Les cartes cadeaux sont dans le top troisLe succès des cart...

 |   |  399  mots
Les cartes cadeaux sont dans le top troisLe succès des cartes et chèques cadeaux est croissant. Ces bons d'achats prépayés, qui peuvent être dépensés dans une ou plusieurs enseignes, sont solidement installés à la troisième place des cadeaux préférés des Français, derrière l'argent et les vêtements, selon le baromètre Deloitte. Les principaux émetteurs de cartes et chèques cadeaux sont Kadeos pour Accor Services, et CardOps pour le groupe familial Auchan. Ce dernier développe ses cartes via sa banque Accord qui les diffuse dans les sociétés de la galaxie Auchan (Décathlon, Pimkie, etc.). Le marché du titre cadeau dépasse les 2 milliards d'euros. Un quart de son activité dépend des fêtes de fin d'année.Place au joujou à 30 euros« Le marché a quitté la grande ère technologique du jouet qui portait les ventes à plus de 100 euros », juge Christophe Portal, panéliste chez NPD. Cette année, les jouets à moins de 30 euros ont la cote. Et notamment tous les jeux de collection, dont les Playmobil, les mini-poupées, les Barbie, les petites voitures Cars, les Bakugan, boule qui se métamorphose en figurine. « En période de crise, on redécouvre les jeux dont les valeurs éducatives et de sociabilité rassurent », analyse ce dernier. « Les produits événements à petits prix, telles que les cartes à jouer de catch [à 1,50 euro le paquet, Ndlr], en profitent, tandis que les jeux électroniques éducatifs souffrent », indique Franck Mathais, porte-parole de La Grande Récré. J. G.Les grands classiques du parfum dominentN° 5 de Chanel, J'adore de Dior (photo), Angel de Thierry Mugler, Coco Chanel, Flower Power de Kenzo et Shalimar de Guerlain n'ont pas dit leur dernier mot. Malgré des lancements récents, les nouveaux parfums de Guerlain (Idylle), Nina Ricci (Ricci Ricci) et Yves Saint Laurent (La Parisienne) ne figurent pas dans le top cinq des ventes, clos début décembre par NPD. « Les grands classiques dominent. Car, en période de crise, les consommateurs se réfèrent aux valeurs sûres », juge Martine Ringwald, vice-présidente du secteur beauté de NPD en France. Seule La Parisienne, fragrance lancée par L'Oréalcute;al pour redynamiser sa filiale Yves Saint Laurent Beauté, a vraiment percé. Tout juste avant Noël, elle occupait la quatrième place des ventes chez Nocibé. J. G.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :