration des ZDE. C'est lié notamment à leur concentration et à leur taille restreinte. "La politique suivie depuis 2005 conduit inévitablement à une valorisation du patrimoine", observe ainsi Fabrice Cassin. Comme ses confrères, il conseille également aux élus, en amont des définitions de ZDE, "de ne pas prendre part aux délibérations afin d'éviter toute situation potentielle de prise illégales d'intérêts". Et d'en apporter la preuve par un courrier de désistement.

Le problème, c'est que de nombreuses ZDE pourraient probablement être attaquées sur des motifs similaires : elles sont majoritairement situées autour de communes rurales, dans lesquelles de nombreux élus sont aussi propriétaires fonciers. Ajoutons à cela qu'elles bénéficient rarement de services juridiques aptes à les avertir de ces risques. Ces temps-ci, les ZDE font aussi l'objet de nombreux recours en annulation devant le juge administratif, au motif que le principe de participation du public (à leur élaboration) n'aurait pas été respecté.

Rien de surprenant si ces "nids à contentieux" concentrent les critiques non seulement des anti mais aussi des pro-éoliens. Ces derniers comptent sur le nouveau gouvernement pour les supprimer. Les futurs schémas régionaux climat, air et énergie (SRCAE), qui définiront des zones favorables à l'éolien, doivent être arrêtés conjointement par les Conseils régionaux et les préfets de région, ce qui minimise le risque pour un élu de se trouver en position potentielle de prise illégale d'intérêts. Mais, alors que les SRCAE sont attendus d'ici à septembre, seules deux régions sur vingt-deux semblent aujourd'hui en bonne voie.

2012 se présente mal

Or la filière française tourne déjà au ralenti. Dans l'attente d'une décision du Conseil d'Etat, une menace d'annulation plane sur l'arrêté tarifaire en vigueur depuis 2008, suite à un recours déposé par la fédération d'associations anti-éolien "Vent de colère" au motif que l'arrêté n'a pas fait l'objet d'une notification officielle à la Commission européenne en tant qu'aide d'Etat.

Aussi, les professionnels s'attendent à une année 2012 encore plus mauvaise que 2011. Les capacités installées avaient alors atteint 875 MW, ils n'évoquent plus que 400 MW pour 2012. Les objectifs du Grenelle de l'Environnement (19.000 MW d'éolien terrestre en 2020) supposent au minimum 1.350 MW installés par an.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/09/2013 à 16:48 :
Mon voisin a fait installer une éolienne d'environ 8 m de hauteur à moins de quatre 4 m de ma terrasse et à moins de 15 m de mon salon, salle à manger,cuisine et chambre.
Effets sonores incontestables qui depuis presque 2 ans empoisonnent mon sommeil.
Effets stroboscopiques insupportables qui se répercutent dans toutes mes pièces, m'obligeant à fermer mes volets.
Ceci est invivable et générateur de stress.
Pensez-vous que c'est cela l'avenir de l'éolien de particulier?...
Pourquoi les êtres humains sont si égoïstes et peu respectueux du voisinage?...
Inutile de parler des écolos qui cautionnent ce genre d'installation.
Je tiens à disposition de quiconque, vidéos et photos.
Cordialement à tous.
a écrit le 10/06/2012 à 21:51 :

Les éoliennes sont une solution illusoire au gaspillage énergétique.Il en faut 2000 pour remplacer UN réacteur classique.
.Les promoteurs veulent en placer près de 10000 en France ,soit en moyenne 100 par département. Or elles sont par nature sur les sites les plus appréciés -de tous- et pas seulement des voisins.A banaliser notre territoire pour le profit de quelques uns on oublie la valeur économique des paysages.Quant à espérer la moindre modération du lobby, n'y comptons pas, ainsi en Rhône-Alpes 92 % des communes ont été déclarées favorables à l'éolien par le Schéma énergétique! 95 % dans la Loire, Il était délicat d'en prévoir à Chamonix ou à Lyon.Mais partout ailleurs pourquoi se gêner ?.
a écrit le 15/05/2012 à 13:30 :
C'est pas possible, les promoteurs tiennent ce forum...
Une éolienne leur rapporte 360 000? par pendant 20, c'est nous qui payons.
Rien de tel avec la méthanisation, l'hydrolien ou les énergies de la mer. Cessons cette gabegie.
Le gouvernement précédent a favorisé la privatisation de l'éolien: STOP à ce système !
Réponse de le 15/05/2012 à 14:52 :
La plupart des énergies que vous citez sont à capitaux privés et les régimes ne sont pas plus favorables à l'éolien terrestre. Vouloir cibler systématiquement l'éolien terrestre dont le coût est compétitif et l'amortissement rapide à partir de capitaux privés qui évitent aux public d'avoir à faire les investissements semble souligner un manque d'objectivité de votre part à l'égard de cette énergie qui n'a pas moins d'avantages que les autres citées et qui est dès à présent opérationnelle, recyclable, sans guère de pollution etc. Les chiffres que vous annoncez n'ont par ailleurs pas de sens s'ils ne sont pas nets de tous les investissements initiaux, frais, charges à déduire etc sans parler des taxes qu'ils rapportent et emplois locaux pérennes qu'ils créent. Plus de 100 pays font de l'éolien avec succès dans le monde, la France y a également intérêt pour avoir un mix énergétique peu coûteux comme c'est le cas au Danemark où l'électricité est moins chère qu'en France grâce à l'éolien. Par ailleurs plus de 250 entreprises travaillent dans ce secteur et celà concerne de nombreux emplois et revenus. Donc l'éolien terrestre a aussi sa place comme les autres.
Réponse de le 15/05/2012 à 15:46 :
Si l'électricité est moins chère au Danemark qu'en France, c'est qu'elle a baissé d'un facteur 3 en moins d'un an! Bientôt les Danois recevront de l'argent avec leur électricité...
Réponse de le 15/05/2012 à 16:02 :
Vous faîtes un calcul erroné Oldtimer car vous intégrez les taxes appliquées au Danemark dans le but de réduire fortement les gaspillages. De même en Allemagne. Je confirme que l'électricité produite au Danemark est grâce à l'éolien moins chère qu'en France alors que le nucléaire existe depuis plus longtemps que l'éolien danois en général et l'écart avec l'Allemagne hors taxes est quant à lui faible alors que depuis les années 90 les allemands ont une politique ambitieuse de changement de mix énergétique qui nécessites des investissements.
a écrit le 14/05/2012 à 23:28 :
L'éolien a une part assez importante à jouer en France, 2e gisement venteux après la GB, il ne faut donc pas être extrêmiste et qu'une minorité peu objective ni parfois indépendante tire à boulets rouges avec des arguments inexacts sur une technologie qui a largement fait les preuves de son efficacité et faible coût depuis plus de 30 ans par exemple au Danemark où l'électricité est grâce à cela moins chère qu'en France et dont il est rare qu'elle s'intègre mal aux sites qui ne sont par ailleurs pas tous esthétiquement exemplaires. Il faut également arrêter de répandre l'idée faussse qu'à chaque part d'éolien doit correspondre le complémentaire thermique ou que Fessenheim c'est 8000 éoliennes, c'est archi faux et bien inférieur suivant la puissance de l'éolienne. On raisonne en termes de mix énergétiques et de réseaux et actuellement le seul réseau français accepte jusqu'à 38% d'énergies renouvelables intermittentes (chiffres Erdf) sans compter que l'on travaille sur un réseau Entso-E beaucoup plus large. De plus le stockage évolue et entre autre la méthanation et que les véhicules électriques ou à pac arrivent. Par ailleurs l'éolien citoyen çà existe et çà se passe très bien comme on peut le voir par exemple en Bretagne actuellement ou dans divers pays d'Europe comme en Autriche, Allemagne etc. où certaines régions acquièrent de plus en plus, comme des particuliers, leur indépendance énergétique et la maîtrise des coûts de leur énergie grâce à ces mix dont l'apport éolien est très bénéfique car très compétitif et rapidement amorti, en plus pourvoyeur d'emplois et de revenus locaux durables.
a écrit le 14/05/2012 à 16:07 :
Franchement marre de ces associations du XVIeme arrondissement de Paris qui s'enrichissent en menant une guérilla contre les élus de campagne... Comment vous voulez décider de quoi que ce soit en zone rurale s'il faut exclure toutes les personnes concernées alors que dans un village tout le monde à des liens personnels avec tout le monde !
Réponse de le 14/05/2012 à 19:55 :
c'est bien ça le probléme ...ces machines trés espacivores cément la zizani dans nos campagnes et village ....les lins se déchirent bien souvent .
pour, contre , qui touche sans rien faire , qui a les nuisances , qui voit une décotte de 30 % de sa maison ......ça n'a rien a voir avec le XVI eme c'est en province que ça se passe .
Réponse de le 14/05/2012 à 23:29 :
Le coup de la campagne qui s'embrase pour quelques éoliennes, lol ,o)))
Réponse de le 15/05/2012 à 9:02 :
lol !!! c'est évident ton voisin touche une rente de 6000 euros et plus par an et par mat sans rien faire et toi tu te prend des ventilateurs a 500 m de chez toi , tu touche rien et ta maison perd 30 % ...tu perds 50000 a 60000 euros de tes économies et épargne durement gagnées ....même chose a l'échelle des communes !
vous pensez que c'est juste ça !!! il y a peut être des chose a revoir dans ce systéme trés inégalitaire ...on est proche de la spoliation dans certain cas .
voilà pourquoi elles provoquent la zizanie .
Réponse de le 15/05/2012 à 13:05 :
Non il n'y a aucune zizanie dans les campagnes vu que c'est une activité économique sans pollution qui permet de faire rentrer de que financer les équipements comme les salles des fêtes ou l'éclairage publique. Les seuls qui sont contre les éoliennes ce sont les néo-ruraux qui viennent une fois par an et croient avoir acheté le paysage avec leur maison de campagne et qui serait bien content de voir crever tous les bouseux pour vivre dans un musée vivant...
Réponse de le 10/06/2012 à 9:04 :
Redux ..c'est vraiment honteux ce que vous avez écrit ...antant pour ceux que vous qualifiez de néo ruraux que pour ceux que vous qualifiez de bouseux ....!
rien d'autre a dire c'est triste a pleurer de voir ça .
a écrit le 14/05/2012 à 14:57 :
lyon 69 ...c'est vrai qu'il y a des assos natures contre tout mais il faut pas faire l'amalgame . vivre c'est transformer mais c'est aussi pas faire n'importe quoi et de toutes les façon il faut aussi des freins car sinon bonjour les dégats ! sans les anti éolien nous aurions des éoliennes a 200 m des habitations et 3 km de nos plages ..ils en ont rien a faire de l'environnement , des paysages , de la valeur immobilière , de qui paye , des activités économiques en places ...seuls le profit compte ...et avec des prix garantis c'est du gâteau ! moi je suis contre l'éolien a cause de la dénaturation de paysages , du prix , du systéme , de son caractére aléatoire qui oblige l'éolien a être couplé avec du nouveau thermique ...mais je suis pour l'hydrolien , la géothermie , la méthanisation , l'isolation , la recherche ....et pas trop contre l'éolien flottant trés au large et pas contre le nucléaire ...pour remplacer fesseneim il faudra 8000 éoliennes + du nouveau thermique pour le lissage !!! rendez vous compte !
je crois aussi qu'aujourd'hui on peut plus dépenser partout ...il y a des choix a faire et personnellement je préfére des milliards pour consommer moins plutôt que des milliards pour produire plus et surtout avec tant d'effet pervers .
cordialement
Réponse de le 14/05/2012 à 23:46 :
Carlino vous vous faîtes inutilement peur avec vos 8000 éoliennes ou le complément thermique pour remplacer Fessenheim ! Le chiffres est totalement inexact et on ne remplace pas une centrale par des éoliennes mais par un "mix" énergétique couplé à un "réseau" déjà existant qui a déjà une très forte capacité de lissage. De plus si l'idéal comme vous le soulignez à juste titre est entre autres l'isolation et l'efficacité énergétique au sens large, çà n'empêche pas qu'il y a nécessité en plus de production d'énergie et l'éolien a une part assez importante à fournir avec un bilan global et une compétitivité qui sont bons, notamment comparés aux autres formes d'énergies dont Epr, méthanisation, offshore, géothermie etc. avec un temps d'implantation et d'amortissement rapide. Il n'y a donc pas lieu de faire une croix sur l'éolien mais de l'utiliser au mieux et raisonnablement et il certainement mieux que les énergies fossiles polluantes et autres gaz de schiste.
a écrit le 14/05/2012 à 14:44 :
lyon 69 ...c'est vrai qu'il y a des assos natures contre tout mais il faut pas faire l'amalgame . vivre c'est transformer mais c'est aussi pas faire n'importe quoi et de toutes les façon il faut aussi des freins car sinon bonjour les dégats ! sans les anti éolien nous aurions des éoliennes a 200 m des habitations et 3 km de nos plages ..ils en ont rien a faire de l'environnement , des paysages , de la valeur immobilière , de qui paye , des activités économiques en places ...seuls le profit compte ...et avec des prix garantis c'est du gâteau ! moi je suis contre l'éolien a cause de la dénaturation de paysages , du prix , du systéme , de son caractére aléatoire qui oblige l'éolien a être couplé avec du nouveau thermique ...mais je suis pour l'hydrolien , la géothermie , la méthanisation , l'isolation , la recherche ....et pas contre trop contre l'éolien flottant trés au large et pas contre le nucléaire ...pour remplacer fesseneim il faudra 8000 éoliennes + du nouveau thermique pour le lissage !!! rendez vous compte !
le porte feuille des français n'est plus étirable ..; l'argent qui est dépensé sur une technologie ne pourra l'être pour l'autre ...on peut donc aussi dire qu'un développement massif de l'éolien peut aller contre les ENR et les économies d'énergie !!! cordialement .
Réponse de le 14/05/2012 à 23:47 :
Carlino vous vous faîtes inutilement peur avec vos 8000 éoliennes ou le complément thermique pour remplacer Fessenheim ! Le chiffres est totalement inexact et on ne remplace pas une centrale par des éoliennes mais par un "mix" énergétique couplé à un "réseau" déjà existant qui a déjà une très forte capacité de lissage. De plus si l'idéal comme vous le soulignez à juste titre est entre autres l'isolation et l'efficacité énergétique au sens large, çà n'empêche pas qu'il y a nécessité en plus de production d'énergie et l'éolien a une part assez importante à fournir avec un bilan global et une compétitivité qui sont bons, notamment comparés aux autres formes d'énergies dont Epr, méthanisation, offshore, géothermie etc. avec un temps d'implantation et d'amortissement rapide. Il n'y a donc pas lieu de faire une croix sur l'éolien mais de l'utiliser au mieux et raisonnablement et il certainement mieux que les énergies fossiles polluantes et autres gaz de schiste.
a écrit le 14/05/2012 à 12:07 :
qu'il est contre les éoliennes "regardez chez les riches, c'est beau ! regardez chez nous, c'est moche" Effectivement, on va classer les français en 2 zones.Les zones protégées (UNESCO...) et les zones moches ou pourront s'installer les promoteurs.
Réponse de le 14/05/2012 à 22:00 :
Au sujet de Mélanchon, je serais curieux de connaitre les sources.
Réponse de le 15/05/2012 à 13:26 :
http://www.youtube.com/watch?v=XCJSGZidGCw
ici, vers 21 mn
a écrit le 14/05/2012 à 12:05 :
Qui veut de l'éolien ? les financiers, les petits élus locaux qui veulent de l'argent, quelques propriétaires de terrain... Pas la planète en tout cas, qui a mieux à nous offrir que ce bétonnage des sols agricoles
Réponse de le 14/05/2012 à 22:01 :
N?exagérons pas l'empreinte au sol d'une installation éolienne. Elle existe et est importante, c'est indéniable, mais ce n'est certainement pas la cause principale du bétonnage des terres agricoles.
a écrit le 14/05/2012 à 10:04 :
Il est grand temps désserer l'éteau que les nantis, éxercent sur notre pays
Qui est opposant à l'éolien ? VGE 1.500 000 ? par mois et comme lui toute une ribembelle de privilégiés aux revenus supérieurs à 2 000 ? mois.
Ceux la ont tout loisir de s'émmerveiller devant le paysage.
S'il avaient la fringale, ou un peu un minimum d'intérêt pour leurs pays, il favoriseraient tout ce qui est production intérieure.
Eux d'abbord, leurs belles villas ou chateaux, les autres après.
Je ne dis pas de faire n'importe quoi, non plus, mais le bloquage systèmatique de tout projet éolien, me tord les tripes !
Réponse de le 09/06/2012 à 21:58 :
J'ai un bac + 5 et je gagne 1300 euros par mois. Je ne souhaite pas que ma maison que je vais mettre le 1/4 de ma vie à payer et que je vais léguer à mes enfants soit invendable car des personnes souhaitent se faire un maximum d'argent sur mon dos. Vous êtes probablement une personne "pour" mais vous n'en avez pas à coté de chez vous.
a écrit le 14/05/2012 à 9:55 :
Au nom du paysage, on ne fera plus rien dans ce pays ?
Il est temps de prendre des décisions fermes contre ces nantis, qui paralysent la France.
Giscard 1.500 000 ? par mois il est contre l'éolien, et come ce lui la bien d'autres.
Il est grand temps qu'on se mette à produire dans ce pays et dans tous les dommaines.
Il est impératif de clouer le bec à tout ces empêcheurs de tourner en rond!
Réponse de le 14/05/2012 à 21:59 :
Je propose que pour chaque éolienne dressée, on démonte un panneau d'affichage publicitaire à l'entrée d'une agglomération, le paysage en sortira gagnant ! Personne ne se nourrit ni ne se chauffe de publicité.
a écrit le 14/05/2012 à 9:09 :
Ah ben si on se met a mettre les élus locaux en prison pour prise illegale d'interets, autant fermer toutes les mairies !
Réponse de le 18/08/2012 à 9:28 :
ha ça c'est bien vrai
a écrit le 14/05/2012 à 6:44 :
L'émiettement du territoire français en 36,000 communes a favorisé, de tous temps, la conversion des "prés à vaches" en terrains plus valorisés, qu'ils soient constructibles (logements, zones industrielles, commerciales), de loisirs, ou voués à des aménagements divers dont l'éolien. Les élus municipaux étant le plus souvent propriétaires de tels terrains, ces conflits d'intérêts sont plus que patents lors des révisions de POS, PLU, et maintenant de ces ZDE. Ne s'agirait-il pas, là aussi, de ces "réformes structurelles" nécessaires que l'on nous presse de mettre en jeu ?
a écrit le 13/05/2012 à 23:55 :
Dans la plupart des pays les éoliennes ne rencontrent pas une opposition aussi farouche qu'en France. Bizarre. C'est à croire que le canons de beauté ne sont pas les mêmes dans tous les pays. Les panneaux solaires n'ont pas le vent en poupe non plus en France. Concernant ces associations toujours prêtes à mettre les bâtons dans les roues au moindre progrès, il faudrait savoir pour qui elles roulent vraiment.
Réponse de le 14/05/2012 à 9:59 :
Répondez nous franchement, habitez vous à quelques mètres d'un champ de ces moulins à vent ? Avez vous équipé votre maison de panneaux solaires ? Votre voiture roule t'elle électrique ? utilisez vous plus le vélo et les transports en commun? Merci de votre réponse.
Réponse de le 14/05/2012 à 21:57 :
Il n'a pas besoin de répondre: personne n'habite à quelques mètres d'une éolienne industrielle.
Réponse de le 14/05/2012 à 23:50 :
@vertmifuge -
Je comprends votre agacement. Néanmoins ils ne faut pas freiner des quatre fers
la mise en place (trop) progressive en France de ces nouvelles énergies qui sont encore imparfaites (personne n'a dit le contraire). Regardez les tacots de la fin du 19ème siècle ( à mourir de rire ) et le progrès réalisé depuis, sur plus d'un siècle tout de même. Il ne faut pas opposer les énergies en pensant que le développement des unes menace celui des autres car ce n'est pas une attitude scientifique. Toutes ces énergies existent dans la nature; laissons leur à chacune leur chance. Personnellement je ne m'oppose ni au pétrole, ni au gaz, ni à l'énergie nucléaire, ni aux énergies alternatives ( solaire, vent énergie thermique, osmotique, marées motrices, hydroliennes, etc,...) . Nous sommes au niveau mondial dans une période de "transition énergétique" qui risque de durer des décennies. Ceci est un fait. Il conviendrait que la France ne rate pas le coche et se réveille dans 40 ans avec le constat d'un retard irrémédiable. Cordialement.
Réponse de le 15/05/2012 à 0:23 :
@ Vertmifuge : réponse oui à tout sauf que les éoliennes ne sont jamais à quelques mètres de part la loi ! Le problème en France est encore de trouver des professionnels compétents et assez multidisciplinaires dans les énergies renouvelables, l'isolation etc. avec donc une vision globale. Il faut encore être un peu pionnier et s'y connaître un peu pour faire avancer les choses. C'est pareil en terme de bâtiments HQE, d'urbanisme plus vert etc ca vient trop lentement.
a écrit le 13/05/2012 à 19:53 :
La France est suffisamment en retard en matière d'énergies renouvelables pour perdre du temps et ce n'est pas ces quelques malheureuses associations "Anti-tout" avec leurs arguments qui ne tiennent pas debout une seconde qui doivent mettre à mal toute une filière prometteuse et en plein essor...
Et après ces mêmes membres d'associations se plaignent de la crise économique, allez comprendre...
Arrêtons d'être bêtes, écoutons notre planète..
Car n'oublions pas que la Terre ne nous appartient pas, c'est nous qui appartenons à la Terre...
Vive les éoliennes !
Réponse de le 14/05/2012 à 11:28 :
Ben oui, pour chaque GW d'éolien installé il faut la même puissance sous forme de centrale thermique, et qui elle fonctionnera les 3 quarts du temps... Merci pour la planète!
Réponse de le 14/05/2012 à 21:56 :
Non, c'est faux. Ça ne fonctionne pas du tout comme ça.
Réponse de le 15/05/2012 à 0:26 :
Faux Oldtimer : les éoliennes s'intègrent à un réseau existant et à un mix énergétique donc pas besoin de compenser par du fossile de la façon dont vous l'évoquez. De plus le stockage évolue vite et bien. Le bilan éolien est favorable pour la planète même si l'efficacité énergétique c'est mieux.
Réponse de le 15/05/2012 à 15:54 :
Vous avez partiellement raison: aujourd'hui, lorsqu'il y a du vent, on efface de la production nucléaire, ce qui est anti-économique, mais évite du CO2...
Réponse de le 15/05/2012 à 16:24 :
"On efface" nullement de la production nucléaire lorsqu'il y a du vent. Le nucléaire n'a pas la souplesse de "s'effacer" à la demande. On stocke (hydro) ou on exporte.
Réponse de le 15/05/2012 à 19:08 :
Renseignez-vous, Jean. Il est vrai que mes informations viennent du lobby nucléaire... La priorité est donné à l'éolien, et l'on prévoit fort bien les périodes ventées et leur durée. Par ailleurs, le nucléaire est modulable (environ 5% de puissance par heure) mais celà n'est pas intéressant, car le coût de l'installation est le même, production ou pas.Quant au stockage "hydro", les capacités ont attend leurs limites.
Réponse de le 17/05/2012 à 0:47 :
J'ai vérifié. On n'a pas à moduler de la sorte car le nucléaire ne représente qu'environ 75% de la production électrique en moyenne. Tous les rapports sur le sujet confirment d'ailleurs que c'est bien sur la diminution de la production des centrales thermiques que le bénéfice d'un surplus d'éolien et autres renouvelables s'impacte et se traduit par la diminution d'importation d'énergies fossiles dont on a les chiffres. Cela confirme donc bien que le nucléaire n'a pas à être modulé à chaque variation du vent ! Le lobby nucléaire étant un lobby utilise des arguments de lobby ! mais l'important est la réalité. De plus s'il y avait à moduler 5% de plusieurs centrales je vous laisse imaginer le côté pratique de cette manoeuvre qui ne se fait pas aussi souplement qu'avec une centrale thermique gaz par exemple = il y a du vent sur l'Ouest, quelle centrales vont être concernées etc. Le stockage hydro a atteint ses limites vis à vis de nouvelles capacités, mais il a celle d'absorber la production éolienne actuelle. Mais vous constaterez que lorsqu'il y a un surplus d'éolien, il est exporté, c'est ce que fait par exemple couramment l'Espagne qui a une production éolienne par moments très importante et nettement supérieure à celle de la France et c'est une pratique courante partout (Danemark, Allemagne etc)
a écrit le 13/05/2012 à 19:10 :
Et pourquoi ne pas supprimer les ZDE, apres tout, avant ces ZDE une ferme eolienne ne se faisait pas du jour au lendemain, un permis de contruire avec etude d'impact et enquete publique etait deja necessaire ! Sous couvert de reglementer, des legislateurs vendus ont simplement tout mis en oeuvre pour sapper l'eolien, a rebours du monde entier.
Réponse de le 13/05/2012 à 19:37 :
ça ne résoudrait pas le problème que j'ai soulevé, mais évidemment, il faut lever ces contraintes administratives inutiles que le législateur a empilées, pour permettre à l'économie de se relancer ..!
a écrit le 13/05/2012 à 13:16 :
Les associations de défense de l'environnement sont donc CONTRE les éoliennes terrestres.dont acte.
...mais elles sont aussi CONTRE les éoliennes Off-shore (trop près des côtes). -epaw notamment-
...elles sont CONTRE le nucléaire.-greenpeace et EELV entre autres-
...elles sont CONTRE les barrages hydro-électriques (les amis de la terre, au forum mondial de l'eau, entre autres)
...elles sont CONTRE les panneaux solaires (association locales entre autres)
...elles sont CONTRE l'usage des énergies fossiles (ça on s'en doutait)
... elles sont CONTRE l'exploitation du Gaz de schiste
... elles sont CONTRE ..CONTRE... CONTRE ...
Mais à part la bougie, ils nous proposent quoi, les écolos ???!!
Réponse de le 13/05/2012 à 19:44 :
Attention ces associations "Anti-tout" et pour rien n'ont aucun lien avec l'écologie.
Il s'agit simplement de pauvres personnes complêtement dépassées par la technologie et qui font tout pour enquiquiner le monde avec des arguments tout aussi farfelus les uns que les autres.
Notre pays est déjà suffisemment en retard en matière d'énergies renouvelables pour perdre encore du temps et autant d'emplois dans une filière prometteuse et en plein essor !
Vive les éoliennes !!!
Réponse de le 14/05/2012 à 12:03 :
Je suis POUR la méthanisation, POUR les économies d'énergies, POUR les crédits au CNRS et POUR la recherche de nouvelles énergies.
Je suis POUR les énergies bleues(des océans)

Et je suis CONTRE l'éolien industriel. C'est du fric, pas de l'écologie. Pour qui roulent les pro éoliens ? Pour les promoteurs.
Réponse de le 15/05/2012 à 0:37 :
@ Robert : très partial votre jugement. Comme si ceux qui font de l'éolien terrestre ne pensent qu'au fric et les autres non. Par ailleurs joli nom pour les énergies bleues mais c'est aussi de l'hydrolien industriel sinon les coûts seraient durablement non compétitifs et ç'est toujours un peu polluant. Beaucoup dans l'éolien terrestre font correctement leur job, il y a plus de 100 pays qui font de l'éolien terrestre dans le monde et au Danemark depuis plus de 30 ans. Vestas est en difficultée à cause de la concurrence donc ces firmes ne font pas que du fric et sont comme toutes les entreprises. De plus vous n'avez pas eu à investir comme pour le nucléaire dans de coûteux travaux de recherche, de formation, d'assurance, assurer les risques, le stockage, le démantèlement etc comme c'est le cas pour le nucléaire dont le bilan n'est pas aussi bon tous paramètres et investissements compris, il suffit d'en juger par le prix d'un Epr et des rapports sur le nucléaire qui le démontrent comme de moins en moins compétitif ou les coûts de démantèlement officiels affichés par les anglais et les allemands.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :