Sanofi seul en piste pour reprendre Zentiva

Beaucoup attendaient un coup de théâtre hier matin, lors de l'assemblée générale extraordinaire tenue par Zentiva à Amsterdam. Mais, au lieu de lancer une offre rivale à celle de Sanofi-Aventis, le fonds d'investissement tchèque PPF, qui détient 24 % de Zentiva, a réaffirmé avoir saisi la justice néerlandaise pour demander la démission du conseil d'administration du génériqueur tchèque, comme annoncé le 4 février. Il renonce en revanche à demander une autre AG. C'est le dernier épisode d'un véritable feuilleton qui se joue autour du rachat de Zentiva, convoité par ses deux principaux actionnaires : Sanofi-Aventis (24,9 % du capital), qui a lancé une OPA en juin 2008 sur la totalité de son capital, et PPF, détenu par le milliardaire tchèque Petr Kellner.sanofi « confiant »Richard Nolbruis, l'avocat envoyé par PPF pour le représenter hier, a posé plus de trente questions embarrassantes à la direction de Zentiva, dont le conseil d'administration soutient l'offre de Sanofi depuis que le labo français l'a relevée de 9,5 %, à 1,8 milliard d'euros, en septembre dernier. Après une pause de près d'une heure, les directeurs de Zentiva ont répondu dans le détail, rappelant avoir respecté les règles de bonne gouvernance, sollicité des offres rivales et évité tout conflit d'intérêts avec les deux administrateurs de Zentiva nommés par Sanofi. Le directeur financier de Zentiva, Petr Sulc, a maintes fois souligné que toutes les options stratégiques avaient été envisagées avant de pencher pour l'offre améliorée de Sanofi. « Un bon prix selon les analystes consultés, Merrill Lynch et la banque d'affaires Rothschild, d'autant que l'action Zentiva a augmenté de 23,7 % entre le 20 avril 2008 et le 3 janvier 2009, alors que le marché a chuté de 53,2 % », a rappelé Petr Sulc.Si PPF n'a pas fait d'offre concurrente, il a réussi à créer une certaine incertitude. « Si l'offre de Sanofi-Aventis n'est pas acceptée, l'action Zentiva chutera d'au moins 30 % », a commenté Patrick Bierbaum, un représentant de Centaurus Capital (2 % de Zentiva). Rien de tel ne devrait se produire, car Sanofi souhaite seulement réunir 50 % du capital ? sauf si la justice néerlandaise en décide autrement. Chez Sanofi, on se déclarait hier toujours « confiant » dans la réussite de l'opération. Les actionnaires ont jusqu'au 20 février pour apporter leurs titres, l'offre ayant obtenu le 4 février l'aval des autorités européennes de la concurrence. « En principe, le processus ne devrait pas être affect頻, a confirmé Petr Sulc à la fin de l'assemblée. Sabine Cessou, à Amsterdam

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.