L'argent du livret A réclamé par la Caisse des dépôts

 |   |  195  mots
Deux camps s'affrontent sur le livret A. D'un côté, la Caisse des dépôts revendique la centralisation de 70 % de la collecte du livret A et du livret de développment durable (LDD) vers son établissement, comme l'a réaffirmé mardi son directeur général Augustin de Romanet dans le quotidien « Libération ». Il juge en effet ce taux de centralisation nécessaire pour financer les prêts des organismes de logement social ainsi que ceux destinés aux infrastructures et aux transports. Ce taux découle selon lui de la loi de modernisation de l'économie (LME) du 4 août 2008. De l'autre côté, les banques généralistes refusent que le taux de centralisation actuel, d'envrion 63 %, soit relevé et demandent même son abaissement. À commencer par le Crédit Agricolegricole qui, depuis la généralisation de la distribution du livret A, draîne une large part de la collecte. « Plus de centralisation, c'est moins de crédit au PME ! » a ainsi déclaré la Fédération nationale du Crédit Agricolegricole. Un argument défendu également par BNP Paribas et la Société Généralecute; Générale.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :