Nicolas Sarkozy en président industrieux

 |   |  346  mots
«Accepter la fin de l'industrie comme une fatalité est une erreur stratégique. » En basses eaux dans les sondages, décrochant notamment dans les classes moyennes et populaires, Nicolas Sarkozy s'en tient à cette profession de foi du candidat à la présidentielle qu'il était le 18 décembre 2006 à Charleville-Mézières. Encore auréolé à l'époque du prestige conféré par le sauvetage d'Alstom.Vendredi, lors d'un déplacement à Saint-Nazaire, le chef de l'État a d'ailleurs regretté qu'Alstom se soit désengagé des Chantiers de l'Atlantique, au profit du groupe sud-coréen STX. Sur le site, Nicolas Sarkozy a défendu, au nom de l'ambition industrielle, l'avenir de la construction navale civile et militaire. « On n'est plus un grand pays si on ne sait pas fabriquer des trains, des avions, des voitures ou des bateaux », a-t-il lancé sur une estrade installée au pied d'un porte-hélicoptères de classe Mistral (BPC), destiné à la Marine nationale.Enrayer le déclin industriel Les ex-Chantiers de l'Atlantique emploient aujourd'hui 2.350 personnes et font travailler autant de personnel chez les sous-traitants. Mais l'entreprise, dont les carnets de commandes peinent à se remplir, a décidé un plan de départs volontaires étendu jusqu'au mois d'octobre en raison de son faible succès. Nicolas Sarkozy a promis que l'État, qui est entré dans le capital de STX en 2008 à hauteur de 33 %, ne se désengagerait pas tant « que l'entreprise aura besoin de nous ». « Jamais je ne laisserai fermer le chantier », a déclaré le chef de l'État qui a tenu à rappeler qu'il venait là « pour la quatrième fois ».Depuis 1980, la France a perdu environ 2 millions d'emplois industriels. En 2009, cette dégradation s'est accélérée en raison de la crise, avec 200.000 emplois détruits en plus. Lors des états généraux de l'industrie, en mars, Nicolas Sarkozy a annoncé plusieurs mesures pour tenter d'enrayer ce déclin, dont des primes à la relocalisation et la création de onze filières stratégiques. À moins de deux ans de l'élection présidentielle, le chef de l'État repart en campagne.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :