Cupra Formentor : la bombe latine qu'on n'attendait plus

 |  | 732 mots
Lecture 4 min.
Le Formentor de Cupra est un CUV : un SUV coupé avec la particularité d'une garde de toit assez basse.
Le Formentor de Cupra est un CUV : un SUV coupé avec la particularité d'une garde de toit assez basse. (Crédits : Cupra)
Le label sport de Seat, devenu marque à part entière, fait des merveilles avec ce SUV coupé très agressif et premium à la fois. Le Formentor renvoie la marque espagnole à ses racines latines, elle qui a adopté les standards allemands de la maison-mère Volkswagen. Une vraie bouffée d'émotion dans le monde de plus en plus aseptisé de l'automobile.

S'il fallait retenir un leg de Luca de Meo après ses cinq années passées chez Seat avant de prendre les rênes de Renault, Cupra serait en haut de la liste. Le label sport devenu marque à part entière permet à la marque espagnole d'aller chercher de la valeur sur un territoire où on ne l'attendait pas : le premium.

Finitions haut de gamme, motorisations puissantes... Jusqu'ici, la marque Cupra se contentait de reprendre des modèles Seat à l'instar de l'Ateca et la Leon, comme le veut le modèle économique du groupe Volkswagen consistant à dupliquer une même voiture pour chaque marque. Mais Luca de Meo est parvenu à imposer un modèle très spécifique, sans équivalent dans le reste du groupe : le Formentor. Bien entendu, ce SUV très sportif reprend des éléments de la plateforme MQB qui a permis de faire des Leon et...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/01/2021 à 8:51 :
On la distingue difficilement du même modèle en audi, bmw, ford, DS et Skoda. Quoi que le dernier modèle de porsche y ressemble pas mal non plus également non ?

Bref on voit bien que tout ces regroupements de constructeurs de bagnoles tirent les designs vers le bas et donc au final toute l'automobile.
a écrit le 18/01/2021 à 3:56 :
Voiture de pauvre qui se donne des airs de vehicule abouti. Archi moche, mais le d'jeun va pouvoir frimer a palavas.
a écrit le 18/01/2021 à 2:50 :
affreux et plutôt inquiétant pour Renautl si c'est le résultat de la stratégie de l'ancien CEO ...
complètement a contre courant , ça va enfermer Seat encore plus dans une image de sportif du dimanche derrière leur volant , version sport bien sur ...
Réponse de le 19/01/2021 à 2:13 :
De toute façon Volkswagen n'a acquis Seat à la dérive que pour produire des Golfs (et Leon) aux coûts espagnols donc l'action de son ancien dirigeant n'a eu que très peu d'importance au final.

Au regard du track record de De Meo mais surtout de Senard, le pire reste à venir pour Renault...

Si l'industrie automobile espère passer la crise avec quelques changements cosmétiques alors il faudra se retirer du prêt à porter pour se mettre à la haute couture avec au passage un grand dégraissage des capacités de production.

En revanche, si elle souhaite maintenir ses capacités de production alors il faudra investir dans la reconversion (électrique) de ses nombreux sous-traitants avec possiblement des prises de contrôle ou rachats à la clé.
a écrit le 17/01/2021 à 17:42 :
C' est laid comme un pou et sans âme, qui va acheter ce truc laid, orphelin de gènes et si fortement malussé?
a écrit le 16/01/2021 à 13:13 :
Et un malus qui peut monter jusqu'à 13.109 euros ? Cher.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :