Aéroports de Paris optimise le hub de Roissy

S'il n'y a pas de retard dans les travaux, Air France-KLM disposera fin 2012, à Roissy Charles-de-Gaulle, d'un outil aéroportuaire d'une efficacité redoutable. C'est à cet horizon, en effet, qu'Aéroports de Parise Paris (ADP) entend ouvrir le satellite 4 (S4) du terminal 2, une salle d'embarquement pouvant accueillir 7,8 millions de passagers à l'année. Réservé à Air France-KLM et à ses partenaires de l'alliance Skyteam, « il va améliorer le fonctionnement de son hub [système de correspondances, Ndlr] », a souligné jeudi le PDG d'ADP, Pierre Graff, lors de la présentation de ce projet dont le coût s'élève à 560 millions d'euros. Il permettra d'optimiser les correspondances du groupe grâce à la concentration des opérations dans les terminaux 2F et 2E (qui sont face à face) et leur deux ramifications accessibles en « métro », le satellite S3 et son frère jumeau le S4. Ce dernier pourra accueillir en même temps 16 avions gros-porteurs, dont six A380. La compagnie disposera notamment d'un salon pour les passagers affaires de plus de 3.000 mètres carrés. Un exemple de la qualité de services du S4. Ce bâtiment sera la dernière étape de toute la stratégie de hub d'Air France-KLM pour les quinze prochaines années. L'ère de la qualité de services Ce satellite va aussi contribuer à améliorer la qualité des aéroports d'ADP, objectif affiché du deuxième contrat de régulation économique (2011-2015) qui sera signé à l'automne avec l'État. L'ouverture du S4 va entraîner la fermeture, pour rénovation, du terminal 2D. Tous les anciennes installations seront en fait rénovées. « Après l'ère du développement de capacités, ce sera l'ère de la qualité de services », indique Pierre Graff. Le gestionnaire des aéroports parisiens n'a plus besoin de nouvelles installations. Le S4 autorise un trafic à Roissy de 81 millions de passagers, soit 25% de plus que celui enregistré l'an dernier (59 millions). Avec la baisse du trafic, Roissy est en surcapacité. Un choix assumé par Pierre Graff, « le S4 étant jugé stratégique car (...), sur les dix prochaines années, le trafic augmentera ». ADP espère une stabilisation du trafic en 2010, malgré l'impact du volcan, puis une hausse de 2 % en 2011, de 2,5 % en 2012 et de 3 % à 4 % par an pour les trois années suivantes. F.G.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.