Jokari, le retour

 |  | 294 mots
Lecture 1 min.
L'objet de l'ét髠Toum, toum, toum, aïe ! » Quel joueur de Jokari n'a pas connu ce fameux retour de balle dans l'?il? et quel gamin ne s'est pas fait hurler dessus par un adulte qui n'a pas pu éviter le missile ? Le Jokari, c'était « LE » jeu de plage dans années 1950 et 1960. Comme cela est suggéré dans le premier OSS 117, « le Caire, nid d'espions », où un flash-back nous montre Jean Dujardin et son ami jouer au Jokari sur la plage. Les enfants de 7 à 14 ans avaient hâte de se retrouver sur le front de mer pour envoyer, à l'aide d'une raquette, le plus loin possible la balle reliée par une longue corde élastique à une boîte en bois. Celui qui possédait un Jokari était sûr de devenir le petit prince de la plage et d'aimanter tous les autres gamins du coin. Une partie pouvait se disputer en solo ou bien à deux. Vendus à des centaines de milliers d'exemplaires, le Jokari a pourtant quasi disparu, victime des phénomènes de mode et des nouvelles technos, l'apparition des consoles. Mais le Jokari connaît un semblant de revival. Plusieurs fabricants français le proposent de nouveau dans leur catalogue (autour de 20-25 euros) dans des versions plus bariolées qu'auparavant. Le Jokari a été inventé dans les années 1940 par une société texane qui lui a donné son nom. Bien qu'une légende tenace prétende que le Jokari vienne du Pays basque où il était distribué sous le nom d'Euskal Jokari. Mais le plus célèbre joueur de Jokari, tout le monde le connaît : l'incontournable Gaston Lagaffe, le héros de la BD de Franquin, qui sème la terreur avec sa « super balle ».Jean-Christophe Chanut

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :