Mercedes Classe A : quand le premium n'est pas à la hauteur

 |   |  481  mots
(Crédits : Mercedes)
ESSAI AUTO. La marque premium allemande a gravement négligé l'agrément de conduite de cette berline. Une erreur funeste qui entache injustement une marque qui nous a pourtant habitué à une mécanique plus soignée.

On est toujours content et fier de monter dans une Mercedes... On connaît les Classe E, C ou S dont la constance dans le temps est le principal gage de leur longévité. Pas de surprises, que du plaisir ! On est moins sûr de ce que l'on va trouver lorsqu'on annonce une Classe A. Lancée en 1997, cette "compacte" a radicalement changé de style... Et heureusement, tant la première génération a pu être clivante. Cette fois, il semblerait que sa silhouette soit désormais définitivement figée. La quatrième génération lancée en 2018 se place dans la même lignée que la précédente (lancée en 2012). Mais de clivant, la Classe A est passée à l'autre extrême en voulant faire trop consensuelle.

Un monobloc sans aspérité

Ainsi, la carrosserie nous paraît encore trop proche d'un monobloc sans aspérité. On a connu plus racé chez Mercedes... Surtout sur les derniers lancements ! A l'intérieur, l'ambiance est heureusement plus gaie. Le double écran est du plus bel effet. Le plastique est un peu dur, mais l'ergonomie des commandes répare tout. La marque à l'étoile continue le déploiement de son double écran panoramique et de son cortège d'astuces connectées, comme le GPS en réalité augmentée. Pas mal ! Mais la prise en main est laborieuse au départ.

Et le système de navigation, sophistiqué et soigné, n'épargne pas le conducteur d'une série de boutons encore trop présent en-dessous de la console. L'habitacle reste néanmoins confortable. Il est accentué par une planche de bord bien dessinée. Elle s'étire sur les panneaux de porte, et enlace le conducteur dans un petit cocon agréable, à condition d'aller chercher les finitions cuir pour encore plus de volupté.

Aucun agrément de conduite

Sur la motorisation, Mercedes a sans nulle doute raté la marche. Notre Classe A 200 (essence, 163 chevaux) manque de rondeur et de réactivité, malgré un couple moteur plus qu'honorable (250 Nm). C'est toujours soit trop fort soit pas assez... Probablement la faute à une boite automatique aux rapports trop longs. Le moteur grince, l'agrément de conduite n'est pas au rendez-vous. Les accélérations sont pénibles, les dépassements, les démarrages... Le véhicule est peu maniable. Les suspensions sont toutefois de bonne qualité, ce qui n'est pas négligeable.

La Classe A est-elle passée à côté de quelques choses? Son rôle est économique mais aussi d'être la porte d'entrée dans l'univers Mercedes et ainsi donner envie aux clients de la Classe A d'aller vers des segments supérieurs. Il n'est pas certain que les clients soient convaincus. Ce qui est dommage, car cette berline ne rend pas hommage au confort et à la qualité de la gamme historique de la marque premium allemande.

Mercedes Classe A

Mercedes Classe A

Mercedes Classe A

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/03/2019 à 16:22 :
J'ai acheté une mercedes classe A 180 neuve et je n'ai eu depuis que des galères depuis: volant bi masse à changer à 40.000 ! aucune prise en charge de la marque, crémaillère de direction défectueuse ....
Alors je reviens sur les voitures de conception française qui tout compte fait ne sont pas si mal !
a écrit le 25/03/2019 à 22:18 :
Moralité, rien ne remplacera jamais l'immense plaisir de jouer de la boîte de vitesses manuelle, de l'embrayage et du frein à main.
Sur les 52 voitures que j'ai possédées celle qui m'a fait le plus de joies, c'était une Triumph 2000 mk2, un petit 6 cylindres de 2 l 4 vitesses + overdrive, de quoi jouer une partition comme sur un harmonica chromatique, 1ère, 2 ème, 3ème basse, 3 ème haute 4 ème basse, 4 ème haute, le moteur toujours ou on a envie de le trouver, on pouvait éventuellement brancher l'overdrive sur les 4 rapports, mais l'harmonica swan à 16 trous c'est pas mon style.
Le fils m'a fait essayer sa c5 v6 turbo essence, bien plus de 200 cv, mais boîte automatique: quel ennui! Même pas cap de làcher une BM au feu rouge, , renacle au dépassement, c'en est dangereux, les chevaux arrivent quand on n'en a plus besoin. Ce machin aurait du être limité aux voiturettes.
a écrit le 25/03/2019 à 10:06 :
Une vraie Mercedes comme un vraie BMW commence à partir de la classe C ou ( desormais ) série 3.Les premières classe C avaient , au moins le mérite de la praticité même si côté fiabilité c'était médiocre. De toute façon le premium allemand , sous l'angle de la qualité et de la fiabilité est l'ombre de ce qu'il fut .
a écrit le 24/03/2019 à 21:43 :
35000 Euros meme pas une hybridation legere.
Lexus, Kia,hyundai j arrive
a écrit le 24/03/2019 à 15:20 :
Le moteur de la classe A essence 200 est un moteur Renault... un 1330 cm3 en collaboration avec Mercedes... Cela fait très cher le ticket d'entrée gamme !
a écrit le 24/03/2019 à 11:10 :
Wow
a écrit le 24/03/2019 à 8:42 :
Premium c’est un concept purement marketing pour les gogos. Il serait temps de prendre les bagnoles pour ce qu’elles sont , pratiques certes souvent mais toujours aussi polluantes si trop puissantes.Quant à l’agrément de conduite il doit tendre avant tout vers une plus grande sécurité. Cela dit on dirait que Daimler Benz cherche toujours sa martingale dans les petits modèles et ne l’a toujours pas trouvé à prix raisonnable.
a écrit le 23/03/2019 à 23:12 :
Le concept "pemium" est un gadget purement marketing ! Artificiel et artificieux. Il s'agit de vendre un produit plus cher qu'il ne vaut en jouant sur sa valeur perçue. C'est ce que Nespresso est au café, une sorte d'arnaque consentie par ses acheteurs. Pour moins cher que cette classe A, une 308 130cv automatique délivre une tenue de route incisive et dynamique, un vrai plaisir pour un conducteur, et que ne peuvent égaler les premiums de puissance équivalentes voire supérieures. Mais chut , il ne faut pas le dire !
a écrit le 23/03/2019 à 19:11 :
Avec un prix de base autour de 35 000€ faut pas s'attendre non plus à ce que cette "caisse" ( parce que ça reste une caisse avec 4 roues et un moteur...) soit extraordinaire !
Réponse de le 24/03/2019 à 10:14 :
Et ça doit être celui qui a un frigidaire vide le 15 du mois qui fantasme avec ce genre de post.
a écrit le 23/03/2019 à 12:01 :
Erreur de jugement. Un potentiel acheteur de classe A ne sera pas forcément attiré par les autres gammes supérieures qui visent soit un public assez âgé ou de taxi . Le rôle d une compact premium (merci au précurseur l A3 d Audi ) est de flatter l égo d un public plus jeune avec pas forcément de gros revenus et qui souhaite se différencier des acheteurs de berlines compactes des généralistes. Les compacts premium ne nécessitent pas la profusion de luxe que dégagent leurs grandes soeurs et les constructeurs l ont bien compris.
Réponse de le 26/03/2019 à 2:41 :
Mais bien sûr Audi a tout inventé ..... Peugeot sortait la 306 en 1994. La première Audi A3 sortait en 96... Audi a aucunement sorti la première compacte. Peugeot non plus d’ailleurs. Mais les Pro Audi vous devez descendre de votre pied d’estalle ! Vous vous sentez plus uriner, bientôt Audi aura inventé la voiture !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :