Le chauffage électrique, une grenade dégoupillée pour UFC-Que-Choisir

 |   |  476  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
L'association de consommateurs publie ce mardi 27 novembre une étude sur "l'impact économique désastreux" du chauffage électrique, qui rend d'autant plus urgente la transition énergétique, et la rénovation thermique du parc de logements.

8 millions de ménages, soit 30% de la population, sont chauffés à l'électricité, ce qui constitue en soi une spécificité française. Ajouté au fait que ce mode de chauffage concerne une majorité de logements mal isolés construits avant 1975, ce poids important du chauffage électrique rend la consommation française d'électricité très sensible aux variations de températures. Ainsi, en hiver, un degré de moins entraîne un surplus de consommation de 2.300 mégawatts (MW).

Un système de production et de distribution surdimensionné

En l'absence de solution de stockage, pour pouvoir absorber ces points de consommation qui ne se produisent que quelques heures par an, c'est l'ensemble du système qui est surdimensionné (deux fois trop selon UFC-Que Choisir), en termes de production (nucléaire ou d'origine fossile) comme de distribution, accuse l'association. Et le surcoût correspondant à ce surdimensionnement est absorbé par l'ensemble des consommateurs, pas uniquement ceux qui se chauffent à l'électricité. Au contraire, ces derniers bénéficient, selon UFC-Que Choisir, d'un abonnement ramené au kWh moins onéreux que leurs compatriotes qui ont opté pour d'autres modes de chauffage.

Bientôt des tarifs différents selon les modes de chauffage ?

Mais la loi sur la Nouvelle Organisation des Marchés de l'Electricité (NOME) adoptée fin 2010, prévoit que d'ici à 2015 les tarifs réglementés de l'énergie puissent être fixés de façon à inciter les consommateurs à réduire leur consommation pendant les périodes où la consommation globale est la plus élevée. Autrement dit, la structure des tarifs de l'électricité pourrait tenir compte du mode de chauffage.

D'après les calculs de l'association, si les surcoûts liés au chauffage électrique étaient intégralement payé par ses utilisateurs, ces dernier pourraient payer de 12% à 80% (en tenant compte du coût de renouvellement des capacités de production) de plus que pour les autres modes de chauffage.
Ce qui fait dire à son président Alain Bazot qu'il s'agit là d'une «grenade dégoupillée qui va faire exploser la facture des ménages utilisant un chauffage électrique».

Favoriser la rénovation thermique des logements

UFC-Que Choisir préconise tout un arsenal de mesures pour favoriser la rénovation thermique des logements les plus mal isolés et occupés par les ménages les plus précaires, tels qu'un système de bonus/malus sur la taxe foncière en fonction du type de travaux réalisés, ou encore un dispositif de tiers investisseurs pour accompagner les ménages aux capacités d'investissements limitées. Déjà 9 millions de Français sont en situation de précarité énergétique, et consacrent plus de 10% de leur budget à leur facture d'énergie. Et cela ne peut que s'aggraver alors qu'une étude du Sénat nous promet des hausses de 50% du prix de l'électricité d'ici à 2020.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/03/2017 à 8:01 :
par rapport à l'article "Le chauffage électrique, une grenade dégoupillée pour UFC-Que-Choisir

Par Dominique Pialot | 27/11/2012, 15:16 | 476 mots

bien qu'il date de 2012, le problême est toujours d'actualité, mais surtout comment combattre les propriétaire peu scupuleux... je prends mon exemple, nous avons emménagé en septembre 2015, dans une maison datant de 2007, ancienne ferme rénovée de 95 m2, avec un terrain de 1000 m2 qui, vu la date de rénovation devrait étre isolée au pire en C, et bien quelle n'a pas été notre surprise quand cette année nous avons reçue une facture electricité de 2700 euros pour notre consommation de septembre 2015 à février 2017, nous avions tablé une consomation de 1000 euros, ce qui fait que nous devons encore 1700 euros, que je ne pourrais certainement pas payer, en tout cas pas en une fois, il s'avère que tout le batiment à été rénové apparement au "Black", le placo à été posé directement sur les mur en pisé sans laine de verre, mais si il n'y avait que ça, nous avons 2 chiens, le terrain devait être clos, mais le grillage n'est pas posé correctement et nous sommes obligé d'attacher nos bêtes pour éviter qu'ils ne se sauvent, en fait nous nous rendons compte chaque jours de défauts que nous ne pouvions voir lors de la visite d'état des lieux, en fait toute la maison n'est qu'en tape à l'oeil, et apparement nous n'avons aucun recours contre le propriétaire, nous payons 640 euros de loyer, nous aimerions déménager, mais même si nous trouvons une nouvelle maison, nous ne pouvons disposer de la somme qu'il faut pour relouer un bien, sortir dans les 1000 euros est impossible pour nous, et vu les notes que nous avons à régler, ce n'est pas près de s'arranger, nous sommes dans une impasse... et le gouvernement s'interresse plus au magouilles des uns et des autres, plutot que de penser aux vrais problêmes que rencontrent les petites gens, voila, je voulais juste exposer mes soucis, qui sont certainement ceux de nombreux français.. même si je sais qu'il n'y aura aucune répercussion médiatique, merci
a écrit le 11/01/2015 à 11:38 :
Le chauffage électrique reste rentable dans une maison de 100m² si celle ci est bien isolée et si on utilise un poêle à bois comme autre moyen de chauffage. La journée, en votre absence, le chauffage électrique permet de garder la maison à 16°C. Une heure avant votre retour, vous chauffez à 17°C. Comme la maison est bien isolée, voua aurez une bonne sensation de chaleur. Vous allumez alors le poêle à bois pour prendre le relai. Dans une maison bien isolée, la sensation de chaleur vient à une température plus basse que dans une maison non isolée. L'avantage du chauffage électrique est qu'il n'y a qu'un abonnement à payer. 114 € (9 kW). Pour le chauffage au gaz, c'est 86€ d'abonnement électrique (6 KW) + 220 € d'abonnement gaz + 100 € de contrôle chaudière. Avec le gaz, vous payez 320 € avant même d'avoir commencé à vous chauffez ! Le gaz n'est rentable que si vous restez chez vous toute la journée et que vous chauffez à 19°C. Avoir l'abonnement au gaz pour se chauffer + un poêle à bois est une erreur sur un plan économique. Personnellement, pour une maison de 98 m² de 1977 entièrement rénovée et bien isolée sur 2 niveaux, sans mitoyenneté, dans le département du Nord, je suis à moins de 2000 kW d'électricité pour le chauffage et 5 stères de bois par an. Voilà mon point de vu qui vaut ce qu'il vaut. Aujourd'hui, il ne faut plus investir dans un bon système de chauffage mais dans une bonne isolation.
a écrit le 24/11/2013 à 8:53 :
et pendant DES années l'état a incité les constructions neuves a se chauffer électriquement !
C'est ce qu'on pourrait appeler de la gestion prévisionnelle !
a écrit le 01/08/2013 à 10:19 :
Que Choisir déraille ici.
D'abord EdF na jamais encouragé le chauffage électrique pour logements déjà construits (peu isolés car le fuel était pour rien); seulement pour de nouvelles constructions bien isolées. Personne ne pourra me contredire, je travaillais à EdF dans ce secteur dès 1972. C'était rentable pour tout le monde, l'habitant et l'élimination d'importations de pétrole correspondante.
Ensuite, durant 35ans personne n'a dénoncé "une grenade économique dégoupillée", c'est bien la preuve que la solution était utile. Vu le bas prix du courant, de nombreuses personnes l'utilisent en appoint, bien sûr en pointe, alors que le chauffage intégré au bâti consomme régulièrement tout au long des 24heures....
Enfin, ce sont les errements de la politique énergétique du pays depuis 5ans (causée par des intérêts électoraux) qui font qu'il y a connivence de fait à faire monter le prix du KWh pas à pas, mais fermement: EdF qui a un comportement d'entreprise privée en situation de monopole, L'Etat incompétent en la matière (c'est la Cour des Comptes qui le dit) nous fourvoie dans une direction qui va faire exploser le prix du courant pour tout le monde.
Finalement, devant l'explosion imminente aux yeux du public de l'effarant coût réel des EnR très variables, il y a une gesticulation médiatique destinée à le masquer en exposant des prétendus coûts cachés de la seule énergie capable de vaincre le CO², le Nucléaire.
Spectacle d'autant plus affligeant que, sauf 3 grands pays européens, toute la planète se reconvertit au nucléaire à toute vitesse (69 centrales en construction, jamais il n'y en a eu autant à la fois) pour raisons économiques, CO², stabilité de réseaux, etc...
Réponse de le 03/08/2013 à 19:17 :
EDF n'a "obligé" personne en effet mais avec des centaines de millions d'euros dépensés en campagnes du pub pour nous vanter depuis 30 ans une électrcité pas chère, EDF a bien réussi à arnaquer 15 millions de contribuables qui se sont équipés en grille pain chauffants, pour les logements anciens. Pour les logements neufs, EDF à imposé ses normes "tout électrique" via sa filiale Vivrelec, il s'agit là d'une quasi vente forcée. Depuis le 1° aout 2013 le kWh HP d'EDF est à 14,67 centimes TTC. Tous les calculs démontrent que pour se chauffer l'électricité est maintenant la plus chère de toutes les énergies et elle va encore augmenter de 30 à 50% d'ici 2020. Moi j'appel ça une gigantesque "escroquerie d'Etat". Des millions de foyers ne pourrons pas régler leur facture de chauffage électrique l'hiver prochain; aucun problème pour EDF, la loi concocté par nos Technocrates mafieux a tout prévu: grâce à la Cspe, c'est les consommateurs solvables qui paieront pour eux...
Réponse de le 15/11/2013 à 22:04 :
Pour repondre a teslas.
et bien je nes rien d'autre a r'ajouter.
la verité et dite

cordialement,
a écrit le 26/04/2013 à 21:10 :
Y'a une 2° grenade dégoupillée: le nucléaire roule sans assurance. Alors qu'n accident grave couterai entre 400 et 5000 milliards d'euros l'industrie nuc est presque totalement exemptée de provisionner une assurance. C'est sur qu'avec ce genre d'escroquerie on peut se vanter d'avoir un nuc "compétitifs" comparé aux renouvelables. M'enfin en cas d'accident on pourra toujours aller mandier quelques kWh chez nos voisins allemands...
a écrit le 09/03/2013 à 21:07 :
Le chauffage électrique est le symbole de l'échec de la religion nucléaire française. Et heureusement que les délires de la commission PEON n'ont pas pu aboutir, en 1975 ils prévoyaient de nous fourguer 100 réacteurs nucléaires ! Comme disait je sais plus qui, "C'est quand la marée descend qu'on voit qui a un maillot de bain". Maintenant qu'EDF va faire la culbute sur ses tarifs la grenade dégoupillée va exploser et l'ampleur du désastre sera à la hauteur de l'incurie des technocrates du Corps des Mines.
Réponse de le 26/07/2013 à 23:00 :
Pour un petit logement, genre studio ou t1 bis, maxi 40 m2, si l'isolation est bonne, le chauffage électrique sans gaspillage est tolérable, Par contre pour une maison de 100 m2 ou plus, c'est à déconseiller, là on peut mettre une chaudière avec une autre énergie.

Mais au fait les PAC air/air ou air/eau, ça consomme bien de l'électricité. Et si le rendement est bien meilleur que celui des raidateurs, c'est seulement lorsque la température extérieure est au moins à 7° positif. Mais lorsqu'il fait très froid, ça consomme autant que des radiateurs électriques.

Je ne trouve pas que ce soit si écolo que ça.
a écrit le 08/03/2013 à 12:52 :
Pour un appartement neuf bien isolé (certifié BBC - Bâtiment Basses Consommations)
Consommations chauffage au gaz (radiateur à eau chaude) + abonnement gaz (16?) + contrat de maintenance gaz (9? obligatoire) = une facture globale 2 à 3 fois plus chère, en comparaison d'un chauffage électrique...
Sachant que le prix du kWh de gaz équivaut pratiquement maintenant au prix du kWh d'électricité, et qu'une installation fonctionnant au gaz rejette en plus des "gaz à effets de serre" nocif à l'environnement, il faudra vraiment m'expliquer pourquoi l'état français continu d'inciter la population à opter pour le chauffage au gaz ... (Label BBC donnant droit au prêt à taux zéro, beaucoup plus facile à obtenir par les promoteurs immobilier, selon les calculs réglementaires définis par les hautes instances française) ... c'est une pure arnaque à échelle nationale, on paye plus, on pollue plus, et tout cela sous couvert de l'état, quoi de plus normal ... Continuons comme cela et laissons les politiques bien pensant décider pour nous de notre avenir énergétique. Vive la république et vive la France !
a écrit le 07/02/2013 à 11:23 :
Bonjour,
je souhaiterai savoir où me renseigner pour connaitre les règlements ou normes en vigueurs concernant le chauffage au gaz et poêle a bois .
Merci
a écrit le 11/12/2012 à 22:15 :
Les constructeurs et architectes refilent toujours leurs logements avec des chauffages electric Atlantic et compagnie, des volets roulants a deux balles et tout va bien. On construit de plus en plus vite, de plus en plus mal. On s'en fout le syndic n'aura qu'a faire son boulot apres et courage aux coproprietaires qui doivent courir apres le constructeur pour faire les travaux de garantie de parfait achevement. J'ai achete un logement neuf a Marseille cette annee. J'attend depuis 6 mois qu'Eiffage daigne venir faire les travaux chez moi suite a des fenetres defectueuses, des infiltrations d'eau et des fissures dans les plaques de betons collees trop vite. On vous livre des immeubles avec du beton a peine sec. Du coup affaissement dans les plaques des garages... Aujourd'hui, on vous dit que c'est normal d'avoir des "petits" soucis definition. Moi, je croyais qu'en achetant neuf vous etiez tranquilles. Eh non! Comment une societe fonctionnant ainsi peut-elle fonctionner? C'est aujourd'hui pareil pour tout. En plus apres c'est pour se faire assommer par les taxes locales qui n'arrent pas de grimper. Pourquoi acheter neuf aujourd'hui. Meme constat sur les voitures.
a écrit le 30/11/2012 à 17:08 :
Il y a une chose très simple à faire pour toutes les nouvelles constructions (privées, publiques, individuelles, collectives, d'habitations ou autres)? Quelque chose qui ne coûte pas un centime de plus dans la construction, mais qui nécessite de réfléchir!!!. IL faut par décrêt obliger tous les bâtiments qui doivent être chauffés à être bioclimatiques : interdiction des baies vitrées au nord et à l'est, + de 50% de la surface vitrée au sud, obligation de volets partout et surtout sur les fenêtres de toit au nord. C'est ce que nous avons fait dans notre maison récente, et rien qu'avec ça, même quand il fait -1° ou- 2) dehors, s'il y a du soleil, la maison est entièrement chauffée de 9h du mat à 16h30 par le soleil sur les vitres (180m² habitables!!).Evidemment, nous avons dépensé plus d'argent que dans une maison lambda pour l'isolation par laine de bois (construite en 2009, la maison est aux normes 2015!!), également poru poser évidemment des doubles vitrages, mais surtout pour avoir des chassis de vitres très performants (bois/alu). Nous avons une pompe à chaleur air/eau + un poele a bois avec pierre olaire. Notre facture d'électricité est d'environ 60 euros par mois, sur ces 60 euros, les 3/4 sont les taxes. et nous ne consommons que 3 stères de bois par an. Mais nous avons de grosses couettes dans les lits, puisque l'hiver, la T° ne dépasse jamais 17° dans les chambres. Avec toutes ces économies très importantes (et ce chouette confort de vie) nous avons enfin pu offrir un violoncelle neuf à notre fils, et croyez moi, le dit violoncelle apprécie aussi d'être dans une maison saine, avec une chaleur douce et homogène. Il se désaccorde 3 fois moins vite que dans la précédente maison, vieille, mal isolée et humide.
Réponse de le 30/11/2012 à 17:49 :
Tout le monde n'a pas les moyens comme vous, il faut des solutions pas chères.
Réponse de le 30/11/2012 à 18:32 :
ce qui ne coute rien c'est de mettre les fenêtres au sud, et non pas comme le maire de notre commune le voulait plein nord (pour nous coté rue) juste par ce que c'était plus joli! Ce n'est certes pas lui qui règle nos facture d'électricité. Et il faut raisonner à long terme, puisqu'une maison, ça se rembourse sur 15 ou 20ans. Ce qu'on met en plus au départ dans l'isolation, on le retrouve largement dans la facture d'électricité et dans les crédits d'impôts.
Donc oui, il y a une question de moyens, mais pas tant que ça. Et pour faire diminuer ma facture "énergie", je prend mon vélo tous les jours pour aller bosser (3 km aller-3 km retour), mon mari de même et mes 2 gamins aussi. L'huile de genou est une énergie renouvelable et gratuite, je ne fais le plein de la voiture que toutes les 5 à 6 semaines (sauf en période de vacances)! Quand on réfléchit globalement, on peut arriver à équiper sa maison en assez haut de gamme énergétique pour le bien de tous!
et je le repère, juste réfléchir à l'orientation des fenêtres ne coûte pas un centime.
Réponse de le 30/11/2012 à 19:48 :
@nerfertiti, Y'a juste un hic dans votre belle théorie du "y'a ka construire en bioclimatique". La mafia technocratique du Corps des Mines tient fermement les reines du pouvoir énergétique et de la Religion Nationale Electro-Radioactive . Pour l'instant ils ont fort bien réussi à excommunier tout élu, parti politique, syndicat, entreprise ou simple contribuable qui pourrait remettre en cause le Dogme Nucléaire, ne parlons même pas de ce mot grossier "bioclimatisme". Etalé sur 40 ans ça ressemble à une vraie conspiration: confiscation du choix démocratique du nucléaire, mensonges sur les vrais couts du nucléaire (dechets, démentelement, sécurité, assurance...), mainmise et détournement des réglementations thermiques des batiments au profit du seul "grille-pain"; magouilles (norme Vivrelec) qui a permit jusqu'en 2005 "d'interdire légalement" le chauffe-eau solaire des logements neufs; lois débiles, instables et rétro-actives dont le seul but est de faire capoter l'industrie naissante des enr (sauf les copains pantouflards d'Edf Enr)etc....Alors si vous voulez continuer à croire au Pere Noel vous pouvez toujours rêver de lois qui imposeraient la norme Bioclimatique...à la Saint Frusquin ! (et pourtant j'y suis favorable, j'ai construit, avec une bonne dose de courage et d'inconscience, ma maison en Bioclimatique à énergie positive, mais le fait que je sois seul dans ma région prouve que j'ai raison)
Réponse de le 01/12/2012 à 0:21 :
Merci Nefertiti de nous faire partager vos choix qui sont excellents, çà fait plaisir de voir qu'il y a des personnes qui étudient bien leurs projets et avancent ! J'ai juste un ajout à faire, je pense qu'en matière d'urbanisme on fait trop de maisons individuelles avec les pertes et tout l'impact que celà signifie (rues, réseaux etc), alors que par exemple une construction sur 2 étages qui aurait 4 logements aux rez de chaussée avec donc 4 jardins pour ceux qui aiment et 4 logements au 1er pour ceux qui ne veulent pas de jardin a un impact bien moins important en termes de ressources de construction, d'énergie et d'espace sans que les personnes ne soient gênées puisque chacun est dans sa partie. Il y a des projets de ce type est c'est assez satisfaisant y compris en terme de voisinage. Autrement dit je trouve que le concept de la maison individuelle est désormais moins pertinent sur bien des points de vues. C'est pareil entre l'agriculture horizontale et décentralisée et l'agriculture verticale au milieu des villes : énormes bénéfices d'espaces, d'apport de la nature, de recyclage, d'utilisations optimale des ressources etc.
Réponse de le 16/12/2014 à 9:14 :
Vous me faites tous rire confortablement installé dans votre ignorance de ceux qui ont d'autres priorités
a écrit le 30/11/2012 à 16:17 :
Moi j'ai mis 15.000 euros dans une pompe à chaleur avec 300 m2 de captage. Elle devait fonctionner 15 ans sans entretien. Elle a fonctionné 3 ans, puis tombée en basse pression. Devis de 3.000 euros pour réparer la fuite, sans garantie de la trouver .... je reviens au chauffage basique : chaudière électrique qui tourne la nuit à tarif réduit, gros ballon tampon et chauffage par le sol. .... et bientôt un poele à bois.
Réponse de le 30/11/2012 à 23:27 :
C'était sans doute mal posé et statistiquement çà n'arrive quand même pas souvent quand l'entreprise est sérieuse. Cà reste une excellente technologie tout comme les pompe à chaleur air eau entre autres qui désormais accumulent la chaleur donc obtiennent un cop parmi les plus élevés.
a écrit le 30/11/2012 à 12:22 :
Un peu de physique élémentaire pour comprendre à quel point la "mafia du nucléaire" se moque royalement du confort de ceux qui les finance c a d les braves grenouilles françaises: Ce que tout le monde ressent devant un "grille-pain" c'est le froid et pas la chaleur. Normal ça ne fait que "griller de l'air" qui va immédiatement se bloquer au plafond de votre logement contrairement à un radiateur traditionnel qui émet de chaleur sous forme de rayons infrarouges et rayonne dans toutes les directions sur plusieurs mètres à partir du sol. Pour ceux qui ont le privilège de ne pas avoir de "grille pain", allez faire l'expérience chez un brave "pigeon-client-EDF-avec-grille-pain": utilisez un escabeau et mettez la tête juste sous le plafond, vous comprendrez mieux ce que je qualifie de "vaste escroquerie au confort organisée par la mafia du nucléaire". Quand certain disent que le problème est résolu depuis les années 80 grâce à nos normes (soit disant!!) performantes d'isolation, c'est trompeur et mensonger pour 2 raison: 1° 80% des logements ont été construit entre 1950 et 1980; 2° avec l'explication que j'ai donné précedement on comprends que ça sert pas à grand chose d'avoir un logement bien isolé s'il est équipé de grilles pain puisque toute la chaleur est bloquée au plafond. Donc les normes d'isolations ne sont vraiment efficaces qu'avec des chauffages qui rayonnent de l'infrarouge c a d presque tout sauf les "grilles pains".
Réponse de le 30/11/2012 à 13:36 :
L'idée alors serait de relever le plancher et non d'isoler ?
Réponse de le 30/11/2012 à 14:13 :
Il existe des ventilateurs qui repoussent la chaleur vers le bas. (Ce genre de ventilateurs à grandes palles mais à flux inversé).
Réponse de le 30/11/2012 à 14:15 :
Il faut alors un dispositif qui fait circuler l'air chaud partout dans la maison.
Réponse de le 30/11/2012 à 15:18 :
L'air chaud c'est pas l'idéal non plus. Le rayonnement infrarouge est nettement préférable, c'est ce qui est émis d'un corps inerte chauffé comme par ex. un radiateurs à eau circulante , un poelle à bois, un chauffage au sol. L'idéal c'est de la coupler avec un stockage passif lourd pour "emmagasiner" l'infrarouge: dalle, mur de brique, mur de terre etc.. le rayonnement infrarouge est celui qui procure la meilleure "sensation" de chaleur pour notre corps. Pour revenir à "l'air chaud" les pompes à chaleurs sont interessantes...en théorie, mais en pratique ce foutu "air chaud" veut toujours s'échappper et la moindre ouverture (porte, fenetre, ventilation) fait perdre une grande partie de l'efficacité ou alors il faut tout calfeutrer et à ce moment ou a des problèmes d'air vicié ou alors on doit installer des vmc double flux mais ce devient cher et compliqué. Dans ma maison passive j'ai une isolation extérieure en bottes de paille, des grands vitrages sud, énormément de masse à l'intérieur (dalle béton, cloisons en brique de terre) et un minuscule poel à bois au centre de la maison qui fonctionne 5h/jour en hiver ça suffit pour maintenir toute la température à 21/22 ° C et surtout la sensation de chaleur est uniforme, les parois intérieure restent tièdent de nombreuses heures, c'est confortable ! Je peux laisser 20 minutes une porte ouverte quand il fait 0°C dehors, ça ne refroidit presque pas l'intérieur. Mes visiteurs qui viennent d'un logement "grille-pain" ou clim réversible ont l'impression d'être dans un autre monde.
a écrit le 30/11/2012 à 11:51 :
Le souci c'est que seuls les propriétaires sont, ici, maîtres du jeu.
Comment faire si on est locataire et que l'on veut utiliser une énergie de chauffage plus vertueuse ?
Espérons qu'il y aura une réelle réflexion la-dessus.
Réponse de le 30/11/2012 à 12:42 :
Pas la peine de réinventer la poudre avec un énième pseudo-débat-truqué sur l'énergie (on doit en être au 4° ou 5° depuis l'an 2000 !!), inspirons nous plutôt des réussites chez nos voisins. Par exemple en Allemagne:prix de l'énergie élevé + accès très facile au financement des travaux d'isolation et d'équipement en enr = factures en baisse + amélioration du confort + amélioration de l'indépendance énergétique
Réponse de le 30/11/2012 à 14:10 :
Perso, je ne me sens pas de faire faire des travaux d'isolation thermique pour en faire cadeau à mon proprio quand je quitterai l'appart.
Réponse de le 30/11/2012 à 15:24 :
Malheureusement ce problème est bien connu depuis 30 ans et en pratique l'Etat n'a rien fait pour y remédier. Je me demande s'il n'y aurait pas une relation de cause à effet avec notre petite mafia nationale électro-radioactivo-intensive ??? Pour les logements en location il y a aussi des règles strictes chez nos voisins, le proprios ont clairement des avantages s'ils isolent efficacement leur biens.
Réponse de le 30/11/2012 à 17:52 :
C'est pas le rôle de l'état de vous dire comment faire des économies.
Réponse de le 30/11/2012 à 19:07 :
@ état, C'est clair, dire aux gens comment faire des économies c'est le role de nos brillants ingénieurs du Corps des Mines. Il y a 2 siècle ils avaient quelque peu le sens de l'intéret collectif mais ça c'est du passé, désormais ils sont convertis à la Religion Electro-Radioactive. Vus êtes priés de vous contenter d'en bouffer un maximum sans possibilité de remettre en cause le Dogme ! Les 10 millions de pov'grenouilles de contribuables qui se ruinent le porte monnaie et la santé chaque hiver en savent quelque chose...
a écrit le 30/11/2012 à 11:38 :
Sans doutes que les grandes sociétés impliquées font le forcing pour garder ces immenses bénéfices dans leurs poches. ça fait des années que ça dure, j'ai toujours trouvé aberrant de se chauffer en électrique avec une mauvaise isolation, mais c'est comme le diesel, il parait que ça ne polluait pas !!! On en reparlera d'ici quelques années ... En tous cas, BRAVO à nos politiques qui donne des leçons, mais qui sont incapable de gouverner , donc de prévoir ...
a écrit le 30/11/2012 à 10:16 :
"une étude du Sénat nous promet des hausses de 50% du prix de l'électricité d'ici à 2020."Le sénat avait il réellement besoin d'une étude?! Sachant que de la privatisation d'EDF joue sur la régulation du prix du Kw. L'intervention du gouvernement sur la régulation du prix du Kw doit s'arrêter en 2015.
a écrit le 30/11/2012 à 9:03 :
si le climat se rechauffe, on va moins avoir besoin de chauffer...donc le climat va se refroidir?
Réponse de le 30/11/2012 à 9:37 :
Le réchauffement du climat est lié aux émissions de carbone contenu dans les énergies fossiles (énormément utilisé dans les logements). Donc rien à voir. Mais bien tenté !
Réponse de le 30/11/2012 à 10:41 :
quand il parle d'énergie fossile
c'est la production électrique fournie dans des installations fonctionnant avec du charbon ,,comme en Allemagne donc 65%
d'électricité est fourni a base d'énergie fossile donc pollution maximum en toute impunité
et que nous payons la taxe carbone inventée par ce gouv de sarko
toujours en vigueur a nos jours ,, que flamby n'a pas effacer de son pouvoir (ça lui raméne des sous )
a écrit le 29/11/2012 à 21:44 :
ca fait 10 ans que deux maison sur trois construite et sur du chauffage elec c'est ce que tous le monde installe.
a écrit le 29/11/2012 à 19:47 :
Je me demande pourquoi je me tue à répéter que l'énergie la moins chère est celle qu'on ne consomme pas, et pour ne pas en consommer, il faut I.S.O.L.E.R et R.E.G.U.L.E.R.Des dizaines de milliers d'emplois à la clé et des milliers de MWH économisés. On ne le fait pas, et c'est à se demander si EDF , GDF , TOTAL Fuel et Gaz et les autres ne font pas de la résistance pour préserver leurs volumes, donc leurs marges et bien entendu leurs bénéfices...pour leurs actionnaires.
Réponse de le 30/11/2012 à 9:39 :
Vous avez tout compris ! Quel est l'intérêt d'EDF, GDF et TOTAL ? c'est la seule question à se poser...
a écrit le 29/11/2012 à 18:54 :
Les avantages du chauffage électrique sont nombreux, en terme de régulation, de coût d'installation et de modification, d'entretien. Pas de pollution locale, je pense en particulier à mes voisins qui ont manifestement des installations thermiques diverses, mal entretenues et déréglées, et qui polluent et m'empestent. Le chauffage électrique revient à confier à EDF le soin de régler les installations de production, de les moderniser, d'utiliser les meilleures combustibles ou sources d'énergie du moment, ce que ne font pas et ne peuvent pas faire les particuliers. Ma maison a été construite au milieu des années 80, avec une isolation conforme aux normes de l'époque. J'en suis satisfait et je fais confiance à EDF pour assurer mon avenir électrique. Je prends aussi ma part d'économie d'énergie en veillant à ne pas gaspiller...
Réponse de le 30/11/2012 à 0:09 :
susseur
Réponse de le 30/11/2012 à 11:47 :
Oui, on peut faire confiance à EDF surtout si, comme moi, on ne travaille pas dans le nucléaire.
Réponse de le 30/11/2012 à 12:28 :
"les normes de l'époque" pour l'isolation sont complétement obsolètes.
Il faudrait tout refaire pour être dans l'actuel !
Réponse de le 30/11/2012 à 15:31 :
@Roman. Encore un qui récite son petit "Brévaire électro-radioactivo-intensif". Par ce que pour être satisfait du confort quand il fait 0°C dehors dans une maison chauffée avec des grilles pains faut vraiment être un ours, ou alors habiter à La Réunion. Et si vous n'êtes ni l'un ni l'autre alors ne venez pas visiter ma maison passive à énergie positive vous risquez un (gros) choc thermique !!
a écrit le 29/11/2012 à 18:45 :
L'électricité est la seule énergie non polluante en tant que telle. Les pollutions en amont sont directement de la responsabilité de l'état qui doit évidemment mobiliser les meilleurs chercheurs pour trouver ou améliorer les sources d'énergie. L'évidence désigne la fusion nucléaire (centre de recherche attribué à la France dont j'espère qu'elle a fait des progrès autres que choisir la direction) le photovoltaïque, et le MHD qui périt en France, hélas, avec Jacques Bergier. Alors, par pitié, arrêtez les sources d'énergie immondes comme les éoliennes, ou les hydrocarbures - ainsi que le charbon pour un nombre croissant de citoyens européens ! Que les gouvernements s'impliquent réellement. Pour le moment, l'énergie n'est qu'une source d'impôts pour eux. C'est petit - je ne dirai pas méprisable...
Réponse de le 29/11/2012 à 21:40 :
les éoliennes immondes?? lol tu as de la famille qui bosse dans le nucléaire toi non?^^

va faire un tour en russie ou au japon et tu verras le côté immonde du nucléaire! j nesuis pas contre l'électricité -bien au contraire- mais la produire en utilisant une réaction nucléaire pour faire de la vapeur....c'est pas un peu n'importe quoi?
Réponse de le 29/11/2012 à 23:12 :
Concernant les éoliennes il faut savoir que leur bénéfice en matière d'électricité (car elles ont pour les grosses éoliennes d'erdf besoin d'électricité pour fonctionner) est moindre et à une époque où l'impact sur le réchauffement climatique est de rigueur il n'est pas inutile de savoir qu'une éolienne augmente la température de 2°C dans un rayon de 30km...
Réponse de le 30/11/2012 à 7:34 :
Frefre, c'est ta température à toi qui a pris 2° (je dirai même 4-5°) pour écrire de telles sottises ! Donne-nous tes sources ou alors arrête d'inventer n'importe quoi !
Réponse de le 30/11/2012 à 9:32 :
c'est clair!^^ alors je vais demander au maire d'en installer 5 au coeur du village et plus besoin de chauffage!! 10° de plus gratos pour tout le monde! ^^ (la Bretagne en Meuse!!)

Je sais que les énergies renouvelables ne sont pas encore au point. Mais pour le devenir il faut leur donner des moyens..investir dedans plutot que dans un EPR qui coute une fortune et ne produit toujours rien..et qui nous tuera tous le jour où un problème surviendra!!

Je n'ai que 35 ans mais quand j'étais au cm2, mon maitre nous parlais du photovoltaique. Il nous idsait que pour faire rouler une voiture il fallait la surface de la france...........moins de 25ans plus tard, nos jouets fonctionne avec des patchs qu'on colle dessus...nos ballons d'ecs chaufent avec des plaques de moins d'1m²...bref on avance! Avec plus de moyens qui vous dit qu'on ne pourra pas chauffer nos maisons de façon individuelle avec 1 éolienne petit format ou 2m² de photovoltaique??

en tout cas même si on se plante avec une éolienne, les dégats ne seront jamais comparables à ceux des 2 dernières catastrophes nucléaires!
a écrit le 29/11/2012 à 16:55 :
ok, pourquoi pas pour un autre mode de chauffage!!!
Maintenant, voyons la différence entre un chauffage électrique, et tout autre type de chauffage (Coûts de l'installation)...
Moi, je veux bien, mais que l'on baisse les autres types de chauffage...
Et que l'on ne me dise pas que le gaz n'augmentera pas, que le bois ne va pas augmenter ainsi que tout le reste des énergies!!!
Alors, oui surement sur certains points mais pour l'instant l?électrique permet à un grand notre de se chauffer!!!
a écrit le 29/11/2012 à 16:50 :
Pourquoi ne pas arrêter des "massacres" de consommation comme les sociétés qui laissent électricité et chauffages toutes les nuits alors qu'il n'y a personne, les décorations de noel sont sympathiques mais malheureusement elles arrivent au moment ou l'on a besoin de l'électricité : pourquoi gaspiller de l'énergie et utiliser plus de production d'énergie pour cela ?
a écrit le 29/11/2012 à 16:31 :
L'UFC soulève effectivement un problème réel et important mais ne propose aucune solution. De plus, ils ont vocation à protéger le consommateur or dans ce cas le consomteur ne peut souvent que déplorer la situation et préfererait lui meme etre chauffé autrmeent qu'à l'électrique...

On parle ici de logements, pas de voitures ou de robots ménagers. L'age du parc immobilier est important et le renouvellement se fait sur des 10aine d'années.

Quelles que soient les modifications réglementaires ou les nouvelles solutions de production électrique, solaire, élolien ou autre, les locataires ne sont pas décisionnaires pour s'équiper et dans la plupart des cas les propriaiataire en copro d'immeuble non plus. En gros sauf à etre proprio d'une maison individuelle ou acheter du neuf en étant décisionnaire de la solution de chauffage, on ne pourra jamais changer (sauf à dépenser des sommes folles pour transformer un immeuble tout éléctrique en gaz fioul ou autre...)

Trouver un logement est déjà très compliqué, que ce soit à la location ou à l'achat.
Bien évidement, comme bcp, j'aurai préféré acheter un appartement avec chauffage collectif, seulement voilà on n'a pas tant le choix que ça puisque la très grande majorité des immeubles construits depuis les années 80 sont en tout éléctrique. J'ai limité la casse en remplaçant tous les toasters d'origine par des radiateurs à inertie avec programmateur mais outre la facture de plus de 4000 ?, ce n'est pas la panacée.

On peut effectivement trouver qu'il est dommage et couteux de dimmensionner l'outil de production EDF en fonction des pics de conso hivernaux, mais quelle autre solution aujourd'hui ??? C'est il y a 20 ans qu'il aurait fallu légiférer et inciter les promoteurs à construire autrement qu'en 100% électrique. Maintenant que les logements existent, on ne va pas les raser.. Faire re-payer (ou surpayer) le consommateur qui subit déjà cela en étant médiocrment chauffé et en payant une note mensuelle salée ne résoudra pas le pb pour autant.
Réponse de le 29/11/2012 à 18:34 :

D'accord mais dans ce cas la facture gaz ou fioul serait plus lourde et notre balance du commerce extérieur encore plus déficitaire. Ce débat sur le chauffage électrique est un peu stupide car de toute façon il faut bien se chauffer en hiver. On ne peut avoir le beurre et l'argent du beurre. Les allemands arrêtent le nucléaire: c'est un choix et en parallèle ils lancent la construction de 23 centrales thermiques. Je ne suis pas convaincu que ce soit une meilleure solution sachant que par ailleurs l'éolien et le photovoltaïque n'apportent pas de véritables solutions dans nos régions du fait de leur faible efficacité, de leur caractère aléatoire et de leur coût prohibitif.
a écrit le 29/11/2012 à 13:16 :
Continuons de taper sur les faibles revenues qui ne peuvent pas changer leur système de chauffage. A force presser tout le monde, ça va finir par péter...
a écrit le 28/11/2012 à 9:49 :
solution simpliste faire payer les emissions de CO2
Réponse de le 29/11/2012 à 13:47 :
Pour la France, les facteurs de conversion pour l?électricité sont de 2.58kWh ep/kWh et 0.08kg de CO2/kWh ; pour le gaz, ils sont de 1 kWh ep/kWh et 0.234kg de CO2/kWh.
L'electricité consomme plus, mais rejette moins d'emissions de CO2...
Réponse de le 29/11/2012 à 13:56 :
Oui, mais peu d'émissions de Co2 en France pour la fourniture d'électricité.
a écrit le 28/11/2012 à 9:06 :
Avec l'augmentation de l'alimentaire, de l'énergie, de l'essence, des taxes, des assurances, de la vie en générale, j'ai de plus en plus de mal à joindre les deux bouts. C'est la misère qui pointe. L'avenir me fait peur. Je comprends que les restos du coeur battent des records. Bientôt on sera tous concernés. Et que vont devenir nos enfants avec un chômage pareil ?
Réponse de le 28/11/2012 à 9:30 :
A part s'exiler (en Allemagne ?) ou se faire embaucher par EDF, clairement, de votre point de vue, je n'imagine rien d'autre !
Réponse de le 29/11/2012 à 9:24 :
Vous avez un ordinateur et une connection à Internet (30E/mois mini) pour écrire votre message Hercule. Vous êtes donc encore éloigné de la vraie pauvreté !
Réponse de le 29/11/2012 à 20:53 :
C'est certain avec de tels commentaires on avance
a écrit le 28/11/2012 à 2:44 :
Le personnel d'EDF paie son électricité 0,5 cts / KWh contre 12 cts / kWh en moyenne pour les "usagers" normaux. Ca contribue certainement à expliquer pourquoi lesconseillers commerciaux d'EDF sont si nuls quand il s'agit d'aider et expliquer à leurs clients comment mettre en oeuvre des économies d'énergie . Un bien triste exemple pour une entreprise d'énergie publique !
Réponse de le 28/11/2012 à 5:52 :
entièrement d'accord:ces avantages sont d'un autre temps.nous ne sauverons les régimes de retraite qu'en chassant la mauvaise graisse,les dépenses inutiles de l'état!
Réponse de le 29/11/2012 à 13:09 :
un memnbre de ma famille qui travaille à edf ne paie que 10% de sa facture
je peux vous dire qu'il ne fait pas froid chez eux et les lumieres brillent presque jour et nuit
Réponse de le 29/11/2012 à 13:42 :
+ 1 même expérience mais avec GDF
Réponse de le 29/11/2012 à 17:21 :
C'est exact. Les salariés EDF ne payent que 10% de leur facture électrique. Je vis dans un secteur proche d'une centrale nucléaire et nous avons une tripotée d'agents EDF qui habitent dans les parages. Eh bien, ce n'est pas difficile de repérer leurs maisons, ce sont celles dont les lumières de toutes les pièces sont allumées !!! Et nous pauvres cons, pendant ce temps là, on nous explique comment économiser l'électricité, comment dépenser moins....
Je pense que ce privilège exhorbitant ne se justifie plus aujourd'hui (si tant est qu'il se soit jamais justifié un jour) et il est temps que les agents EDF payent leur électricité au même prix que le commun des mortels. Les ? supplémentaires ainsi engrangés permettraient d'aider les ménages les moins aisés à soulager leurs factures de chauffage (électrique bien sûr !).
Réponse de le 30/11/2012 à 10:54 :
avant de commencer je précise que je ne travaille pas chez edf et que je ne connais personne dans ce cas!

C'est typiquement humain que de crier sur les autres quand un problème survient, hein?! Si les agents EDF ont des avantages, c'est lié à leur profession. Ce ne sont surement pas les 150000 employés (erdf et filliales) qui a eux seuls gaspillent ce que 65000000 de français utilisent aussi!! arretons un peu avec çà! Toutes les professions ont des avantages intrinsèques...pas besoin d'être jaloux, c'est normal!
PSA: les gars peuvent acheter des voitures moins cher, rouler avec et les revendre plus cher qu'ils ne les ont payé....et alors? on va leur interdire sous pretexte que certains français n'ont même pas de voiture??

le problème vient du coût de l'énergie ET de la quantité d'énergie consommée. On doit jouer sur les 2 tableaux; isolation ET recherche pour les énergies renouvelables.

Je reste perplexe que tant de sujets sur le coût horrible de léergie sortent en ce moment......aors qu'on parle d eplus en plus de cette énrome pactole que l'on a sous les pieds avec le gaz de schiste....Certains lobbies nous prépareraient à accepter l'innacceptable que je ne serais pas surpris!
Réponse de le 30/11/2012 à 12:23 :
OK, mais dans le contexte actuel, il est quand même dingue qu'un gars qui travail chez GDF utilise 13500 Kw de gaz pour chauffer sa maison (90 m2).
Je le sais car j'ai acheté cette maison et j'ai eu droit à un 1er prélèvement sur ma facture de gaz ( prélèvement automatique basé sur la consommation antérieure).....
Réponse de le 30/11/2012 à 12:31 :
Mon propos n'était pas prioritairement d'exprimer une jalousie envers ceux (salariés d'EDF GDF) qui auraient des privilèges indus. Ce que je voulait dire c'est qu'il est difficile voire impossible d'inculquer une culture de l'efficacité énergétique à des salariés quand on leur propose la quasi gratuité de leur énergie. C'est très lourd de conséquences dans le sens ou ces mêmes salariés sont (théoriquement) les plus aptes à comprendre et transmettre une culture de l'efficacité énergétique aux clients et usagers d'EDF c a d à toute la population Française.
a écrit le 28/11/2012 à 2:24 :
Depuis que nos brillantes élites du Corps des Mines décident de tout en matière énergétique dans notre pays, les 10 millions de malheureux qui se chauffent au "grille pain" ne sont pas vraiment à la fête: toutes les tentatives pour imposer une règlementation thermique efficace dans les batiments anciens ont été tuées dans l'oeuf. Contrairement à l'Allemagne ou l'état intervient directement et massivement depuis 20 ans, via la banque Kfw, pour financer l'isolation de tous les logements sans distinction, en France l'état ne fait...rien ! Tout ceci fait partie d'une sinistre stratégie voulue par les Apparitchiks du Corps des Mines dans le seul but de gaver les braves grenouilles Françaises d'électricité radioactive dont personne ne sait quoi foutre, en particulier la nuit. ps: ces messieurs du Corps des Mines sont à 90 % logés dans de superbes logements de fonction avec un magnifique chauffage traditionnel au gaz ou au fioul et ne connaissent pas le "bonheur français" de se blottir devant un "grille pain" et d'attraper une bonne angine.
Réponse de le 28/11/2012 à 18:20 :
Sauf qu'au total la consommation d'énergie en Allemagne est aussi élevée qu'en France. Simplement ils brulent du gaz au lieu de l'électricité.

Et ce que vous écrivez, n'a simplement pas de sens. Aujourd'hui ça revient encore plus cher de se chauffer au fioul qu'à l'électrique. Pour le gaz, il n'y guère de différence après toutes les augmentations de ce dernières années. Même quand on économise un peu, il faut un sacré paquet de temps avant que l'économie ne compense le coût de la chaudière par rapport au radiateur électrique.

Enfin sur la réglementation thermique pour l'ancien, je ne peux qu'approuver, sauf que tous les logements construits avec de l'électrique ont justement été construits avec des normes d'isolation stricte. Une toute petite minorité d'entre eux date d'avant 1975 et pour ceux-là EDF recommandait déjà à l'époque une étude thermique, et la mise en place de double-vitrage en particulier.

Un problème spécifique est que certains logement anciens mal isolé dont le chauffage d'origine n'était pas électrique sont maintenant chauffé à l'électricité, mais enfin bon, que propose l'UFC face à cela ? Une enquête pour chaque acheteur d'un radiateur électrique pour vérifier qu'il va le mettre dans un logement bien isolé ? On peut changer les abonnement pour arrêter que ce soit moins chers pour les gros consommateurs, ça reste facile, mais pour le reste ...Augmenter les tarifs l'hiver ? Augmenter au delà d'un seuil donnée ? Enquêter dans chaque famille pour vérifier à quoi correspond leur usage et pouvoir punir exactement ceux qui consomment trop ? C'est exactement le problème sur lequel le gouvernement est tombé avec la tarification progressive, cela devient rapidement soit une usine à gaz complète, intrusif dans la vie privée, soit injuste envers certains personne dont la situation est mal prise en compte.

Bien sûr, rien n?empêche que ce soit simultanément une usine à gaz, fortement intrusif dans la vie privée *et* qu'il reste encore des cas particuliers mal pris en compte ...
Réponse de le 29/11/2012 à 13:39 :
" Enfin sur la réglementation thermique pour l'ancien, je ne peux qu'approuver, sauf que tous les logements construits avec de l'électrique ont justement été construits avec des normes d'isolation stricte. Une toute petite minorité d'entre eux date d'avant 1975 et pour ceux-là EDF recommandait déjà à l'époque une étude thermique, et la mise en place de double-vitrage en particulier"

ah bon? l'immeuble où j'habite n'a qu'une vingtaine d'années, et c'est une vraie "passoire"!!! On sent bien l'air froid près des fenêtres et les rideaux "bougent" tous seuls, fenêtres fermées malgré le double vitrage.
Chauffage électrique. Ce genre de radiateur très justement nommé "grille pain" par Yan13 est un gouffre énergétique. Pour que ça chauffe correctement une pièce (disons à 18/19°C), il faut le mettre à fond, et encore à 5 mètres du radiateur tu ne sens plus rien tu te cailles.
Pas le choix, nous sommes locataires, et il n'y a pas de raccord au gaz de ville dans le quartier. Résultat, en hiver, des factures qui explosent, malgré le fait qu'on essaie de limiter le chauffage et de se mettre en gros pull et grosses chaussettes d'octobre à avril, façon Bibendum Michelin. Et malgré le fait que nous avoins réglé le compteur de manière à ce que le chauffage se coupe automatiquement entre minuit et 6h00, pusique nous sommes sous la couette; et la journée entre 09h00 et 17h00, puisque nous sommes au travail.
je suis désolée mais avec une chaudière à gaz et un appartement 1/3 plus grand que le mien, mes parents paient moins cher en chauffage à gaz que nous en électrique, alors qu'on ne met pas le radiateur à fond.
donc je pense que vous n'avez pas le chauffage électrique chez vous, pour écrire un commentaire pareil.
Réponse de le 29/11/2012 à 14:15 :
Et le radiateur électrique à bain d'huile ? Je me permets de vous répondre car j'ai eu le chauffage électrique "de base" et j'ai pu comparer avec le radiateur électrique à bain d'huile. Et ma préférence en matière de chaleur comme de cout d'électricité va vers le second ! quand on l'arrête il reste chaud encore un moment, il chauffe vite et avec un "rayonnement supérieur. C'est sûr que cela reste consommateur d'énergie, mais quand on a pas le choix comme dans beaucoup d'appartements autant essayer de faire au mieux. Quand à l'isolation, là aussi lorsque l'on est locataire ou même propriétaire en "coprop" l'isolation peut être faite jusqu'à un certain point mais très limité...
Réponse de le 30/11/2012 à 1:27 :
@juju : je comprend que dans votre situation vous ne puissiez qu'être en colère contre le chauffage électrique. Je vous invite quand même à regarder l'historique ici http://www.infobruit.com/revues/78_09555.PDF et à voir que dès 1977 la norme d'isolation pour la chauffage électrique était officiellement renforcée par rapport au reste. D'après votre description, il semble que votre appartement était défectueux par rapport à la norme dès sa construction, et que celui de vos parents même plus ancien est mieux isolé. Même si les gros consommateurs de gaz paient moins chers, pas à ce point, surtout avec les chaudières anciennes au rendement faible. J'ai habité plusieurs appartements chauffés à l'électrique, jamais avec un cas aussi catastrophique. Le problème est que dans la cas d'une location, le propriétaire peut s'en foutre, et ne pas s'être plaint au constructeur à l'origine alors qu'il était en droit, puisque ça n'a jamais été lui qui payait les factures. La principale motivation des résidences pour ne pas installer le gaz, c'est en réalité surtout les risques d'accidents. Là où je suis actuellement même une bonbonne pour une cuisinière est interdite pour cette raison.
Réponse de le 30/11/2012 à 2:58 :
C'est mieux de mettre une pompe à chaleur que des radiateurs électriques et quand c'est possible du solaire thermique avec des panneaux type Dual Sun solaire PV verso et thermique recto et quand on n'a pas de plancher chauffant des chauffages solaires + eau chaude type Clips'air. Pour l'Allemagne l'efficience par habitat corrigée du climat est nettement plus forte qu'en France. On trouve plus au Nord en Suède des habitats très bien isolés sans aucun chauffage sinon la circulation de l'air avec récupération de chaleur dans la maison et j'ai d'éjà vu des 23° à l'intérieur par des moins 10° à l'extérieur. Chez les finlandais on a des poeles de masse que l'on chauffe 1 heure et qui répercutent la chaleur jusqu'à 24 heures. Enfin si vraiment on n'a aucune solution simple possible sachez que c'est le poil de caribou qui est le plus chaud de tous les animaux donc reste plus qu'à vous trouver des pulls en poil de caribou ;o)
Réponse de le 30/11/2012 à 10:47 :
lol juju!! on ne vous a jamais dit que cela coute moins cher d'entretenir sur 24h une temperature de 19-20° plutot que de couper le chauffage sur des périodes de 6h pour ensuite lui demander de remonter à 20°??

Je ne dis pas que le chauffage électrique est génial mais si en plus vous l'utilisez mal............c'est sur que c'est la gabegie assurée!
Réponse de le 01/12/2012 à 21:33 :
@baltarius : ça dépend du niveau d'isolation du logement. Si comme visiblement ici 2 heures suffisent pour que toute le chaleur soit partie, il vaut alors mieux chauffer seulement la durée minimale. Et au sujet des risques du chauffage gaz, justement en Allemagne à Titisee il y a quelque jours, une fuite a provoqué un incendie responsable de 14 morts. cf http://www.lexpress.fr/actualites/1/monde/allemagne-une-fuite-de-gaz-a-cause-l-incendie-meurtrier-dans-un-atelier_1192497.html
a écrit le 28/11/2012 à 0:08 :
Il faudrait aussi dans un soucis d'optimisation énergétique et d'arrêter le gachis et pour une justice fiscale, faire vendre au prix marché de tous l'électricité à tous les salariés et retraités EDF. A minima, imposer le delta comme un avantage en nature !
Réponse de le 29/11/2012 à 17:44 :
-les salariés d'edf et autres déclares déja un avantage en nature
-du même point vue , poutr réduire le cout des banques il faut suprimés tous leurs avantages ( 13 eme mois etc...). pareil chez renault....
Il est clair que s'ataquer au avantage des un puis retirer ceux des autres , nous détourne d'un triste constat : la part du lion qui part dans la poche de nos "grands" patron , qui je suis sur , se délecte du spétacle....
a écrit le 27/11/2012 à 23:25 :
Le tout électrique vient de la décision du générale de Gaulle de développer le nucléaire.
Cette énergie doit être conservée. Toutefois pour des particuliers, le solaire est une alternative avantageuse. Il faut 6 ans en moyenne pour amortir un investissement.
Mais quel plaisir quand l'énergie vient du ciel et gratuite de ne plus avoir à changer sa chaudière, mettre un double vitrage ou isoler les combles. Cerise sur le gâteau, plus de facture de gaz et la satisfaction de ne plus subir des hausses considérables du prix de l'énergie qui par ailleurs ne cessera pas d'augmenter et étranglera le consommateur de plus en plus.
Réponse de le 28/11/2012 à 18:24 :
Le solaire thermique ? Dans quelles régions l'apport est-il encore suffisant l'hiver pour alimenter suffisamment en chauffage ?

Le plus gros problème du solaire thermique, fondamentalement très bien, est que la surface nécessaire pour en avoir suffisamment l'hiver, est beaucoup trop élevé par rapport au besoin l'été, et donc n'y sert plus à grand chose.

Avec des puits canadien, on peut stocker la chaleur d'été dans le sous-sol, et la récupérer l'hiver par une pompe à chaleur, mais ce type de solution n'est pas encore très développé et plutôt couteuse pour des individuels.
Réponse de le 29/11/2012 à 12:33 :
Le solaire thermique est une solution intéressante car elle intègre naturellement le stockage de l?énergie reçu du fait que l?eau joue le rôle d?une capacité thermique. De plus le rendement est élevé (de l?ordre de 80 à 90%) car une grande partie du spectre d?émission solaire participe au chauffage de l?eau. C?est donc une bonne solution pour la production d?eau chaude sanitaire bien que les systèmes restent encore chers (un ballon de 200 litres coûte de l?ordre de 4 fois le prix d?un ballon classique).
Pour le chauffage, l?investissement devient vite très élevé s?il n?est pas prévu au départ (typiquement de l?ordre de 12000 à 20000? hors pose avec une surface de capteurs nécessaire de l?ordre d?au moins 12 à 15m2 pour une maison de surface moyenne). Mais cela ne supprime ni la nécessité de prendre un abonnement EDF, ni le fait qu?il faudra tout de même faire appel au réseau électrique en cas de temps maussade sur une période de quelques jours.
Dans nos régions le puits canadien peut-être surtout utile l?été pour apporter de l?air un peu plus frais mais il faut disposer de surface d?échange importante et la longueur de tuyaux nécessaire pour avoir un minimum d?efficacité conduit à un investissement élevé (surtout si l?on utilise les tuyaux préconisés par les fabricants qui pourraient presque être en or). Donc là aussi, amélioration légère mais prix lourd.
La pompe à chaleur est sans doute une bonne solution à condition de choisir une bonne marque et surtout un bon installateur. Dans le cas des systèmes air-air souvent plus souples à installer en rénovation, le problème du bruit n?est pas à négliger (ni pour soi, ni pour ses voisins) et il est inhérent au système. Certes, il existe des machines plus silencieuses que d?autres mais comme il n?y a pas à ma connaissance de norme de bruit précise, chaque fabricant peut raconter ce qu?il veut. De plus, il faut de toute façon prévoir un chauffage d?appoint.
En résumé, beaucoup de solutions séduisantes sur le papier mais qui sont toutes partielles et dont le coût est souvent dissuasif, surtout en rénovation.


a écrit le 27/11/2012 à 23:01 :
dans les années 70 un slogan disait " on n'a pas de pétrole , mais on a des idées !" L'auteur aurait pu ajouter boiteuses
Effectivement en lisant la plupart des commentaires on se croirait accoudé au zinc du café du commerce . " les Ya cas , faut qu'on .." font florès .
J'espère que tous ceux qui ont la science infuse savent pourquoi le tout électrique a été développé il y a une quarantaine d'années...oui certains n'étaient pas nés.
Réponse de le 28/11/2012 à 9:27 :
Tout simplement parce que c'était un "progrès" sur le chauffage au fuel avec son cortège de tracas, de puanteur, de dangerosité (moindre que le gaz, il est vrai mais avec quelques désagréments aussi comme la consigne des quantités en cuve, l'assurance, etc.) et que, bien isolé à la construction, le bilan financier était aussi prometteur que celui que l'on obtient de nos jours avec les chauffe-eau solaires ;-) !
a écrit le 27/11/2012 à 22:26 :
Pour les propriétaires de leur résidence principale, il est possible d'installer des panneaux solaires fabriqués en France en Loire Atlantique et bénéficier d'un avantage fiscal. Le coût de l'installation pour une surface habitée de 100 m2 est de 9000 Euros .Pour ce tarif, vous avez le chauffage , la climatisation et l'eau chaude. Le solaire est la solution d'avenir. En plus avec cette formule, vous consommer votre propre énergie et vous n'êtes pas obligé de vendre votre électricité à EDF système inégalitaire payer par tous les utilisateurs alors qu'ils ne profitent pas tous de l'avantage fiscal.
Réponse de le 28/11/2012 à 8:53 :
Merci de bien vouloir nous donner les coordonnées de cette entreprise qui fabrique ces panneaux solaires.
Réponse de le 28/11/2012 à 18:27 :
Vu l'écart de production du PV entre hiver et été, j'ai comme un gros doute que cela marche vraiment. Je voudrais bien voir une évaluation chiffrée.

En PACA, en partant du principe que l'hiver n'aura pas besoin de tant de chauffage que cela, et restera correctement éclairé, peut-être qu'on peut y arriver.
Réponse de le 29/11/2012 à 14:43 :
En étant pragmatique :
Cout total électrique pour ma maison de 100m² : 1300? donc même en admettant qu'avec des panneaux j'économise 50% ça vaut dire rentabilisé en ~15/20ans dans le cas optimiste (je ne compte pas d'éventuelles tracasseries diverses).

En étant écologique :
La "bombe" sera qu'en il faudra retraiter ces panneaux. C'est du semi-conducteur donc un énorme paquet de métaux lourds (arsenic, gallium, germanium...). Donc non et non le solaire ce n'est pas écologique.

Par contre, de l?éolien individuel qui permettrait de réduire sa consommation de 10 à 20% (et qui serait sans doute moins cher que le panneau solaire) me semble aller dans le bon sens mais actuellement on préfère faire tourner des éoliennes géantes dans le vide...dommage.
Réponse de le 29/11/2012 à 18:44 :
Je cite Mr Le solaire: ' le coût de l'installation pour une surface habitée de 100 m2 est de 9000 Euros .Pour ce tarif, vous avez le chauffage, la climatisation et l'eau chaude'!
Ce n'est pas en racontant des sornettes que l'on va sauver les énergies renouvelables ou alors vous êtes un philanthrope. J'aimerai avoir un devis détaillé pour être vraiment convaincu.
Réponse de le 29/11/2012 à 18:54 :
Les panneaux solaires que vous allez acheter seront probablement en silicium. Les panneaux à base de semiconducteur en général amorphe ont des rendements plus faibles et sont, je crois, encore chers aujourd'hui. les cellules à base de semiconducteurs monocristallins peuvent avoir d'excellents rendements (plus de 40% en multicouches) mais sont réservées au solaire à concentration qui est une solution plus intéressante mais qui est réservée aux régions très ensoleillées
Réponse de le 30/11/2012 à 1:37 :
Il faut mettre des panneaux hybrides thermique et PV ou encore mieux de type Dual Sun de la marque du même nom avec face recto PV et face verso thermique, on a un gain et un rendement global élevé. De même pour les chauffages pour les maisons qui ne peuvent avoir de plancher chauffant il y a des solutions comme Clips'air. Enfin on peut faire une installation PV gratuite et toucher un loyer pour son toit sur 20 ans et être ensuite propriétaire du PV qui dure nettement plus longtemps si on n'a pas l'argent.
Réponse de le 01/11/2016 à 17:01 :
Bonjour, je suis en loire atlantique , je suis tombé sur votre post par hasard.
Pouvez vous m' indiquer quelle société fabrique des panneuax solaires ?
Je dois chauffer 170 m2 pour une maison de 2000 ( actuellement grilles pains et insert).
Merci,
a écrit le 27/11/2012 à 21:08 :
He oui, cela fait des années que l'on construit des logements en y interdisant un autre chauffage que l?électrique! alors un jour on s'aperçoit que les habitants rentrent tous en même temps du travail et allument leur chauffage! hilarant de bêtise. Et avec l'arrivée du compteur dit intelligent linky, EDF va nous facturer "EN MOYENNE" 50% de plus le KWH, mais en fait a l'heure de pointe ce sera plus 100%. un système electrqiue qui nous rend arrogant de fierté, mais qui est tellement centralisé que l?équivalent de 2 réacteurs se perd en chaleur ( effet joule) dans le réseau de transport! Il va etre de plus en plus fragile et on va nous expliquer qu'il faut d'autres réacteurs à 6 milliards d'euros alors qu'ils sont incapables de faire face aux pointes de consommation. Quel délire électrique! Et toujours cette culture de l'oligopole maintenant privé. Nos bâtiments pissent par toutes les fuites thermiques cette chaleur fabriquée par tous ces grilles pains et nous ne faisons rien!
Avec un reacteur EPR, on isole combien de centaines de millier de logement? Et on reduit les factures des millions de pauvres français? Et on crée combien de milliers d'emplois? Continuons, nous sommes les seuls au monde à fonctionner comme cela et bien sur les seuls à avoir raison! Mais la facture arrive et qui la paiera?
Réponse de le 27/11/2012 à 21:31 :
Excusez-moi de vous demander pardon, Jp, mais vous semblez oublier que les barrages français sont en cours de privatisation. Soit, le prix de leur gigawatt, le plus rentable en hiver, soit pendant les pointes de conso, est juste en train de remonter... Merci la privatisation.
Réponse de le 28/11/2012 à 18:42 :
Les pertes sont de 6%, dont 3% dans le réseau de distribution, et 3% dans le réseau de transport. Contrairement à certaines propagandes manipulatrice, la production centralisée et concentrée est le plus efficace pour limiter ces pertes et les éoliennes les augmentent très fortement, car :
- plus la tension au point de production est élevé moins on perd dans le transport, ce qui explique que le transport français à très haute tension génère aussi peu de pertes
- les variations fréquentes de production des éoliennes conduisent à ce que certaines régions manquent d'électricité quand d'autres en ont trop, ce qui oblige à transporter de grande quantité de courant sur de grandes distances.
- En comparaison les centrales nuc ont été réparties sur le territoire en fonction de la consommation (sauf Bretagne et PACA) et en moyenne la production de chacune d'entre elle correspond à la région autour. Seule une faible partie des excès est à transporter pour rééquilibrer ce qui limite les pertes.
Le PV en théorie peut réduire les pertes, sauf que les parcs de grandes dimension ont à peu près le même problème que les éoliennes, la place pour les installer n'est pas à coté de la consommation. Et le surcoût de placer des panneau sur un toit individuel est nettement supérieur aux 6% de pertes, et n?empêche pas d'avoir aussi besoin à coté d'un réseau pour compléter.

Enfin on a strictement jamais interdit de mettre autre chose que l'électrique dans les logements, même s'il y a eu un effet d'incitation perverse dans le cas des location (le proprio ne paie que la radiateur, les factures sont pour le locataire).
Réponse de le 30/11/2012 à 2:43 :
On peut souvent envisager régionalement un mix énergétique incluant l'éolien qui se passe du réseau centralisé avec peu de pertes réseau. Prenons par hypothèse la Bretagne elle a l'éolien, l'hydrolien, la biomasse, gazéification etc le biogaz, la géothermie, le solaire, les réseaux de chaleur etc. Elle peut envisager une indépendance comme beaucoup d'autres régions en optimisant chaque énergie et son réseau comme son efficience globale. Par ailleurs des réseaux indépendants peuvent être interconnectés avec des liaisons trés haute tension en continu diminuant la perte globale comme çà se pratique aux Etats-Unis entre autres.
Réponse de le 03/12/2012 à 10:55 :
C'est bien déjà de commencer à dire que les renouvelables ce n'est pas que l'éolien et le solaire, mais pourquoi on n'a en pratique développé presque uniquement ces 2 là ? Ben parceque c'était la solution de facilité ! Pour le solaire et l'éolien, il "suffit" de les poser, pour les autres soit il faut avoir des ressources biologiques en entrée disponibles en quantité difficilement suffisantes, en tout cas ça demande du travail d'avoir suffisamment de biomasse, les Allemands par facilité importent des pellets des US !, soit pour l'hydrolien c'est encore au stade démonstration technique, les ressources même si intéressantes restent limités.

La géothermie et les réseau de chaleur, ça fait beaucoup de sens au moins pour se substituer au chauffage et à l'ECS, il y a des investissement initiaux importants, mais au fond pas réellement plus que solaire/éolien, mais c'est complètement écrasé dans le débat par le couple solaire/éolien, alors qu'il aurait depuis le départ été beaucoup plus efficace d'investir là dedans.
a écrit le 27/11/2012 à 21:01 :
Les français se divisent , après les riches, la finance, les patrons ......... maintenant les utilisateurs du chauffage électrique, demain la corrèze qui demande sont indépendance.
La France suit les traces de la civilisation romaine.
Réponse de le 27/11/2012 à 21:37 :
Et vous croyez qu'il n'y a QUE la France..?? Sortez de votre trou et regardez la Catalogne, la Belgique, le Royaume- "Uni" avec l'Ecosse, etc, etc.. Cela s'appelle : "diviser pour mieux régner".
Réponse de le 27/11/2012 à 21:56 :
Je n'ai jamais dit qu'il n'y avait que la France, c'est effectivement de plus en plus général mais cela doit justement nous interpeller.
a écrit le 27/11/2012 à 20:19 :
Alain Bazot pense que les gens qui se chauffent à l'électricité pénalisent ceux qui n'utilisent pas ce moyen. Mais ce Monsieur oublie un peu que ceux qui se chauffent à l'électricité subissent aussi l'énormité du déficit commercial généré par ceux qui se chauffent au fioul ou au gaz. Un détail...
Réponse de le 27/11/2012 à 20:43 :
Dépenses d'Etat également générées par les importations de minerai d'uranium et par une présence militaire Française massive dans la région Africaine dite sub saharienne afin de préserver notre soi-disante indépendance énergétique qui en fait s'appelle le Niger : premier fournisseur du précieux minerais dans nos réacteurs ... fissurés !
Réponse de le 27/11/2012 à 22:47 :
Il faudrait quand même songer à comprendre que l'on a besoin du nucléaire pour l'avenir. Vous n'allez quand même pas nous faire croire que l'on peut subvenir à tous nos besoins grâce à des pauvres panneaux solaires et à des éoliennes!
Réponse de le 28/11/2012 à 18:49 :
Coût des importation d'uranium = 200 millions d'euros par an
Gains des exportation d'électricité = 2 milliards d'euros par an
Coût des importation d'énergie fossile = 60 milliards d'euros par an (le pétrole en représente la majeure partie)

Le 9 février 2012, la pointe de consommation de gaz représentait une consommation d'énergie supérieure à celle de l'électrique au même moment
(mine de rien, le nombre de logement chauffé au gaz n'est pas si négligeable, et ils sont le plus souvent très anciens et très mal isolés)

Les éoliennes et les panneaux solaire progressivement en Allemagne arrivent à générer beaucoup d'énergie, mais le problème est de faire correspondre la production à la demande, il n'y a toujours pas de moyen de stockage adapté, ni de même de piste réaliste, si on a pris conscience que le besoin se chiffre en dizaines de GW et du coût des solutions actuelles portées à cette échelle là.
Réponse de le 29/11/2012 à 20:11 :
Comme vous le soulignez, le gain dû aux exportations d'électricité (majoritairement grâce au nucléaire) est largement supérieur à celui du prix de l'importation du minerai d'uranium. Le prix des énergies fossiles (charbon, pétrole et gaz) est trop élevé, et encore grâce au nucléaire, nous pouvons en sortir. Le renouvelable est très cher, même en Allemagne. Les Allemands ne sont pas si heureux que ça de quitter l'atome. Enfin, malgré les millions (et même milliards) d'euros qui ont été investis dans ces énergies là-bas, elles ne fournissent même pas 30% de l'électricité chez nos voisins: question inutilité, les énergies renouvelables sont sur la première marche du podium!
Réponse de le 30/11/2012 à 3:14 :
C'est inexact ces calculs puisque les allemands exportent beaucoup de technologies renouvelables depuis le début des années 90 et on redressé rapidement l'ex partie Est allemande en grande part grâce à ce secteur qui vend également beaucoup en Allemagne. De plus ils exportent vers la Chine notamment les machines mises au point pour leur propre production d'Enr dont le bilan global est de loin très largement favorable. On ne peut pas en dire autant en France de nos exportations de centrales nucléaires et sur nos exportations d'électricité il faut déduire nos importations plus importantes en provenance notamment d'Allemagne avec un bilan très négatif. Dans les sondages ils sont toujours très largement favorables aux énergies renouvelables et le prix de l'énergie va plafonner bientôt pour eux quand le nôtre ne fait que commencer à grimper durablement essentiellement à cause du nucléaire. Enfin les solutions de stockage à haut rendement existent et à coûts raisonnables comme on le voit notamment au Japon et en Allemagne où en dehors des solutions classiques de step etc on a la méthanation qui intéresse aussi pour partie le secteur automobile avec H2 et les systèmes redox fiables et durables ce qui permet de décentraliser toutes les énergies. Le nucléaire type EPR tous frais démantèlement, stockage et risques et évidemment hors course désormais comme de nombreuses études le montrent et raison pour laquelle sont essor est plombé dans toutes les études y compris des plus pro nucléaires comme l'AIE à horizon 2030 comme 2050.
Réponse de le 30/11/2012 à 3:14 :
C'est inexact ces calculs puisque les allemands exportent beaucoup de technologies renouvelables depuis le début des années 90 et on redressé rapidement l'ex partie Est allemande en grande part grâce à ce secteur qui vend également beaucoup en Allemagne. De plus ils exportent vers la Chine notamment les machines mises au point pour leur propre production d'Enr dont le bilan global est de loin très largement favorable. On ne peut pas en dire autant en France de nos exportations de centrales nucléaires et sur nos exportations d'électricité il faut déduire nos importations plus importantes en provenance notamment d'Allemagne avec un bilan très négatif. Dans les sondages ils sont toujours très largement favorables aux énergies renouvelables et le prix de l'énergie va plafonner bientôt pour eux quand le nôtre ne fait que commencer à grimper durablement essentiellement à cause du nucléaire. Enfin les solutions de stockage à haut rendement existent et à coûts raisonnables comme on le voit notamment au Japon et en Allemagne où en dehors des solutions classiques de step etc on a la méthanation qui intéresse aussi pour partie le secteur automobile avec H2 et les systèmes redox fiables et durables ce qui permet de décentraliser toutes les énergies. Le nucléaire type EPR tous frais démantèlement, stockage et risques et évidemment hors course désormais comme de nombreuses études le montrent et raison pour laquelle sont essor est plombé dans toutes les études y compris des plus pro nucléaires comme l'AIE à horizon 2030 comme 2050.
Réponse de le 30/11/2012 à 14:57 :
@ atome: cout de fukushima: 100 milliars d'euros..au moins! et je ne compte pas les morts et futurs malades....soit 50ans de bénéfices de l'exportation d'energie française......espace entre tchernobile et fukushima?: 26 ans.

Donc pour parler chiffre et mathématique comme vous aimez le faire: on a des accidents majeurs qui seront de plus en plus fréquents (du fait de la multiplication du nb de réacteurs et de la vétusté des premiers qui arrivent en fin de vie). Au final: ces accidents couternt plus chers que ce que l'exportation pourrait rapporter sur la même période......Est ce vraiment intelligent de vouloir continuer iansi?

Et je le répète: je ne parle même pas des vies qui sont en jeu et de la nature....ce qui est déjà un argument suffisant pour ne pas continuer l'abérration du nucléaire!!
Réponse de le 30/11/2012 à 16:41 :
@baltarius, vous ne pouvez pas dire que les accidents majeurs sont de plus en plus nombreux et de plus en plus fréquents, puisqu'il n'y en n'a eu que deux depuis la mise en service de la première centrale nucléaire au monde. Et tant qu'à parler des vies menacées, vous conviendrez que les accidents routiers tuent bien plus que le nucléaire, mais personne ne le fait remarquer. Mais on ne dit pas "arrêtons les voitures!", ce serait aussi idiot que de quitter le nucléaire! Ou alors, tout comme il y a le renouvelable "pour remplacer" le nucléaire, il y a le vélo pour remplacer les voitures.
@Julien, même si le prix du nucléaire augmente (très peu), il restera toujours moins cher que celui du renouvelable.
Réponse de le 30/11/2012 à 16:41 :
@baltarius, vous ne pouvez pas dire que les accidents majeurs sont de plus en plus nombreux et de plus en plus fréquents, puisqu'il n'y en n'a eu que deux depuis la mise en service de la première centrale nucléaire au monde. Et tant qu'à parler des vies menacées, vous conviendrez que les accidents routiers tuent bien plus que le nucléaire, mais personne ne le fait remarquer. Mais on ne dit pas "arrêtons les voitures!", ce serait aussi idiot que de quitter le nucléaire! Ou alors, tout comme il y a le renouvelable "pour remplacer" le nucléaire, il y a le vélo pour remplacer les voitures.
@Julien, même si le prix du nucléaire augmente (très peu), il restera toujours moins cher que celui du renouvelable.
Réponse de le 01/12/2012 à 0:01 :
@ AtomicD : non le nucléaire devient plus cher que les renouvelables en général. Sans rentrer dans les détails, pour preuve les projections des différentes études AIE etc à horizon 2030 et 2050 : les renouvelables progressent dans tous les cas bien plus vite. Pour les prix on a largement démontré avec moultes détails dans le monde en intégrant toutes les données que le nucléaire devenait de plus en plus intenable quant aux prix. Des groupes quittent ainsi le nucléaire comme Siemens, des opérateurs d'énergie ne choisissent plus cette énergie pas assez compétitives, les investisseurs n'y investissent pas etc Quant aux accidents majeurs l'Agence de sécurité nucléaire entre autres rappelle qu'il y a un accident majeur tous les 22 ans dans le monde et que cet écart se réduit avec le nombre et l'âge des unités. Les statistiques montrent également que la France est désormais à risque et que nous pourrions être les prochains de la liste (nous poussons nos réacteurs jusqu'à 60 ans, nous sommes entrés en zone rouge, au delà de la durée de 30 ans définie au départ). Comparer avec les voitures n'a pas de sens car il y a bien moins de réacteurs que de voitures, on peut réduire les risques des voitures on ne peut plus guère pour les réacteurs, les conséquences sont durables sur toute une région voire un pays etc. En cas de terrorisme et guerre nous serions à genoux en 24 heures. Les énergies renouvelables permettent elles à une majorité de régions d'êtres autonomes avec donc un meilleur contrôle de l'énergie par les populations et des emplois locaux. Le nucléaire même de 4e génération et thorium se heurte à des problèmes insolubles : plusieurs procédés nécessaires, des déchets toujours sur des durées ingérables mêmes si elles peuvent être réduites à environ 300 ans, mais en contrepartie à chaque fois des actinides en plus et des risques guère réduits mais par contre des coûts incompressibles et plus du tout compétitifs. On doit continuer les recherches sur le nucléaire en coopération internationale pour l'optimiser, réduire les déchets et les risques mais on sait que ce ne sera jamais totalement optimal et surtout çà ne va pas être rentable avant très longtemps voire jamais comparativement à la majorité des énergies renouvelables dont les prix ont encore un potentiel de baisse important dans l'ensemble. Aussi la France va de plus en plus perdre sa compétitivité sur ce sujet et il sera bientôt plus rentable de laisser d'autre pays avancer et nous d'acheter le cas échéant et si nécessaire des unités de 4e génération. Si vous anticipez un peu, on en est là, d'autres vendent déjà plus de centrales que nous c'est une réalité.
Réponse de le 01/12/2012 à 11:04 :
Déjà, aucun réacteur pour le moment n'a atteint sa durée de vie maximale en France, qui est de 40 ans, donc dire qu'on pousse les réacteurs jusqu'à 60 ans est pour le moment faux, même si cela ne me dérangerait pas. Il faudra aussi me prévenir quand l'énergie renouvelable sera moins chère que le nucléaire, parce que ce n'est pas demain la veille que cela arrivera. On étudie les énergies vertes depuis bien plus longtemps que le nucléaire, mais bizarrement, elles sont toujours restées plus chères. Un pays, à moins de recouvrir au moins la moitié de sa superficie avec des éoliennes et des panneaux solaire, ne peut pas assurer 100% de son électricité à partir du renouvelable. Ce n'est pas non-plus une solution pour les pays en développement parce que l'électricité générée serait trop chère. Le nucléaire est une des rares énergies à mêler propreté, puissance continue et abordable, pourquoi la quitter? La France est la mieux préparée pour l'instant pour l'avenir, car depuis le début elle a su par où se diriger. C'est grâce aussi à cela que l'on paye moins chère notre électricité que tous les autres Européens. Avant la construction des réacteurs nucléaires actuels, personne, même les scientifiques, n'aurait pu imaginer pouvoir mettre au service de la production d'électricité cette énergie. Il en va de même pour la 4e génération: tout le monde se dit que ce sera impossible, et enfin de compte, il y aura un nouvel essor du nucléaire, tout comme pour la deuxième génération. Et je ne parle même pas de cette énergie parfaite qu'est la fusion nucléaire!
Réponse de le 02/12/2012 à 0:49 :
Si malheureusement en l'état actuel et si rien n'est fait on se dirige vers une utilisation du nucléaire pour 60 ans sauf certaines unités type Fessenheim, augmentant ainsi les risques statistiques de façon exponentielle. Et un accident majeur en France est évalué par les intervenants du nucléaire eux-mêmes entre 600 et 1000 milliards d'euros avec une bonne partie du territoire contaminé de même que des pays voisins puisque nous sommes à l'Ouest sous les vents d'Ouest donc en situation pire que Fukushima par rapport aux vents et notre part de revenus touristiques est notoire tout comme nos produits agroalimentaires exportés, on ne peut donc se permettre une telle catastrophe. Le nucléaire a passé le cap où il est plus cher que les renouvelables dans nombreuses situations et pays. Les prix du nucléaire type EPR indiqués en France déjà non compétitifs n'incluent pas tous les frais (démantèlement, stockage, risques) pour lesquels il est répondu qu'ils sont inconnus par avance alors qu'ils sont la plupart du temps indiqués dans les études externes aux Etats-Unis, Angleterre, Allemagne etc. étayés d'expériences pratiques et on constate une nette différence quand on est objectif sur la réalité. De nombreux consultants français indépendants soulignent également ce fait. Le nucléaire français est de moins en moins compétitif et la quasi absence d'exportations le confirme comme les études à moyen et long terme. La 4e génération ne peut être par nature plus compétitive que l'EPR et le Cnrs comme le CEA le soulignent (équipe Loiseau etc) car ils font appel à plusieurs techniques pour réduire les niveau des déchets et la durée de radioactivité en augmentant toutefois le nombre et donc la gestion des actinides (résultat des transmutations). Les énergies renouvelables n'ont pas été étudiées de façon continuelle, par exemple il y a eu arrêt de la plupart des projets solaires, microalgues, éolien etc en France au début des années 80 alors que nous étions bien placés. L'Allemagne a démarré au début 90. Si le nucléaire n'avait pas capté la grande majorité des fonds on n'en serait pas là et on aurait un tissu d'entreprises avancés dans ce domaine. On a des exemple comme Clipsol racheté par GDF Suez qui a survécu après plusieurs passages difficiles ou Giordano qui pourront vous rappeler ou vous raconter cela en détail. Toute comme Valorga dans la méthanisation etc. Ces groupes ont eu à lutter majoritairement totalement seuls face au monopole nucléaire qui est désormais dans une impasse car on ne peut continuer sur la technologie actuelle dépassés, productrice de déchets sur des durées de milliers d'années ingérables, des coûts de plus en plus élevés malgré la longue histoire du nucléaire et des frais de démantèlement très peu intégrés et énormes comme on peut en juger dans les autres pays et dans nos premiers petits démantèlements. C'est un fait et divers pays sont plus compétitifs que nous avec souvent plus de risques. Plus de 140 pays dans le monde font de l'éolien qui remporte des appels d'offres par rapport au gaz peu cher dans plusieurs pays d'Amérique latine et en Inde par rapport au charbon etc. ce n'est pas par hasard. Il est rapide à mettre en place et plus compétitif que le nucléaire actuel sans les inconvénients. Les énergies renouvelables nécessitent un mix énergétique et résolvent de nombreux problèmes (gestion des déchets et diminution notable des problèmes d'environnement et d'émission de méthane avec le biogaz, indépendance énergétique de régions entières donc réseaux indépendants, sécurité, absence de risques élevés ou majeurs, énergie nettement moins polluante que le nucléaire, absence de problèmes de démantèlements complexes, de retraitement, de déchets ultra longue durée de vie, de stockage complexes, coûteux, de disssémination nucléaire, de risques géopolitiques et terroristes etc). Le nucléaire ne peut dont être disséminé partout et en réalité dans très peu de pays. Il ne s'agit pas en France d'arrêter tout le nucléaire en bloc mais de prendre un virage marqué vers toutes les énergies renouvelables car un EPR conserve les mêmes problèmes de démantèlement, déchets, stockage et seulement risques un peu moins élevés que les centrales actuelles. Et en tenant compte de tout celà, un EPR déjà pas compétitif, ne l'est encore nettement moins quand on intègre toutes les données de façon réaliste. Les énergies renouvelables ont toujours un potentiel d'améliorations importantes comme de baisse des coûts comme d'exportations faciles comparé au nucléaire, font appel à de nombreuses entreprises qui innovent plus qu'un monopole nucléaire, peuvent permettre à de nombreuses régions d'êtres autonomes, d'utiliser de multiples ressources (biomasse, biogaz, gazéification, gestion de déchets, hydrolien, éolien, solaire thermique, photovoltaïque, géothermie, cogénération, réseaux de chaleur, récupération de chaleur des réseaux comme à grande échelle en Norvège et Suède, de toute l'hydraulique hors la grande hydraulique qui correspond à des milliers de sites en Europe et peut fournir plus de 200 millions de personnes sans quasiment aucun impact sur l'environnement, déversoirs de montagne, torrents etc voir rapports et unités en fonction de l'université de Munich secteur ressources hydrauliques), d'impliquer les populations qui deviennent producteurs d'énergie et font les investissements, apportent sécurité, durabilité etc et la ressource est initialement gratuite donc les coûts baissent obligatoirement au fil du temps. Le stockage est important en France jusqu'à 38% d'intégration mais la méthanation a un important potentiel rien qu'avec le réseau existant et les systèmes redox très durables et fiables, comme en Allemagne et au Japon aussi. Ca va également de pair avec à une meilleure efficacité énergétique où nous avons un potentiel important de progrès à faire et qui implique aussi nos ressources autres que l'énergie donc nos importations car les renouvelables font plus que de l'électricité mais aussi des carburants, biogaz, biochar etc. Exemple les algues captent le C02 tout en faisant de l'alimentaire, des cosmétiques, de la pharmacie etc + des isolants, des matériaux de construction qui retiennent le CO2 etc ce que ne fait pas le nucléaire dont les émissions sont d'environ 10%. Dans le monde le rendement global de l'énergie n'est que de 11%, il y a donc 89% du reste qui part en réactions exothermiques et pertes diverses. Les smart-grids et autres modes de gestion démontrent les économies et améliorations à faire Il n'y a pas lieu de stopper net le nucléaire mais un EPR n'apporte rien de nouveau ou pas assez, la 4e génération n'est pas encore prête et ne sera sans doute jamais assez compétitive dans la course avec les renouvelables, elle a juste pour intérêt de réduire la durée des déchets et d'utiliser des stocks donc elle ne peut être que partielle mais coûtera forcément cher et restera difficile à exporter car nécessite plusieurs procédés pour être optimale ce qui signifie dissémination nucléaire. Les énergies renouvelables dans leur ensemble avec le stockage, l'efficacité énergétique, les smart-grids etc sont donc l'avenir même s'il faut un temps raisonnable de changement et nous n'aurons plus de problèmes de déchets, de ressource et prix de la ressource pour la plupart et plus aucun problème de risques. Avec pour avantages de nombreuses entreprises et emplois concernés si nous savons êtres innovants et compétitifs mais c'est plus facile que pour Areva si l'on dispose des mêmes conditions de développement équitables, ce qui n'a jamais été le cas loin s'en faut puisque le Grenelle était supposé reéquilibrer cette situation et attestait cette différence notoire de traitement. Quand à l'énergie soi disant parfaite qu'est la fusion, ce n'est pas pour rien qu'un prix Nobel comme Charpak pourtant archi pro-nucléaire était devenu totalement contre, coûts énormes, retombées limitées, résultats hypothétiques et si c'était le cas dans un temps où toutes les autres énergies auront fait des bonds en avant. Pour de nombreux scientifiques très concernés c'est un projet très contestable.
Réponse de le 02/12/2012 à 11:15 :
Pour ce qui est de la fusion, il est normal que le premier réacteur à but industriel soit cher car, comme je viens de le dire, c'est le premier! C'est le cas avec tous les types de réacteurs et plus largement, avec tous les objets du quotidien. Et il ne faut pas oublier de mentionner que la fusion a un potentiel de puissance 4 fois supérieur à la fission (le Soleil lui-même est un gigantesque réacteur thermonucléaire (à fusion). Si le nucléaire est si cher, pouvez-vous alors m'expliquer pourquoi, lors des constructions des 58 réacteurs dans les années 70-80-90 en France, le coût de l'électricité n'a fait que baisser, ce qui n'aurait jamais été le cas avec les renouvelables?
A la place d'un EPR (équivalent électricité fournie), on aurait éventuellement pu faire construire 3000 éoliennes dont on ne serait pas sûrs de savoir si elles fonctionneraient quand il faudrait, ou alors une surface inimaginable de panneaux solaires, qu'il faut aussi financer parce qu'à vous lire, on croirait qu'il n'y a que l'électricité renouvelable qui est chère, et non les constructions. L'EPR de Flamanville est le premier en France, il est donc plus cher que les autres à venir (cf début de mon texte). En plus, il a rencontré des tonnes de tracasseries administratives, ce qui n'a eu pour conséquence que d'augmenter son prix. En Chine, pas d'embêtements, pas de hausse, comme par hasard. Le plus amusant en ce qui concerne l'EPR de Flamanville, c'est que ce sont les écologistes et anti-nucléaires qui sont à l'origine de la majorité de ces tracasseries (manifestations, arrêts des travaux...), et ce sont les mêmes qui viennent pleurer en disant que l'EPR est trop cher. Les écologistes anti-nucléaires sont vraiment les gens les plus idiots qui existent, plus auto-contradictoires qu'eux, on ne peut pas trouver.
Et contrairement à ce que vous dites, si on étudie des réacteurs de 4e génération, ce n'est pas pour en avoir des moins performants que ceux de la 3e. La 4e génération permettra de produire plus d'électricité tout en utilisant moins d'uranium et en produisant moins de déchets (=RNR, qui ont déjà fait leurs preuves en France, surtout avec Phénix), donc ils seront moins chers que les réacteurs actuels, et par conséquent moins chers que les énergies renouvelables!
Réponse de le 03/12/2012 à 0:49 :
Pour la 4eme génération informez vous mieux, on est obligé pour optimiser la ressource et réduire les déchets d'utiliser plusieurs procédés en même temps donc c'est là que réside un des problèmes incontournables que soulignent les équipes qui travaillent sur le sujet dont celle du Pr Loiseau que je cite, entre autres, pour que vous puissiez vérifier. Et si les prix du solaire ou de l'éolien, du biogaz etc baissent avec le nombre et les avancées technologiques, ce n'est pas le cas du nucléaire qui jusqu'à nouvel ordre ne peut être produit sauf certaines parties à la chaîne. Le prix du nucléaire chinois ne baisse pas. Pour les tracasseries, accuser les écologistes est ahurissant car ils n'ont jamais été décideurs puisque pas au pouvoir et comment expliquez vous la hausse phénoménale de l'EPR finlandais ? Les renouvelables sont en constante baisse, la ressource est gratuite pour la plupart, les courbes de baisse des prix sont dans toutes les études et je vais pour exemple vous citer les études régulières de Stanford et MIT etc où vous trouverez des graphiques édifiants et preuves à l'appui si çà peut vous suffire comme références et on peut le vérifier en réel aussi par les multiples appels d'offres remportés par les énergies renouvelables dans le monde ou encore l'évolution des prix dans les pays concernés après la période initiale d'investissements, donc je ne comprends pas votre déni de la réalité. Le prix de l'électricité nucléaire en France n'a pas baissé, il a permis d'avoir une énergie à prix faussement relativement bas car on n'a toujours pas intégré l'ensemble des coûts, à savoir la part publique dont l'immense investissement de R&D, les démantèlements non encore intégralement actés, loin s'en faut, le stockage même pas résolu, les risques qui peuvent survenir et désormais les prix commencent à s'envoler car les centrales à l'approche dees 30 ans en moyenne coûtent de plus en plus, ce n'est qu'un début et les autres coûts (démantèlement, stockage ne sont intégrés qu'en faible part : voir dossier en commission au Sénat, entre autres pour preuve). Toutes les technologies renouvelables ont vu des avancées technologiques en hausse et des prix en baisse. Je ne comprends pas comment vous pouvez prétendre que les prix des renouvelables ne baissent pas alors que leur essor mondial se poursuit malgré la crise et que les opérateurs du nucléaire dans leurs résultats soulignent clairement que la part des renouvevelables progressent beaucoup plus vite que celle du nucléaire !!! Encore une fois informez vous mieux, il est facile de vérifier ce que j'indique. Enfin pour la fusion le prix Nobel Charpak qui était pro-nucléaire était totalement contre et disait d'arrêter et que les coûts étaient insoutenables et pouvaient servir à bien d'autres choses et ce n'est pas le seul, je cite rapidement : "Spécialiste en physique nucléaire, l?ancien prix Nobel de physique avait publié le 10 août 2010 une tribune aux côtés de Jacques Treiner, professeur émérite à l?université Pierre-et-Marie-Curie, et de Sébastien Balibar, directeur de recherche au CNRS et à l?école normale supérieure. Georges Charpak y demandait l?arrêt du projet de fusion nucléaire autour de la production du réacteur ITER pour plusieurs raisons.La première est qu?en mobilisant les crédits sur ce projet, la recherche française se privait de moyens de recherche plus importants en matière d?avenir énergétique. La deuxième est liée à la forte irradiation que provoquerait la fusion et notre incapacité technique à trouver des matériaux qui résisteraient à l?irradiation sur le plan mécanique.Le scientifique s?exprimait en ces termes : ?c?est immédiatement qu?il faut économiser l?énergie, et remplacer les combustibles fossiles (pétrole, gaz et charbon), responsables du réchauffement climatique, par de l?énergie propre.? Et à présent regardez où en est la fusion, les coûts énormes et dérives que cela représente et la quasi absence de retombées technologiques. Si on avait fait pareil sur les renouvelables nous serions champion des renouvelables avec une énergie à très bas prix et plus aucun problèmes, on a toutes les énergies renouvelables en France si vous ne vous limitez pas au solaire et à l'éolien et un potentiel d'efficacité énergétique très élevé.
Réponse de le 03/12/2012 à 18:58 :
L'EPR finlandais a été dans le même cas que celui de Flamanville.. Je n'ai jamais dit que le prix du nucléaire chinois baissait, j'ai seulement dit qu'il n'augmentait pas, c'est différent. Pour ce qui est de la constante baisse des renouvelables dont vous faites allusion, EDF a annoncé une hausse du prix du solaire, comme quoi il n'est pas si rentable que ça.
Pour ce qui est de leur augmentation dans le monde, cela ne durera pas, elles sont incapables de fournir une quantité d'énergie suffisante pour répondre à la croissance démographique et à l'augmentation de la demande en électricité. Et pour ce qui est de la quatrième génération, elle a déjà fait ses preuves avec Phénix et Superphénix en France, par exemple.
SI la fusion était aussi clairement inutile, comme vous semblez le croire, je ne vois pas pourquoi les différents pays du monde participant au projet continuent alors de financer ITER: la fusion: plus puissante, propre, pas de déchets, combustible illimité, ce n'est pas une énergie à côté de laquelle on peut passer, on ne peut pas se le permettre, elle est trop importante, vous le verrez dans 30 ans.
Réponse de le 03/12/2012 à 23:04 :
Il faut comparer ce qui est comparable : il y a évolution des technologies nucléaires chinoises et leurs prix sont à la hausse avec les niveaux de sécurité. Observez les accords passés et l'évolution des technologies et comparez les prix à niveaux technologiques et de sécurité comparables et vous verrez que le nucléaire chinois est soumis aux mêmes règles (plus de sécurité = prix en hausse) même s'ils bénéficie d'une main d'oeuvre moins chère mais les salaires augmentent vite en Chine. Pour le solaire par exemple ce sont des machines et le potentiel de baisse est encore fort. Il faut regarder les tendances globales d'une majorité de groupes dans le monde pour tirer des conclusions exactes et non un cas isolé comme Edf. Toutes les études montrent la forte hausse des énergies renouvelables à horizon 2020, 2030, 2050 alors que le nucléaire augmente peu. Les énergies renouvelables sont au contraire une des énergies qui progresse le plus et qui est en mesure de répondre à la hausse de la demande alors que les autres énergies sont soumises à la raréfactions et hausse de prix comme le pétrole, le gaz qui n'est pas facilement transportable et vers lequel bon nombre se tourne avec des conséquences prévisibles, le nucléaire avec ses contraintes incontournables. La 4e génération marchera certes mais vous ne comprenez pas qu'il faut plusieurs procédés en même temps pour réduire les déchets et leur durée de vie et c'est là que le coût intervient, sans pour autant résoudre de manière satisfaisante la durée de vie des déchets, sinon la réduire fortement, mais en augmentant le nombre d'actinides. Et c'est sans compter sur la ressource, la France a des stocks mais ce n'est pas le cas de tout le monde mais d'une minorité. Le thorium c'est bien mais il faut d'autres types de réacteurs pour démarrer la filière etc Bref si vous analysez en profondeur les filières nucléaires dites d'avenir on est dans une situation un peu d'usine à gaz sans résoudre les problèmes des déchets, démantèlements, stockages et risques de manière satisfaisante et la réalité des coûts. Pour la fusion, regardez où on en est et tenez compte des coûts. Si le fait que des pays se lancent dans une technologie signifie que c'est un bon choix, alors la majorité des pays du monde fait des renouvelables, ils sont nettement plus nombreux y compris en R&D que ceux qui travaillent sur Iter, on peut donc en conclure avec votre raisonnement que les renouvelables sont bien mieux ! La fusion est un pari, les recherches permettent de faire avancer des données fondamentales et sur d'autres sujets mais ce n'est pas un pari gagné. Vous avez analysé les contraintes de températures, de conditions, de contenants etc ? Les chercheurs qui y travaillent sont plus réalistes que vous et n'affirment pas comme vous le faites que c'est un pari gagné d'avance et je préfère ce réalisme et cette objectivité. Et quel coût au total et de plus dans la situation présente. Il est donc normal que des gens très avisés ne soient pas d'accord et ce n'est pas sans risques comme le rappelait Charpak entre autres (en cas de terrorisme et guerre la fusion a des inconvénients). Pour le nucléaire du futur et la filière thorium etc voir un très bon résumé pour plus de précisions : http://leblogalupus.com/2011/04/02/nucleairefiliere-thorium-quelques-avantages-et-inconvenients-?-le-cas-francais-par-olivia/
a écrit le 27/11/2012 à 20:05 :
il ne faut plus utiliser le chauffage électrique mais on encourage la voiture électrique si toutes les voitures de demain roulaient a l'électricité il faudrait combien de centrales nucléaires de plus ? la logique française et la bétise écologique
Réponse de le 27/11/2012 à 21:01 :
Il y a plusieurs études sur le sujet dans le monde et en fait l'impact des véhicules électriques n'est pas énorme puisque la plupart sont à l'arrêt la majorité du temps, on peut gérer leur recharge en fonction de l'offre, on peut y inclure du solaire de plus en plus (carrosserie, vitrages voir Corning etc) et les recharger pendant les heures de stationnement par du solaire, éolien etc de plus en plus vite, leur rendement est excellent, ils peuvent servir de stockage donc diminuer le nombre de nouvelles unités de production d'énergie etc. Donc si le parc et réseau est modernisé et bien géré on peut intégrer selon les pays une majorité de véhicules sans avoir à créer de nouvelles unités d'énergie. Par contre il ne faut plus penser en véhicules lourds qui sont dépassés sur tous les plans. Il y avait une étude sur le rendement énergétique global actuel dans le monde qui mentionnait un taux de seulement 11% à savoir 89% d'énergie s'échappe dans la nature car nous utilisons très mal cette énergie disponible. On a donc bien des progrès à faire et les véhicules électriques, le solaire, l'éolien, le stockage etc vont nous y aider. Remplacer tout le parc n'est pas l'objectif et çà suppose pas mal d'évolutions mais c'est vrai que les chauffages électriques et bâtiments sont un problème important à traiter !
a écrit le 27/11/2012 à 19:04 :
Si l'Etat n'avait pas laissé se développer le pavillonnaire industriel en carton on n'en serait pas là.
Réponse de le 27/11/2012 à 19:16 :
D'ailleurs, si ma tante en avait, elle aurait payé plus cher pour une isolation plus forte. L'état... qui doit vous "soutenir" comme pour les banques..??
Réponse de le 27/11/2012 à 19:16 :
D'ailleurs, si ma tante en avait, elle aurait payé plus cher pour une isolation plus forte. L'état... qui doit vous "soutenir" comme pour les banques..??
Réponse de le 27/11/2012 à 21:39 :
La Tribune. Ce n'est pas en laissant les commentaires se faire en doublon que vous ressemblerez à Les Echos... D'ailleurs, vaudrait mieux éviter. !
a écrit le 27/11/2012 à 18:59 :
On a toujours l?impression que si les français n?utilisaient pas le chauffage électrique, tout serait pour le mieux dans notre beau pays. C?est-à-dire que nous nous chaufferions majoritairement au gaz et au fioul comme le font les allemands. Et comme ces 2 sources d?énergie ne nous coûteraient rien puisque comme chacun sait nous possédons dans notre sous- sol des réserves inépuisables, la balance du commerce extérieur pencherait enfin du bon côté.
Dans le même mode de raisonnement, je propose que l?on revienne aux bonne vieilles machines à vapeur ou d?arrêter le trafic sur les lignes électrifiées pendant les périodes de grands froids et aux heures de pointes afin de limiter la consommation électrique en France.
Tout cela n?est pas très sérieux, et les détracteurs du chauffage électrique oublient très vite que c?est une solution peu chère à l?installation, extrêmement souple, confortable et de très bon rendement individuel avec les nouvelles générations de radiateurs.
Quant à l?isolation des maisons c?est évidemment une excellente solution qui reste à privilégier quel que soit le type de chauffage choisi. Mais cela coûte cher et reste difficile à mettre en oeuvre dans les logements anciens.
La hausse des tarifs de l?électricité à laquelle nous commençons à être confrontés est aujourd?hui essentiellement due au développement non réfléchi et purement idéologique d'énergies renouvelables extrêmement coûteuses et à la mise en place de tarifs de rachat prohibitifs qui font la fortune de certains promoteurs sans apporter de solution pérenne au problème d?approvisionnement en énergie.

Réponse de le 27/11/2012 à 20:35 :
Solution : produire prêt de chez vous et mixer les productions élec....
Surtout isoler. L'électricité ou l'énergie la moins cher est celle que l'on ne consomme pas !
NON aux pertes sur réseaux.
Et l'emploi ? maitriser, contrôler, partager, garantir, (coûts, etc..) etc...
www.nonalacentrale.fr
Réponse de le 28/11/2012 à 18:52 :
Lire ce que le monsieur a écrit, merci : "l'isolation des maisons c'est évidemment une excellente solution qui reste à privilégier quel que soit le type de chauffage choisi. Mais cela coûte cher et reste difficile à mettre en oeuvre dans les logements anciens". Rien à ajouter.

Les pertes de 6%, dont 50% dues au réseau basse tension, ne sont pas significatives.
Réponse de le 30/11/2012 à 3:19 :
Non mais les coûts de démantèlement, stockages et risques de centrales de quasi 30 ans d'âge en moyenne contre 30 ans de durée de vie prévue initialement et poussées à 60 ans, qui plus est de technologie inexportable et non compétitive par rapport à bien d'autres, sont insoutenables, il est temps de regarder la réalité en face.
a écrit le 27/11/2012 à 18:44 :
voyez la clim reversible air/air qui vous fera économiser 30% sur votre consommation ! investissez 2000?!
a écrit le 27/11/2012 à 18:44 :
Suite à déménagements, j'ai occupé successivement 5 APPARTEMENTS NEUFS en location depuis 2006. Tous étaient équipés de gril-pains...
Lamentable
Vous parlez des vieux immeubles mal isolés ? Mais ceux que les promoteurs viennent de construire le sont AUTANT, au vu et au su de TOUT LE MONDE
Le chauffage électrique ne doit pas augmenter pour le citoyen lambda alors que tout le personnel EDF est exempté de facture (comme la SNCF du prix des trains pour la famille !!!!). A 72 ans, je meurs de froid dans mon appartement
Réponse de le 27/11/2012 à 19:26 :
@ CYBERMAMIE: le personnel EDF n'est pas exempté de facture, nous payons notre électricité à un tarif collaborateur. Achetez des radiateurs électriques à accumulation.
Réponse de le 27/11/2012 à 20:23 :
Vous payez votre électricité à un prix tellement bas que j'ai un ami, comme vous retraité EDF, qui lorsqu'il à trop chaud en hiver chez lui ouvre une fenêtre plutôt que de baisser son thermostat. C'est dire que les factures EDF ne vous gênent pas trop.
Réponse de le 29/11/2012 à 13:20 :
10% du tarif normal
En hiver un oncle chauffait sa serre dans son jardin à ce prix
a écrit le 27/11/2012 à 18:37 :
je vois beaucoup de gens se plaindre des tarifs exorbitants du chauffage a l'électricité:ce n'est pas vrai,le chauffage électrique reste pour nous beaucoup moins cher et dangereux que les autres types de chauffage
Réponse de le 18/09/2014 à 21:43 :
la France est écoeurée de toutes ces manoeuvres fiscales qui passent leur temps à déshabiller paul pour habiller Jacques et vice-versa le lendemain.
les retraités dits aisés ne demandent rien à personne et subviennent eux-mêmes à leurs besoins y compris en créant de l'emploi
..Pourquoi les pénaliser plus que les autres pour en faire des assistes ?
a écrit le 27/11/2012 à 18:13 :
En dehors de la polémique ... chauffer de l'eau pour faire tourner des turbines afin de produire de l?électricité .... perdre 40% de cette énergie via le transport... pour alimenter un radiateur électrique ! Ca tien pas la route !!!!!!!!!
Réponse de le 27/11/2012 à 18:48 :
Merci de citer vos sources !!!!!
Réponse de le 27/11/2012 à 19:21 :
il doit pouvoir nous trouver une étude globale des années 60 ... et recombinant plusieurs fois l'effet joule lol
Réponse de le 27/11/2012 à 19:43 :
Pas besoin de citer ses sources! C'est une réalité effrayante! Pour faire simple, entre le rendement du reacteur nuc, de la turbine, de la génératrice, des multiples transformateurs, des lignes (bonne part), et pour finir des radiateurs, j'estime (je ne peux vous donner les chiffres exacts) que le rendement est déplorable. Une chaudière à fioul obsolète a un meilleur rendement que la plus moderne des installations électrique (nucléaire) de chauffage.
Réponse de le 27/11/2012 à 21:21 :
un radiateur électrique est une résistance = rendement 100%
Réponse de le 27/11/2012 à 21:54 :
En effet un radiateur est une résistance électrique assurée par des fils... Comme les dizaines voir les centaines de kilomètres de câbles qui vous séparent du site de production. Donc le rendement des lignes électriques est... déplorable. Le terme n'était pas le bon mais l'efficacité thermique médiocre d'un radiateur classique oblige à consommer plus pour un résultat équivalent. Ce n'est pas le rendement physique au sens du "eta" mais ça y ressemble.
Réponse de le 28/11/2012 à 16:35 :
Encore une affirmation fausse. Il existe plusieurs types de chauffage électriques : le convecteur (chauffage classique dont la génération de chaleur est majoritairement convective) mais aussi des chauffages à panneaux rayonnants qui comme leur nom l'indique génère la pus grand partie de leur chaleur par rayonnement ce qui du point de vue de l'humain est le plus confortable. L'efficacité thermique est donc excellente.
Réponse de le 28/11/2012 à 19:04 :
Dans tous les cas, le vrai chiffre des pertes en transport est 6%.

Il est vrai que seule une faible partie de la chaleur généré par la réaction nucléaire est transformée en électricité environ 34%.
Mais ce calcul n'aurait de sens que si on utilisait du charbon ou du gaz pour générer cette chaleur. Là en fin de compte ce qui compte, c'est le coût de revient final de l'électricité générée, où seulement 200 millions d'euros d'uranium sont consommés par an pour une quantitée d'électricité qui en vaut infiniment plus, et c'est au total beaucoup moins cher en importations que brûler du gaz dans une chaudière.

On pourrait autant dire aussi que le photovoltaïque c'est scandaleux, car les meilleures cellules n'ont que 20% de rendement et gâchent 80% de la lumière. Ce qui compte réellement n'est bien sûr aucunement ce chiffre brut, mais combien coûte un panneau PV qui génère au final 200W d'électricité, et à ce compte il faut reconnaitre qu'ils sont de plus en plus efficaces.
Réponse de le 30/11/2012 à 3:23 :
Le rendement du photovoltaïque et de l'éolien est plus de 1000 fois supérieur à l'uranium et aux énergies fossiles si l'on tient compte de la totalité du cycle de formation des énergies ! Quand on aura utilisé les ressources et qu'il faudra recycler ce qui reste après la gabegie ce sera encore plus clair.
a écrit le 27/11/2012 à 18:12 :
Dans un appartement parisien ancien + 100 ans, comme il y en a beaucoup, où il n'y avait rien hormis une cheminée à bois, on fait comment à part le chauffage électrique, si on n'a pas de gros budget pour travaux importants ? Pas de chauffage fioul, alimentation gaz limitée à cuisine et eau chaude, solaire ??? Bien sûr les fenêtres ont été changées en double vitrage
Réponse de le 27/11/2012 à 19:02 :
Vous auriez du opter pour des vitres triple vitrage, avec feuille d argon par ex. Si vous avez peu de marges de manoeuvre, alors vous devez maximiser celles qui s offrent a vous (on fait bien mieux que du double maintenant)
Réponse de le 27/11/2012 à 20:27 :
les vrais "pro" expliquent que le triple vitrage est inutile dans notre pays, sauf haute altitude et expo nord.
Réponse de le 27/11/2012 à 20:44 :
le triple vitrage coupe l'apport de l'énergie solaire, n'a d'intérêt que dans les maisons passives ou sur des parois exposées au nord.
Réponse de le 27/11/2012 à 21:17 :
Ca, c'est ce que disent les vendeurs de fenêtres qui n'ont pas envie de payer un binôme pour poser les fenêtres. (le triple vitrage étant plus lourd que le double, on ne peut pas le poser seul comme c'est souvent le cas dans cette profession). Perso, j'ai du triple vitrage et c'est très agréable. En ce moment, à l'ouverture de la fenêtre, la vitre extérieur s'embue tellement qu'elle est froide, cela montre la bonne isolation. C'est l'avenir. Cela fait aussi profiter de montants plus costaud.
Réponse de le 28/11/2012 à 19:17 :
Je soutiens Lo26, les pro français détestent le triple vitrage et sont prêt à lui inventer tous les défaut avec une énorme dose de mauvaise foi, la réduction d'apport solaire n'étant en général pas si significative.

Le vrai inconvénient est qu'il ne peut pas faire des miracles tout seul, et qu'une grand partie de la chaleur risque de partir quand même par les murs. Pour un appartement parisien, où les choix sont très limités, à mon avis le plus simple pas cher est de tenter un revêtement liège pour éviter au moins l'effet de paroi froide sur les murs. Sur le papier, le polyuréthane est le meilleur choix pour s'en sortir au mieux avec très peu d'épaisseur disponible, mais moins simple à poser. Le liège aura quand même de l'effet sur une paroi à la base catastrophique.
Réponse de le 30/11/2012 à 3:40 :
C'est faux le triple vitrage a été amplement étudié chiffres à l'appui et pas au doigt mouillé (CSTB etc). Il n'est pas valable dans le cas d'exposition Sud à fort ensoleillement. Il est pleinement valable en exposition Nord. Pour l'Est et l'Ouest çà dépend des régions et de l'ensoleillement. Quand au revêtement liège intérieur erreur car l'isolant extérieur est très efficace, ensuite le mur interne doit servir d'accumulateur, mais si on isole la partie interne alors que la partie externe a été isolée on perd tout l'aspect diffusion inertielle. Encore une fois l'aspect ou l'impression ne remplace pas des mesures exactes avec appareillages.
a écrit le 27/11/2012 à 17:49 :
L UFC dénonce pour que nos gouvernants trouvent des points d appuis et préparent les esprits. Arretons de nous faire ... comment font les autres pays ?
a écrit le 27/11/2012 à 17:38 :
Pour bien isoler une maison, il faut combler le toit, isoler le toit, car la chaleur monte en haut. Vrai ou faux ??
Réponse de le 27/11/2012 à 19:02 :
tout a fait vrai.
Réponse de le 27/11/2012 à 20:54 :
Et lorsque tu auras isolé le toit la chaleur s'évacuera ailleurs... C'est toute ton "enveloppe" qui doit être isolée convenablement. Ne pas oublier non plus de trouver un échappatoire pour la vapeur d'eau... au risque de voir ton isolation toute neuve, qui a coûté un joli emprunt, ruinée et du coup inefficace à vitesse grand v... Touche pas ma grotte.
Réponse de le 27/11/2012 à 21:08 :
oui mais faut pas oublier le reste du bâtiment, sinon ce serait comme mettre seulement une chapka sur la tête en hiver quand on sort et rester à "poil en dessous", le bilan énergétique global serait nul ;o)
a écrit le 27/11/2012 à 17:32 :
Le rendement d'un radiateur électrique est de 100%, par contre "l'efficacité thermique" et la sensation de confort est variable suivant le type de radiateur utilisé.
En gros plus la température de l'air en sortie du radiateur est élevée (grille_pain) moins "l'efficacité thermique" est bonne, donc il faut privilégier les radiateurs basse température.
Réponse de le 27/11/2012 à 18:05 :
Avec les grille pains, l'ennui est que l'air chaud monte et y reste mais qu'on vit au niveau du sol. J'avais ça (neuf y a 15 ans) mais j'espère que les nouveaux propriétaires vont les remplacer par des plus efficaces. J'avais réglé à 18°C pour limiter la "casse".
a écrit le 27/11/2012 à 17:29 :
Le nucléaire serait une énergie toujours bon marché si les différents dirigeants d'EDF avait provisionné le démantèlement des centrales depuis les années 70. Au lieu de cela, ils ont dilapidés l'argent. Le démantèlement d'une centrale était estimé dans les années 80 à environ 1 Mds d'euro... soit le budget annuel du CE d'EDF, CE dans les ressources sont indéxées sur ... le chiffre d'affaire d'EDF au lieu de la masse salariale!
S'ils avaient fait leur travail, les centrales auraient encore de beaux jours devant elles, permettant une transition naturelle vers des énergies rentables et plus aisées issues de la recherche (nanotechologies de carbone, supro-conducteurs,..)
Réponse de le 27/11/2012 à 20:31 :
Tout à fait vrai. Vous oubliez malgré tout un détail : l'incroyable gabegie des dirigeants EDF qui, par mégalomanie, ont acheté des centrales pourries aux USA et en Grande Bretagne qu'EDF a été obligé de revendre avec des pertes colossales. Cela aussi figure dans les tarifs EDF actuels et à venir. S'ajoute à ça les dix ans passés sans entretien de lignes qui génèrent à présent des investissements énormes de rattrapage. Alain Bazot devrait réfléchir et s'informer avant de dire des stupidités.
a écrit le 27/11/2012 à 17:23 :
50 % d'augmentation d'ici 2020, c'est à peu près 5 % par an.

Si l'augmentation ne dépasse pas ça on pourra s'estimer heureux.
a écrit le 27/11/2012 à 17:11 :
Excellent rapport comme toujours de l'UFC, un grand bravo à eux d'avoir su résister au lobby nucléaire pour sortir ce rapport.
la solution de bonus malus sur la taxe foncière est une excellente idée à laquelle je souscrit 1000 fois !
a écrit le 27/11/2012 à 17:11 :
J'ai entendu, dans l'immeuble de chez ma mère( j'y ai fait des travaux), que chaque logement( ils sont tous électriques mais en PACA on s'en sert très peu) devrait obligatoirement dépenser 9000euros avant 2020 pour des soit disant travaux d'aménagement.
La facture me semble un peu salée, j'ai vraiment l'impression qu'on se fiche des gens, et que c'est comme avec les voitures, on utilise l'écologie comme excuse bidon uniquement pour forcer les gens à claquer leur argent pour rien( puisqu'ils n'y gagnent rien et le plus souvent y perdent financièrement), juste pour faire tourner l'économie, et qu'il y a bien des profiteurs dans cette histoire.
Alors, une seule chose devrait compter, la consommation, la consommation réelle, et arrêter ces usines à gaz règlementaires bourrées de cas particuliers.
Les gens devraient pouvoir avoir le droit de produire leur propre électricité, c'est à dire que dans chaque logement il y ait une entrée( et pas seulement des sorties) pour l'électricité, où chacun pourrait y brancher des appareils de production, que ce soit une dynamo, un mini panneau solaire ou une mini-éolienne sur le balcon.

Si l'électricité est de plus en plus chère en France, c'est uniquement à cause de la privatisation d'Edf, car tout opérateur en infrastructure a des coûts fixes, et donc moins il a de parts de marchés et plus il doit monter ses prix pour compenser( et donc les concurrents montent tous les prix, c'est une forme d'auto-alimentation), et c'est encore pire s'il doit dépenser pour la pub, s'il a des actionnaires gourmands ou des rêves d'expansion à l'étranger.
Réponse de le 28/11/2012 à 8:06 :
La mini eolienne sur le balcon, la voila la solution! On est sauve!
Réponse de le 28/11/2012 à 9:54 :
LE SALE BOULOT CHEZ edf est fait par des sous traitants payes moitie moins cher sans ce sans tarif préférentiel sachez que les agents edf sont retraites a 53 ans
a écrit le 27/11/2012 à 16:49 :
Ce qui n'est pas dit dans votre article ni par UFC QUE CHOISIR, c'est que l'encouragement à grands coûts de subventions d'EDF dans les années 70/80 pour des installations de chauffage électrique dans les logements des Français en vue d'amortir la facture des installations du Nucléaire Donc ilo ,faut prendre en considération cet aspect oublié aujourd'hui, et aussi les avantages indûs des salariés d'EDF qui paient entre 5 à 10% de leur consommation d'électricité et de chauffage, payés évidemment aussi par tous les consommateurs et abonnés d'EDF.

Réponse de le 27/11/2012 à 17:29 :
La majorité des salariés qui produisent un bien ou un service ont des avantages sur ce qu'ils produisent. je comprends vraiment pas ce que cet argument vient faire là ...
Surtout réfléchissez juste deux minutes à la problématique des avantages sur ce que produisent les salariés.

Avec l'avantage : Un salarié obtient une ristourne sur le bien qu'il produit (électricité, voyage, voiture, ...) à hauteur de 700? net par an, ce qui constitue au final une petite prime. Le manque à gagner pour la boite est de 700?.

Sans l'avantage : le salarié va vouloir conserver son pouvoir d'achat (ce qui peut paraitre normal). L'entreprise doit alors augmenter son salarié de 700e + cotisations (sociale + salariale) + TVA. Le coût pour l'entreprise est largement multiplié par deux ce qui va augmenter la facture des autres.

En conclusion, les entreprises font cela car cela permet de rémunérer leurs salariés à moindre frais.
Réponse de le 27/11/2012 à 17:58 :
bien vrai les salariés EDF profitent largement de l'electricité a bas cout , tous les lustres brillent chez eux sans compter l'installation du chauffage et l'aménagement de leur cuisine etc et c'est nous qui payons pour EUX
Réponse de le 27/11/2012 à 18:24 :
avantage a VIE MEME SUR LA RESIDENSE SECONDAIRE énorme perte de taxe pourtant en cette période difficile pour certain
Réponse de le 27/11/2012 à 18:25 :
Si ça vous embêtent autant l'avantage qu'ont les salariés EDF, vous n'avez qu'à travailler à EDF... et profitez-en pour demander à votre conjoint(e) d'aller bosser à la lyonnaise des eaux ou chez un constructeur automobile (tout dépend de là où vous voulez faire des économies).
Réponse de le 27/11/2012 à 18:27 :
Ah bon ? Les salaires d'EDF tiennent compte de l'électricité à moindre frais pour ses salariés ? J'en doute. Par ailleurs, il s'agit bien d'un avantage en nature qui doit donc être fiscalisé. Combien de salariés n'ont pas davantage sur leur production ne serait-ce car cette production n'est pas utilisable par un particulier ?
Vous êtes bien le défenseur de tous ces corporatismes qui considèrent que leurs privilèges sont normaux et conduisent le pays dans le mur.
Réponse de le 27/11/2012 à 18:38 :
Et encore mes braves gens, vous ne savez pas tout!!!!
Même lorsqu'il y a des coupures de courant dans le quartier, EUX ont encore du courant!
Pire encore, grâce à nos factures, ils peuvent acheter à manger et se loger, HONTEUX!!!!!
....
Réponse de le 27/11/2012 à 18:43 :
C'est marrant, vous râler sur l'avantage en nature et sur lequel les agents EDF payent des impôts mais vous ne dites rien sur les avantages à vie qu'on nos dirigeants pour 5 minutes de présence par mois.
Au fait, si l'avantage est à vie, c'est aussi parce que les agents EDF ne sont pas retraité mais inactif et ça, durant les tempêtes de 99, ça vous a bien arranger que certain de ces "retraités" reprennent du service pour réparer le réseau.
Réponse de le 27/11/2012 à 18:46 :
Et bien détrompez vous, le tarif agent EDF a été mis en place car les salaires des agents étaient plus bas que la moyenne nationnale française.
Réponse de le 27/11/2012 à 18:46 :
@s4m c'est vrai dans les contes de fées! Les salariés qui peuvent profiter de remises intéressantes sur ce qu'ils produisent (je dis bien intéressantes pas -5% 15 jours avant Noël) sont extrêmement rares. Les entreprises ne payent en général ni dans un sens ni dans l'autre! Donc le fait que les employés d'Entreprise De Fainéants ne payent que 5 à 10% du prix de leur consommation est bien un avantage indû. J'emploie le terme d'Entreprise de Fainéant volontairement car je vient de galérer 8 mois pour faire brancher un malheureux compteur de chantier grâce au duo de choc EDF + ERDF.
Réponse de le 27/11/2012 à 19:06 :
Le problème avec l'électricité, est qu'il s'agit d'une production stratégique. De son coût de production, de son abondance, de sa disponibilité dépend l'efficacité de l'industrie, l'activité du secteur tertiaire, l'indépendance d'un pays, la sécurité climatique. Que l'on offre des yaourt aux employés dans une usine de yaourt, soit. L'électricité, c'est autre chose.
Réponse de le 27/11/2012 à 19:34 :
@ LA FACTURE DU NUCLEAIRE: aucun gouvernement ne remettra en cause le tarif salarié/retraité EDF, même la droite ne l'a pas fait pendant 10 ans, et ce n'est pas dans la motion de la Droite dure.
Réponse de le 27/11/2012 à 23:00 :
C'est regrettable en plus vs pouvez bien voyager en plus de votre avantage EDF
a écrit le 27/11/2012 à 16:46 :
effectivement l'ufc doit avoir eu la visite d'un lobbyiste !!! il y a quelques années l'électrique était l'idéal, aujourd'hui ceux qui utilisent cette énergie risque d'être pénalisé !!!! la photo qui illustre cette article est une caricature, il existe des radiateurs électriques avec des rendements qui n'ont rien a envier a d'autre mode de chauffage.
un bonus malus sur la taxe foncière !! les mots ne me viennent pas tant je sens ma colère monté en moi
j'aimerai connaitre l'irresponsable qui écrit cela !! qu'on commence a éteindre les lumières des grandes ville, les fêtes arrivent, qu'on nous dise a combien se monte la facture de cette gabegie lumineuse
a écrit le 27/11/2012 à 16:43 :
Encore un énorme problème causé par le nucléaire en France et son système gaspilleur, obsolète, dangereux et rempli de couts cachés qu'on ne finit plus de découvrir.
Mais EDF et AREVA s'en moquent, c'est le contribuable qui va payer comme d'habitude !
Idem pour le démantèlement, les déchets, les assurances, les mines d'Uranium, etc...
a écrit le 27/11/2012 à 16:19 :
Le SCANDALE Francais (parmi d'autres ...) arrive ! La première cause d'exclusion face à l'énergie est constituée par le chauffage électrique dans des bâtis désuets datant d'avant 1973.(1er choc pétrolier) Comment faire croire à ce "miracle" qui n'a qu'un but : justifier un parc électrco-nucléaire SURDIMENSIONNE plusieurs mois par an (58 réacteurs) et SOUS-DIMENSIONNE quelques semaines par an ! La précarité énergétique FLAMBE malgré un prix de l'électricité artificiellement bas (l'un des moins cher d'Europe avec celui de la GRECE !) en attendant ... l'ardoise liée au démentélement de nos CHERS REACTEURS ! L'ISOLATION , le REMPLACEMENT des "grilles-pains" par des PAC, la substitition des cumulus électriques par des thermodynamiques voire solaires thermiques devraient devenir d'INTERET GENERAL ! Quant aux sceptiques (comme d'habitude) , allez voir les associations de consommateurs(UFC QUE CHOISIR,CLCV,ADEIC,...), les Caisses d'action sociale (CCAS) et vous comprendrez , peut-être, le niveau de détresse d'une part croissante de la population Francaise (+ de 10% de précaires énergétiques en France).Les invetissements dédiés à l'allégement des factures de MILLIONS de consommateurs doivent devenir d'intérêt général ! ( contrairement à l''aéroport de Notre Dame des Landes qui au mieux acceuillera 10 voire 15 000 "privilégiés/jour en mal de soleil, ou de minutes "perdues" en TGV)
MARSHALL revient !!! (comme le plan)
Réponse de le 27/11/2012 à 16:47 :
Les PAC dont vous parlez vont revenir cher au particulier qui devront en assurer la maintenance.
C'est tout le problème des énergies décentralisées : assurer la maintenance du moyen de production. Avec les grilles pain, pas de maintenance. Avec des panneaux solaires, le particuler devra allumer un cierge pour qu'aucune tempête ne vienne détruire son moyen de production...
cher à l'achat, cher à l'entretien et cher en cas d'intempéries...à moins qu'une assurance privée couvrent l'ensemble des réparations.
Réponse de le 27/11/2012 à 17:24 :
14ke la pac avec ecs. Soit environ 14 ans pour l' amortir par rapport a mon fioul (economie 1ke/an), ca fait quand meme reflechir avant d'investir meme s'il y a le credit d'impot
Réponse de le 27/11/2012 à 19:07 :
à PAF... étant propriétaire depuis 4 ans d'un combi solaire fabriqué en Allemagne (VIESSMANN), nul besoin de "cierge" face aux intempéries (nous habitons le Nord) mais nous JOUISSONS d'une eau chaude sanitaire d'origine SOLAIRE 8 mois sur 12 avec un complément donné par notre chaudière gaz mixte basse température de marque Française (FRISQUET).Nous avons réussi à baisser notre consommation de gaz et d'électricité de plus de 30% car l'Eau Chaude Sanitaire solaire alimente également notre lave-vaisselle d'origine Allemande (MIELE).Bref que du BONHEUR en attendant une installation solaire photovoltaïque de marque Japonaise (SHARP) fabriquée en Allemagne (Leipzig) SANS AIDE afin de nous rapprocher de l'AUTONOMIE ENERGETIQUE avec à la clef de l'emploi !!! Ouvrez les yeux "paf" et regardez de l'autre côté du Rhin ce qui ce fait déjà ... et nous n'avons pas tout vu ! C'est quand la troisième révolution industrielle ?
Réponse de le 27/11/2012 à 20:36 :
Centrales au charbon (lignite...) les plus polluantes d'Europe, des centrales nucléaires pas vraiment arrêtees et un air de moins bonne qualité avec des rejets de CO2 à faire pâlir d'envie tous les donneurs de leçons - mais des publicitaires hors pairs ça c'est certain.
a écrit le 27/11/2012 à 16:09 :
Il faut aussi ajouter les couts exhorbitants du rachat des énergies renouvelables pour EDF (7 milliards par an sur 20 ans, soit 140 milliards au total) que les francais vont devoir payer (soit 8% d'augmentation de leur facture). Le désengagement du nucléaire va faire bondir la facture encore plus, et nos industries (celles qui restent) vont se retrouvées dans l'obligation de trouver des solutions face à l'augmentation de leurs couts de production ...
Réponse de le 27/11/2012 à 19:11 :
Paulo, regardez le prix de l'électricité en Allemagne (deux fois cher qu'en France !!!) et pourtant ILS (les Allemands) ont conservé toute leur industrie contrairement à nous Français !
Les Français doivent regarder ailleurs ce qui se passe !
Réponse de le 28/11/2012 à 19:22 :
@BIOMAN : Ben oui les gros consommateurs industriellement sont complètement exonérés de la taxe, ce ne sont que les particuliers qui doivent la payer. Ceci dit la partie de l'industrie qui n'est pas exonérée elle, parce que ne consommant pas assez, la chimie par exemple, est en train de songer à plier bagage.
Et certains font tourner des machines à vide juste pour atteindre le seuil permettant d'être exonéré.
a écrit le 27/11/2012 à 16:07 :
Je ne suis pas en précarité énergétique mais étant locataire, je en vois pas pourquoi je devrai assumetr le choix de mon propriétaire au moment de la construction de mon appartement : le gaz est installé dans l'immeuble mais je n'en bénéficie pas. De même, je n'ai pas de thermostat central.
Par contre l'immeuble étant relativement bien isolé et récent je ne chauffe qu'à la salle de bains et au salon.
Réponse de le 27/11/2012 à 16:44 :
Devenez propriétaire.
Réponse de le 27/11/2012 à 19:11 :
je me suis dit la même chose que vous quand j etais etudiant. 10 m² sans chauffage, une fenetre simple vitrage et -17 degres au plus froid de l hiver durant la nuit (il y a trois ans). Juste vêtements et couettes a gogo.

Vous vous en sortez pas trop mal !
Réponse de le 27/11/2012 à 19:11 :
je me suis dit la même chose que vous quand j etais etudiant. 10 m² sans chauffage, une fenetre simple vitrage et -17 degres au plus froid de l hiver durant la nuit (il y a trois ans). Juste vêtements et couettes a gogo.

Vous vous en sortez pas trop mal !
a écrit le 27/11/2012 à 16:06 :
Très bien ! Hausse du prix = hausse des taxes forfaitairement prélevées.
Je vais avoir un gros budget pour mon Ministère en 2013.
a écrit le 27/11/2012 à 16:02 :
Il est exact que des travaux d'isolation sont indispensables pour limiter le gaspillage de l'énergie électrique. le problème est que après avoir sévi dans les fenêtres puis les pompes à chaleur les escrocs arrivent maintenant sur le marché de l'isolation en particulier celui dit de l'isolation écologique. Une réglementation des marges sur ces produits et une suppression des aides fiscales permettraentit de faire baisser les coûts et ainsi aux consommateurs de faire les travaux nécessaires Mais heureusement les écolos et l'Europe veilleront à ce ces profits abusifs perdurent au nom de la concurrence libre et non faussée!
Réponse de le 27/11/2012 à 16:29 :
Il est vrai que l' "écologie" n'est absolument pas là pour inverser la tendance. Mais profiter du système. Qui va les tuer comme nous, d'ailleurs... Par contre, les signes de "remise à zéro des compteurs" sont de plus en plus fréquents. Si ça continue, faudra que ça cesse.
a écrit le 27/11/2012 à 15:59 :
ILS ONT QU A REMETRE A JOUR LA TARIFICATION "EJP"
a écrit le 27/11/2012 à 15:58 :
Le marché de l'énergie, en France, souffre d'idéologies se traduisant, au gré des caciques qui les distillent, par un stop & go incompatible avec les cycles propres à ce type d'investissement. Par ailleurs, quelle autre énergie que l'électricité la France peut-elle produire à meileur compte tout en s'affranchissant au maximum d'importations payées en US$ ? Les consommateurs de gaz, de fuel, de charbon paient peut être leur énergie plus cher que ceux utilisant l'électricité mais ne sont-ils pas "sous taxés" en termes de leur contribution très négative à la balance commerciale, sans parler des émissions de gaz à effet de serre ? Dans le papier de l'UFC, la bonne idée (mais elle n'est pas de cette association) est l'insistance à mieux consommer donc à isoler. Les entreprises et propriétaires, surtaxés, n'ont pas les marges ni les ressources suffisantes pour le faire, même s'ils se désabonnent à Que Choisir....
a écrit le 27/11/2012 à 15:47 :
Le gaz naturel prend 10-15% de hausse par an ... Ma consommation baisse chaque annee (de 20 degrees de temperateure a 19 puis 18 l'hiver cette anee), ma facture augmente ... Faut bien les nourri ces actionnaires voraces ....
Réponse de le 27/11/2012 à 16:33 :
Bonjour,
Je pense que vous vous méprenez. Les cours du gazs baissent sans discontinuer depuis 10 ans. Le problème de la hausse en France vient de deux facteurs :
1 - Les contrats d'approvisionnements sont signés à long terme avec des tarifs qui ne sont plus en phase avec le prix du marché qui a drastiquement baissé. Ces contrat sont en cours de renégociation.
2 - Le prix du gaz est indexé en France sur le prix du pétrole pour permettre à l?État d'engranger des taxes importantes. Partout dans le monde le prix du gaz de ville a été déconnecté du prix du pétrole afin de limiter l'endettement des ménages et des communes. Autrement dit le prix du gaz est au réel avec une taxe spécifique sur sa revente.

Il n'est aucunement question d'actionnaires mystérieux ou que ce soit mais plutôt dune politique des pouvoirs publiques qui nous prend pour des vaches à lait. C'est à nous la population de nous faire entendre via nos députés et élus locaux pour que cette politique inapte et imbécile change. Bien entendu râler sur La Tribune soulage mais ne fait pas avancer le débat et surtout cela répand des contre-vérités et des légendes urbaines.
Réponse de le 27/11/2012 à 17:25 :
+ 1 , je parle en affet du gaz de ville en France dont les tarifs sont fixés selon un principe irrationnel et permettant le gavage des actionnaires. En plus des montants plus eleves de facturation malgre la baisse de consommation = TVA plus elevee donc c'est bon pour l'Etat a l'appetit demesuré ...
Réponse de le 27/11/2012 à 18:49 :
Vous semblez oublier que le marché du gaz est concurrentiel en France aussi. Passez donc voir les offres de Lampiris, ENI ou Direct Énergie : -12%, prix fixe (non indexé pétrole)...
Réponse de le 28/11/2012 à 19:27 :
Le prix ne baisse vraiment que aux US, il est assez élevé partout ailleurs.
Il est vrai que l'augmentation est gonflée par rapport à celle réelle avec l'indexation sur le pétrole, mais à terme et sauf boom temporaire type gaz de schistes, la tendance long terme est quand même bien à l'augmentation.
a écrit le 27/11/2012 à 15:31 :
J'utilise l'électicité produite la nuit ou aux heures creuses pour mon chauffage dans un local bien isolé. Et ainsi, c'est bon pour le système électrique et pour mon porte-monnaie. UFC exprime une opinion désastreuse en jetant le bébé avec l'eau du bain !
Réponse de le 27/11/2012 à 16:25 :
Je vis dans mon frigo car c'est la pièce la mieux isolée de la maison. Et je le coupe pour avoir plus chaud. Ou moins froid... Ca dépend des jours.
Réponse de le 27/11/2012 à 16:55 :
Bonjour,

Tout le monde n'a pas accès aux abonnements heure pleine/ heure creuse. D'autre part sur un point de vue purement scientifique produire de l'électricité qui elle même sera ensuite convertie en effet joule est une imbécilité. Le gaspillage due au transport et à la déperdition propre à la transformation par résistance chauffante sont connus et critiqués depuis des lustres par la communauté scientifiques.

Il vaux mieux avoir de logements correctement construits et isolé qui récupère le moindre effet joule généré par les appareils de la maison et les personnes qui y vivent mais également maximiser la récupération d'énergies externes comme la méthanisation des boues issues des WC et la récupération de la chaleur des usines et gare situés en ville afin d'alimenter un réseau urbain d'eau qui distillera la chaleur dans les habitations.

Le solaire thermique (éventuellement photovoltaïque) et l'éolien peuvent aider. Du piézoélectrique sur les planchers des bâtiments publiques et allées piétonnes en ville serait un véritable plus.

Il y a des milliers de manière de produire de l'électricité pour pas cher et en abondance mais voila il faut organiser une relative pénurie pour maintenir un prix du Kwh élevé afin de faire vivre nos entreprises publiques sans quoi elles seraient obligées de se mettre au régime salarial et d'investissement.

C'est une politique globale qu'il faut construire basée sur l'économie et le cycle fermé plutôt que de continuer à généraliser u modèle de profit basé sur un monopole d?État comme Edf/GDF.

J'irais même plus loin les deux sont complémentaires et permettront de gaspiller moins d?Énergie afin d'en vendre plus à nos voisins.

Les suédois et les norvégiens ont opté pour l'approche que je décris et cela fonctionne bien sans rupture d'approvisionnement alors qu'ils ont des hivers rigoureux et bien entendu leur tarification est bien moins élevée que la notre grâce à une récupération de toutes les énergies disponibles.

En France par exemple nous ne récupérons pas le méthane généré par les composteurs industriel et par les boues des déjections humaines dans les centres de retraitement des eaux. Nous ne récupérons pas non plus l'hydrogène produit par l'industrie lors de l?électrolyse de l'eau pour fabriquer de l'oxygène. On peux encore lister des tas de gaspillages comme ceux ci qui sont des sources d'énergie que nous laissons échapper dans l'atmosphère et qui renforcent (Carbone = 130 ans de vie dans l'atmosphère, Méthane = 30 ans de vie dans l'atmosphère mais un effet triple en terme d'effet de serre comparé au carbone) l'effet de serre alors que les pays du nord eux les récupèrent à la source pour baisser leur dépendance énergétique.

Nous avons tous les atouts en main et nous n'agissons pas. Le gouvernement se disperse. L'avenir c'est l?Énergie, l'humus et l'eau. Nous devrions nous concentrer sur cela et sur le spatial au lieu de mener de vieux combats satyriques pour l'acier Français.
Réponse de le 27/11/2012 à 21:23 :
Marousan. Je vous crois par défaut. Mais même ma femme est asphyxiée lorsqu'elle doit aller aux toilettes après moi. Et je ne peux que la comprendre. Que dois-je donc faire, docteur..??
Réponse de le 27/11/2012 à 22:16 :
J'ai appris pas mal de choses grâce à toi maroussan. Comme quoi, on est vraiment mal informé en france sur la production électrique. Finalement, la presse est pro nucléaire. C'est vrai qu'on parle très peu de l'isolation énergétique qui est très peu mis en ?uvre.
Cette isolation énergétique des logements devrait être la première étape dans la transition énergétique.
Réponse de le 28/11/2012 à 16:50 :
Marousan,
plusieurs erreurs se glissent dans votre discours. Tout d'abord la politique des pays scandinaves (excellente) vise à réduire les importations de pétrole, pas la production d'électricité, ils sont remplacé le chauffage de l'eau au fioul dans les circuits d'eau chaude urbains par la récupération de la chalaur issus de l'incinération des déchets et par la combustion de méthane récupérés dans les égoûts. La génération d'électricité n'est absolument pas impactée par cette politique de développement durable. Ensuite, concernant la production d'électricité, vos propos sont d'un simplisme alarmant. Il est évident et admis par tous (communauté scientifique et industriel des énergies) que la production d'électricité n'est absolument pas un problème. Le problème MAJEUR dans la gestion de l'électricité est de garantir l'équilibre offre-demande à chaque instant sans quoi les coupures sont systématiques. Or, aucun des moyens que vous évoquez ne permettent de stocker l'électricité produite et aucun des moyens ne sont contrôlables. L'enjeu n'est donc pas du tout de produire une quantité suffisante d'électricité, mais bien de contrôler la production d'électricité pour n'être ni en sous production ni en sur production. Une grande partie de la communauté scientifique mondiale du domaine (dont je fais partie) s'intéresse à ce problème de l'équilibre via la recherche sur les smart-grid et le contrôle de l'intermittence.

Enfin, l'électricité dans les pays scandinaves est plus chère qu'en France, car nous produisons le kWh le moins cher d'Europe.
Réponse de le 28/11/2012 à 19:35 :
En complément à ce qu'indique PM : La Suède est à presque 50% de nucléaire, et si elle n'est pas plus haut, c'est grâce à ses très nombreux barrages. La Norvège d'ailleurs produit *toute* son électricité avec des barrages, et non avec des solutions exotiques. Les solutions pour récupérer le maximum partout sont intéressantes (on a des réseaux de chaleur comme celui de la ville de Paris qui s'y intéressent de plus en plus), mais quand même couteuses et pas vraiment au niveau pour générer des quantités *massives* d'électricité.
Réponse de le 29/11/2012 à 0:34 :
@PM : Je ne vois pas en quoi mon discours rentre en contradiction avec vos observation. J'ai juste précisé qu'il est imbécile de produire de la chaleur à partir d'électricité.
Pour ce qui du stockage de l'électricité, jusqu'à preuve du contraire il y a des vecteurs intéressants qui existent tel que l'hydrogène. Mais la recherche semble au point mort sur ce sujet en France alors qu'en Allemagne BMW a fait de très fortes avancées sur le sujet (Cf. StorHy) et ces avancées ne sont pas récupérées pour le secteur énergétique. D'autre part la recherche et les crédits européens pour le stockage de l'énergie sont très faible comparé qu seul budget de recherche annuel d'IBM sur le sujet. Concernant l'au des égouts dont vous parlez j'en ai parlé puisque je parle des boues de déjection utilisé dans un procédé de méthanisation.
Ce que j'explique c'est que la construction de centrales nucléaires ou de barrages n'est pas la seule alternative. Il faut multiplier l'offre de production grâce à la géothermie, au solaire, à l'éolien, au marémoteur et à la méthanisation tout en gaspillant moins et en isolant mieux. Cela permettra d'augmenter l'offre, de baisser ou en tout cas stabiliser le prix à la marge et se départir en partie d'importation de fuel. Les excédents seront vendus aux voisins européens et rapporteront des devises faibles certes mais ils vaux mieux être en léger excédent qu'en déficit.
Pour le moment vous réagissez plus en lobyiste pro-politique énergétique française au lieu de concéder que de nombreuses économies et améliorations sont très largement possible pour stabiliser les prix et empêcher les gaspillages.
Lorsque l'on sait que bon nombre de vieux incinérateurs d'ordures en France ne produisent pas d'énergie lors de la combustion des déchets et ne contiennent pas de récupérateur de méthane dans leurs entrepôts de dépôts d'ordure on se rend compte de l'inaptitude de nos dirigeants qui n'ont aucune conscience du gaspillage.
Réponse de le 29/11/2012 à 0:41 :
@jmdesp : JE ne suis absolument pas contre le nucléaire ... . Rien de tel n?apparait dans mes propos. MAis pour moi une politique énergétique cohérente est un mix de plusieurs sources de production.
A mon sens cela n'est pas cher comme vous le dites car une fois le réseau de récupération de chaleur installé il peut-être remboursé en quelques années et générer des profits.
Mais surtout le but reste d'être excédentaire énergétiquement pour en vendre nos voisins, stabiliser les prix et assurer un tarif compétitif pour os industries.
Mixer plusieurs énergies permet de se départir un peu de la dépendance de l'étranger car le combustible nucléaire on l'achète.
Enfin l'idéal serait du nucléaire à l'Helium3. La lune en est gorgée et c'est la seule raison qui pousse les occidentaux à vouloir créer une bas permanente sur la lune dans les 20 ans à venir. Avantage de cet isotope ? Il n'est pas radioactif ce qui pour le transport est quand même un plus sans parler bien entendu des déchets qui seront inertes. Mais la recherche reste à mener dans ce domaine ... . C'est encore assez confidentiel comme sujet et cela relève pour le moment de la SF mais il y a des plans européens, chinois et et américains à long terme sur le sujet.
Réponse de le 29/11/2012 à 0:54 :
@PM : A propos les grid c'est très bien mais il ne faut pas oublier qu'en full nucléaire on est toujours en capacité maximale. D?où la nécessité d'avoir un mix énergétique permettant de baisser la production sur les autres sources d'énergie.
Il est bien connu qu'en France c'est sur la production des barrage que l'on joue pur baisser la production en cas de surproduction mais cela n'est pas et ne sera jamais possible sur les centrales nucléaires. Une centrale nucléaire n'a que deux modes allumé ou éteint. Dés lors qu'elle est allumée elle produit au maximum de ses capacités. Les grid ne sont rien d'autre qu'un moyen de délester les réseaux afin qu'ils ne se détériorent pas lors d'afflux massif d'énergie non utilisée. C'est une solution pro-nucléaire. Personnellement je pense qu'il vaux mieux mixer les sources de production afin de moduler la production lorsque c'est utile plutôt que de délayer l'énergie sur une grille afin de lisser la charge portée par le réseau.
Cessez d'être condescendant avec les personne que vous ne connaissez pas. Vous ne connaissez ni mes compétences, ni mes diplômes et encore moins mon expérience. Permettez moi donc d'avoir un avis différent du votre cela fera avancer le débat.
Réponse de le 30/11/2012 à 1:43 :
Non, les centrales françaises sont spécialement adaptées pour fonctionner par pallier sur toutes les étapes de 5 à 95%. C'est économiquement que ça n'a pas d'intérêt, car fabriquer une grosse centrale couteuse pour e s'en servir qu'une partie du temps n'est pas rentable, autant vendre l'électricité, même à très faible prix. D'ailleurs la dernière idée du gouvernement est complètement à coté de la plaque car en pleine nuit on a plutôt trop d'électricité et cela ne pose aucun problèmes de l'utiliser pour l'éclairage qui est quand même généralement agréable pour ceux qui se déplacent de nuit. On pourrait se contenter d'imposer les coupures quelques nuits par an quand la consommation est au maximum.
Réponse de le 02/12/2012 à 1:01 :
Quelle drôle d'idée ! Les magasins ou les bureaux éclairés de nuit n'ont aucun intérêt ! Le trop plein d'électricité se stocke et s'exporte sur le réseau Entso-E qui va jusqu'en Afrique du Nord et Moyen Orient et par ailleurs en Turquie etc. mieux vaut utiliser cette énergie pour des unités travaillant de nuit, hôpitaux, usines etc que d'éclairer inutilement. Les smart-grid ont tout leur intérêt et mieux vaudrait alors baisser les tarifs nuits pour utiliser les trop pleins. Vous faîtes penser aux gens qui jettent leur production plutôt que d'accepter de faire baisser les prix, stop à la gabegie !
Réponse de le 21/03/2015 à 23:27 :
Un pays développés augmente toujours sa consommation et production d'énergie sous forme d'énergie électrique. Le chauffage électrique est un des meilleur mais il le faut de manière à ce qu'il s'efface durant les heures de pointe par des systèmes d'accumulation.
Les réseaux électriques devraient évoluer vers le courant continu : CCHT HVDC et HVDC light vu les grands progrès de l'électronique de puissance. Si le courant doit être produit et transformé sous forme alternative, son transport doit l'être sous forme continue ( très peu de courant réactif et pas d'effets magnétique. Puis il faut arrêter de mettre en évidence la seule isolation des bâtiments, il faut aussi des bâtiments avec une grande inertie thermique donc les taxations devraient se faire sur la surface effective piétinable.
Pour moi la France devrait tripler son parc électronucléaire soit 180 000 MWe de façon que 150 000 MWe soient toujours en production.
Enfin . l'énergie électronucléaire est selon moi une énergie renouvelable.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :