La filière éolienne tire la sonnette d'alarme face à la chute des raccordements

 |   |  308  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Les professionnels de l'éolien ont lancé mardi un nouvel appel à l'aide au gouvernement, par la voix du Syndicat des énergies renouvelables (SER), qui juge la filière plus que jamais en danger, vu la chute au 1er semestre des raccordements d'éoliennes au réseau électrique.

"Les chiffres, publiés la semaine dernière par ERDF (filiale d'EDF qui gère la distribution d'électricité), confirment le constat des professionnels de la filière éolienne sur le terrain : un ralentissement inquiétant du nombre de parcs éoliens raccordés au réseau électrique", a déploré le SER dans un communiqué. "En effet, seuls 215 mégawatts éoliens ont été mis en service durant le premier semestre 2012", contre 340 mégawatts un an plus tôt, et ce alors que 2011 constituait déjà "une année très décevante" pour le secteur, constate le syndicat, qui regroupe les professionnels des énergies renouvelables (éolien, solaire, biomasse...).

"Face à cette situation très préoccupante, il est de la responsabilité des pouvoirs publics de prendre des mesures d'urgence visant à alléger le cadre réglementaire, réduire les contraintes qui pèsent sur les infrastructures de réseau et à sécuriser le cadre économique", a estimé le président de l'organisation, Jean-Louis Bal. a filière avait déjà réclamé début juillet des mesures d'urgence face à la baisse des nouvelles installations à l'oeuvre depuis deux ans.

Le secteur a de plus été déstabilisé par la remise en cause des contrats de tarifs d'achat de l'électricité d'origine éolienne par le Conseil d'Etat, suite à une plainte des anti-éoliens en mai dernier. Le gouvernement avait en juin assuré la filière de son soutien et promis de veiller à ce qu'elle ne pâtisse pas de la décision du Conseil d'Etat.

Le SER regroupe plus de 500 adhérents et représente un secteur de plus de 11.000 emplois ainsi qu'un chiffre d'affaires de 10 milliards d'euros pour l'ensemble des filières regroupant outre l'éolien, la biomasse, le bois, les biocarburants, les énergies marines, la géothermie, l'hydroélectricité, les pompes à chaleur, le solaire photovoltaïque, thermique et thermodynamique.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/09/2012 à 9:31 :
La sonnette d'alarme a été tirée bien tardivement; car, auparavant, des acteurs des ENR avaient déjà décidé de quitter la France pour se redévelopper vers d'autres marchés géographiques.
a écrit le 29/08/2012 à 17:02 :
"remise en cause des contrats de tarifs d'achat de l'électricité "

Et en français cela donne quoi ? Il y a t-il un traducteur dans la salle ?
a écrit le 29/08/2012 à 13:54 :
Pour sortir le peuple Français et ses politiciens ignorants de l'intoxication permanente menée par les Apparatchiks Atomiques du Corps des Mines, voici quelques pistes:
commencez par observer en temps réel comment se passe la Transition énergétique chez notre grand voisin:
http://www.transparency.eex.com/en/
http://www.sma.de/unternehmen/pv-leistung-in-deutschland.html
ensuite vous pouvez aller prendre des leçon ici: http://www.institut-negawatt.com/
Réponse de le 29/08/2012 à 15:34 :
Si vous voulez parler de la transition energetique en Allemagne, je ne pense pas que cela soit un exemple a suivre sauf si vous etre prets a doubler votres facture electrique. De plus depuis la decision de sortir du nucleaire, l Allemagne est obliger d acheter de l electricite a la France qui est elle produite par du nucleaire pour ne pas etre en manque.
Réponse de le 29/08/2012 à 16:35 :
Toujours la même désinformation sur la légende de "l'Allemagne qui ne peut pas vivre sans le nucléaire Français" La réalité c'est que les échanges France/Allemagne sont équilibrés mais en moyenne depuis 5 ans c'est l'Allemagne qui vend plus à la France, en particulier durant nos célèbres "pointes de consommation qui mette en danger tout le réseau européen" dues à une invention géniale: le chauffage électrique. Pendant ces pointes le MWh se négocie autour de 1000 euros...en effet à ce moment là les Allemands font d'énormes bénéfices; et en février dernier quand on a eu -20° c'est avec leur parcs solaires et éoliens que les allemands nous ont évité un black out.
Sur le doublement de la facture d'électrcité, de toute façon sans développer les enr elle va doubler car y a beaucoup d'investissements à faire pour maintenir le parc nucléaire et je parle même pas de l'incroyable privilège financier du nucléaire auquel ni le gaz, ni le charbon ni l'éolien, ni le solaire n'ont droit: l'assurance couvrant les accidents nucléaires est arbitrairement plafonnée à 900 millions d'euros. Pour info l'IRSN estime que Fukushima va coûter à minima entre 100 et 600 milliards d'euros aux contribuables japonais et ça c'était pas vraiment provisionné dans leurs factures d'électrcité...Et quand on sait qu'avec le nucléaire les prix annoncés au départ sont systématiquement dépassés dans la réalité (exactement l'inverse du cout des enr qui baisse continuellement), faire croire que le nucléaire est pas cher et va le rester, c'est vraiment prendre les contribuables pour des grenouilles.
Réponse de le 29/08/2012 à 16:37 :
Il semblerait que Yan13 ait une dent contre les Mines. Sauf que. En cas de récession grave, il n'y a pas que les ingés, les banques, les états, les citoyens, les médias, les politiciens, les immigrés, les plus riches, les moins et les autres qui se tapent plus dans les pattes. En gros, il y a aussi les autres. Soit, pour en revenir au sujet principal, il serait "peut-être" intéressant de voir ce qui pourrait faire baisser le coût de l'énergie, ou, baisser la quantité d'énergie "nécessaire". Décroissance, beenn, oui.
Réponse de le 29/08/2012 à 17:18 :
Si vous croyez que "Ces Messieurs du Corps des Mines" ont un brin de culture énergétique et un interet pour la décroissance et la décentralisation énergétique vous connaissez bien mal ce milieu, je les décriraient plutot comme des Technocrates bourrés de privilèges et incapables de se remettre en cause.
La décroissante énergétique est effectivement la voie royale pour réduire notre dépendance aux énergies polluantes et dangereuses. Les experts en énergie qui ont le plus contribué a des scénarios de décroissante des consommations d'énergie ne se trouvent pas dans les ministères mais ici : www.negawatt.org et ici: http://www.institut-negawatt.com/
Réponse de le 29/08/2012 à 17:21 :
@yan 13
Si tu penses qu'il vas y avoir un incident du style de Fukushima en France c est que tu doit bien mal connaitre les centrales nucleaires Francaise. De plus le chauffage electrique permet a la France de ne pas etre trop dependant du chauffage aux gas ce qui est un avantage etant donne que la France ne produit pas de gas et est oblige de l importer a prix d or.
Réponse de le 30/08/2012 à 0:59 :
@ Reponse : il y a statistiquement un accident nucléaire majeur tous les 22 ans dans le monde et cette durée diminue avec le nombre et l'ancienneté des centrales comme le confirme le directeur de l'agence de sûreté nucléaire. Par ailleurs les centrales françaises ont été construites pour un durée de 30 ans et ont désormais 28 ans d'âge moyen. Nous sommes plusieurs fois passés par des situations qui auraient pu s'avérer graves comme entre autres lors de la tempête de 99 et la centrale du Blayais, la canicule de 2003, ou lors de problème avec les circuits de refroidissements parfois obturés par de simples méduses ! et ce pour ne citer que quelques exemples. Les mêmes études statistiques citent la France comme un des pays qui pourrait avoir un problème nucléaire car il n'y a pas d'exception française en matière de statistiques et de risques compte tenu du nombre et de l'âge de nos centrales. Il n'y a donc pas lieu de faire l'autruche ou bien cocorico ! Et pour ce qui est du chauffage électrique, la vente massive de ces "grille-pains" n'a pas permis l'isolation des logements ni l'efficience énergétique et dans les pointes hivernales comme estivales entre autres, nous sommes amenés à utiliser du thermique polluant et à importer, donc la politique menée depuis plus de 30 ans est passée à côté de beaucoup d'aspects et son bilan n'est pas satisfaisant.
Réponse de le 30/08/2012 à 15:33 :
Au commentaire de Jean je rajoute: les dernières découvertes de fissures ou de micro fissures dans plusieurs de réacteurs européens cautionnent le risque avéré d'1 catastrophe tous les 20 ans. Cela démontre cruellement une fois de plus l'énormité du mensonge qu'on nous rabache depuis 40 ans "1 chance sur 1 million d'avoir un accident nucléaire". Et ce n'est pas les propos rassurant de l'ASN pour les réacteurs Français qui vont y changer quelque chose. Si les belges prennent la (douloureuse) décision de fermer le centrale de Doel d'ici fin septembre cela sera une preuve supplémentaire de l'énormité du danger que font courrir tous les vieux réacteurs.
Concernant l'absence de politique d'isolation des batiments et la "dictature" du chauffage électrique depuis 30 ans, c'est une catastrophe social qui exclu des centaines de milliers de pauvres Français au droit à un minimum de confort en hiver. Le pire est que cette politique est parfaitement assumée par les hauts fonctionnaires et politiciens (commission PEON , apparatchiks du ministere de l'industrie et d'EDF, députés et sénateurs) qui ont prémédité cette gigantesque machine à escroquer les plus démunis dans le seul but de trouver un déboucher à une pléthore de pétaudières nucléaires, qui sinon, auraient tourné à vide. Tous ces privilégiés sont généralement logés dans de confortables logements de fonction dans les beaux quartiers de Paris (avec un très bon chauffage centrale au gaz); car c'est bien connu , le grille pain c'est juste bon pour la populace !
a écrit le 29/08/2012 à 12:49 :
La France est dominée depuis 200 ans par une petite mafia de technocrates dont la nomination ne passe jamais par les urnes, c'est le "Corps des Mines". Placés aux postes clés du ministère de l'industrie, des finances et de toutes les entreprises publiques, les "Mineurs" s'arrogent tous les pouvoirs en matière énergétique. Leur principal défaut est leur complexe de supériorité. Ils sont particulièrement doués pour détruire toute filière industrielle qui vise à décentraliser la maitrise et la production d'énergie comme les techniques d'isolation des batiments, le solaire et l'éolien. Cette situation est similaire avec celle du Japon d'AVANT Fukushima. Désormais au japon ils sont un peu tombés de leur perchoir et le Japon, sous la pression du peuple qui s'est brutalement réveillé de la létargie dans lequel l était maintenu. Faudra t-il qu'en France on attende aussi une catastrophe pour qu'on entre dans le 21° siècle énergétique ?
Réponse de le 29/08/2012 à 13:19 :
Malheureusement, la réponse à votre question est oui
Réponse de le 29/08/2012 à 15:23 :
La petite mafia de technocrates comme tu dit a permis a la france d etre un leader mondiale dans le secteur de l energie. Les deux entreprise francaises EDf et GDF sont parmis les plus grandes et le plus developpe depart le monde donc je pense que je prefere voir la france dans les mains de cette petite mafia plutot que de centaines de pechno essayant de developer dans leurs coins une turbine par ci par la faisant regresser la france qui est actuelement un modele pour de nombreux pays dans le secteur de l energies
Réponse de le 29/08/2012 à 15:42 :
@yan13, il pue la jalousie votre commentaire.
Réponse de le 29/08/2012 à 17:31 :
lknow et RPR, en effet EDF est un mastodonte mondial , un peu comme TEPCO...avant son effondrement soudain. Mais bien entendu un tel scénario ne pourra JAMAIS arriver en France. Notre élite Technocratique est bien trop supérieurement intelligente pour laisser faire cela, n'est ce pas ???
Réponse de le 30/08/2012 à 0:32 :
@ I Know : j'abonde dans le sens de Yan13 qui a raison. J'ajoute qu'EDF et GDF nous ont fait prendre un retard considérable dans le domaine de l'énergie, de l'efficience énergétique, de l'isolation des bâtiments etc. Qu'a fait EDF par exemple depuis la dernière crise de 74 sinon pousser ses clients à consommer avec des grille-pains ? Dans le même temps par exemple la Suède a régulièrement travaillé à son indépendance énergétique pendant que nos factures d'énergies fossiles battent des records et vont bientôt atteindre 100 milliards d'euros par an, que notre réseaux est âgé, qu'EDF a fait des investissements douteux dans certains pays comme en Argentine etc. Il faut donc faire un bilan complet sur la durée et il est clair que si certains aspects ont été positifs, le bilan et coûts totaux de la politique de monopoles énérgétiques sur la durée décidée par une équipe réduite et peu ouverte ni compétentes sur d'autres technologies n'est pas satisfaisant. Il nous a fait prendre un retard considérable dans les filières d'énergies renouvelables, de stockage, d'efficacité énergétique, d'isolation des bâtiments, de construction, d'urbanisme etc. et à présent vivre à risque puisque les centrales prévues au départ pour une durée de 30 ans ont un âge moyen de 28 ans et c'est une technologie et un réseau dépassé qui s'exporte très mal. On a râté aussi pas mal d'innovations et de créations d'entreprises et d'emplois car les gens qui travaillent dans les renouvelables dans le monde ne sont en rien des idiots comme vous semblez le penser et comme tout secteur innovant il est foisonnant en retombées technologiques sur d'autres secteurs. Dans le nucléaire les retombées ont été moindres sauf lorque qu'elles sont radioactives !
a écrit le 29/08/2012 à 9:38 :
Le nucléaire, en France , a eu droit à 60 années de politiques de soutien total, massif, sans faille, sans discontinuité. L'éolien n'existe en France que depuis 10ans, est déjà mature et compétitif mais il n'a eu de cesse de se voir mettre des bâtons dans les roues par le lobby nucléaire.
Pourquoi?
La réponse est simple : quelques % d'éolien, pas de problème pour eux. Par contre, si la part devient significative, alors il faudra de temps en temps, et de plus en plus souvent, faire du suivi de charge avec nos centrales nucléaires et donc les couper ou les ralentir par moment. Et ça pose un vrai problème à EDF, un manque à gagner certain (qu'il ne manquera pas de répercuter sur le consommateur) et surtout un risque que l'opinion puisse y voir un commencement de début d'alternative possible.
Réponse de le 29/08/2012 à 11:24 :
+1/Arnaud. Je te rassures l'éolien fait du X2 tous les ans en Chine. Les progrès y sont considérables (ex entraînement par aimants plutôt que par engrenages). les nouveaux parcs éoliens seront encore plus important que ceux du TEXAS. Même si la France freine des 4 fers elle sera bien obligée de suivre le tempo (même avec une longueur de retard). Le problème c'est que toute la technologie et les entreprises viendront probablement de l'étranger vu le sous investissement en France dans ce domaine. Vu la situation budgétaire on ne peut a la fois subventionner le nucléaire et l'éolien. C'est l'heure des choix, pour ma part je penses que on a fait le pire en misant tout sur le nucléaire. Malgré tout ce choix étant celui de l'état il n'est pas près à se désavouer.
a écrit le 29/08/2012 à 9:34 :
Personne n'en veut à côté de chez lui, de leurs éoliennes ... En plus, faire des trucs subventionnés à mort, le gouvernement va forcément hésiter pour éviter de faire trop monter le coût de l'électricité.
Réponse de le 29/08/2012 à 10:12 :
Préférez vous une centrale nucléaire ou un dépôt de déchêts nucléaire à côté de chez vous? Personnellement je prefère les panneaux solaire ou une éolienne.
Réponse de le 29/08/2012 à 11:29 :
@ claude34 / le nucléaire n'existerait pas si l'état ne l'avait pas "subventionné a mort". Sans compter les échecs du début (filière graphite) et la R&D tout azimut qui on eu un coût considérable sans produire grand chose, avant d'adopter la technologie US.
Réponse de le 29/08/2012 à 12:16 :
Le nucléaire est fortement subventionné, surtout par le fait que les bénéfices vont dans la poche d'Aréva et EDF et que les charges du démontage des centrales et de la gestion des déchêts sera à la charge du contribuable ... En comptant le tout, le nucléaire est aussi très cher.
Réponse de le 29/08/2012 à 17:24 :
@ subvention
A la difference que la France est une experte maintenant dans le domaine du nucleaire tandisque pour ce qui est des energies renouvelable elle est loin derrieres les opays leader dans ce domaine.
Réponse de le 30/08/2012 à 0:03 :
@ I Know : pas tout à fait exact : la France maîtrise une part des aspects nucléaires mais pas tous. Elle a des opérateurs souvent plus compétitifs qu'elle (Corée, Russie, Etats-Unis etc) comme le confirment les exportations faibles et les échecs lors d'appels d'offres internationaux. De plus la filière nucléaire n'attire plus trop, donc les ingénieurs sont viellissants et çà pose un réel problème. Les énergies renouvelables sont vastes et la France avec l'aide de l'Europe, au travers par exemple de structures telles qu'un EADS des énergies renouvelables ou autre pourrait encore faire beaucoup. De même il y a beaucoup de créneaux et de thèmes pas toujours exploités. Parmi quelques exemples de réussites françaises qui peuvent avoir un avenir intéressant Fermentalg, McPhyEnergy etc Le nucléaire a trop absorbé de fonds il faut reéquilibrer vers les renouvelables et coopérer plus avec les pays européens et autres. Ne pas oublier que les énergies renouvelables c'est aussi l'indépendances de régions, de communes et de particuliers. Voir les vidéos de Jeremy Rifkin qui décrit assez bien l'évolution à venir du secteur de l'énergie à terme.
a écrit le 29/08/2012 à 9:34 :
Le business éolien est basé sur la subvention d'état car il est beaucoup moins rentable que les autres moyens de production d?électricité. Normal que par les temps qui courent le château de cartes s'écroule. Ce business s'est développé avec des vendeur peu scrupuleux dans les années 90-2000 en faisant miroiter monts et merveilles à des petites communes et des petits propriétaires naifs. La récré est finie!

Il faut que l'état comprennent que subventionner des business privés (prime à la casse, eolien, solaire etc...) ne remplacera jamais une vrai politique industrielle d'innovation.
Réponse de le 29/08/2012 à 9:47 :
Incroyable de lire de telles bêtises en 2012 !
Tout d'abord l'éolien n'a décollé en France qu'en 2001, et na commencé à produire de manière visible qu'à partir de 2006.
Quand au beaucoup moins rentable, que dire du coup du nucléaire?
Si vous voulez, AUJOURD'HUI installer de nouvelles sources de production, vous avec le choix entre l'EPR, du fossile, de l'éolien, du solaire, de la biomasse, de la géothermie.
Eh bien désolé mais l'éolien est le moins cher de tous, à l?exception du charbon !
L'EPR est plus cher sans même tenir compte des déchets futurs, de son assurance fournie gracieusement par nous autres contribuables (alors que pour l'éolien c'est à l'exploitant de payer), et que sa ligne THT est aussi payée par nous (alors que pour l'éolien c'est aussi payé par l'exploitant!!!!!)
a écrit le 29/08/2012 à 9:17 :
comme c 'est étonnant construire des châteaux de sable en oubliant la marée des dettes publiques....et elle mont, elle monte la marée
Réponse de le 29/08/2012 à 11:31 :
Le château de sable c'est l'EPR?
a écrit le 29/08/2012 à 8:01 :
Difficile équation. L'Etat étant actionnaire d'EDF (ERDF) qui doit racheter plus cher une énergie produite par d'autres. Pourtant le Conseil d'Etat penche pour re-qualifier les parcs éoliens comme un équipement d'intérêt public. Il va falloir clarifier ses troubles sur les ENR si l'on veut créer de vraies filières et non des pseudos métiers qui n'existeront plus d'ici 5 ans ... Au boulot !
a écrit le 29/08/2012 à 2:29 :
Dans notre belle Atom'cratie ou la religion du "nucléaire pas cher et pas dangereux" est inoxydable comme une cuve de centrale belge, c'est un jeux d'enfant pour les politiques et technocrates de flinguer la filière éolienne terrestre, pourtant compétitive (80 ?/ MWh). Quand on sait que nous somme le seul pays au monde a avoir classé les éoliennes "dangereuses pour l'environnement" (icpe), c'est pas demain la veille qu'on va sortir de cette religion ! Il n'y a plus qu'à attendre que, comme au japon, certains évènements forts désagréables nous forcent à sortir du culte atomique...
a écrit le 29/08/2012 à 2:02 :
Le coût du mégawatt éolien est exhorbitant et c'est le client EDF ordinaire qui le finance.
Les subventions pour l'éolien profitent exclusivement aux constructeurs (et installateurs) étrangers (allemends, danois, espagnols, chinois) puisque jusqu'à présent il n'y a eu aucune politique industrielle à ce sujet.
Arrêtons ce gaspillage comme cela a été fait pour le photovoltaïque et favorisons les emplois locaux par exemple avec la bio-masse.
Réponse de le 29/08/2012 à 8:03 :
Votre poste est un ramassis de mensonge etayé par aucun argument. Voici de quoi contrer votre intox : le kWh eolien est paye 8,4 c?, celui qui sort de l'EPR est annonce a 8 c? alors que le reacteur n'est pas encore termine, pas plus que son predecesseur en Finlande qui essuie aussi surcout sur surcout. Non, l'eolien est deja competitif avec le nucleaire et le solaire aussi d'ailleurs (10 c?/Kwh), surtout si on inclus les couts sous-evalues de demantellement (4 Md? / reacteur selon les etude britanniques et suisse).
Réponse de le 29/08/2012 à 9:31 :
Avant de raconter absolument n'importe quoi ouvrez un peu vos écoutilles à autre chose que la rengaine anti-écolo/bobo/environnementaliste qui fait fureur en ce moment.
Si vous dites que l'éolien a un cout exorbitant alors que dire du nucléaire? Construire aujourd'hui du nucléaire ou de l'éolien c'est exactement le même cout. Sauf que par la suite vous aurez des déchets nucléaires à gérer dans un cas et pas dans l'autre.
Quand à l'absence d'industrie, dites-le aux ouvriers de vinci qui font des mâts et des pales, à ceux d'Alstom ou d'4areva qui font des générateurs, des nacelles, des pales et des mats, à ceux de colas qui font des fondations, à ceux de Vergnet qui font des éoliennes cycloniques, à ceux des centaines de PME sous-traitantes qui fabriquent des milliers de pales, aux milliers de techniciens qui assurent la maintenance, aux centaines d'ingénieurs qui planchent sur les éoliennes de demain à St Nazaire, Brest, Lorient, Le Havre, Paris, Marseille, Montpellier, Lyon, etc....
a écrit le 29/08/2012 à 1:13 :
Les éoliennes peuvent répondre à des besoins de productions locales et l'électricité produite coûté beaucoup moins cher que les vieilles analyses datées et orientées qui sont citées. Sinon cela ferait longtemps que tout les producteurs auraient arrêtés au vu de la baisse généralisée des tarifs de rachats...en France elles sont surtout freinées par une accumulation incroyable de règlements ...
a écrit le 29/08/2012 à 0:37 :
à 300000 euros l'éolienne qui marche que 25% du temps au mieux, ca coute cher en maintenance et qui fait de la pollution sonore au point qu'il y en a qui les font sauter à l'explosif. Pas étonnant, il faut arrêter d'investir dans des gouffres tel que les éoliennes, les 14 lignes tgv et autres joyeuseté du genre et qu'on integre la valeur economique des projet, c'est un francais qui a inventé le concept et la France est la dernière à l'appliquer. 1700 milliards de dette, on arrête les investissement inutiles. je préfère le solaire et l'isolement des immeuble.
Réponse de le 29/08/2012 à 1:15 :
Plus de 120 pays font de l'éolien avec succès dans le monde, on ne voit pas pourquoi la France n'en serait pas capable et se limiterait aux autres énergies qui ont aussi leurs limites et inconvénients, d'autant qu'elle dispose du 2e gisement le plus venteux d'Europe et que l'éolien s'intègre bien aux autres énergies, renouvelables en particulier. Le nucléaire n'a pas un très bon rendement, le solaire non plus alors l'argument du facteur de charge moyen de 25% pour l'onshore n'est pas décisif face à l'absence de pollution, de déchets, à la sécurité, aux retombées en termes d'emplois durables locaux, à un prix de l'énergie de moins en moins cher après une phase d'investissement récente etc. et alors qu'il faut préparer l'avenir et que nos importations d'énergies fossiles atteindront bientôt les 100 milliards d'euros par an, creusant lourdement la balance commerciale, sans parler des retombées en termes de coûts et lourdes conséquences sanitaires durables liés à la pollution et au climat.
Réponse de le 29/08/2012 à 9:34 :
dd vous dites n'importe quoi, une éolienne tourne 80 à 90% du temps. Par contre en cumulé elle ne tourne que 20 à 40% du temps à pleine puissance suivant son emplacement. il existe même des parcs off shore qui dépassent les 50% en mer du nord.
Quand à la pollution sonore on voit que vous n'êtes jamais allé au pied d'une éolienne. Sortez de votre centre-ville parisien et allez donc écouter le "bruit" qui fait une éolienne, vous devrez attendre qu'aucun véhicule ne passe à proximité pour entendre quelque chose...
a écrit le 28/08/2012 à 22:00 :
L?éolien terrestre est une technologie mature. Les professionnels de l'éolien qui répètent depuis des années, tout comme leurs collègues du solaire, que leur technologie est concurrentielle face aux autres formes d?énergie, ou va le devenir très vite,, doivent s'assumer et non exiger d?être subventionnés ad vitam aeternam par les pauvres consommateurs.
Réponse de le 29/08/2012 à 0:48 :
On ne peut objectivement pas dire qu'ils ont été beaucoup subventionnés comparativement aux autres énergies qui elles sont en plus polluantes (fossiles et nucléaires), ni même longtemps. Il vaut par ailleurs mieux subventionner un peu et temporairement dans une ressource gratuite, locale et peu polluante, que d'avoir à investir totalement à grands frais dans de nouvelles sources d'énergies. Il faut également examiner l'ensemble des retombées en matière de technologies et d'emplois qui elles sont positives et pour une part non négligeable locales puisque désormais près de 300 entreprises sont concernées par l'éolien en France à côté d'Alstom, d'EDF-EN etc qui elles exportent désormais. Enfin les professionels de l'éolien semblent moins demander de subventions dans l'onshore comme plusieurs d'entre eux le disent, qu'un cadre légal cohérent et stable et un accès équitable entre les différents opérateurs dont certains ont un quasi monopole des meilleurs sites.
a écrit le 28/08/2012 à 20:00 :
Pour compenser les fluctuations rapides de la production des éoliennes , il est nécessaire d'avoir un système de production démarrable à la demande rapidement, qui ne peut en pratique être que de l'hydraulique ou des fossiles (surtout centrales à gaz). La puissance moyenne fournie par un champ d'éolienne n'est en pratique que de 25 à 30 % de la puissance maximale installée, ce qui fait que pour 1 kWh éolien produit, on a 2 à 3 kWh fossiles inévitables. Ceci explique que les pays qui ont le plus d'éolien (Danemark, Allemagne, Espagne) sont, en pratique, aussi parmi ceux qui produisent le plus de CO2 par kWh électrique ! (source: http://www.energieclimat.net/article-les-eoliennes-ne-sont-pas-adaptees-a-fournir-de-l-electricite-105266436.html)
Réponse de le 29/08/2012 à 0:24 :
Aucun rapport avec l'éolien puisque le Danemark et l'Allemagne partaient d'une source d'énergies fossiles dont le charbon plus importante que par exemple la France et que l'industrie allemande est plus importante. Par ailleurs la France est plus émettrice par habitant que les 2 autres pays si l'on tient compte du C02 de nos délocalisations et donc importations. Pour les énergies renouvelables il faudrait arrêter la propagande basique qui consiste à dire qu'à chaque champ d'éolien il faut le complément en gaz puisque le réseau actuel autorise sans problème 38% de part de renouvelables comme le souligne ERDF qui est au premier rang concerné. Et c'est sans compter la soixantaine de solutions de stockage que développe l'Allemagne et le Japon entre autres. Une mise à jour des connaissances techniques serait bénéfique.
Réponse de le 29/08/2012 à 0:24 :
Aucun rapport avec l'éolien puisque le Danemark et l'Allemagne partaient d'une source d'énergies fossiles dont le charbon plus importante que par exemple la France et que l'industrie allemande est plus importante. Par ailleurs la France est plus émettrice par habitant que les 2 autres pays si l'on tient compte du C02 de nos délocalisations et donc importations. Pour les énergies renouvelables il faudrait arrêter la propagande basique qui consiste à dire qu'à chaque champ d'éolien il faut le complément en gaz puisque le réseau actuel autorise sans problème 38% de part de renouvelables comme le souligne ERDF qui est au premier rang concerné. Et c'est sans compter la soixantaine de solutions de stockage que développe l'Allemagne et le Japon entre autres. Une mise à jour des connaissances techniques serait bénéfique.
Réponse de le 29/08/2012 à 13:36 :
D'ac avec Jean. En France le "bon peuple" est maintenu dans une contre-culture abyssale par une petite clique d'Apparatchiks issus du Corps des Mines dont le complexe de supériorité est sans limites. Mon conseil à ceux qui veulent se désintoxiquer c'est de suivre en temps réel les progrès constants de la Transition énergétique menée en ce moment en Allemagne: www.transparency.eex.com/en/ www.sma.de/unternehmen/pv-leistung-in-deutschland.html
a écrit le 28/08/2012 à 19:28 :
Sur le site de Jancovici, vous pourrez constater que les éoliennes coûtent un argent fou, tout simplement à cause de l'irrégularité de la fourniture électrique. Le graphique des pays de la façade atlantique est très parlant.
Réponse de le 29/08/2012 à 0:30 :
Jancovici roule pour le nucléaire et son site n'est pas à jour. Si l'éolien coûte si cher, pourquoi plus d'une centaine de pays en font ? et pourquoi il remporte des appels d'offres face au gaz en Amérique latine alors même que ce dernier n'y est pas spécialement cher ? Ou pourquoi encore a-t-il tant de succès dans des Etats comme le Texas pourtant très axé sur les énergies fossiles ? L'intermittence n'est pas un problème en France par exemple jusqu'à 38% de part d'énergies renouvelables dans le réseau. L'éolien comme les autres énergies renouvelables ont donc leur part à jouer.
Réponse de le 29/08/2012 à 2:38 :
Dans un débat récent à Strasbourg j'ai entendu Jancovici nous brandir "le chaos climatique, les famines et la guerre" comme argument ultime pour maintenir et développer le nucléaire. Si la nomenklatura nucléaire française n'a plus que cela comme argument ça montre qu'ils sont aux aboie...
Réponse de le 29/08/2012 à 9:40 :
Sur le site de Jancovici vous pourrez constater qu'il est marié avec le nucléaire, qu'il hait tout ce qui ressemble de près ou de loin à une alternative et qu'il utilise des chiffres dépassés depuis 20 ans pour étayer ses élucubrations de scientiste nucléaire fou.
Réponse de le 29/08/2012 à 14:22 :
Il est vrai que les éoliennes produisent l'électricité de manière irregulièrement. Il faut donc une solution de stockage, p.ex. http://www.leclanche.eu/index.php
Lorsqu'on recherche des solutions, on en trouve, mais si on reste bloqué sur le nucléaire, les autres trouvent les solutions et profitent des places de travail crées.
a écrit le 28/08/2012 à 19:15 :
Décidemment, tout est en vrille sous la présidence de M.Hollande.
Réponse de le 28/08/2012 à 19:30 :
La tendance date de 2011, hors, Hollande n'était pas là. Mais comme il est responsable de tous vos ennuis, je vous comprends.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :