A Rio, la société civile veut verdir la fiscalité

 |   |  558  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
A quelques jours du lancement du sommet Rio +20, la société civile a été invitée par le gouvernement brésilien à faire entendre sa voix sur une série de sujets, dont celui de l'économie verte. Un concept dont la définition même divise les pays.

Loin du centre-ville et des plages, la Conférence des Nations Unies sur le déeloppement durable a déjà ouvert ses portes à Rio de Janeiro.

A trois jours du démarrage des négociations officielles, le 20 juin, l'organisation onusienne se prête en effet à un exercice inédit de démocratie participative voulu par le gouvernement brésilien : scientifiques, ONG et grand public se réunissent autour de dix thèmes de discussion (océans, nergie, forêts, etc.). Sur chaque thème, trois recommandations sont votées, l'une par les experts, la seconde par le public présent à Rio, la dernière par les internautes du monde entier. Toutes seront ensuite soumises aux chefs d'Etat et de gouvernement.

Remanier la fiscalité et le PIB

Dans le domaine économique, la société civile a ainsi travaillé sur deux questions fondamentales ce week-end : l'économie verte peut-elle constituer une réponse à la crise ? Comment produire et consommer différemment dans la perspective d'un développement durable ? En un mot, comment faire émerger de nouvelles pratiques économiques - leviers d'une « nouvelle prospérité » -, en prenant en compte la diminution et la fragilité des ressources ?

Au vu des résultats des votes, la société civile a donné la part belle aux solutions fiscales. Elle demande d'encourager les mécanismes fiscaux durables et de supprimer ceux qui ne le sont pas, et propose de créer une taxe sur les transactions financières destinée à alimenter un « fond vert ».

Dimanche, le public présent à Rio a voté une autre proposition forte : inclure les dommages environnementaux dans le calcul du PIB ; parallèlement, le panel d'experts présent a recommandé d'inciter les pouvoirs publics à opter systématiquement pour une dépense et des investissements durables.

La croissance verte, nouvel eldorado français

Le gouvernement brésilien a promis que ces propositions figureraient dans la déclaration finale du sommet. Si tel était le cas, elles trancheront avec le texte de négociation officiel. Car en réalité, peu de pays s'accordent sur la définition à donner au concept d'économie verte.

La France, confrontée à des perspectives de croissance moroses, en fait son nouvel eldorado : « l'économie verte est la condition de notre redressement productif », a déclaré François Hollande le 8 juin.

Pour leur part, les Etats-Unis craignent que l'économie verte ne se résume à des bannières douanières et des normes environnementales imposées par l'Europe.

Le Brésil, qui fait de l'éradication de la pauvreté sa priorité, estime que le concept élude la composante sociale de la croissance, contrairement au "développement durable".  De manière générale, les pays en développement voient dans l'économie verte une entrave supplémentaire à leur développement, qu'ils pourraient accepter si elle était financée les pays développés.

Politiques d'économie verte

Dimanche, le texte préparatoire aux négociations proposé parle gouvernement brésilien reflétait ces désaccords. L'économie verte ne se substitue pas au développement durable, mais en est « l'un des outils », assure le document. Redoublant de prudence, il supprime l'expression d'économie verte pour la remplacer par celle de « politiques d'économie verte ».

A ce stade, il semble donc difficle à croire quel'économie verte, née dans le sillage de la crise financière de 2008, s'impose à Rio+20...

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :