Obligations à revenus : prime aux plus exposées

 |  | 364 mots
Lecture 2 min.
Les Sicav distribuant plusieurs coupons dans l'année ne répondent pas toutes au même objectif. Certaines ont, d'abord, pour vocation de protéger le capital. Elles font donc appel à une gestion se rapprochant de celle d'une Sicav de trésorerie. D'autres, au contraire, recherchent surtout à tirer la meilleure performance possible. Dans ce cas, le gestionnaire allonge ou raccourcit la durée de vie du portefeuille en fonction de ses anticipations. Ce sont tout naturellement les Sicav de cette seconde catégorie, plus sensibles à la détente des taux en 1995, qui ont profité de la bonne tenue du marché obligataire. A l'inverse, les Sicav de la première catégorie, qui avaient très bien tiré leur épingle du jeu en 1994, se retrouvent en fin de tableau. Prise de risque payante. Cette différence de comportement apparaît de manière flagrante lorsqu'un établissement propose les deux types de produits, ce qui est le cas de Cortal et de Soge- poste. France Rendement (Cortal) et Revenus Trimestriels (Sogeposte), qui donnent la priorité au dynamisme, se sont valorisées respectivement de 12,2 % et 11,5 %, tandis que Intérêts Trimestriels (Cortal) et Solstice (Sogeposte), qui privilégient la préservation du capital, ont dû se contenter de gains plus modestes. La prise de risque a été particulièrement payante pour Eparoblig (Natwest, ex-Banque Colbert), Natio Revenus (BNP), Paribas Revenus (Paribas) et France Trimestrielle (CDC Gestion), en hausse d'environ 14 %. Eparoblig, par exemple, n'a pas hésité à porter plusieurs fois la sensibilité du portefeuille aux taux d'intérêt à 6, maximum de la fourchette prévue pour la Sicav. Mais cette sensibilité n'est pas restée statique. Elle a oscillé entre 3 1/2 et 6. « Des arbitrages gagnants et un bon positionnement sur la courbe des taux expliquent en grande partie les bonnes per- formances de la Sicav », déclare sa gestionnaire, Muriel Régnier-Leguay. C'est aussi une plus grande sensibilité aux taux qui est le secret de la réussite des autres Sicav en tête de liste. Ainsi, Natio Revenus a profité des mouvements de repli du marché début 1995 pour augmenter sa sensibilité jusqu'à 4,4 en acquérant des obligations à taux fixe de 2 à 7 ans offrant un rendement de l'ordre de 8 %.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :