Préserver la planète pour nourrir les hommes : le nouveau défi de l'agriculture

Pour nourrir 9 milliards d'habitants en 2050, l'agriculture doit se réinventer afin de pérenniser son outil de production.

2 mn

Copyright Reuters

Le défi est de taille et les chiffres font consensus. Pour nourrir 9 milliards d'habitants en 2050, il faut d'ici-là accroître la production agricole de 60 %, voire 70 %. Et ce, alors que les changements climatiques déjà à l'oeuvre ne font que rendre la tâche plus délicate. Certes, les terres aujourd'hui cultivées ne représentent que 1,5 milliard d'hectares, soit à peine 10 % des terres émergées, et l'on estime que 2,7 milliards hectares supplémentaires pourraient en théorie l'être également. Mais cela s'avère si complexe, pour des raisons de topographie, de manque d'eau, d'infertilité, etc. que c'est essentiellement une meilleure productivité qui devrait permettre à la planète de relever le défi.

Ce qui ne sera certainement pas possible en poursuivant sur la voie d'une agriculture intensive marquée par le recours croissants aux engrais, le gigantisme des exploitations et la monoculture. Si ces pratiques ont permis depuis la seconde guerre mondiale d'alimenter une population en forte croissance, elles montrent aujourd'hui leurs limites. Les rendements plafonnent alors que les coûts de production s'envolent. Les cours sont marqués par une forte volatilité, encore exacerbée par la pression qu'exercent les agro-carburants. L'érosion et l'appauvrissement des sols, les émissions de CO2 dues au labour et au bétail, les problèmes de consommation en eau et de pollution des nappes phréatiques par les résidus d'engrais... tout cela contribue à faire porter le chapeau à un secteur par ailleurs fragilisé sur le plan économique. La valeur ajoutée est en chute libre, et l'agriculture attire de moins en moins de jeunes.

Produire plus et mieux

En France, l'âge moyen des exploitants est de 57 ans. Les tenants de « l'agriculture durable », qui se sont réunis à Paris le 25 janvier, poursuivent un objectif ambitieux : transformer les pratiques pour produire « plus, mieux et avec moins », et faire de l'agriculture, aujourd'hui au banc des accusés, un acteur majeur dans les réponses aux défis alimentaire, climatique et énergétique.

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 17
à écrit le 26/01/2013 à 14:31
Signaler
S'il vous plait je voudrai bien une aide pour trouver le plan de mon sujet: ''La politique agricole commune face aux nouveaux défis écologiques planétaires (changement climatique, biodiversité, sécurité alimentaire...)'' merci.

à écrit le 28/02/2012 à 11:21
Signaler
400 à 800 suicides d'agriculteurs par an (pas de statistiques officielles) le boulot n'est pas rentable et seuls les accros subsistent. Pas besoin de plans ambitieux, mais une juste rétribution du travail de la terre !!! La grande distribution tue ch...

à écrit le 28/02/2012 à 3:43
Signaler
Certains dirigeants africains notamment commencent à demander à leurs populations de faire moins d'enfants. Il semble qu'actuellement avoir 2 enfants maximum par couple dans beaucoup de pays serait la meilleure façon de résoudre beaucoup de problèmes...

à écrit le 27/02/2012 à 22:17
Signaler
Je reste perplexe à certains points évoqués. On montre directement du doigt l'agriculture comme pollueur. À savoir qu'il y plusieurs modèles différents. Européen qui reste assez raisonable. Au vu des coûts des intrans il va de soi que l'on n'apporte ...

le 28/02/2012 à 3:58
Signaler
Vous avez raison mais je ne pense pas que la critique soit globale. Simplement et par exemple la Bretagne concentre des dizaines de millions d'animaux d'élevages (porcs etc) et si un modèle de type danois avait été suivi, les pollutions seraient moin...

le 28/02/2012 à 3:59
Signaler
Vous avez raison mais je ne pense pas que la critique soit globale. Simplement et par exemple la Bretagne concentre des dizaines de millions d'animaux d'élevages (porcs etc) et si un modèle de type danois avait été suivi, les pollutions seraient moin...

à écrit le 27/02/2012 à 16:31
Signaler
A commencer par sauvegarder les terres agricoles. Nous avons un projet d'aéroport près de Nantes qui va consommer près de 2000 ha de terres agricoles. Un projet dont nous n'avons nul besoin. L'aéroport actuel fonctionne au quart de ses capacités. Il ...

le 28/02/2012 à 4:27
Signaler
D'autant qu'il y a beaucoup de projets et prototypes de dirigeables de 900 personnes comme celui de la société Aeros aux Etats Unis (fibre de carbone, hélium, stabilisateurs, solaire, motorisation électrique etc) ou d'autres en Russie, Angleterre et ...

à écrit le 27/02/2012 à 15:23
Signaler
La seule vraie problématique est la perte de surfaces agricoles au profit des aménagements et autres projets immobiliers. Par ailleurs, il n'existe pratiquement aucun probleme en terme d'érosion des sols dans les agricultures modernes raisonnées (et ...

le 28/02/2012 à 4:13
Signaler
Vous avez raison en France sauf exceptions mais le mode industriel s'étend y compris en France avec plusieurs aspects excessifs et négatifs. Plus encore cà dépend où l'on se trouve dans le monde car l'agriculture industrielle prélève une bonne part d...

à écrit le 27/02/2012 à 14:54
Signaler
le pb est bien l'un des 1ers dans l'histoire de l'humanité, mais auj les famines sont inacceptables alors que les superficies cultivables reculent partout et que les paysans sont de -en- nombreux; à mon avis la priorité est de protéger la terre arabl...

à écrit le 27/02/2012 à 13:05
Signaler
D'ailleurs, on compte tous sur mon... non? Regardez le scandale de l'interdiction française de replanter, vous comprendrez dans quel mur nous allons. Un mur de plus, me direz-vous. Et lorsque je lis un commentaire ci-dessous sur le bio, je ris presqu...

à écrit le 27/02/2012 à 11:59
Signaler
En 2050 est il écrit! soit dans 38 ans; dans quel état sera la planète d'ici là??Dans le contexte actuel, cela revient à regarder dans la boule de cristal car la situation n'est que hyper explosive!!!!

le 27/02/2012 à 15:44
Signaler
Pollution, déforestation, changement climatique, surpopulation, pandémie, guerre, accident nucléaire : "Tôt ou tard, d'une manière ou d'une autre, l'humanité sera confrontée au problème global de sa survie". (d'après le livre "les corps indécents")....

à écrit le 27/02/2012 à 10:38
Signaler
Oui, mais en respectant vraiment la nature et PAS avec les produits du pétrochimie qui ont des effets uniquement à courte terme, le permaculture et le B.R.F. sont des vrai reponses qui respectent et l'humain et la nature.

le 27/02/2012 à 11:38
Signaler
il faut plus d'ogm et d'engrais petrochimique afin de produire plus. Moi, de toute facon, j'ai assez d'argent pour m'acheter du bio

le 28/02/2012 à 4:21
Signaler
Non McGyver a raison, les résultats de permaculture et Brf etc sur des dizaines d'années sont au moins équivalents aux autres modes de cultures ogm etc qui sur la durée ont un bilan peu attrayant et ils posent nettement moins de problèmes. A court te...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.