Vinci construit une partie de la LGV Rhin-Rhône

 |   |  417  mots
Un "scrap", un engin de près de 8 mètres de longueur, s'avance dans les marnes noires. Il est tellement lourd qu'un "bouteur" vient le pousser. En quelques minutes, il rabote 16 mètres cubes de terre. Puis un deuxième scrap s'avance, suivi de cinq autres, membres du même "échelon", dans un incessant ballet. Bienvenue près de Villersexel (Haute-Saône), sur le chantier de la ligne à grande vitesse (LGV) Rhin-Rhône sur lequel est, notamment, engagé Vinci à travers six de ses filiales dont, au premier chef, GTM.La LGV Rhin-Rhône est la première ligne de TGV province-province qui doit relier fin 2011 Dijon à Mulhouse. Cent quarante kilomètres de tracé, 30 millions de mètres cubes de déblais, 160 ponts, 13 viaducs : la branche Est est, selon le maître d'ouvrage, Réseau Ferré de France (RFF), " le plus grand chantier de génie civil de France", les travaux ayant été initiés en juillet 2006. Son coût (2,31 milliards d'euros) est réparti entre l'État (751 millions d'euros), 17 collectivités territoriales (653 millions), RFF (642 millions), l'Union européenne (200 millions) et la Suisse (66 millions). Le groupe Vinci est engagé au titre du génie civil sur 71 kilomètres entre Villers-les-Pots (à l'est de Dijon) et Petit-Croix (près de Belfort), et est notamment mandataire sur les 37 kilomètres du "lot B3", le lot de terrassements et d'ouvrages d'art le plus étendu.Le ballast, les voies et les équipements ferroviaires seront posés par un groupement composé de TSO, ETF et Vossloh (voies ferrées et caténaires), Cegelec (ingénierie électrique) et Innexia (ingénierie ferroviaire)." RECALAGES PERMANENTS "" Le lot B3 est un des lots les plus techniques de la branche Est, fait valoir Nicolas Fleuriot, directeur du chantier pour Vinci. Il y a 10 kilomètres dans les calcaires, et 27 kilomètres dans les argiles et les marnes, parmi lesquelles on trouve 21 formations géologiques différentes. Nous sommes conduits à opérer des recalages permanents selon ce que découvrent nos géologues. Il faut aussi ajuster la teneur en eau du matériau."Ce type de chantier est stratégique pour un groupe comme Vinci. Une grande partie du marché des infrastructures en France, estimé par Vinci à 15 milliards d'euros sur les dix ans à venir, sera liée au ferroviaire. Le Grenelle de l'environnement prévoit 2.000 kilomètres de nouvelles LGV en 2020. Outre sa branche Est, la LGV Rhin-Rhône doit être complétée par une branche Ouest (raccordement à l'actuelle LGV Paris-Lyon) et Sud (Dole-Lyon), encore en projet.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :