Matières premières : dérives et dangers

 |   |  310  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : dr)
Pascale Besses Boumard, rédactrice en chef à "La Tribune"

«Le capitalisme est-il moral ? » s'interrogeait dans l'un de ses derniers livres le philosophe André Comte-Sponville. La question taraude tous ceux qui osent regarder avec un certain recul le monde qui les entoure. La folle inflation des cours des matières premières depuis plus de deux ans s'inscrit totalement dans ce questionnement. Les prix de certaines denrées alimentaires ont tellement grimpé qu'ils mettent en péril les populations les plus démunies. En parallèle, soucieux de faciliter l'accès de ces matières premières aux investisseurs particuliers, tous les grands noms de la finance ont développé une nouvelle race de produits dérivés (les ETF ou trackers) qui imposent aux promoteurs de ces véhicules d'acheter les denrées en question dans le seul but de les stocker. Résultat : la spéculation sur ces matières n'a jamais été aussi intense. D'où l'inquiétude, d'ailleurs, de tous les responsables politiques mondiaux manifestement résolus à tenter d'endiguer ce mouvement. Il faut dire que l'origine de cette inflation n'est pas monolithique. Si la financiarisation a accéléré le processus, la multiplication des catastrophes naturelles a tout autant déséquilibré le jeu de l'offre et de la demande. Avec ce constat sans appel : la croissance de la population mondiale imposera une hausse tout aussi parallèle des besoins de denrées alimentaires. Faut-il donc revoir en profondeur toute la filière ? Les dérives actuelles ne font-elles que traduire de graves dysfonctionnements entre les producteurs et le consommateur final ? Sans doute. Mais gare à toute tentative de récupération du dossier par les politiques. Subventionner les prix des denrées essentielles pourrait tenter certains. Mais on a déjà vu par le passé quels effets pervers pouvait avoir cette option. La libre circulation des matières premières a encore de beaux jours devant elle.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :