Drillstar Industries voit plus loin que l'Iran

 |   |  505  mots
L'Iran a fortement contribué au développement de Drillstar Industries. Depuis dix ans que la société exporte dans ce pays, son chiffre d'affaires est en effet passé de 3,7 à 9,8 millions d'euros. « Nous sommes entrés en Iran en 1999. Les premières années ont été difficiles. Mais aujourd'hui, notre activité y a vraiment décollé grâce, notamment, à la non-présence de nos concurrents américains. Au point que, lors de notre dernier exercice comptable clos en septembre dernier, nous y avons réalisé 25 % de notre chiffre d'affaires total », annonce Jérôme Porfirio, directeur général de cette société implantée à Lons dans la banlieue de Pau (Pyrénées-Atlantiques).l'afrique en vueOr, au regard du contexte géopolitique international actuel, les dirigeants de Drillstar Industries ont pris conscience du danger qu'il y aurait pour la pérennité de leur entreprise à laisser cette situation perdurer sans réagir. Il n'est toutefois pas question pour eux de prendre leurs distances avec un marché qui contribue si fortement à l'activité de leur société. Ils souhaitent juste rééquilibrer son développement. « Nous allons bien entendu continuer à croître en Iran. Il est même probable que d'ici un an, nous aurons monté sur place un atelier de production. Mais nous entendons néanmoins faire baisser à 15 % sa part dans notre business d'ici quelques années », affirme Jérôme Porfirio.Ancienne filiale d'une société de prestations de services aux entreprises pétrolières, pionnière du forage dirigé, Drillstar Industries qui est récemment passée dans le giron du groupe basque Artzainak, est spécialisée dans la fabrication, pour l'industrie, d'outils spéciaux en Inox. Si la société travaille pour l'aéronautique et le textile, elle réalise toutefois l'essentiel de son activité dans le secteur pétrolier qui pèse pas loin des deux tiers de son chiffre d'affaires. Cette répartition sectorielle n'a d'ailleurs que peu de chance d'évoluer à court terme. « Compte tenu de la crise qui frappe le transport aérien, il est peu vraisemblable que nous puissions progresser sur le secteur aéronautique. Quant au textile, nous fabriquons des sous-ensembles de machines pour la société Lectra et nous n'avons aucune marge de développement de ce côté-l࠻, explique Jérôme Porfirio. Dans ces conditions, seule la diversification géographique est à même de répondre aux exigences stratégiques de la société. Après avoir identifié des zones potentiellement intéressantes en termes de forage, Drillstar Industries a décidé de renforcer sa présence au Qatar, dans certains pays d'Afrique noire comme l'Angola, le Gabon et le Congo, mais aussi en Algérie et en Libye. Parallèlement, Drillstar Industries a prévu un plan d'investissement de 2 millions d'euros sur quatre ans pour gagner en flexibilité. Outre l'acquisition de nouveaux équipements, ce plan prévoit une réorganisation de ses ateliers sur le modèle des usines relais. La moitié de ses 50 salariés sont impliqués dans ce projet. 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :