Le Sénat veut être actif sur les réformes

 |   |  117  mots
Malgré la fronde de 24 sénateurs UMP emmenée par Jean-Pierre Raffarin, la suppression de la taxe professionnelle a été votée samedi au palais du Luxembourg. La Haute Assemblée a adopté le volet concernant les entreprises et une cotisation minimale de 250 euros sur la valeur ajoutée. Dans une interview à « La Tribune », le président du Sénat, Gérard Larcher, croit à l'adoption finale de la réforme. Il reconnaît que la révision constitutionnelle a donné  une « liberté de ton » aux sénateurs. Sur le plan social, il soutiendra la fiscalisation des accidents du travail. Mais, surtout, le locataire du palais du Luxembourg défend l'idée d'un nouveau pacte social.pages 4 et 10

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :