La Terre vue du ciel, un spectacle alarmant

 |   |  745  mots
Copyright Reuters
Pour son rapport sur l'état de la planète, publié ce mardi 15 mai, le WWF a fait appel à un astronaute pour témoigner de l'évolution dramatique de la situation. Une mise en scène qui vise à tirer le signal d'alarme à cinq semaines de Rio + 20, le prochain sommet de l'ONU sur le développement durable.

Le témoignage de l'astronaute hollandais André Kuipers depuis la station spatiale internationale (ISS) résume parfaitement le constat : « De la station, je peux voir l'empreinte de l'Humanité sur la planète, y compris les feux de forêt, la pollution de l'air et l'érosion ».
Pour la huitième édition de son rapport « Planète vivante » publié tous les deux ans en collaboration avec la Société Zoologique de Londres et le Réseau Empreinte Ecologique Globale, l'ONG environnementale WWF a voulu marquer les esprits.

Le rapport détaille comment l'évolution démographique, l'urbanisation, l'explosion de la demande en énergie et des émissions de gaz à effet de serre imposent à la planète une pression de plus en plus insoutenable.

La situation s'est détériorée depuis 1992

Malgré la multiplication des sommets sur la Terre depuis celui de 1992 à Rio - dont on célèbre l'anniversaire en juin lors de « Rio + 20 » - la situation n'a fait qu'empirer depuis, notamment en matière de biodiversité animale et végétale et de ressource en eau.
La dégradation s'est accélérée au cours de la dernière décennie. Les émissions de gaz à effet de serre ont explosé. La demande en ressources naturelles a doublé depuis 1996, et il faut désormais un an et demi pour reconstituer les ressources que l'humanité consomme en un an. Au train où vont les choses, il faudrait en 2030 deux planètes pour répondre à ces besoins.

Autre sujet de préoccupation souligné par le rapport : l'accaparement de terres agricoles depuis le milieu des années 2000, pour une surface équivalente à celle de l'Europe de l'Est. Les causes en sont multiples : croissance démographique, consommation en hausse, demande de produits alimentaires, biocarburants, matières premières ou encore bois d'?uvre. Environ 13 millions d'hectares de forêts ont disparu chaque année entre 2000 et 2010.

Des inégalités croissantes

Le WWF attire aussi l'attention sur un phénomène de plus en plus criant : non seulement la pression exercée sur la planète par l'homme est de plus en plus forte, mais la répartition de ses fruits est aussi de plus en plus inéquitable. L'empreinte écologique des pays à hauts revenus est cinq fois supérieure à celle des pays à bas revenus. En tête de ce palmarès le Qatar, le Koweït, les Emirats Arabes Unis, le Danemark, les États-Unis d'Amérique, la Belgique, l'Australie, le Canada, les Pays-Bas et l'Irlande, qui ont la plus forte empreinte écologique par habitant.

Mais en termes de progression, les pays émergents sont plus inquiétants encore : depuis 1961, les BRIICS (Brésil, Russie, Inde, Indonésie, Chine) et les pays à revenu intermédiaire ont augmenté leur empreinte écologique par habitant de 65 %.

Les enjeux de Rio + 20

L'ONG a dégagé une quinzaine de priorités visant notamment à protéger et maintenir la biodiversité et les écosystèmes, à produire plus efficacement en utilisant moins d'énergie et de matières premières, à consommer moins et mieux, à reconnaître et intégrer la valeur de la biodiversité et des services écologiques dans les décisions politiques et économiques, à instaurer une gouvernance équitable des ressources, à réorienter les flux financiers dans un sens favorable à la conservation...

« Rio + 20 peut et doit être le moment pendant lequel les gouvernements s'engagent pour une société durable et socialement juste », conclut le rapport, qui voit dans cette conférence « une occasion unique pour tous ceux (gouvernements, société civile, villes et entreprises) qui veulent unir leurs forces et jouer un rôle crucial dans la préservation de notre planète ».

Mais Rio + 20 ne s'annonce pas sous les meilleurs auspices. Après quatre mois de discussion et deux semaines de négociations, les 193 Etats membres ne sont pas parvenus à un consensus sur le plan d'action « The future we want », qui doit en servir de point de départ. Les points d'achoppement concernent notamment la définition du concept d' « économie verte » et de sa pertinence pour les pays du Sud.

Les négociations doivent se poursuivre à compter du 29 mai prochain pour une session de cinq jours, et reprendre si besoin une dernière fois le 13 juin à Rio afin d'aboutir à un document de travail pour l'arrivée des chefs d'Etats. Ces derniers se réuniront trois jours à partir du 20 juin pour donner une suite au Sommet de la Terre de 1992, qui avait abouti à l'adoption de l'agenda 21 et à la déclaration de Rio sur l'Environnement et le Développement.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/07/2012 à 2:43 :
Comment faire confiance au grand directeur du WWF, qui je vous rappelle c'est fait épingler par les supers journalistes de France 2, dans le très bon magazine hebdomadaire du vendredi soir : CASH INVESTIGATION.
Investissement des DONS dans les produits pétroliers.
Si la planète va si mal, c'est bien à cause des dirigeants de presque tous les pays, surtout les barons du pétrole, du nucléaire, de l'armement et labos qui fabrique les virus.
J'ai entendu que : ceux qui détruisent notre planète pour le pouvoir et le profit sont des satanistes.
Finalement ils ont pas tout à fait tort et en plus vous, médiats, vous essayez de nous faire culpabiliser, et nous foutre la trouille, mais avec les conneries des puissants, c'est sûr de graves catastrophes sont a venir.
a écrit le 17/05/2012 à 1:14 :
Ce type de conférence fait un peu avancer les choses et la planète en a bien besoin comme on le constate de toutes parts. Il est désormais important de gérer l'accroissement démesuré de la population mondiale. Démographie et environnement ne pouvent être considérés comme deux problèmes séparés, on enfin estimé des scientifiques britanniques de la Royal society. Selon eux, la croissance de la population mondiale est un sujet à aborder lors de réunions internationales comme la conférence des Nations-Unies Rio+20 sur le développement durable, en juin, où l'on peut «recadrer la relation entre les gens et la planète».http://www.20minutes.fr/article/923831/maitriser-demographie-cle-sauver-environnement
a écrit le 16/05/2012 à 17:27 :
C'est fou ce que l'on peut voir comme détails de l'espace ! Vite il faut mettre Matignon et l'Elysée sur orbite !
a écrit le 16/05/2012 à 11:21 :
2 départs pour l'Allemagne en Jet privé pour Hollande .... qu'en pense les verts, les écolos ? Pour une visite "éclaire" en plus, et juste pour dire "on va tout mettre sur la table" ...... une simple vidéo conférence aurait suffit au lieu de polluer l'air et gaspiller l'argent public des contribuables !!!
Réponse de le 16/05/2012 à 13:54 :
Le changement c'est maintenant !! Heuu Heuu Heuu .....
Réponse de le 16/05/2012 à 15:10 :
Puisque vous êtes à priori choqué par cela, je vous rappelle aimablement que le coucou de sarko aurait pu être utilisé... Mais aurait pollué beaucoup plus. Ceci écrit, je suis d'accord avec vous sur la vidéo-conférence, qui remplace déjà beaucoup de déplacements. Mais ne fait TOUT... testez les deux, vous constaterez. Et au niveau sécurité des échanges, je n'ose même pas vous en parler : les US ont interdit un codage sécuritaire.
Réponse de le 16/05/2012 à 23:08 :
en vous rappelant également que l'orque NS se déplaçait avec air sarko one le falcon medicalise suivait derrière, autre chose ?
a écrit le 16/05/2012 à 10:14 :
En jouant sur les peurs ataviques irraisonnées et l'illusion induite par l'erreur d'échelle (un morceau de plastique trouvé sur une plage permet de faire croire que l'océan en est entièrement recouvert), l'Eglise de l'écologisme persiste à diffuser ses prédictions apocalyptiques à partir de phénomènes localisés, continue à inventer des pollutions qui n'en sont pas (empreinte humaine ou CO2) et ment effrontément (contrairement à ce qu'ils affirment, les inégalités entre pays se réduisent comme jamais auparavant, ce qu'ils ne peuvent pas ignorer). Où sont donc les réfugiés climatiques qu'ils nous avaient promis, juré craché, pour 2010 ? Comment se fait-il que les glaces des pôles nord et sud progressent au lieu de disparaître, comme ils l'avaient anticipé ? Pourquoi les températures baissent au lieu de continuer à progresser en flèche ainsi qu'ils l'avaient promis ? Décennie après décennie, siècle après siècle, les mensonges malthusiens sont systématiquement démentis par les faits. Mais en vérité, les prêtres de l'Eglise de l'écologisme flattent les bas instincts des politiciens pour obtenir toujours plus de subventions, en donnant des arguments à ces derniers pour justifier leur utilité. Il est bon et normal que l'humanité domestique la planète autant que possible afin de la mettre à son service. L'empreinte humaine sur la planète est une excellente nouvelle : elle est le signe du progrès de toute l'humanité. Et n'oubliez pas : le CO2 n'est pas un polluant.
Réponse de le 16/05/2012 à 10:40 :
Ah ! Encore un éminent expert obscur qui semble tout savoir mieux que tout le monde du haut de son ignorance confortable... Comme disait Pangloss : "Tout est au mieux dans le meilleur des mondes"...

"Tout va très bien, Madame la Marquise, tout va très bien, tout va très bien !"
Réponse de le 16/05/2012 à 11:13 :
Il y a une grande différence entre les prédictions mensongères de l'écologisme et l'observation des faits, vérifiables par tout individu honnête. C'est la différence entre le sectarisme et la science. Malheureusement pour les grands prêtres de l'Eglise de l'Ecologisme et leurs fidèles, le monde réel contredit implacablement chacun de leurs dogmes. Le monde réel n'est pas le monde fantasmé des écologistes.
a écrit le 16/05/2012 à 8:26 :
La médiocrité des médias malgré nos subventions... La subversion de la science par les idéologues... La volonté de la mise au pas des libertés individuelles par des militants collectivistes qui se déguisent en écologistes sans que les médias ne les dénoncent pour ce qu'ils sont... Un spectacle alarmant!
a écrit le 16/05/2012 à 7:33 :
Saint-Jean avait raison !
a écrit le 16/05/2012 à 7:22 :
que ça saute!!
a écrit le 16/05/2012 à 6:35 :
This is the end.
a écrit le 16/05/2012 à 1:35 :
Oui, c'est terrible !
a écrit le 16/05/2012 à 1:18 :
FH en Jet privé... cela ne va pas aider la planète ...
a écrit le 16/05/2012 à 1:10 :
Tout à fait dans les prévisions du Rapport Meadows du club de Rome, publié en 1972. Nous étions avertis, mais n'en avons pas tenu compte...
Nous continuons de nous reproduire comme des lapins et surconsommons comme si la Terre pouvait se dédoubler !
Le prix serait dramatiquement élevé pour l'espèce humaine.
Réponse de le 16/05/2012 à 8:25 :
D'accord avec Chris, la surpopulation est la cause de tous les maux écologiques de la planète. Pour minimiser la casse,il faudrait suivre les conseils de l'association Démographie Responsable.
Réponse de le 16/05/2012 à 13:55 :
Dans la nature les populations animales s'auto-régulent en fonction de la nourriture et de l'espace. Quand ce n'est pas possible, comme avec l'espèce "homme", il y aura des pendémies terribles.
a écrit le 16/05/2012 à 1:06 :
Le capitalisme et son besoin de croissance, combiné à la surpopulation sont les plus sûrs ennemis de la planète. "Tôt ou tard, d'une manière ou d'une autre, l'humanité sera confrontée au problème global de sa survie". D'après "les corps indécents". Changement climatique, exodes, eau potable en baisse et énergies en baisse, les problèmes ne vont pas tarder à s'aggraver avec une population en augmentation rapide sur notre minuscule planète.
Réponse de le 16/05/2012 à 7:36 :
Le communisme avait besoin de la même croissance. D'ailleurs, ce sont dans les Etats communistes où la pollution fut souvent a plus destructrice. En attendant, je pense que sans croissance, vous seriez fort malheureuse. Vous devriez, pour sauver la planète, cesser d'utiliser tout ce qui consomme de l'énergie, à commencer par votre PC. A bon entendeur !
Réponse de le 16/05/2012 à 10:49 :
Votre argument ne tient pas 2 minutes.
On peut consommer beaucoup moins d'énergie avec le même confort. Il ne s'agit pas de tout arrêter.
La croissance n'est pas une fin en soi !
a écrit le 15/05/2012 à 20:13 :
Informations très instructives sur le WWF grace à "Pacte avec le Panda".

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :