Affaire Cahuzac : trois ministres auditionnés par la commission d'enquête parlementaire

 |   |  398  mots
L\'affaire Cahuzac se poursuit devant la commission d\'enquête parlementaire. Trois ministres seront auditionnés mardi par les parlementaires. Ils devront s\'expliquer sur la gestion gouvernementale de ce scandale. La garde des sceaux, Christiane Taubira sera entendue dès mardi matin. Manuel Valls, ministre de l\'Intérieur, et Pierre Moscovici, ministre de l\'Economie et des Finances, sont attendus en fin d\'après-midi.Des \"dysfonctionnements\"La commission cherche à établir \"d\'éventuels dysfonctionnement dans l\'action du gouvernement et des services de l\'Etat\" au moment de la divulgation par Mediapart de l\'existence d\'un compte en Suisse détenu par Jérôme Cahuzac qui était à l\'époque, ministre du budget. Celui-ci sera mis en examen fin mars pour blanchiment de fraude fiscale, et passera aux aveux, le 2 avril.Les Parlementaires doivent déterminer quel était le niveau d\'information du gouvernement sur cette affaire, et s\'il a cherché à le couvrir. Depuis la création de cette commission, le 15 mai dernier, près de 44 personnes ont été auditionnées et aucun dysfonctionnement n\'a été mis à jour jusque-là. Le rapporteur général de la commission, le socialiste Alain Claeys, a déclaré début juillet à l\'AFP \"avoir la conviction\", au moins \"pour l\'instant\", que \"la justice (avait) fonctionné normalement\", sans entrave de l\'État.Pierre Moscovici dans la ligne de mireIl existerait toutefois encore des interrogations sur le rôle de Pierre Moscovici, le ministre de tutelle de Jérôme Cahuzac. Les élus doivent l\'interroger sur les demandes d\'entraide administrative à la Suisse. La première n\'a été adressée que fin janvier par Bercy, alors que les révélations de Mediapart datent du 4 décembre.  Le ministre de l\'Economie et des Finances devra également expliqué le caractère restricitf de la demande formulée auprès des autorités suisses. Lors d\'une audition houleuse mi-avril devant la commission des Finances de l\'Assemblée nationale, Pierre Moscovici avait réaffirmé avoir tout ignoré du compte caché à l\'étranger de Jérôme Cahuzac jusqu\'aux aveux de l\'ex-ministre du Budget.Mercredi la commission bouclera ses auditions avec celle notamment de Stéphane Fouks, président de Havas Worldwide France, et qui était conseil en communication politique de Jérôme Cahuzac à l\'époque des faits.  

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :