Financière de l'Échiquier vise 15 milliards d'euros sous gestion d'ici à 2015

 |   |  344  mots
Pour ses 20 ans, qu'elle fête cette année, Financière de l'Échiquier retrouve des couleurs. La société de gestion, présidée et créée par Didier Le Menestrel en 1991, affiche, fin 2010, 4,8 milliards d'euros d'actifs sous gestion, en hausse de 41 % par rapport à l'exercice précédent. Elle reste encore loin de son plus-haut atteint en octobre 2007 avec 6,2 milliards d'euros. Avec 34 %, les institutionnels et les grands comptes représentent 34 % des encours, suivis de la distribution (26 %) et de l'international (21 %). La croissance des actifs s'explique pour moitié par une collecte nette de 700 millions : 340 millions auprès d'institutionnels et grands comptes, 260 millions à l'international, 90 millions en distribution en France (fonds de fonds, CGP...) et 10 millions en gestion privée. L'autre moitié vient d'un effet marché positif.1,5 milliard de collecte par anPour les cinq prochaines années, la société, détenue aujourd'hui à 57 % par Didier Le Menestrel et son beau-frère (10 % par Stéphane Toullieux, directeur général, et 43 % par les salariés), ne manque pas d'ambition. En effet, elle vise les 15 milliards d'euros d'encours d'ici à 2015. En 2007, Financière de l'Échiquier affichait déjà cet objectif qu'elle souhaitait atteindre en 2010. Mais la crise est passée par là et a retardé son développement, la société enregistrant une décollecte de 1,8 milliard d'euros en 2008.Pour y arriver, « nous devons collecter 1,5 milliard d'euros par an et avoir un effet marché de 10 % en moyenne », indique Didier Le Menestrel. La collecte ne se fera pas uniquement en France mais aussi à l'international qui représente un axe de développement, à l'image de ce que font Carmignac Gestion et Comgest, deux exemples cités par la société. Financière de l'Échiquier distribue déjà ses produits en Italie, en Allemagne, en Espagne et au Belux (Belgique et Luxembourg). L'international ne représente cependant que 1 milliard d'euros des encours totaux. La société de gestion compte donc se renforcer sur les marchés où elle exerce ainsi qu'en Hollande, notamment auprès des fonds de pension et certains réseaux bancaires qui proposent des fonds externes. T. S.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :